Les Voiles de Saint-Tropez : Les maîtres du temps

29/09/2020, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2020, Day 3

–          Changement de météo pour rebattre les cartes
–          Trophée Rolex : Viola et Eva à la lutte 

Brise tonique hier, vent léger aujourd’hui. Le golfe de Saint-Tropez est fidèle à sa réputation et les régatiers aux commandes – qui de sa monture moderne, qui de son vénérable yacht classique, dont la catégorie faisait aujourd’hui son entrée aux Voiles – ont pu répéter toute la gamme des pratiques en usage lorsque l’on chasse le vent d’un bord à l’autre d’un plan d’eau. En début d’après-midi un petit flux d’Est a permis aux Comités de course Modernes et Classiques de lancer toutes les catégories sur des régates en bordure du golfe. Des parcours dont la grande variété et les points de passage bien identifiés permettaient à loisir d’en réduire la longueur, pour valider ce soir une manche au compteur des 130 équipages engagés dans cette première semaine. Du petit temps certes, mais dont on dit qu’il révèle aussi le sens de la régate des équipages. Gréements auriques et coques en bois vernis ont ainsi toute la journée mêlé leurs voiles dorées aux reflets carbones des bateaux modernes, pour cette communion des genres qui fait depuis toujours le succès et l’intérêt des Voiles de Saint-Tropez.

Changement de régime
Les régatiers le répètent à l’envie : il faut aussi savoir gagner dans le petit temps. Après le « champagne sailing » de la journée d’hier, le golfe de Saint-Tropez avait retrouvé sa langueur estivale. Alors que la mer s’était assagie, la capacité des navigateurs et des barreurs à maitriser ce délicat exercice propre aux sports mus par le vent est devenu la clé du succès. Et comme pour corser davantage encore des débats ultra-millimétrés, le vent désertait un moment le plan d’eau avant l’établissement attendu du vent thermique, résultante de la différence de température et d’inertie entre la terre, permettant à la régate de reprendre de plus belle. Au final, une nouvelle manche toute en contraste validée pour cette deuxième journée des Voiles, avec déjà, des joutes bien engagées entre les différents favoris des nombreux classements, à l’image du duel relancé entre Viola (Fife 1908) et Eva, (Fife 1906), deux unités de la catégorie Epoque Aurique B en lice pour le prestigieux Trophée Rolex 2020.
 
Une « salle d’attente » pour les Classiques !
C’est une nouveauté déjà très appréciée des coureurs, tous les bateaux, qu’ils soient Modernes ou Classiques, partent désormais depuis la ligne de départ mouillée sous le Portalet, au plus près du port de Saint-Tropez. Cette importante modification pour les voiliers contemporains habitués par le passé à partir chaque jour tôt pour rejoindre leurs ronds du côté des Salins en bordure du Golfe, suppose de sérieux aménagements logistiques. Georges Kohrel, Principal race officer des Voiles : « Tous les bateaux, Modernes et Classiques sortent du port chaque matin pratiquement à la même heure. Les Modernes, premiers à s’aligner, se dirigent naturellement vers la zone de départ, et cette ligne immuable mouillée devant le Portalet. Nous demandons alors aux voiliers Classiques de se diriger vers le fond du Golfe, à l’ouest d’une ligne Phare Rouge – Hotel de Beauvallon, et de ne pas venir tester la ligne tant que les Modernes ne sont pas partis. Il s’agit d’une véritable « salle d’attente » pour les Classiques. Une fois les Moderne partis, le comité de course des Traditions prend la place du comité des Modernes et annonce que la zone est libre. Les classiques s’approprient à leur tour la zone de départ. Les arrivées sont jugées au même endroit avec une ligne spécifique aux Modernes au plus près du port, et une ligne pour les Classiques parallèle mais plus près du centre du golfe. »

Nouveaux venus ; 6 Classiques et 34 Modernes
Dans cette année 2020 à maints égards exceptionnelle, il n’y a pas forcément que du négatif, restrictions, diminutions, interdictions… L’édition 2020 des Voiles, avec son nouveau format sur deux semaines, a aussi séduit nombre de propriétaires qui ont choisi pour la première fois de montrer leur monture. On ne dénombre ainsi pas moins de 6 voiliers Classiques et 34 Modernes à faire leurs grands débuts Tropéziens. Chez les Classiques, et aux côtés de Corinthian (Herreshoff 1911) et Scud (Herreshoff 1903), très en vue ici, Les Voiles accueillent également pour la toute première fois Pantaia, un plan Illing de 1962, Circe, un yawl Bermudien signé Olin Stephens de 1949, Denebola, ketch bermudien de 1952 et Hild, un cotre aurique Norvégien de… 1899.

Yacht extraordinaire : Scud (Herreshoff, 1903)
Au sein du spectaculaire groupe des Epoque Aurique navigue une unité remarquable, Scud, un sloop aurique de 1903. Né sous l’appellation de Bar Harbor 31, n° de coque 603 au prestigieux chantier Herreshoff de Bristol, Rhodes Island, Scud sort d’une profonde restauration à l’originale de deux années en Italie, chez Cantiere Navale dell’Argentario. Cet élégant cotre aurique se distingue par son immense plan de voilure, et la qualité de ses finitions intérieures notamment. C’est un multiple champion Olympique qui en tient la barre : le Brésilien Torben Grael. Né le 22 juillet 1960 à São Paulo, et surnommé « la turbine », il est l’une des légendes de la voile olympique. Il est le sportif brésilien et le marin à avoir remporté le plus de médailles olympiques, et le cinquième marin au nombre de titre olympiques.

Curiosité du golfe
Le SS Delphine est un yacht à vapeur construit en 1921 pour Horace Dodge, cofondateur de la célèbre marque automobile Dodge. Il est l’un des derniers yachts à vapeur encore en service. Le yacht est lancé le 2 avril 1921, portant le prénom de la fille d’Horace Dodge. D’une longueur de 75 mètres, de tous les grands yachts à vapeur américains construits entre 1893 et 1930, il est le seul encore en activité à être resté dans sa configuration originale dont ses machines à vapeur d’origine.  Delphine prend feu et coule à New York en 1926. Il est renfloué et restauré. Il est réquisitionné dans le cadre de l’effort de guerre par l’US Navy en janvier 1942 et rebaptisé USS Dauntless (PG61), pour accueillir l’amiral Ernest King, commandant en chef de la flotte américaine et chef des opérations navales.

Partenaire du jour :

ROLEX
A l’occasion des Voiles de Saint-Tropez, la 15e édition du Trophée Rolex célèbre, tout au long de la semaine, une catégorie historique de monocoques. Le millésime 2020 du Trophée Rolex met la classe des Epoques Auriques B (EAB) à l’honneur. Construits entre 1897 pour le plus ancien et 1913 pour le plus récent, ces voiliers sont de redoutables régatiers. Viola, vainqueur du Trophée Rolex 2018, dessiné par William Fife Jr. a été initialement conçu pour la croisière. Classé monument historique par la France en 1993, ce monocoque de 15 mètres de long a de réelles aptitudes pour la régate. Lulu, le plus ancien bateau de plaisance français, dessiné par le célèbre Gustave Caillebotte et Thomas Rabot, a été construit en 1897 loin des côtes françaises, à Argenteuil, en région parisienne. Malgré son âge, il conserve une élégance rare et sera un adversaire de choix pour les 5 autres concurrents du convoité Trophée Rolex. Au terme de 4 jours de course, le compétiteur ayant réussi la meilleure performance remporte le Trophée ainsi qu’une montre Rolex.
LES SIX INSCRITS AU TROPHÉE ROLEX 2020
Esterel (1912 – 12m97), Eva (1906 – 16m58), Lulu (1897 – 15m00), Nin (1913 – 13m18), Véronique (1907 – 24m86), Viola (1908 – 15m50).

Programme 2020 :
Semaine 1 : Les Voiles de Saint-Tropez
Samedi 26 et dimanche 27 septembre : accueil des voiliers jusqu’à 20 mètres environ (sauf pour certaines classes)
Lundi 28 septembre : régates pour les voiliers modernes
Mardi 29, mercredi 30 septembre, vendredi 2, samedi 3 octobre : régates pour les voiliers modernes et les voiliers de tradition
Jeudi 1er octobre : journée des défis
Samedi 3 octobre : remise des prix (semaine 1)

Semaine 2 : Les Voiles Super Boats
Dimanche 4 et lundi 5 octobre : accueil des grandes unités (Wally, IRCA, Maxi yachts, Grands Traditions, grandes Goélettes)
Mardi 6, mercredi 7, jeudi 8, vendredi 9 : régates des grandes unités
Vendredi 9 octobre : remise des prix (semaine 2)

Les mesures prévues par la Société Nautique de Saint-Tropez (hors dispositif concurrents) :
Personnels et bénévoles
– Dépistage de l’ensemble des intervenants avant et pendant la manifestation

Village des Voiles
– Réduction du village à 400 m2 (au lieu des 1 500 m2 habituels), 400 personnes maximum
– Espaces exposants limités aux partenaires. L’accès à la boutique officielle North Sail se fera par l’extérieur uniquement.
– Port du masque, prise de température à l’entrée et gel hydroalcoolique : obligatoires
– Collaboration avec le laboratoire Cerballiance pour dépister les personnes désireuses de le faire.
– Animations : Les traditionnels concours de boules, défilé des équipages, fête des équipages et sardinade ne pourront avoir lieu cette année.

Médias
– Formalités d’enregistrement dématérialisées, pas de salle de presse, contact avec le service de presse par email, sms ou téléphone uniquement.
Pour les embarquements : test négatif de moins de 72 heures, port du masque obligatoire, rendez-vous d’embarquements aux pieds des bateaux.

Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez
ROLEX
BMW
NORTH SAILS
CHAMPAGNE BESSERAT DE BELLEFON
EAUX 808
SUZUKI MARINE
MERCANTOUR EVENT
MARSHALL
TORPEZ (VIGNOBLES DE SAINT-TROPEZ)
BERNARD OPTIC
LORO PIANA
INTERNATIONAL MAXI ASSOCIATION
DERBEZ JARDINS
PORT DE SAINT-TROPEZ
LES MARINES DE COGOLIN
FEDERATION FRANCAISE DE VOILE
YACHT CLUB DE FRANCE

Organisation :
Société Nautique de Saint-Tropez

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *