All you need is Voiles

06/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 6

Amidst the Mistral and a zone of high pressure, today those competing in Les Voiles benefited from one of those little weather miracles that seem to love colouring play in Saint Tropez. Indeed, in a little window between the morning’s gale and the later calms, a gentle breeze enabled the three Race Committees, Wallys in Pampelonne, Modern boats offshore and the Classics in the bay, to launch the day’s racing, adding another race to the scoreboard for each of the groups concerned. It was competition time again today then and the helmsmen and women and the sailors had to really be on top of their game in terms of both strategy and tactics to perform well in the capricious breeze. After the bracing wind of the start of the week, the bay of Saint Tropez was all about finesse and feeling at the helm this Friday.

The Finals in prospect… From the sound of canon fire to bagpipes to sea shanties… each day the return to the dock of all the sailors competing in Les Voiles de Saint-Tropez is punctuated by these good-humoured demonstrations, reinforced by the joy at having shared another wonderful day’s sailing and racing. Skilfully inserted into the programme around the Mistral by the Race Committees, the different leader boards are shaping up nicely. The rivalry among the 12 m JIs in Saint Tropez is epitomised by the duel between Sovereign and France. Baron Bich’s cherished 12 mJI triumphed today and remains in the hunt for final victory tomorrow, Sovereign currently with the edge. Always a top-flight competition, the 14 sumptuous Wallys racing over towards Pampelonne opted today for a short course, hugging the coast. Open Season, the Wally 107, just managed to secure the bullet in elapsed time, but slipped down to third place in corrected time, to the benefit of Lyra, a Wally 77, and above all Magic Carpet3, which posted a stellar result today, drawing level with Open Season in the provisional overall ranking. As such, tomorrow will once again prove decisive in the bid for final victory and the BMW Trophy. Lyra is now lying in third place. Suspense reigns among the 15 M JIs this evening in the battle for the Rolex Trophy. Mariska managed to control The Lady Anne, which is formidable the moment the wind drops below 10 knots as it did today. The 1908 Fife won this Friday’s race, definitively stamping her authority on the 2017 edition of Les Voiles.

A ‘Guest’ Class  Reconciling 130 years of yachting at the same event requires both imagination and rigour from the organisers of Les Voiles. This rigour is expressed in the classification of yachts that are as similar as possible, in order to guarantee a degree of sporting equity on the water. Inevitably, this isn’t the easiest of tasks when naval architects the world over have, for the past century and a half, tried to outdo each other’s creative talent to design the fastest yachts of their time. Between the Epoques, Marconi rigs, gaff rigs and Spirit of Traditions, certain iconic yachts sadly no longer fall within the rule laid out in Les Voiles’ Notice of Race, which solely authorises the participation of those classic yachts measuring in excess of 11 metres. As such, in order to honour the presence of masterpieces as sublime as Dainty (Wesmacott 1922) and her 8.12 metres of grace and elegance, Alcyon, the beautiful 9.38m gunter rig or Djinn, the 8.90m gaff cutter, a specially named “Invité” or “Guest” ranking has been instituted at Les Voiles and this year groups together 9 splendid craft.

The fuse on gaff cutters On gaff cutters and schooners, above the lower mast, or main mast, comes the topmast, which carries the topsail, namely the sail that sits over the top of the fore-and-aft mainsail. This relatively light wooden spar, also serves as a fuse in the event of excessive pressure, which can lead to a dismasting. Just such an incident has unfortunately occurred several times this week at Les Voiles, the scale and the technical and human consequences of which have been greatly reduced by the breakage of this top mast. Though subsequently proving to be a little bit of a handicap while racing, it has of course served its purpose by preventing the mast from falling. Happily, secured at the top of the mast by ropes, this broken spar on various competitors’ boats has led to no collateral damage at Les Voiles.

News in brief The face of Les Voiles Playing host to no fewer than 4,000 sailors for 10 days and registering some 300 boats is a feat that the Société Nautique de Saint-Tropez pulls off in style each and every year to ensure the success of Les Voiles. The teams of André Beaufils, entrusted to Frédérique Fantino on this occasion, work well in advance of the main event registering the countless requests to participate from all over the world. “In Saint Tropez, each request is a case,” she explains, “which requires special and continuous attention in order to satisfy the owners’ demands as best we can.” These requests are naturally studied in meticulous detail according to their specific features, the type of yacht, Modern or Classic, the demands made by the skipper-owners and so on… before confirmation is given. Berths in the port are also the subject of hot debate, everyone obviously wanting to be at the heart of the little port in France’s Var region. Les Voiles de Saint-Tropez, in contrast to other regattas, authorises daily modifications to the crews, the number of sailors being ‘chartered’ by their owners, who are keen to enable the magic of the moment to be shared by their clients and friends. As such, the Société Nautique de Saint-Tropez puts in place a team of at least ten people in the village who, each day, are in charge of recording the new crew entries aboard each of the different boats. A long, painstaking, full-time job for these wonderful ladies at reception.

The Yacht Club de France delivers Celebrating its 150th anniversary this year, the Yacht Club de France – of which the Société Nautique de Saint-Tropez is one of the associated clubs – has a most important mission: promoting sailing in all its forms. Founded in 1867 by Napoleon III, it has played a passionate part in the development of a sector in which France, the second largest maritime force in the world, has become a master, both in the construction of pleasure craft and the practice of sailing at the highest level.  The jubilee book is out now: “Une histoire du yachting français” (A history of French yachting), under Jacques Taglang: Frédéric Delaive, Louis Pillon, Dominique Gabirault, Antoine Sézérat, François Chevalier and Eric Vibart. Photographer: Laurent Charpentier. Square format, 30 x 30 cm, generously illustrated, 312 pages, cloth cover and jacket. Bilingual: French-English. http://ycf-club.fr/

Today’s partners BMW – partner to Les Voiles de Saint-Tropez Since 2013, the German car manufacturer BMW and the Société Nautique de Saint-Tropez have had an agreement centring on Les Voiles de Saint-Tropez. Thorsten Mattig, head of international sponsorship at BMW, is delighted by this partnership: « Les Voiles de Saint-Tropez is the venue par excellence where the Modern and the Classic combine, and where timeless aesthetic meets design and high technology. The desire to win and team spirit play such a fundamental role here, as does a passion for yachting and fraternal camaraderie. These are the values that BMW is happy to support, as they are of vital importance for our brand.” In addition to showcasing its latest models, BMW has chosen to celebrate a class of yachts that is particularly committed to high technology, the Wallys. The BMW Trophy will reward the best Wally at the end of racing.

All you need is Voiles

06/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 6

Entre Mistral et bulle anticyclonique, les concurrents des Voiles ont bénéficié aujourd’hui d’un de ces petits miracles météos semble-t’il propres à l’événement tropézien, quand derrière le fort coup de vent du matin, et avant l’établissement de la franche pétole, un petit flux d’air permettait aux trois comités de course, Wally à Pampelonne, Modernes au large, et Tradition dans le golfe d’envoyer les régates du jour, et de valider une nouvelle course pour chacun des groupes concernés. La compétition a ainsi repris tous ses droits, et barreurs et navigateurs ont dû une nouvelle fois exceller tant en stratégie qu’en tactique, pour s’accommoder au mieux d’un vent capricieux à souhait. Après le vent tonique du début de la semaine, c’est dans un tout autre registre, celui de la finesse et du toucher de barre que les coureurs étaient appelés à performer.

Des Finales en vue… Coups de canon, cornemuse ou chants marins… le retour à terre des marins des Voiles de Saint-Tropez est chaque jour scandé par ces manifestations d’une humeur rehaussée par la joie d’avoir une nouvelle fois partager en mer un grand moment de voile et de régate. Habilement insérées par les Comités de course en bordure du Mistral, les courses du jour confirment sur tous les ronds les contours des palmarès qui seront samedi soir proclamés. Ainsi la rivalité chez les 12 m JI se résume t’elle bien à Saint-Tropez au duel entre Sovereign et France. Le 12 mJI cher au Baron Bich triomphe aujourd’hui et demeure en embuscade demain pour la victoire finale dans ce groupe éminemment sportif des Voiles et pour l’heure dominé par Sovereign. Compétition de haut vol toujours, du côté de Pampelonne cette fois ou les 14 somptueux Wally choisissaient aujourd’hui d’en découdre tout au long d’un petit parcours au plus près des côtes. Open Season, le Wally 107 s’impose d’un souffle en temps réel, mais rétrograde à la troisième place en temps compensé, au profit de Lyra, un Wally 77 et surtout, de Magic Carpet3 qui réalise la belle opération du jour en revenant à hauteur d’Open Season au classement général provisoire. Là encore, c’est la dernière journée de demain qui sera décisive pour l’attribution de la victoire finale et du trophée BMW. Lyra se hisse quant à elle sur la troisième marche du podium. Point de suspens en revanche chez les 15 mJI en lutte pour le Trophée Rolex. Mariska a su contrôler The Lady Anne, redoutable dès que le vent descend sous les 10 noeuds comme ce fut le cas aujourd’hui. Le Fife de 1908 remporte la manche du jour et assoie définitivement sa suprématie sur l’édition 2017 des Voiles.

Une Classe « Invités »  Faire cohabiter en un même événement près de 130 ans de yachting nécessite de la part des organisateurs des Voiles imagination et rigueur. La rigueur s’exprime dans la classification par groupes des voiliers les plus semblables possibles, afin de garantir sur l’eau une certaine équité sportive. On imagine facilement la difficulté de l’exercice quand les architectes navales de tous les pays ont, depuis un siècle et demi, rivalisé de créativité pour concevoir les yachts les plus rapides de leur temps. Entre Epoque, marconis, Auriques, esprit de tradition, certains voiliers pourtant emblématiques n’entraient hélas plus dans la règle exprimée dans l’avis de course des Voiles, qui autorise seulement la participation des voiliers classiques de plus de 11 mètres. C’est afin de s’honorer de la présence de chef d’oeuvres aussi sublimes que Dainty (Wesmacott 1922) et ses 8,12 mètres de grâce et d’élégance, Alcyon, le beau houari de 9, 38 m ou Djinn, le cotre aurique de 8,90 m qu’un classement spécial nommé « Invité », et qui réunit cette année 9 splendides unités, a été institué aux Voiles.

Le fusible des cotres auriques Sur les cotres et goélette auriques, au-dessus du bas-mât, ou mât principal, vient le mât de flèche, qui porte la flèche, c’est à dire, la voile surmontant une grand-voile aurique. Cet espar de bois, relativement léger, sert aussi de fusible en cas de pression excessive pouvant provoquer un démâtage. Un incident hélas survenu à plusieurs reprises cette semaine aux Voiles, et dont l’ampleur et les conséquences, tant techniques qu’humaines, se sont trouvées grandement minimisées par le bris de ce « top mast », certes pénalisant en régate, mais qui a joué à plein son rôle de fusible en prévenant la chute du mât. Retenu en tête du bas mât par ses cordages, l’espar brisé n’a, dans les cas survenus à Saint-Tropez, provoqué aucun dommage collatéral.

Les Voiles transgénérationnelles. Bill Jayson, fils de Dick Jayson, le « père fondateur » de la Nioulargue, est à Saint-Tropez. Il y revient avec un indicible plaisir tous les deux ans. Entretien : « Mon père avait envoyé Pride, un Swan 44, pour participer à la première Swan World Cup organisée à Porto Cervo. Une équipe Américaine participait à la Sardinia Cup, et mon père obtint que Pride soit retenu pour servir de support à cette équipe. Les responsables de Swan s’occupèrent d’envoyer le bateau, mais le voyage retour n’était pas pris en compte. Il a concouru, et a décidé de garder le bateau en Méditerranée. Il a sillonné la Méditerranée en 1980, et laissé le bateau à Saint Tropez. Il est revenu en 1981, et s’est lié avec de nombreux tropéziens, Jean Laurain notamment. Ils régataient ensemble, jusqu’à la fameuse histoire du Club 55. Je n’étais pas présent en 1981. Une fois la Nioulargue lancée, je suis venu très souvent pour participer jusqu’à la tragique édition d 1995. On allait gagner cette régate quand tout fut annulé. Il a continué de revenir chaque année, s’étant lié avec Patrice de Colmont. La régate s’est développé à son grand plaisir. Il échangeait beaucoup avec Patrice, sur les grandes régates, sur leurs contacts réciproques dans le milieu des propriétaires. Patrice venait chez mon père en Floride. Les Voiles ont pris un essor formidable, sans jamais se départir de l’esprit d’amitié qui importait par dessus tout à Patrice et à mon père. Ce qui était génial avec mon père, est sa capacité à faire des amis. Où qu’il aille, il se faisait des amis, sans se forcer. les gens gravitaient autour de lui naturellement. Il était très drôle, mais très sérieux sur l’eau. Un hommes de famille. Après l’université de Harvard, il était allé dans les Marines. Peut-être le nom de Pride (fierté), avec quelque chose à voir avec son passage chez les Marines…

En bref Le visage des Voiles Accueillir 10 jours durant pas moins de 4 000 marins et procéder aux inscriptions de 300 bateaux est une gageure que la Société Nautique de Saint-Tropez relève chaque année avec brio pour assurer le succès des Voiles. Les équipes d’André Beaufils, confiées en la circonstance à Frédérique Fantino, oeuvrent très en amont à l’enregistrement des innombrables demandes de participation venues du monde entier. « A Saint-Tropez, chaque demande est un cas » explique-t’elle, « qui demande une attention particulière et soutenue afin de satisfaire au mieux les demandes des propriétaires. » Ces sollicitations sont bien évidemment, examinées minutieusement et selon leurs spécificité, type de voilier, Moderne ou Classique, exigences des skippers-propriétaires… avant envoi de confirmation. La place au port fait aussi l’objet d’intenses échanges, chacun souhaitant bien évidemment figurer au coeur du petit port Varois. Les Voiles de Saint-Tropez, contrairement aux autres régates, autorisent les modifications quotidiennes des équipages, nombre de voiliers étant « chartérisés » par leurs propriétaires désireux de faire partager à leurs clients ou amis la magie de l’instant. La Société Nautique de Saint-Tropez met donc en place au sein du village pas moins d’une dizaine de personnes en charge chaque jour d’enregistrer les nouvelles inscriptions d’équipiers à bord de tel ou tel bateau. Un travail de fourmi, et à temps plein pour ces Dames de l’accueil.

Le Yacht Club de France se livre Fêtant cette année ses 150 ans, le Yacht Club de France – dont la Société Nautique de Saint-Tropez est un des clubs alliés – assure la plus grande des missions : promouvoir la navigation sous toutes ses formes. Fondé en 1867 par Napoléon III, il a participé avec passion à l’évolution d’un secteur dans lequel la France, deuxième puissance maritime mondiale, est passée maître, tant pour la construction de bateaux de plaisance que pour la pratique de la voile au plus haut niveau. Le livre du jubilé : Une histoire du yachting français, sous la direction de Jacques Taglang : Frédéric Delaive, Louis Pillon, Dominique Gabirault, Antoine Sézérat, François Chevalier et Eric Vibart. Photographe : Laurent Charpentier. Format carré, 30 x 30 cm, généreusement illustré, 312 pages, couverture toile et jaquette. Bilingue : français-anglais. http://ycf-club.fr/

Carron II, un 8 mètres signé Fife En position de s’imposer cette semaine aux Voiles, dans le très compétitif groupe des Marconi B où il régate bord à bord avec des « stars » comme Cholita, Mignon ou Nada, Carron II est un 8 m JI qui porte la signature du Maitre William Fife. Longtemps expatrié aux Etats-Unis, depuis son lancement en 1935, N° de chantier Fairlie 813, Carron II est revenu en Angleterre en 1998, pour subir une profonde rénovation incluant son pont et sa quille. Il participe depuis avec bonheur aux régates métriques en Méditerranée.

Du côté des partenaires BMW – partenaire des Voiles de Saint-Tropez Depuis 2013 le constructeur automobile allemand BMW et la Société Nautique de Saint-Tropez ont un accord portant sur les Voiles de Saint-Tropez. Thorsten Mattig, responsable du sponsoring international chez BMW, se réjouit de ce partenariat : « Les Voiles de Saint-Tropez sont par excellence l’endroit où le Moderne et le Classique se rejoignent, et où l’esthétisme hors du temps rencontre le design et la haute technologie. Le désir de gagner et l’esprit d’équipe y jouent aussi un rôle fondamental, tout comme la passion du yachting et la camaraderie fraternelle. Ce sont ces valeurs que BMW est heureux de soutenir, car elles sont d’une importance capitale pour notre marque. » En plus de la présentation de ses plus récents modèles, BMW a choisi de célébrer une classe de voiliers particulièrement engagée dans la haute technologie, les Wally. Le BMW Trophy récompensera le meilleur Wally au terme des régates.

Made in Saint Tropez

05/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 5

Les Voiles is a festival in its purest sense, and on Thursday, perhaps more so than on any other day of the week, this specificity takes on a whole new dimension, when skippers and owners do things their way and celebrate the Nioulargue as they see fit, recreating the historic challenge between Ikra and Pride in 1981. In this way, over thirty Modern and Classic craft took up the gauntlet today, in duel configuration or with multiple challengers, in a series of friendlies to neighbouring Pampelonne in line with the Club 55 Cup tradition. Meantime, the rest of the fleet remained in port, treating the huge crowds, lured by the summery atmosphere, to the opportunity to revel in the spectacle of the sublime boats and their crews up close at the dock. The nautical and maritime festivity quickly spread to the streets that meander about the little port in the wake of the crew parade, ringing out long into the night with the typical pizzazz of seafarers’ gatherings. Savannah, the new Defender of the Club 55 Cup!

Today the Club 55 Cup saw the Defender Eugenia V, the 1968 Rhodes design, competing against Savannah. It was the latter that secured the win at the end of the 15-mile sprint from Saint Tropez to the beach of Pampelonne. It is a gentlemen’s race according to the very terms outlined by the protagonists gathered at the Club 55 to celebrate the new Defender! In 1995, an American yachtie competing in the J-Class races, one Elizabeth Meyer, wanted to create a Spirit of Tradition. This yacht was inspired by William Fife’s J-Class sloops and a plethora of other beauties, but she wanted a boat that measured less than 100-feet in length. For this particular J-Class, Pedrick and Munford teamed up to create Savannah. Strikingly beautiful, her features embody all that is wonderful in the design of 20th century yachts.   
Lively challenges
Throughout the day, ten or so challenges livened up the race zone between the little port of Saint Tropez and the beach of Pampelonne, following in the historic footsteps of the challenge on which Les Voiles was founded in 1981. Of particular note was the keenness of the crews of the three 12 m JIs, IkraSovereign and France to continue with their week of jousting. From midday, they became embroiled in a friendly race bound for Lion de Mer, neck and neck, constantly sizing up their respective speeds at every point of sail as the breeze filled in. There were no points on the scoreboard at the end of this shakedown, but their appetites are further whetted for when they begin racing in anger again tomorrow in the group of Marconi Classics. More majestic still perhaps, was the three-way racing proposed by the large gaff-rigged schooners, Elena (Herreshoff 2003), Puritan (Alden 1931) and Germania Nova (Oertz 2011), who posted dazzling performances in the bay with their profusion of fore-and-aft sails throughout their short coastal course stretching some ten miles or so.

No respite for the 15 m JIs Competing in their very own championship for the Rolex Trophy, which is due to be awarded this Saturday, the four 15 m JIs decided to continue battling it out on the water, scheduling in two windward-leeward courses at the heart of the bay. It proved to be a rather perilous exercise given the hordes of spectator boats on the race zone. Though the wind was slow to establish itself, it certainly packed a punch when it did kick in early in the afternoon, really spicing up play. Hispania seemed keen to make up for her lacklustre start to the week, stamping her mark on the competition and narrowly missing out on the win in the first race of the day that went to Mariska, before sailing an absolute blinder in the second race to take victory over Mariska and The Lady Anne.

To the Sonderklass Tilly XV, the Centenary Trophy. She is really creating a stir at Les Voiles through her elegance and her seemingly effortless efficiency on the water. She really pulled out all the stops again today to secure the Centenary Trophy, finishing ahead of Spartan and Linnet, which were 2 and 3 minutes astern respectively! Initiated in collaboration with the Société Nautique de Saint-Tropez by the Gstaad Yacht Club in 2011, the Centenary Trophy was played out today in a ‘pursuit race’ format, the boats crossing the start line according to their rating, enabling the competitors to race on an equal footing. This format is relished by sailors and public alike due to its sheer simplicity: the first boat to cross the finish line offshore of Saint Tropez’ sea wall is the winner.

The low-down on the races The varied weather, imbued with a climate worthy of early summer, has enabled at least two races to be run for the majority of the 19 groups, Moderns, Classics and Wallys combined, as we reach the midway point in the 2017 edition of Les Voiles. In fact the Wallys and 15 m JIs have even notched up 3 races on their respective scoreboards already. It is Open Season, the Wally 107 launched in 2012, which is leading the fight for the BMW Trophy and managing to keep the two Wallycentos, Magic Carpet 3 and Tango, at arms’ length. However, there’s everything to play for at the midway mark in the racing since just one point separates the two leaders. Meantime, Franck Cammas is sailing true to form. Indeed, the last French winner of the Volvo Ocean race, teamed up with Lionel Péan, who also won that same race back in 1986, are really showing off Babsy’s potential to the full, the VOR 70 dominating play this evening ahead of the Maxi yachts My Song and Farfalla. The TP 52s are reigning supreme in the IRC C group as they vie for the Edmond de Rothschild Group Trophy, with Orel Kalomeni’s Renata already well ahead of Arobas (Gérard Logel) and Alizée (Laurent Camprubi). The gaff-rigs that make up the P Class and the Metre Class are involved in a sumptuous confrontation with Olympian, the fabulous Gardner-designed P Class, currently with the edge. She is just 2 points ahead of Spartan, the Herreshoff NY50 and the Alfred Mylne gaff cutter Kelpie. Bruno Troublé and his P Class Chips (Burgess 1913) remains on the hunt.

Today’s Partners KAPPA & Les Voiles de Saint-Tropez  Robe di Kappa is, for the seventh consecutive year, the official clothing partner for this major gathering of the world’s sailing enthusiasts. In this way, for its new collection, the Italian label is proposing a wide range of chic sportswear products, available across three distinct universes. The special Les Voiles de Saint-Tropez 2017 collection boasts some very sporty lines, which have gleaned considerable inspiration from the sailor’s universe. As is its wont, Robe di Kappa has endeavoured to offer us stylish, intricate and elegant pieces. Featuring a very well-designed 2017 vintage, its key piece is the Polo Doris. The latter is a limited edition that is numbered and features a profusions of motifs and pieces of embroidery. The unique Les Voiles de Saint-Tropez 2017 collection also comprises T-Shirts, short and long-sleeved polo shirts, shirts, shorts and Bermuda shorts. Certain pieces are a nod to the codes of rugbywear too. This 2017 collection also contains a wealth of accessories including bags, towels and scarves… The entire Kappa Voiles de Saint-Tropez 2017 collection is available at www.les-voiles-de-saint-tropez.fr

Made in Saint-Tropez

05/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 5

Les Voiles sont une fête, et le jeudi, peut-être plus que tout autre jour de la semaine, cette spécificité prend une ampleur particulière, quand skippers et propriétaires choisissent de vivre à leur manière, et de célébrer à leur échelle l’acte fondateur de la Nioulargue en reconstituant le défi entre Ikra et Pride en 1981. Plus d’une trentaine d’unités tant Modernes que Classiques s’étaient ainsi lancées le gant en format duel ou plus nombreux, pour rallier en course conviviale Pampelonne, sur les tracés historiques de la Club 55 Cup. Le reste de la flotte demeurait au port, offrant au nombreux public attiré par l’atmosphère estival du jour, l’occasion de découvrir à quai, et en présence des équipages, les sublimes voiliers engagés aux Voiles. La fête nautique et maritime se répandait vite dans les rues du petit port Varois, dans le sillage du défilé des équipages, qui résonnait tard dans la nuit de ce savoir bien vivre et bien partager si spécifique aux hommes et femmes de mer. Savannah, nouveau Defender de la Club 55 Cup!
La Club 55 Cup opposait aujourd’hui le Defender Eugenia V, le ketch signé Rhodes de 1968, à Savannah. C’est ce dernier qui s’est imposé au terme des 15 milles du parcours depuis Saint-Tropez jusqu’à la plage de Pampelonne. Une régate de gentlemen selon les termes mêmes des protagonistes réunis au Club 55 pour célébrer le nouveau Defender ! En 1995, une plaisancière américaine engagée dans les régates de classe J, Elizabeth Meyer a voulu créer un Esprit de tradition. Ce voilier a été inspiré par les sloops J Class, de William Fife et un certain nombre d’autres beaux yachts, mais elle voulait un bateau de moins de 100 pieds de long. Pour ce Classe J, Pedrick et Munford ont travaillé en équipe pour créer Savannah. Le résultat est d’une beauté frappante, ce yacht qui représente le must de la conception des yachts du 20ème siècle.

Des défis animés Une dizaine de défis sont venus toute la journée animer le plan d’eau entre le petit port de Saint-Tropez et la plage de Pampelonne, sur le tracé historique du challenge fondateur des Voiles en 1981. On notera notamment la volonté des trois 12 m JI Ikra, Sovereign et France de prolonger leurs empoignades de la semaine. Ils s’embarquaient dès la mi-journée dans une régate toute fraternelle en direction du Lion de mer, bord à bord, jaugeant leurs vitesses respectives à toutes les allures et dans un vent allant forcissant. Point de classement à l’issue de cette belle sortie, mais un appétit plus aiguisé que jamais pour en découdre dès demain au sein du groupe des Classiques marconi. Encore plus majestueux peut-être, le duel à trois proposé par les grandes goélettes Elena (Herreshoff 2003), Puritan (Alden 1931) et Germania Nova (Oertz 2011) et qui a ébloui le golfe de cette profusion de voiles auriques tout au long d’un petit parcours côtier d’une dizaine de milles.
Pas de repos pour les 15 m JI Engagés dans leur propre championnat que couronnera samedi le Trophée Rolex, les quatre 15 m JI avaient eux, décidé de poursuivre leurs joutes en programmant deux courses sur parcours de type banane au coeur du golfe. Un exercice rendu périlleux par le nombre important de bateaux spectateurs sur le plan d’eau du fond du golfe. Si le vent tardait à s’établir, il entrait en revanche puissamment dès le début d’après midi, corsant singulièrement les débats. Hispania semblait se racheter de son début de semaine en demi-teinte en animant les débats, ne s’inclinant que d’un souffle lors de la première course du jour face à Mariska, pour signer une belle victoire de manche lors de la deuxième course, devant Mariska et The lady Anne.
Au Sonderklass Tilly XV le Centenary Trophy. Il fait sensation aux Voiles, par son élégance et sa redoutable efficacité sur l’eau. Il a aujourd’hui encore démontré toutes ses qualités en s’adjugeant le Centenary Trophy. Il devance Spartan et Linnet de respectivement 2 et 3 minutes ! Initié en collaboration avec la Société Nautique de Saint-Tropez par le Gstaad Yacht Club en 2011, le Centenary Trophy s’est déroulé aujourd’hui selon le format de la « pursuit race », les bateaux franchissant la ligne de départ en fonction de leur rating, ce qui permet aux concurrents de rivaliser sur un pied d’égalité. Ce format est particulièrement apprécié tant par les marins que par le public, par sa simplicité : le premier bateau à franchir la ligne d’arrivée au large de la digue Saint-Tropez est le vainqueur.
Les lauréats du Centenary Trophy : 2011: Bonafide (1899) 2012: Marigold (1892) 2013: En raison de conditions météorologiques défavorables la course n’a pu avoir lieu et le trophée n’a pas été attribué 2014: Olympian (1913) 2015: Oriole (1905) 2016: Spartan (1913) 2017 : Tilly XV (1898)   Le point sur les régates Une météo variée dans un registre toujours digne d’un début d’été, a permis la validation dans la majorité des 19 groupes tant Modernes, Classiques que Wally, d’au moins deux courses à mi-parcours de cette édition 2017 des Voiles. Les sublimes Wally et les élégants 15 m JI ont même déjà inscrit 3 manches à leurs classements. C’est Open Season, le Wally 107 lancé en 2012 qui mène les débats pour le Trophée BMW et tient à distance les deux Wallycento Magic Carpet 3 et Tango. Rien n’est joué à mi-parcours des régates puisqu’un petit point sépare les deux leaders. Franck Cammas ne fait pas mentir sa réputation ; le dernier vainqueur français de la Volvo Ocean race, associé à Lionel Péan, vainqueur lui en 1986, fait briller Babsy, le VOR 70 qui domine ce soir les Maxis yachts My Song et Farfalla. Les TP 52 règnent en maitre chez les IRC C pour le Trophée Groupe Edmond de Rothschild, avec un Renata à Orel Kalomeni déjà bien détaché des assauts d’Arobas (Gérard Logel) et d’Alizée (Laurent Camprubi).   Les Auriques de Class P ou Métrique offre un somptueux affrontement qui tourne pour l’heure à l’avantage d’Olympian, le magnifique Class P signé Gardner. Il devance de 2 petits points Spartan, le NY50 Herreshoff et Kelpie, le cotre aurique Alfred Mylne. Bruno Troublé et son P Class Chips (Burgess 1913) demeure en embuscade.    
Wallycento selon Lindsay Owen Jones ; une vision ! « J’ai encore un bateau en moi. Je ne sais pas à quel moment je me suis rendu compte que l’on avait généré une lignée assez exceptionnelle avec les trois Magic Carpet. Cela ressemble au parcours de ma vie professionnelle, où comme PDG, j’ai eu du succès avec ma société pendant très longtemps et ce succès continue d’ailleurs. À l’image des Magic Carpet. Je ne suis pas fasciné par les sportifs qui font un coup d’éclat mais par ceux qui font fait une longue carrière au plus niveau, sur la durée, comme par exemple Michael Schumacher chez Ferrari. J’aime les histoires qui ont du sens. Pour quelqu’un d’un certain âge, l’aventure, la compétition, le stress, l’obligation de rester en forme physique, car ce sont des bateaux physiques dans la brise, cela aide à rester dans le coup, de vivre passionnément et je n’ai pas du tout envie de renoncer à cette excitation. Pour prolonger tout cela je pense tous les jours à un bateau plus rapide et, dès que je constaterai que la technologie aura suffisamment avancé pour nous indiquer qu’un Magic Carpet Quattro est possible, qu’il soit vraiment plus rapide – car je ne veux pas refaire le même que le Cubed -, je lancerai les études. J’ai attendu dix ans avant de me décider pour le Cubed car il y avait un vrai progrès, une nouvelle génération, un vrai projet avec le Cento. Pour l’instant on est plutôt dans le cadre d’avancées à la marge. J’attends le prochain virage. Est-ce que ce sera avec des foils, ce qui permettra de soulever un peu le bateau – un 100 pieds fait 50 tonnes !? Je ne sais pas. Il est sûr que je n’ai pas envie de faire un bateau plus grand, car ça devient juste plus lourd, moins amusant. J’aime être près de l’eau et 100 pieds, 30 mètres, est une longueur merveilleuse, noble, cela reste un bateau sportif. Si toutes les avancées sont suffisantes pour concevoir un nouveau bateau très performant et qui m’emmène facilement en croisière, je ferai le Quattro, vous pouvez compter sur moi ! »      
Du côté des Partenaires KAPPA & les voiles de Saint-Tropez Robe di Kappa est pour la septième année consécutive le partenaire textile officiel de ce grand rassemblement de passionnés de voile. Pour sa nouvelle collection, la griffe italienne propose ainsi une large gamme de produits sportswear chic, déclinés au travers de trois univers distincts. La collection Les Voiles de Saint-Tropez 2017 arbore des lignes très sportives et très inspirées de l’univers du voilier. Elle ravira les amateurs de sportswear chic et plus particulièrement les amoureux de l’univers du nautisme. Comme à son habitude, Robe di Kappa s’est appliqué à nous proposer des pièces stylées, travaillées et élégantes. Le millésime 2017, très abouti, et délivre une nouvelle collection riche avec comme pièce phare le Polo Doris. Ce dernier est une édition limitée et numérotée. Il est pourvu de nombreux motifs et broderies. La collection Les Voiles de Saint-Tropez 2017 se compose également de t-shirts, de polos manches courtes et manches longues, de chemises, des shorts et des bermudas. Certaines pièces empruntent les codes du rugbywear. Cette collection 2017 contient également des accessoires comme, un sac, une serviette, un chèche… Toute la collection Kappa Voiles de Saint-Tropez 2017 sur www.les-voiles-de-saint-tropez.fr  

Happiness is… Les Voiles

03/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour3

With the remnants of the gale that bruised the fleet at Les Voiles yesterday seemingly still picking for a fight this morning, it was a tense time for some on the pontoons. However, by midday, the atmosphere had calmed down considerably, with the swell becoming flatter to enable all the different rounds to be launched for the Modern and Classic yachts and the Wallys. Big and sleek, the latter group linked together two windward-leeward courses off Pampelonne, whilst the Modern and Classic yachts crossed swords at the edge of the bay in sunshine reminiscent of the height of summer.  Tomorrow, in line with a now well-established tradition, the competition element of Les Voiles will give way to a rather special day that is much prized by the racing fraternity. Indeed, Challenge Day, which commemorates the creative spirit of Nioulargue, ancestor to Les Voiles, was invented in 1981 as a result of the historic friendly duel between Pride and Ikra. Tomorrow’s edition will have as a theme the long-standing solidarity between Saint Tropez and Saint-Barth, following the passage of Hurricane Irma, with the slogan: all sailors, all stand together.

Cannonball on a run The brand new Maxi 72 Cannonball, launched back in the spring according to a Botin design and with a win in Palma to her credit already, is now getting her bearings in Saint Tropez. Eliminated after an OCS yesterday, she set the record straight today by taking the win in corrected time after a pretty 25-mile sprint between Pampelonne and Portalet. In an easing NE’ly wind, Dario Ferrari’s steed set a blistering pace, finishing just shy of the 100-foot high-tech jewel, Rambler. Though the Maxi My Song was first across the finish line in elapsed time, once the times were calculated with their respective handicaps, she was beaten by Marten 72 Aragon and the VOR 70 Babsy skippered by Franck Cammas and Lionel Péan. The latter was top of the provisional overall ranking (prior to the jury) at the midway mark, ahead of My Song and Farfalla, the Mario Pedol-designed superyacht.

Sovereign reaps the benefits It was another hotly-disputed day of racing among the 12 m JIs. In a breeze relished by Sovereign, the 1972 Robertson design posted a stellar performance amidst the chop and her adversaries, and after much jockeying for position and faultless sailing with hotshots Nicolas Bérenger at the helm and Nicolas Fauroux on the nav., she took the deserved bullet in today’s race. France (Mauric 1970) managed to limit the damage by finishing ahead of Ikrapour. The rivalry between this class will continue during tomorrow’s Challenge Day, with a thrilling face-off between Ikra (Boyd 1964), France and Sovereign.

Mariska does the business After having to retire from yesterday’s action due to the ‘boat-breaking seas’, Mariska had to pull out all the stops today in the fantastic confrontation between the four Fife designs from the 15 m JI class. With the Rolex Trophy up for grabs, Christian Niels’ men nailed it. Getting off to a clean start, despite being heavily marked by Tuiga, the crew were first around the weather mark towards Les Issambres and managed a controlled descent towards Portalet to post the win, taking the 1908 Fife to the top of the provisional leader board.

Tomorrow, the Challenges! On Thursday, in line with tradition, Les Voiles de Saint-Tropez celebrates the creative spirit of the original race to Nioulargue between Ikra and Pride. The competitors are invited to challenge one another according to their affinities, free of the constraints of any rule, for the simple pleasure of racing.

Of note, the four 15 m JIs competing in the Rolex Trophy will compete in one race in the bay tomorrow. Club 55 Cup: on the trail of the pioneers  Beyond the illustrious sports trophies contested during Les Voiles, the Club 55 Cup holds a rather unique place. Relaunched in 2003, this special mid-week duel is more than a commemoration. Indeed, it is a genuine tribute to the spirit of racing as it was practiced in the last century, when, inspired to engage in a friendly competition, two captains set a challenge for the love of the sport, the only stakes of which were the pleasure of competing against one another and comparing the performances of a yacht and its crew out on the water. Since it was created, the Club 55 Cup can boast but 8 winners, Ikra (12 m JI) in 2003 and 2004, The Blue Peter (20m Bermudan cutter, Mylne 1930) in 2005 and 2006, Lucia (19m Bermudan yawl, Alden 1940) in 2007 and 2008, Cambria (40m Bermudan rig 23mJI, Fife 1928) in 2009, Mariquita (33m gaff-rig 19mJI, Fife 1911) in 2010 and 2011, Altaïr (40m gaff-rig schooner, Fife 1931) in 2012, Moonbeam III (25m gaff-rig cutter, Fife 1903) in 2014 (2013 having racing cancelled due to storms), as well as 2015, and finally Eugenia V (21m60 Marconi ketch) in 2016. The regulations for this Cup are perfectly simple in principle: two boats challenge each other on Thursday on what is a 15-mile course – Portalet Tower, Nioulargue mark, Le Club 55 –, and the boat that finishes ahead of the other wins and goes on to challenge a boat of its choice the following year, the whole thing rounding off with the unmissable luncheon beneath the tamarisks of the Club 55 for both crews. Already slightly embellished since its creation – if one boat wins it twice, the runner-up becomes the new  »defender », whatever the result on the water – the rules of this highly ceremonial competition have had to evolve still further.  Indeed, the very strict regulations of the Club 55 – which include a deposit in bottles of rosé from the peninsula in the event of a protest – give no indication as to who will be able to quaff these or what the outcome will be! The only imperative is that the owner of the boat must be aboard on the day of the formidable event. Tomorrow, Eugenia V has opted to challenge Savannah, the 27.50m sloop penned by Pedrick (1996).

News in brief Fan zone tomorrow, Thursday. A happy, festive spirit is something for everyone to share – locals, participants and the public – which requires the organisers and the public authorities to take into account all the possible safety elements. It is within this context that Thursday 5 (parade of the crews) and Saturday 7 October will see the port switch to « fan zone » configuration, a device that is now very familiar to those taking part and notably reduces vehicular access to the port and close to the race village. It’s worth noting here that peak visitor numbers during Les Voiles are similar to peak days during the summer season, such as 14 July or 15 August, where 50 to 80,000 people/day are commonplace.

Quotes: Lionel Péan; Babsy “We had a bit less breeze today, which also eased into the bargain. As a result, our VOR 70 wasn’t as at ease as she was yesterday. Despite that, we sailed very well as the understanding between Franck Cammas’ crew and those who usually sail the boat was spot on. Cannonball, the new Mini Maxi showed her best side today, together with Rambler, Aragon and My Song…”

Nicolas Bérenger, Sovereign “We had a great day and were totally in control. We managed to slip ahead of France just before the finish, with Il Moro sneaking ahead of Ikra. It’s game on once more for our group, to the great delight of everyone involved…”

Today’s partners Gitana Team on Saint Tropez time This year, from 2 to 8 October, the Gitana Team has once again headed to the South of France with the racing stable’s GC32. A 10-metre flying catamaran equipped with L-shaped foils and lifting surfaces on the rudders, this craft helmed by three crew, is the perfect platform for showing the Group’s guests the powerful, unique sensations involved in flying a boat across the water. At a time when some legendary classic yachts and equally iconic modern craft are doing battle in the Baie de Pampelonne, the presence of the GC 32 Edmond de Rothschild in the waters of Saint Tropez is also a nod to the objectives and ambitions that are currently driving Ariane and Benjamin de Rothschild and the Gitana Team. Launched in late 2012, the GC 32 is a 32-foot foiling catamaran designed by Martin Fischer according to an idea by Laurent Lenne. The aim of this ambitious project is to create a new one-design circuit for top-level inshore racing on flying catamarans, the « Great Cup”. Vincent Taupin, Chairman of the Edmond de Rothschild board (France): “Sailing has been a tradition for 140 years within the Rothschild family and it’s a natural sponsorship theme for our Group. This is particularly true at Les Voiles de Saint-Tropez, the event that took over from the Nioulargue, which Baron Edmond de Rothschild won in 1984 on Gitana VIII. In 2000, his son Benjamin de Rothschild transformed the family passion into a school of excellence by creating Gitana Team, a racing stable that ranks as one of the most competitive on the French offshore racing scene. On a personal level, as a sailing enthusiast, I’m very happy that our Group is a part of the racing tradition in Saint Tropez and, at the same time, is taking up the gauntlet of offshore racing, by lining up for the start of the Transat Jacques Vabre on 5 November 2017 with the Maxi Edmond de Rothschild. As chairman of the Group in France, I join all our associates in proudly supporting the sailors who fly our flag and are actively perpetuating the family saga.” At Les Voiles de Saint-Tropez, the Edmond de Rothschild Trophy rewards the winner of the ‘modern yachts’ category – IRC C.

Danone Group The natural mineral water evian® has its source at the heart of the ancient Alps, a quite unique geological site. For over 15 years, it has journeyed through the rocks and is enriched with essential mineral elements. To preserve the exceptional quality of this water, Man has been protecting the nature around its source for over 20 years. Naturally pure, with a unique and constant mineral balance, evian® natural mineral water ensures that all its consumers spanning over 140 countries, are perfectly hydrated throughout the day.  For several years, evian® has been supporting sport through a series of major international events, associating the importance of remaining hydrated, sport and the “Live young” spirit of youth, which is essential for a healthy, balanced life. This year, the brand is joining forces with Les Voiles de Saint-Tropez to infuse a « Live young » spirit into it and ensure that over 4,000 international sailors competing aboard the finest classic and modern yachts in the world are properly hydrated.

Au bonheur des Voiles

04/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 4

Si le résidu du coup de vent qui a secoué la flotte des Voiles hier après midi, faisait ce matin encore craindre une nouvelle journée sous haute tension, il n’en fut en définitive rien, Eole choisissant de s’apaiser dès la mi-journée, et la houle de s’aplatir pour favoriser le lancement sur tous les ronds concernés, Modernes, Classiques et Wally, de nouvelles joutes acharnées dans tous les groupes de l’épreuve. Les grands et racés Wally ont enchainé deux parcours de type bananes devant Pampelonne, tandis que Modernes et Classiques croisaient leurs routes en bordure d’un golfe ensoleillé comme au plus fort de l’été.

Le volet compétition des Voiles va demain et selon une tradition désormais bien établie, laisser place à cette journée aussi particulière que prisée des régatiers, la Journée des défis qui commémore l’esprit créateur de la Nioulargue, ancêtre des Voiles, née en 1981 avec cet historique duel amical entre Pride et Ikra. Celle de demain sera néanmoins placée sous le signe de la solidarité entre Saint-Tropez et Saint-Barth, liées de longue date, après le passage de l’ouragan Irma sous le slogan : tous marins, tous solidaires.

 

 

Où l’on reparle de Cannonball

Le tout nouveau Maxi 72 Cannonball, lancé au printemps dernier sur plan Botin, et déjà vainqueur à Palma, trouve ses marques à Saint-Tropez. Eliminé pour un départ anticipé hier, il a remis les chronos à l’heure aujourd’hui en s’imposant en temps compensé à l’issue du joli parcours de 25 milles dessiné entre Pampelone et le Portalet. Dans un vent de nord est allant mollissant, la belle « luge » de Dario Ferrari a fait merveille, terminant littéralement dans le tableau arrière de Rambler et ses 100 pieds de haute technologie. Si le Maxi My Song franchit en tête la ligne d’arrivée, il doit s’incliner après calcul de son handicap de jauge devant le Marten 72 Aragon et le VOR 70 Babsy de Franck Cammas et Lionel Péan, et tête au classement général provisoire (avant jury) à mi-parcours, devant My Song et Farfalla, le super yacht signé Mario Pedol.

 

Sovereign tire les marrons du feu

Nouvelle journée de régate très disputée chez les 12 m JI. Dans un vent plus en rapport avec ses affinités, c’est Sovereign, le plan Robertson de 1972 qui s’est joué du clapot et de ses adversaires pour remporter le parcours du jour, au terme de moult rebondissements et d’une navigation sans faille orchestrée par Nicolas Bérenger à la barre, et Nicolas Fauroux à la nav’. France (Mauric 1970) limite les dégâts en devançant Ikra pour une fois distancée sur la ligne. Une véritable remise à l’heure des pendules dans ce groupe qui compte aussi Il Moro di Venezia. La rivalité des 12 se poursuivra demain, jour des Défis, avec un passionnant challenge entre Ikra (Boyd 1964), France et Sovereign.

 

Mariska fait le job

En situation d’abandon hier dans le vent et la mer « casse bateau », Mariska se devait aujourd’hui de briller afin de remettre les compteurs à zéro dans cette formidable confrontation fraternelle entre les quatre plans Fife de la Classe des 15 m JI. Le Trophée Rolex était à ce prix et les hommes de Christian Niels se sont parfaitement accommodés de la tâche. Un bon départ, malgré le sévère marquage de Tuiga, un passage en tête à la bouée au vent vers les Issambres, et une descente toute en contrôle vers le Portalet ont assuré le succès du jour, et repositionné en tête du classement général provisoire le Fife millésimé 1908.

 

Les marins des Voiles solidaires de Saint-Barth!

Pour manifester le soutien des quelques 4 000 marins présents aux Voiles, ainsi que de toute la communauté des Voiles de Saint-Tropez, le président de la Société Nautique, André Beaufils, a décidé d’arborer demain jeudi sur le bateau comité une banderole bien visible de tous, proclamant la solidarité entre Saint-Tropez et Saint Barth, victime du cyclone Irma.

 

Demain, les Défis!

Le jeudi, et c’est de tradition, les Voiles de Saint-Tropez célébrent l’esprit créateur de la régate originale vers la Nioulargue entre Ikra et Pride. Les concurrents sont invités à se défier au gré de leurs affinités, en dehors de toute logique de jauge, pour le simple plaisir d’en découdre entre régatiers. A noter que les quatre 15 m JI engagés dans le Trophée Rolex disputeront une manche dans le golfe demain.

 

Club 55 Cup : sur la trace des pionniers

Au-delà des illustres trophées sportifs disputés pendant les Voiles, la Club 55 Cup a une place à part. Relancé en 2003, ce duel singulier au cœur de la semaine est plus qu’une commémoration. C’est un véritable hommage à l’esprit de la régate telle qu’elle était pratiquée au siècle dernier, quand, dans un simple élan de compétition amicale, deux capitaines se lançaient un défi pour l’amour du sport avec pour seul enjeu le plaisir d’opposer et de comparer sur l’eau les performances d’un yacht et de son équipage. Depuis sa renaissance, la Club 55 Cup n’a connu que 8 vainqueurs, Ikra (12 m JI) en 2003 et 2004, The Blue Peter (côtre bermudien 20m, Mylne 1930) en 2005 et 2006, Lucia (yawl Bermudien 19m, Alden 1940) en 2007 et 2008, Cambria (23mJI Bermudien 40m, Fife 1928) en 2009, Mariquita (19mJI Aurique 33m, Fife 1911) en 2010 et 2011, Altaïr (Goélette Aurique 40m, Fife 1931) en 2012, Moonbeam III (cotre Aurique 25m, Fife 1903) en 2014 (2013 n’ayant pas été courue pour cause d’intempéries), ainsi qu’en 2015, et enfin Eugenia V (Ketch Marconi 21m60) en 2016.

Son règlement est a priori parfaitement simple : deux bateaux se lancent un défi le jeudi sur un parcours de 15 milles nautique – Tour du Portalet, bouée de la Nioulargue, Le Club 55 –, celui qui termine devant l’autre l’emporte et lance un défi au bateau de son choix l’année d’après, et le tout se terminant par un incontournable déjeuner sous les tamaris du Club 55 pour les deux équipages. Déjà un peu enrichies depuis leur création – si un bateau l’emporte deux fois, c’est son dauphin qui devient le nouveau  »défendeur », quel que soit le résultat sur l’eau – les règles de cette compétition hautement honorifique ont encore dû évoluer.

On le voit, le règlement très strict de la Club 55 – qui prévoit une caution en bouteilles de rosé de la presqu’île en cas de réclamation – ne permet pas forcément de savoir qui en sera le tenant, ni l’aboutissement ! Seule obligation incontournable : le propriétaire du bateau doit être à bord en personne le jour de la redoutable épreuve. Demain, Eugenia V a choisi de défier Savannah, le sloop de 27,50 m signé signé Pedrick (1996).

 

Enterprise, un yawl signé Sparksman&Stephens

Très en vue au sein du groupe des voiliers d’Epoque Marconi, le yawl Enterprise a été lancé en 1939 aux Etats-Unis sous le nom de Clemencia, construit en chêne et acajou par Robert Jacob à New York. Renommé Adios après la guerre, il a rejoint la côte Pacifique à San Francisco, et a participé avec succès à la Transpac, San Francisco-HawaÏ. Cet élégant yawl de 19 mètres hors tout navigue désormais en Méditerranée, et ravit les amateurs du style épuré propre à Sparksman&Stephens.

Pour mémoire, le yawl (nom masculin) est un voilier à deux mâts dont l’artimon (mât arrière) est positionné en arrière de la mèche de safran. L’implantation du mât d’artimon, appelé tapecul, de plus petite taille que le mât principal, se situe à l’extrême arrière du pont, derrière l’axe de rotation du safran (partie mobile immergée à l’arrière du bateau servant à le diriger et fautivement appelée gouvernail).Le tape cul permet d’équilibrer les gréements, qu’ils soient auriques ou marconi.

 

En Bref

Fan zone demain jeudi.

La fête et le bonheur partagé pour tous – Tropéziens, participants, public – nécessitent de la part des organisateurs et des pouvoirs publics la prise en compte de tous les éléments de sécurité possibles. C’est dans ce cadre que la journées de jeudi 5 (défilé des équipages) et de samedi 7 octobre seront placés en configuration « fan zone », un dispositif maintenant bien connu de toutes les parties prenantes réduisant notamment l’accès aux véhicules sur le port et à proximité du village. Pour mémoire, les pics de fréquentation pendant les Voiles sont semblables aux jours de pointe de la saison estivale tels le 14 juillet ou le 15 aout, pouvant atteindre 50 à 80 000 personnes/jour.

 

 

Elemen’terre

Marie Tabarly est une fan des Voiles où elle navigue avec brio depuis des années, notamment à bord du joli 15 m Fife Mariska. Elle lance un projet original dédié à une meilleure connaissance du monde et de la planète, joliment appelé Elemen’Terre. « The Elemen’Terre Project est une série documentaire consacrée à la nature » explique t’elle. « L’objectif est de visiter le monde, découvrir la nature par le voyage en bateau, l’art et les sports pratiqués en milieu naturel mais aussi de permettre un voyage en introspection. Par le voyage et le sport on apprend à se dépasser, on cultive un état d’esprit, on construit un lien entre le corps et l’esprit. Le concept de The Elemen’Terre Project est de découvrir un endroit de la planète à chaque épisode au travers de deux personnalités.

Je réunis un artiste et un sportif pour avoir deux sensibilités différentes sur leur vision du monde. Nous partirons en bateaux pendant 2 semaines à la rencontre d’autres cultures, d’autres horizons. Nous observerons les animaux qui croiseront notre route et nous pourrons nous émerveiller dans les différents terrains de jeux que nous offre la nature pour exercer toute sorte de sports. »

www.elementerre.earth

 

Ils ont dit :

Lionel Péan ; Babsy

« Nous avons eu un peu moins de vent aujourd’hui, mollissant de surcroit. Notre VOR 70 était ainsi un peu moins à l’aise qu’hier. Nous avons pourtant très bien navigué, tant l’entente entre les équipiers de Franck Cammas et les habitués du bord est parfaite. Cannonball, le nouveau Mini Maxi s’est montré à son avantage, avec Rambler, Aragon et My Song… »

 

Nicolas Bérenger, Sovereign

« Une belle journée à notre actif, parfaitement maîtrisée. On parvient à glisser devant France juste avant l’arrivée, avec Il Moro qui s’intercale devant Ikra. Les jeux dans notre groupe sont relancées, pour le plus grand bonheur de tous… »

 

Profession : Mouilleurs

« C’est un métier ! » Tout organisateur de course vous le soutiendra, avec les trémolos d’un immense respect dans la voix. Les mouilleurs font partie des hommes et des femmes de l’ombre qui chaque année rendent possible l’organisation sur l’eau de l’exceptionnel événemnt que constituent les Voiles de Saint-Tropez. Les néophytes ne le soupçonnent peut être pas, mais dessiner un parcours sur un plan d’eau exige une expertise, et des qualités d’homme de mer hors du commun. Le mouilleur est l’homme responsable du positionnement, et de la bonne tenue des marques d’un parcours nautique. A Saint-Tropez, plus peut-être qu’en d’autres points de la planète nautisme, cette mission recèle d’innombrables difficultés, liées d’une part à la densité des flottes, et à la topographie marine du littoral Varois, qui accuse en certains endroits proches du rivage, des fonds à plus de 350 mètres. Le mouilleur doit, par quasiment tous les temps navigables, composer avec  ces paramètres, et envoyer par le fond les lests qui maintiendront en place les fameuses bouées de parcours. Déterminer l’emplacement au centième de degré près de ces marques de passage relève également de la gageure, quand Eole se fait taquin, et modifie de minute en minute sa force et surtout son angle, dérangeant l’axe de l’épreuve. Les marins définissent en effet leur course en fonction des points GPS de ces bouées, et la moindre variation a une influence directe sur l’équité sportive d’une épreuve. Avant d’être mouilleurs au sens strict du terme, ces hommes des coulisses doivent durant parfois des heures, échanger avec les Président des comités pour jouer avec le vent, dans l’attente d’une stabilisation des conditions propices à l’établissement d’un parcours définitif. Avec ses trois ronds de course, Modernes, Wally et Traditions, les Voiles de Saint-Tropez font appel à quatre mouilleurs, tous marins durs au mal, capable d’encaisser des heures durant vent ou absence de vent, comme les houles les plus creuses, pour garantir le plus grand plaisir des régatiers.

Les mouilleurs de Saint Tropez : Gilles Rosfelder – Jean Louis Vincent – Francis Giraudot – Christophe Fede.

 

Du côté des partenaires

Le Gitana Team à l’heure Tropézienne

Cette année encore, du 2 au 8 octobre, le Gitana Team prend la direction du Sud de la France avec le GC32 de l’écurie. Catamaran volant de 10 mètres équipé de foils en L et de plans porteurs sur les safrans, ce support mené par trois équipiers est idéal pour faire découvrir le vol en mer et offrir aux invités du Groupe des sensations fortes et inédites. A l’heure où des voiliers classiques légendaires et des unités modernes tout aussi emblématiques s’affrontent en baie de Pampelonne, la présence du GC 32 Edmond de Rothschild dans les eaux tropéziennes est également un clin d’oeil vers les objectifs et les ambitions qui animent actuellement Ariane et Benjamin de Rotshchild et leGitana Team. Lancé fin 2012, le GC 32 est un catamaran à foils de 32 pieds dessiné par Martin Fischer sur une idée de Laurent Lenne. Le but de cet ambitieux projet est de créer un nouveau circuit monotype de régate inshore de haut niveau sur des catas volants, la « Great Cup ».

Vincent Taupin, Président du Directoire d’Edmond de Rothschild (France) : « La voile est une tradition depuis 140 ans chez les Rothschild et c’est un thème de sponsoring naturel pour notre Groupe. Particulièrement aux Voiles de Saint-Tropez, l’événement qui a pris la suite de la Nioulargue, que le Baron Edmond de Rothschild gagnait en 1984 sur Gitana VIII. En 2000, son fils Benjamin de Rothschild a mué la passion familiale en école de l’excellence en créant le Gitana Team, une écurie de course comptant parmi les plus compétitives de la course au large française. A titre personnel, passionné de navigation, je suis très heureux que notre Groupe s’inscrive dans la tradition des régates à Saint-Tropez et relève, dans le même temps, le défi des courses au large en prenant le départ de la Transat Jacques Vabre le 5 novembre prochain avec le Maxi Edmond de Rothschild. En tant que président du Groupe en France, je m’associe à l’ensemble de nos collaborateurs pour soutenir avec fierté les marins qui portent nos couleurs

en perpétuant la saga familiale »

Aux Voiles de Saint-Tropez, le Trophée Edmond de Rothschild récompense le vainqueur dans la catégorie « voiliers modernes » – IRC C.

 

Groupe Danone

L’eau minérale naturelle evian® prend sa source au coeur des Alpes millénaires, un site géologique unique au monde. Pendant plus de 15 ans, elle chemine à travers les roches et s’enrichit en éléments minéraux essentiels. Pour préserver la qualité exceptionnelle de cette eau, les Hommes protègent depuis plus de 20 ans la nature autour de la source. Naturellement pure, à l’équilibre minéral unique et constant, l’eau minérale naturelle evian® répond parfaitement aux besoins d’hydratation de tous dans plus de 140 pays, tout au long de la journée.

Depuis plusieurs années, evian® soutient le sport à travers de grands événements internationaux associant l’importance de l’hydratation, le sport et l’esprit de jeunesse « Live young » comme essentiel à une vie saine et équilibrée. Cette année, la marque s’associe aux Voiles de Saint Tropez pour insuffler un esprit « Live young » et répondre aux besoins d’hydratation de plus de 4 000 marins internationaux embarqués sur les plus beaux yachts classiques et modernes au monde.

 

The permanent miracle of Les Voiles!

03/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour3

The magic of Les Voiles cannot be summed up by the highly elegant, good-humoured parade of the world’s most beautiful classic and modern yachts. Indeed, to truly thrill the 4,000 international sailors present in the bay, this recipe must be warmed by the sultry climes of Saint Tropez that never fail to resist the wintery continental chill. This was exactly what was on today’s menu, with generous sunshine and bracing wind joining forces to produce the amazing spectacle that is so unique to Les Voiles, when the hundred-year-old rigs merge with the more futuristic designs. As such, the Race Committee was absolutely right to send all the Modern boats, as well as the large Wallys, on a long coastal course towards Cavalaire, whilst the Classics escaped the bay, bound for Les Issambres. The well-established breeze and increasingly heavy seas proved little obstacle to the sailors and it was no surprise to see the fastest boats returning with all sail aloft at the start of the afternoon. RamblerMy Song and Babsy were first home in IRC A, Magic Carpet3 and Galateia among the Wallys, with the subsequent arrival of the Bermuda sloops and cutters, The Blue PeterStormy Weather and Galvana among the Classics…
The Cammas effect The VOR 70 Babsy, ex Puma, sistership to Groupama IV, holds little secret for Franck Cammas. With powerful support from Lionel Péan, his men, Charlie Dalin and the bulk of Team France, the skipper of the French entry in the last America’s Cup enjoyed champagne sailing today. Third in elapsed time, the crew managed to stick with the American Maxi Rambler to take the win in corrected time. Spectre, the British 60-foot Frers-design completes today’s podium. There was an equally superb battle in each of the 5 IRC groups, with just minutes between the fifty-something footers; James Blackmore’s Swan 53 taking the bullet in IRC B.
Magic Carpet3 magical on home waters The Wally Cento Magic Carpet3 has made Saint Tropez her port of registry so winning here has a very special flavour, as evidenced by the smiles that stretch from ear to ear tonight on each of the faces of the 26 crew members. It was a battle royal on the racetrack today, with gusts of over 27kts recorded at La Fourmigue. Stellar sail changes kept this 100-footer powered up throughout, giving her the speed record for the leg with 25.6kts! This consistent performance was enough to get the better of Open Season and cross ahead of the other Wallycento Galateia just before the finish line after an epic duel. Meantime, in a debut performance, the brand new Tango really made an impression and is likely to be mixing it up with the best of them in the very near future.
The 12 m JI hooked on Les Voiles. Among the strong line-up of metre boats sailing at Les Voiles, we cannot fail to mention the 12 m JIs, which competed in the America’s Cup from 1958 to 1987. Wind, sea and a great course to Les Issambres really whetted the sailors’ appetites. Sovereign got off to the best start, gallantly holding onto her lead as far as the edge of the bay. Ikra, clearly very at ease in wind gusting to 24 knots and more, snatched control of the fleet and held off France right the way to the finish line. The tone is set then, with the intensity of the racing set to build and build throughout the week.
Rough handling for the 15-metre yachts With the SW’ly wind gusting to nearly 30 knots at the entrance to the bay, the 15-metre yachts, all a hundred years old or more, weren’t treated with quite the respect they deserve. Vying for the Rolex Trophy, Hispania (Fife 1909) paid the price in the gale and laments mast damage tonight. In the name of prudence, the crew on Mariska opted to retire from the race, leaving Tuiga to take victory in this second race, seriously reshuffling the cards in the battle for the top of the leader board.
News in brief Alexia Barrier to race in the Vendée Globe A familiar face at Les Voiles, Imoca sailor Alexia Barrier has scored a hat-trick at Les Voiles! Here in Saint Tropez, her Figaro Bénéteau is sailing in IRC, helmed by Romain Gaillant. She herself is helming Nada, a 6 m JI Fife from 1930. The third piece of news, which she’ll be proudly announcing tomorrow, is the launch of her very own Vendée Globe 2020 project. “My first partner, Pitchoune du monde, which funds orphanages in Asia, has declared that it will be backing me in this adventure,” she explains. “The company’s president couldn’t understand why there weren’t any women at the start of the last Vendée Globe. On this premise, we’ve decided to put the power of singlehanded offshore racing at the service of this cause benefiting orphaned children. As such, it is a project based around sport, adventure and humanitarian aid. We’ve opted to purchase an older generation boat at the end of this year, with work starting on the construction of a new boat in early 2018. (Former winner of the race), Vincent Riou is assisting me with the sporting aspect and the organisation. The Route du Rhum 2018 will serve as my qualifier.”
A native of Quebec at Les Voiles The on-the-water safety is, as we know, one of the main priorities of the organisers of Les Voiles de Saint-Tropez. Considerable human and technical means are deployed to supervise the races and ensure the sailing rules are adhered by. Among those in charge of this key policing role, Patrick Salvail, a newcomer to the team managed by Philippe Martinez, is unique in that he is from… Quebec! Having already earned the endearing nickname “le caribou” from Georges Kohrel’s team, his good humour ties in perfectly with the spirit of Les Voiles. “I sold my business restoring industrial sites last June and decided to see the world”, he explains candidly. “I looked on the internet for where to find the finest racing and quite spontaneously offered my services volunteering for the team… who’ve accepted me. I’m familiar with the sailing and racing world, having worked on the Transat Québec Saint Malo, but what I see here far exceeds the splendour I have seen before. The atmosphere is extraordinary. However, I’m keeping an eye on my colleagues who, since my arrival, have been trying to lure me with a local drug… Pastis…”
Quotes:  Danny Gallichan, boat captain on Magic Carpet3If you want to race in race configuration, you need muscle, and in this case 26 people are required. However, when cruising, 4 people are enough. There are 4 Wally Centos here and it’s very exciting. We have to work hard on the water and dockside to keep up with the more modern craft. We’re constantly looking to make the boat faster. Each year it becomes harder to progress, but the materials and technologies are evolving so fast that you really need to keep on your toes. We have a huge number of sails aboard, according to the courses and the programmes. There’s a great spirit aboard too. There’s a genuine code of ethics within the Wally family. We want to win, but we’re all friends.”
Charlie Dalin (VOR 70 Babsy) “It’s the perfect day for this boat, which needs strong breeze to show what she’s made of. We sailed very cleanly, without putting in any pointless tacks, making the most of the building wind towards Cavalaire and negotiating the effects of the different sites and headlands to perfection. Sailing with Franck Cammas is a pleasure. You’re constantly learning alongside him. His crew, mixed with that of Lionel Péan, is impeccable.”
Today’s partners…
ROLEX. For the past 20 years, Rolex and the Société Nautique de Saint-Tropez have enjoyed a privileged bond. This partnership is characterised by the organisation of two major events in the yachting calendar in France, the Giraglia Rolex Cup and the Rolex Trophy, which has been part of the programme at Les Voiles de Saint-Tropez for 11 years. For the 12th edition of the Rolex Trophy, the 15MJ class is being honoured. An iconic category of classic yachts, they still sail today. The Lady Anne, Hispania, Mariska and Tuiga have all punctuated the history of yachting competition around the world.  The values of the Swiss timepiece brand, namely precision, excellence and team spirit, are a reflection of the attitude of the sailors and skippers aboard these cathedrals of sail. Rolex is the title sponsor for around fifteen major yachting events, including the Rolex Sydney Hobart Yacht Race and the Rolex Fastnet Race, two classics of offshore racing, the Rolex Farr 40 World Championship, a top-flight one-design competition, not to mention the Maxi Yacht Rolex Cup and the Rolex Swan Cup, two particularly spectacular maritime gatherings. The brand also supports World Sailing and a host of prestigious yacht clubs around the world, including the New York Yacht Club in the US and the Royal Yacht Squadron in Cowes, England.
Byblos in party mode This year, Byblos Saint-Tropez is celebrating its fiftieth anniversary; 5 decades of inspiration and splendour! In the space of just 5 decades, Byblos and the Caves du Roy have become an absolute legend through their history, the passion of their owners – the Chevanne family – the loyalty of their staff, the specificity of their clientele and the prestige of their partners. Witnesses and precursors of the latest trends, the two establishments positively cultivate the luxury of an art of French-style living. Their timelessness is all part of their charm. Never copied or duplicated, Byblos luxuriates in its 17,000m2 space, reinventing modernity by equipping itself with all the latest technologies whilst retaining its unique and indelible cachet. A new generation of rooms now exists with the same eye for detail and uniqueness. Ever greater and more glamorous, they offer contemporary decoration with an eternal charm, utilising the latest technologies to satisfy the desires of an international clientele familiar with the most beautiful palaces on the planet.
The Jury at Les Voiles Jean-André Cherbonel, NJ (National Judge) FRA Vic De Smedt, IJ (International Judge) BEL Yves Léglise, IJ, FRA, President Walter Mielke, UJ, GER Eugenio Torre, NJ, ITA

Le miracle permanent des Voiles !

03/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour3

La magie des Voiles ne peut se résumer au défilé tout en élégance et en bonne humeur des plus beaux yachts classiques et modernes au monde. Elle doit, pour être complète et ravir les quelques 4 000 marins internationaux présents dans le golfe, se conjuguer à cette météo estivale qui résiste toujours et encore aux frimas hivernaux continentaux. Ce fut le cas aujourd’hui, quand généreux soleil et vent tonique se sont mariés pour combler les équipages et produire cet étonnant spectacle si propre aux Voiles, quand gréements centenaires mêlent leurs reflets aux designs les plus futuristes. Le Comité de course ne s’est donc pas trompé en envoyant toutes les Classes de voiliers Modernes, ainsi que les grands Wally, dans un long côtier vers Cavalaire, tandis que les classiques s’évadaient du golfe en direction des Issambres. Le vent bien établi sur une mer de plus en plus agitée, n’a guère posé d’embûches aux navigateurs, et c’est sans surprise qu’on observait dès le début d’après midi le retour toutes voiles dehors des plus grandes et des plus véloces unités de la flotte, Rambler, My Song ou Babsy chez les IRCA, Magic Carpet3 et Galateia chez les Wally, en attendant l’arrivée des sloops et cotres bermudiens The Blue Peter, Stormy Weather ou Galvana chez les Classiques…

L’effet Cammas Le VOR 70 Babsy, ex Puma, sistership de Groupama IV, n’a guère de secret pour Franck Cammas. Puissamment épaulé par Lionel Péan, ses hommes, Charlie Dalin et une bonne partie des Teams France, le marin Aixois a tiré aujourd’hui le meilleur parti des formidables conditions de navigation proposées. Troisième en temps réel, il reste jusqu’au terme des 25 milles du parcours suffisamment accroché au tableau arrière du Maxi américain Rambler pour s’imposer en temps compensé. C’est Spectre, le plan Frers de 60 pieds Britannique qui complète le podium du jour. Superbe lutte dans chacun des 5 groupes IRC en lice. Les 50 et quelques pieds ne se départagent qu’à coups de minutes, et c’est le Swan 53 de James Blackmore qui l’emporte chez les IRC B.
Magic Carpet3 maître en ses eaux Le Wally Cento Magic Carpet3 a fait de Saint-Tropez son port d’attache. Gagner ici revêt naturellement une saveur particulier, et larges sont ce soir les sourires chez chacun des 26 membres d’équipage. Au terme d’un affrontement de tous les instants, dans des rafales enregistrées à la Fourmigue à plus de 27 noeuds, le tapis volant a su enchainer avec bonheur les bons changements de voiles pour maintenir en permanence le cent pieds au maximum de son potentiel. Au compteur il a au passage battu le record de vitesse du bord avec 25,6 nœuds ! Il a, fort de cette belle navigation, pu damer le pion à Open Season, et battre à la régulière, lors d’un dernier croisement d’anthologie juste avant la ligne d’arrivée l’autre Wally Cento Galateia. De son côté, le tout nouveau Tango qui tirait aujourd’hui ses tout premiers bords en course a fait forte impression, monte en puissance et devrait très rapidement être en mesure de se mêler aux meilleurs.
Les 12 m JI se prennent au jeu. Parmi les nombreux représentants des classes métriques qui naviguent aux Voiles figurent évidemment des 12 m JI. Du vent, de la mer, et un beau parcours ver les Issambres avaient aiguisé les appétits des marins qui ont tous mis un point d’honneur à faire briller les couleurs de ces unités supports de l’America’s Cup de 1958 à 1987. Sovereign prenait le meilleur départ et tenait crânement le leadership jusqu’en bordure du golfe. Ikra, décidément très à l’aise dans les 24 noeuds et plus qui soufflaient alors en rafales depuis la mi-journée, s’emparait du commandement, et résistait jusqu’à la ligne aux assauts de France. Le ton est donné, et l’intensité des débats ne fera assurément que monter tout au long de la semaine.
Les 15 mètres malmenés En forcissant à l’entrée du golfe, avec des rafales à près de 30 noeuds, le vent de sud-ouest a quelque peu malmené les vénérables 15 mètres, tous centenaires, qui régatent aux Voiles dans le cadre du trophée Rolex. Hispania (Fife 1909) a fait les frais du coup de vent et déplore une avarie de mât. Prudent, l’équipage de Mariska choisissait de se retirer de la course, laissant Tuiga fondre vers la victoire. Cette deuxième course au compteur des beaux panas Fife redistribue ainsi sérieusement les cartes.
En bref Alexia Barrier sur le Vendée Globe Familière des Voiles, l’Antiboise Alexia Barrier est présente aux Voiles avec une triple actualité. Son Figaro Bénéteau navigue en IRC, barré par Romain Gaillant, le préparateur d’Adrien Hardy. Elle même tiend la barre de Nada, un 6 m JI de 1930 signé Fife. Mais l’information à laquelle la jeune et opiniâtre femme tient le plus est certainement son annonce demain mercredi à 19 heures à l’Hôtel de Paris, du lancement de son projet Vendée Globe 2020. « Un premier partenaire, Pitchoune du monde, qui finance des orphelinats en Asie, s’est déclaré pour me soutenir dans cette aventure. » explique t’elle. « Son président ne comprenait pas pourquoi il n’y avait pas de femme au départ du dernier Vendée Globe. On a, à partir de ce postulat, décidé de mettre la puissance de la course au large en solitaire au service de cette cause des enfants orphelins. Il s’agit donc d’un projet à la fois sportif, aventurier et aussi humanitaire. On a fait le choix d’acquérir un bateau ancienne génération dès cette fin d’année, et le début d’une construction d’un voilier neuf début 2018. Vincent Riou m’aide sur la partie sportive et organisation. La Route du Rhum 2018 me servira de qualification. »
Femmes chefs d’entreprise de Saint-Tropez et de Monaco Les Voiles de Saint-Tropez 2017 servent cette semaine de cadre au rapprochement et à des communications entre les femmes chefs d’entreprise du golfe de Saint-Tropez et celles de Monaco. C’est la navigatrice Alexia Barrier, engagée aux Voiles, qui sert de traits d’union entre ces groupes d’entrepreneurs féminins. Placée sous la Présidence de Véronique Russo-Cornec, la délégation du golfe de Saint-Tropez tiendra dans le cadre des Voiles sa réunion mensuelle, sur le thème du Feng Shui, qui signifie littéralement « le vent et l’eau », un art millénaire d’origine chinoise qui a pour but d’harmoniser l’énergie environnementale. Jeudi, ces dames se retrouveront sur l’eau pour profiter au plus près des régates.
Un Québécois aux Voiles La sécurité sur le plan d’eau est, on le sait, une des grandes priorités des organisateurs des Voiles de Saint-Tropez. D’importants moyens humains et techniques sont ainsi déployés pour encadrer les régates, et faire respecter les règles de navigation. Parmi les hommes en charge de ce primordial rôle de police, Patrick Salvail, nouveau venu dans l’équipe dirigée par Philippe Martinez, et qui présente la singularité d’être… Québécois! Déjà amicalement surnommé « le caribou » par les équipes de Georges Kohrel, il distille une bonne humeur parfaitement en phase avec l’esprit des Voiles. « J’ai vendu mon entreprise de réhabilitation de sites industriels en juin dernier, et j’ai décidé de voir le monde » explique-t’il candidement. « J’ai regardé sur internet où l’on trouvait les plus belles régates, et j’ai spontanément proposé mes services de bénévoles à l’équipe… qui m’a accepté. Je connais le monde de la voile, et de la régate, ayant collaboré à la Transat Québec Saint Malo, mais ce que je vois ici dépasse en splendeur tout ce que j’ai vu auparavant. L’ambiance est extraordinaire. Je me méfie pourtant de mes collègues qui tentent depuis mon arrivée de me piéger avec une drogue locale appelée… pastis. »
Tilly XV tire ses premiers bords aux Voiles. Encore un voilier centenaire à découvrir aux Voiles cette année. Tilly XV est un témoin bien vivant d’une élégance et d’un savoir faire de la fin du 19ème siècle. C’est en effet en 1898 que les Yacht Club de Lûbeck et de Kiel en Allemagne du Nord, ont lancé la conception d’un voilier de régate à la journée. Ainsi est né la SonderKlass, taillée pour un équipage exclusivement masculin de trois marins, long de 9,75 mètres pour un poids total de 1 800 kg, aux lignes fines et épurées, bas sur l’eau et remarquablement véloce. Tilly XV a été dessiné selon cette jauge par Wilhelm von Hacht et construit à Hambourg en 1912 pour le Prince Heinrich de Prusse, frère de l’Empereur Guillaume II. Il a depuis été méticuleusement restauré par Siggi Ritter.
Ils ont dit :   Danny Gallichan, boat captain de Magic Carpet3 Danny Gallichan, originaire de Jersey, est l’homme à tout bien faire à bord de Magic Carpet3, le redoutable Wally Cento. Des performances en mer, à la gestion humaine, il garde un regard scrutatif, et pourtant amical et bienveillant sur la marche du géant. Réflexions : « Si on veut régater en configuration course, il faut des bras, et 26 personnes sont nécessaires. Mais en croisière, 4 personnes sont suffisantes. Il y a quatre Wally Cento aux Voiles, et c’est très excitant. Il nous faut travailler dur sur l’eau et à quai pour rester au même niveau que les unités les plus récentes. On cherche en permanence à rendre le bateau plus véloce. Nous sommes 4 permanents à l’année, et trois en hiver, lorsque nous entrons dans une phase de recherche et développement pour améliorer le bateau. Nous travaillons sur tous les secteurs du bord, de la quille au mât. Cela devient chaque année plus difficile de progresser, mais les matériaux et les technologies évoluent si vite qu’il faut vraiment rester en alerte. Nous avons énormément de voiles à bord en fonction de parcours, des programmes. Chaque matin, selon les programmes et les conditions, nous chargeons les voiles les mieux adaptées pour la journée. Il y a un très bon esprit à bord. L’équipage se connaît et navigue ensemble depuis longtemps. D’une manière générale, c’est toute la classe qui fait preuve d’un excellent esprit très en rapport avec le yachting. Il y a une véritable éthique au sein de la famille Wally. On veut gagner mais nous sommes tous amis. »

Charlie Dalin (VOR 70 Babsy) « Une journée idéale pour ce bateau qui a besoin de vent fort pour s’exprimer. Nous avons navigué très proprement, sans bords inutiles, en profitant bien du renforcement du vent vers Cavalaire, et en négociant parfaitement les effets de sites et pointes. Naviguer avec Franck Cammas est un bonheur. On apprend en permanence à ses côtés. Son équipage, mêlé à celui de Lionel Péan est impeccable. Nous terminons 3ème en temps réel, derrière les Maxis Rambler et My Song. Une journée parfaite, avec des pointes de vitesse à plus de 22 noeuds. »
Antoine Carpentier, Black Pepper 2 « Le vent soutenu nous a bien aidé, car nous disposons d’une large carène, très planante. Nous avons ainsi prolongé loin notre bord en bordure du golfe pour prendre tout le vent frais possible, et pour ainsi nous détacher de notre groupe des Tofinous 12,50 et autres Code 0. Le bateau est très marin, très agréable dans les 24 noeuds de vent que nous avons connus aujourd’hui. Avec le skipper propriétaire Christophe Delachaux, nous sommes 9 hommes d’équipage. »
Du côté des partenaires…
ROLEX. Depuis 20 ans, Rolex et la Société Nautique de Saint-Tropez entretiennent des liens privilégiés. Ce partenariat se caractérise par l’organisation de deux événements majeurs du calendrier voile en France, la Giraglia Rolex Cup et le Trophée Rolex inscrit au programme des Voiles de Saint-Tropez depuis 11 ans. Pour la 12e édition du Trophée Rolex, la classe des 15MJ est mise à l’honneur. Une catégorie emblématique des voiliers classiques qui naviguent encore. The Lady Anne, Hispania, Mariska ou encore Tuiga, tous ont marqué l’histoire des compétions de voile à travers le monde. Les valeurs portées par la marque horlogère suisse, précision, excellence et esprit d’équipe sont le reflet de l’attitude des marins et des skippers à bord de ces cathédrales de voile. Rolex est sponsor titre d’une quinzaine d’événements majeurs du yachting tels que la Rolex Sydney Hobart Yacht Race, la Maxi Yacht Rolex Cup ou encore la Rolex Fastnet Race. Rolex a toujours cherché à s’associer à des activités qui, tout comme elle, sont caractérisées par l’excellence, la précision et l’esprit d’équipe. Tout naturellement, la marque s’est rapprochée du monde prestigieux de la voile en établissant un premier partenariat qui remonte à la fin des années 1950. Aujourd’hui, Rolex est Sponsor Titre de quelque quinze courses majeures au niveau international, parmi lesquelles la Rolex Sydney Hobart Yacht Race et la Rolex Fastnet Race, deux classiques de la course au large, le Rolex Farr 40 World Championship, une compétition de voiliers monotypes de haut niveau, sans oublier la Maxi Yacht Rolex Cup et la Rolex Swan Cup, deux rendez-vous nautiques particulièrement spectaculaires. La marque soutient également World Sailing (anciennement la Fédération internationale de voile) ainsi que de prestigieux yacht-clubs dans le monde entier, dont le New York Yacht Club aux Etats-Unis et le Royal Yacht Squadron à Cowes, en Grande-Bretagne.
Le Byblos en mode célébration Cette année le Byblos Saint-Tropez célèbre son cinquantième anniversaire, 5 décennies de rêve et de splendeur ! En seulement cinq décennies le Byblos et les Caves du Roy sont devenus un véritable mythe par la grâce de leur histoire, la passion de leurs propriétaires – la famille Chevanne -la fidélité de leur personnel, la spécificité de leur clientèle et le prestige de leurs partenaires. Témoins et précurseurs de tendances, les deux établissements cultivent avec une égale exigence, le luxe d’un art de vivre à la française. Leur intemporalité signe tout leur charme. Jamais copié ni dupliqué, le Byblos qui prend ses aises sur 17000 m2, réinvente la modernité en s’armant de toutes les dernières technologies tout en conservant son cachet unique et indélébile. Une nouvelle génération de chambres voit le jour avec le même souci du détail et de l’unicité. Encore plus grandes et plus glamour, elles offrent une décoration contemporaine au charme éternel et s’accompagnent des dernières technologies pour combler les désirs d’une clientèle internationale habituée aux plus beaux palaces de la planète.

Le saviez vous?   Un événement aussi considérable que les Voiles de Saint-Tropez obéit bien naturellement aux règles de régates internationales. Et pour en assurer le plein respect, à l’instar de n’importe quelles courses au large, Vendée Globe ou Tour de France à la voile, c’est à un Jury International qu’il incombe de faire respecter les règles du World Sailing (ex ISAF), ainsi que les spécificités des Instructions de course. C’est Yves Léglise qui officie à Saint-Tropez au poste de Président du Jury. Une assemblée de 5 juges internationaux est prête à l’issue de régates à statuer sur toute infraction commise, ou suspectée, durant la journée. « Nous nous efforçons de garantir l’équité des courses, dans un esprit convivial et dans la bonne humeur » souligne Yves, en place au sein de l’organisation des Voiles depuis 10 ans déjà. « Les Voiles sont un événement unique, singulier, que l’on apprécie particulièrement, de par la beauté des bateaux en lice. »  
Le Jury des Voiles Jean-André Cherbonel, NJ (Juge National) FRA Vic De Smedt, IJ (Juge International) BEL Yves Léglise, IJ, FRA, Président Walter Mielke, UJ, GER Eugenio Torre, NJ, ITA

Saint-Tropez holds its breath!

01/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017

This first day of Les Voiles de Saint-Tropez 2017, traditionally marked by the start of competition for some 180 Modern yachts, including 14 sumptuous Wallys and the four 15 MJIs competing in the Rolex Trophy, was transformed into a ‘reconnaissance mission’ for most of the crews, as they made the most of the lack of breeze to cruise around the bay sizing up their opponents for Tuesday’s racing. Tomorrow, once everyone hits the water, the outlook is much more hopeful with a favourable westerly wind due to sweep all the race zones in the glorious sunshine synonymous with Saint Tropez. 
The 15-metre craft put on a show in Saint Tropez
This is the third meeting of the season for the 4 majestic Fife designs, the last survivors of the 15m JI class. After the Balearics and the Monaco Classic week, the crews of Hispania, Tuiga, The Lady Anne and Mariska were itching to get going on their quest to win the prestigious Rolex Trophy, which is this year dedicated to them. Fortunately, theirs was the only class to race today and they were treated to a windward-leeward course at the very heart of the Bay of Saint Tropez. The light airs didn’t make things easy for the Race Committee and the gaff cutters had to wait until 15:30pm to hit the racetrack in a very light 5-6-knot south-westerly wind. Mariska utterly dominates this class, as her appearance in France’s Var region bore witness, but she was under some serious pressure from The Lady Anne, 1912, and her predominantly Spanish crew that includes Pablo Santurde, one of the hot favourites in the Class40 for the upcoming Transat Jacques Vabre. The lightweight Mariska naturally took the win ahead of The Lady Anne.
Classic Yachts: newcomers galore Tomorrow, Tuesday, the Classic yachts will be getting down to some action. Among the most notable newcomers is the debut appearance from the 1913 P Class Chips designed by America’s Cup genius, Starling Burgess. Helmed by Imoca sailor Alexia Barrier, it will also be the first time the 6 m JI Nada (Fife 1930) has sailed at Les Voiles. From the star category of large gaff-rigged schooners, another newcomer will be Doriana, a 38m Wedell-Wedellsborg design built in 1930 by the Frederiksund yard in Denmark, which will be sailing alongside Elena of London and Puritan. Back for more at this 2017 edition, we have the beautiful ketch Hygie (24m – Severi 1930), the Bermudan sloop The Blue Peter (19.65m – Mylne 1930) as well as the very elegant Bermudan cutter Eilidh (17.75m – Mylne 1931). If the number of participants among the classics is slightly up this year, this is also doubtless thanks to the large contingent of metre boats: 6 M, 8 M, 10 M, 12 M, 15 M and 23 M JI. Among the Modern Marconi rigs, which race in line with the same calendar as the traditional yachts, we note the arrival of the latest creation from the Latitude 46 yard, the Tofinou 10 M’Lou 2 designed for family coastal cruising.

12 Tofinous competing The Tofinous, elegant day boats made of teak and varnished mahogany, have made themselves at home at Les Voiles de Saint Tropez. Boasting a family that becomes ever larger each year, 12 boats will be representing the range between 9.5 and 12 metres. They’ll be sailing with five other yachts of the same spirit from the Black Pepper yard, the Code 0s.

Team Jolokia: in the name of diversity Jolokia is the name of the hottest chilli pepper in the world. It’s also the code name chosen by a rather atypical crew, who will be making their debut at Les Voiles on the Volvo 60 Libertalia. Team Jolokia is an initiative where the notion of citizenship is central and it was launched in 2013 with the aim of demonstrating that diversity is a source of richness, with crew from all different origins: men, women, youngsters, seniors, from France and overseas, people with various disabilities, experienced sailors and some with no experience of sailing at all. Each year, a crew is recruited because of their diversity, with or without nautical experience. The professional skipper is Jean-François Levasseur.  The boat is based in Lorient, with a number of English races to her credit, including the Fastnet. The Team Jolokia association has the backing of patrons and there will be 5 women and one less able-bodied sailor aboard the boat throughout Les Voiles. www.teamjolokia.com

Today’s partners:
WALLY, the future starts here Born from the imagination and the desire of a well-informed yachtsman, Italian Luca Bassani, the Wallys precisely adhere to the criteria that guided the major naval architects of the last century. Performance, elegance, design, simplicity and comfort. In creating the Wallys, Luca Bassani wanted to be able to manoeuvre his large yacht with a much smaller crew, and even singlehanded, by using the most advanced technologies to simplify things and make the yacht easier and more fun. And so it was that the Wallys were created, combining the iconic style of this brand with the waterlines of the world’s best naval architects. 40 boats now embody this philosophy of yachting, some spanning over 24 metres in length. Today, the Wally Class is the largest division of racing super yachts in the world. The range now also extends to high-performance motor boats thanks to the « Wallypower » line and the innovative motoryacht from the Wallyace line. Over the years, Wally has become a loyal partner to Les Voiles de Saint-Tropez thanks to its pioneering spirit in a technological environment that is constantly calling itself into question. 14 craft are present this year, including the brand new Wallycento “Tango”.
Pommery In 1976, Paul-François Vranken launched into the world of champagne and created the Vranken champagne brand with the aim of offering a delightful champagne for everyone to enjoy. Today, the gamble has paid off for the Vranken-Pommery Monopole group that has made its name thanks to its powerful portfolio of prestigious international brands. These include Pommery, Heidsieck & Co. Monopole, Vranken, Château La Gordonne, Rozès and others. As Europe’s leading wine grower, the group has an exceptional heritage spanning different appellations and regions, such as Champagne, Provence, the Camargue and Douro. These regions are producers of high quality wines from which each brand draws on its image, its resources and its roots.

Suzuki Marine

Suzuki is further strengthening its involvement in watersports activities by going into partnership with the Société Nautique de Saint-Tropez for the next three years.  Suzuki is providing its partners with a series of outboard engines for a fleet that ensures the supervision and safety of its activities. This series includes engines from the portable range with the DF20A, the sports range with the DF90A and DF40A, as well as the performance range with the DF200APX.  In light of this partnership, Suzuki is present at the 19th edition of Les Voiles de Saint-Tropez. In Les Voiles’ prestigious race village, located on the Esplanade du Port, Suzuki Marine is welcoming the public in a dedicated space. Suzuki Marine will also be awarding a Trophy during the prize-giving ceremony, which will take place on Sunday 8 October.  “We’re delighted by this collaboration with the Société Nautique de Saint-Tropez. By becoming a partner, Suzuki Marine will benefit from visibility in a whole new context. Together with the Société Nautique de St-Tropez, we share the same values of enthusiasm, solidarity and performance, supported by a rich history. As such this partnership was an obvious step forward,” explains Christophe Vassas, Director of the company’s Marine business.

Results from the Yacht Club de France’s Autumn Cup
12 m JI 1- Ikra – Sébastien Destremau 2- France – Thierry Verneuil 3- Chancegger – Glad Esben Gaffer Group: 1- Tilly XV – Joerg Moessnang 2- Linnet – Patrizio Bertelli 3- Lulu – Bernard Manuel Classic Group: 1- Maria Giovanna II – Jean Pierre Sauvan 2- Espar II – Pierre Antoine Rousseau 3- Saint Christopher – Daria Cabai Marconi 1 Group 1- Argyll – Griff Rhys Jones 2- Seven Seas of Porto – Marcus Kemp 3- Enterprise – H. Christian Schriver Marconi 2 Group 1- Cipino II – Martin Billoch 2- Josephine – Marc Froeschke 3- Fjord III – Perry Winthrop Scott Tofinou 1- Pitch – Patrice Ribaud 2- Pippa – I. Morrisson 3- Team 42 – Jean-Pierre Mustier

Saint-Tropez retient son souffle !

01/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017

Cette première journée des Voiles de Saint-Tropez 2017, traditionnellement marquée par l’entrée en lice des quelques 180 voiliers Modernes, dont les 14 somptueux Wally et les quatre 15 MJI engagés dans le Trophée Rolex, s’est en définitive muée en sortie de repérage pour une partie des équipages. Partie remise à demain donc, cette fois pour l’ensemble des concurrents qui, à l’examen des fichiers météos, se régalent par anticipation de l’arrivée depuis le secteur ouest d’un flux propice à lancer pour l’ensemble des flottes, de la plus futuriste à la plus vénérablement classique, les courses au programme. Du vent, du soleil… les ingrédients si typiquement tropéziens leur sont promis, et le très exclusif spectacle des Voiles va prendre sa pleine mesure. Les 15 mètres assurent Troisième rendez-vous de la saison à Saint-Tropez pour les 4 majestueux plans Fife, survivants de la Classe des 15m JI. Après les Baléares et la Monaco Classic week, Hispania, Tuiga, The Lady Anne et Mariska brûlent d’en découdre, et de remporter le prestigieux Trophée Rolex qui leur est dédié cette année. Alors que l’ensemble des yachts classiques ne débutera que demain ses régates, les 15 m JI se voyaient dès aujourd’hui proposer un parcours de type banane au coeur du golfe de Saint-Tropez. Le petit temps a mis le comité de course à l’épreuve, et ce n’est que vers 15 heures 30 que les quatre majestueux cotres auriques pouvaient s’élancer dans un tout petit flux de secteur sud ouest pour 5 à 6 nœuds. Chacun des yachts a battu le rappel de ses meilleurs hommes pour briller lors de ce dernier rendez-vous de la saison. Mariska domine outrageusement cette classe et est venue dans le Var pour confirmer, sérieusement titillée par The Lady Anne, le plan Fife de 1912 et son équipage majoritairement espagnol au sein duquel on note la présence de Pablo Santurde, l’un des favoris en Class40 de la prochaine Transat Jacques Vabre. La manche du jour s’est avérée refléter très exactement l’état des forces en présence, Mariska tirant parfaitement parti de sa légèreté pour s’imposer devant The Lady Anne.
Hispania en musique Vent erratique ne rime pas forcément avec trou d’humeur. Les marins d’Hispania ont profité du moment de calme qui baignait le golfe de Saint-Tropez à la mi-journée pour déclencher un joli concert improvisé à base de cornemuse, tambourins et caisse claire, qui a rapidement attiré autour de leur joli plan Fife tous les voiliers et embarcations en attente du début des régates…
Yachts Classiques : des nouveaux venus à découvrir Demain mardi, les yachts Classiques entrent dans la danse. L’occasion de découvrir pour la toute première fois Chips, un P Class de 1913. Après Jour de Fête (Q Class) Olympian (P Class) et Spartan (NY 50), ce sera donc au tour de cet élégant cotre dessiné par le génie de l’America’s Cup Starling Burgess (Ranger, Rainbow) de tirer ses premiers bords dans le golfe de Saint-Tropez. Le bateau avait été lancé sous le nom de Onda, mais en 1930, un New-Yorkais l’ayant gagné aux cartes a changé son nom pour  »Chips » ce qui signifie « jeton » de Poker. Mené par Alexia Barrier, le 6 m JI Nada (Fife 1930) se découvre pour la première fois aux habitués des Voiles. Autre nouvelle venue, mais dans la catégorie reine des grandes goélettes auriques, Doriana est un plan Wedell-Wedellsborg de 38 mètres hors-tout construit en 1930 par le chantier Frederiksund au Danemark. Elle rejoint le club très fermé où l’attendent Elena of London et Puritan. On note avec plaisir pour cette édition 2017 les retours du ketch Hygie (24m – Severi 1930), du sloop Bermudien The Blue Peter (19,65m – Mylne 1930) ou encore du très élégant cotre Bermudien Eilidh (17,75m – Mylne 1931). Si le nombre de participants chez les classiques est en légère augmentation cette année, c’est sans doute aussi grâce à la forte participation d’un large panel des classes métriques : 6 M, 8 M, 10 M, 12 M, 15 M et 23 M JI. Du côté des Marconi Modernes, qui régatent selon le même calendrier que les voiliers de tradition, on suivra l’arrivée du dernier né du chantier Latitude 46, le Tofinou 10 M’Lou 2.
Saint-Tropez -Saint-Barth : un jeudi solidaire ! Terriblement frappée le 6 septembre dernier par le passage de l’ouragan Irma, la petite île de Saint-Barthélémy, bien connue de tous les marins, peut compter sur la solidarité de ceux du plus célèbre village varois. Destination historique de la Route du Rosé, une traversée de l’Atlantique imaginée par Patrice de Colmont avec la complicité des producteurs de la presqu’île dans les années 90, le joyau des caraïbes a gardé une place particulière aux Voiles de Saint-Tropez qui a notamment donné lieu à l’accueil d’équipages. Pour manifester ce soutien, le président de la Société Nautique de Saint-Tropez, André Beaufils, a décidé de placer la journée des défis de jeudi sous thème. Le bateau comité arborera à cette fin une banderole bien visible de tous. 12 Tofinous en régate Les Tofinous, ces élégants day-boats en teck et acajou verni, ont fait leur nid aux Voiles de Saint Tropez. Chaque année un peu plus nombreux, ils seront 12 à représenter la gamme entre 9,5 m et 12 mètres. Ils navigueront de conserve avec les autres voiliers du même esprit, les Code 0 du chantier Black Pepper, au nombre de 5 cette année. Vedette du dernier Salon nautique de Paris, le Tofinou 10.c est le dernier-né du chantier Latitude 46. Ce voilier de 10 mètres vient agrandir la gamme en répondant à un programme de croisière familiale côtière. Le nom «Tofinou» n’a rien de rétais ou de charentais puisqu’il signifie «gens de mer» dans un dialecte africain du Dahomey, actuel Bénin, où le capitaine Merle, dessinateur du premier dériveur inspirateur du Tofinou, avait vécu.
Team Jolokia : au nom de la diversité Jolokia est le nom du piment le plus fort du monde. C’est aussi le nom de code choisit par un équipage atypique qui fera ses premières armes aux Voiles cette année sur le Volvo 60 Libertalia. Le Team Jolokia est une initiative citoyenne lancée en 2013 qui a pour but de démontrer que la diversité est source de richesse, mêlant les origines des équipiers : hommes, femmes, jeunes, seniors, Français, étrangers, personnes en situation de handicap, équipiers expérimentés ou sans aucune connaissance de la voile. Chaque année un équipage est recruté selon le critère de la diversité, avec ou sans expérience maritime. Le skipper, professionnel, est Jean-François Levasseur. Le bateau est basé à Lorient, et a disputé les courses anglaises, dont le Fastnet. L’association Team Jolokia est soutenue par des mécènes. Il y aura 5 femmes et un handicapé à bord durant les Voiles. www.teamjolokia.com

Les partenaires du Jour : WALLY, le futur au rendez-vous Nés de l’imagination et de la volonté d’un yachtsman averti, l’italien Luca Bassani, les Wally répondent exactement aux critères qui guidaient au siècle dernier les crayons des grands architectes navales, Fife, Herrreshoff et consorts. Performance, élégance, design, simplicité, confort. En imaginant les Wally, Luca Bassani souhaitait pouvoir manoeuvrer son grand yacht avec un équipage très réduit et même seul à la barre, en utilisant les technologies les plus avancées pour simplifier et rendre plus facile et amusant le bateau à voile. Ainsi sont nés les Wally, qui mélangent le style iconique de cette marque avec les lignes d’eau des meilleurs architectes navales du monde. Plus de 40 voiliers sont ainsi nés de cette philosophie du yachting, affichant des longueurs supérieures à 24 mètres. Aujourd’hui la Wally Class est la plus grande division du monde de super yacht qui régatent. Wally a aussi « investi » le monde du bateau à moteur performant en lançant la ligne « Wallypower », et du bateau innovant avec la ligne Wallyace. Wally est devenu au fil des années un partenaire fidèle des Voiles de Saint-Tropez, apportant, aux côtés des yachts de légende, l’esprit pionnier d’un milieu en constant en remise en question technologique. 14 unités sont présentes cette année, dont le tout récent wallycento « Tango ». Pommery En 1976, Paul-François Vranken se lance dans l’univers champenois et crée une maison de Champagne : la maison Vranken avec pour objectif de proposer un champagne plaisir, accessible à tous. Aujourd’hui c’est un pari gagné, le Groupe Vranken-Pommery Monopole s’est imposé, grâce à un portefeuille de marques internationales prestigieuses qui ont fait sa force : Pommery, Heidsieck& C° Monopole, Vranken, Château La Gordonne, Rozès….. Premier vigneron en Europe, le Groupe possède un patrimoine exceptionnel, dans différentes appellations et régions telles que la Champagne, la Provence, la Camargue ou le Douro, où sont élaborés des vins de grande qualité et dans lequel chaque marque puise son image, ses ressources et ses racines.

Suzuki Marine Suzuki renforce encore son implication dans les activités nautiques en s’engageant dans un partenariat avec la Société Nautique de Saint-Tropez pour les trois prochaines années. Suzuki met à disposition de son partenaire des moteurs hors-bord pour sa flotte d’encadrement et de sécurité de ses activités. Il s’agit de moteurs de la gamme portable avec le DF20A, de la gamme sport avec les DF90A et DF40A ainsi que de la gamme performance avec le DF200APX. A l’occasion de ce partenariat, Suzuki est présent sur la 19e édition des Voiles de Saint-Tropez. Dans le prestigieux village des Voiles, situé sur l’Esplanade du port, Suzuki Marine accueille le public dans un espace dédié. Suzuki Marine remettra également un Trophée lors de la cérémonie de remise des prix qui se tiendra le dimanche 8 octobre. « Nous sommes ravis de cette collaboration avec la Société Nautique de Saint-Tropez. En devenant partenaire, Suzuki Marine bénéficiera d’une visibilité dans un cadre nouveau. Avec la Société Nautique de St-Tropez, nous partageons les mêmes valeurs de passion, solidarité et de performance, en nous appuyant sur une histoire riche ; ce partenariat est apparu comme une évidence » déclare Christophe Vassas, Directeur de l’activité Marine.
Le dicton du jour : (copyright : le Comité de course des Voiles) « Quand un cachalot arrive sur tribord, il est prioritaire ; Quand il arrive sur bâbord aussi. » Pour mémoire la queue d’un beau spécimen avait été photographiée sur le plan d’eau pendant les régates en 2016. Résultats de la Coupe d’Automne du Yacht Club de France 12 m JI 1- Ikra – Sébastien Destremau 2- France – Thierry Verneuil 3- Chancegger – Glad Esben Groupe Aurique : 1- Tilly XV – Joerg Moessnang 2- Linnet – Patrizio Bertelli 3- Lulu – Bernard Manuel Groupe Classique : 1- Maria Giovanna II – Jean Pierre Sauvan 2- Espar II – Pierre Antoine Rousseau 3- Saint Christopher – Daria Cabai Groupe Marconi 1 1- Argyll – griff Rhys jones 2- Seven Seas of Porto – Marcus Kemp 3- Enterprise – H. Christian Schriver Groupe Marconi 2 1- Cipino II – Martin Billoch 2- Josephine – Marc Froeschke 3- Fjord III – Perry Winthrop Scott Tofinou 1- Pitch – Patrice Ribaud 2- Pippa – I. morrisson 3- team 42 – Jean-Pierre Mustier