ALWAYS A NOTCH HIGHER…

30/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 5

–  The finest day of Les Voiles so far…

–  15 m JI: Mariska already a champion!

–  Wally: Tango on the podium!

 

Another notch higher. Every day of this 2016 edition of Les Voiles de Saint-Tropez, has seen the elements come together to create a theatre graced by a little more sunshine and a little more breeze, with just a little more salt spray in which the 300 Modern and Classic yachts can push the sport and elegance angle a notch higher. With 12 to 15 knots of SW’ly wind nicely settled into position from noon, this 5th day of Les Voiles came to a head to produce a spectacle to bedazzle even the most blasé of racers. From the 16 Wallys bristling with all sails aloft for a black flag start, to the Maxis and Mini Maxis powered up on a beat towards Cavalaire or classic yachts with everything flying and fully canted over to sprint to the other side of the bay, close-hauled in a great mass of foam, all the competing classes reaped the benefits of the exceptional conditions to really show what they were made of.

 

Mariska owns the racetrack

Yesterday was a glamour day for Christian Niels and his crew on the 15 m JI Mariska (Fife 1908). Battling it out to take home the 2016 title, Thursday’s Challenge Day saw them stamp their supremacy on the competition by dominating the three races run. “We got off to some good starts,” explains helmsman Sébastien Audigane. “We covered Tuiga during the first race, then The Lady Anne. It involved a lot of action and manœuvres but ultimately it was a sumptuous day, which virtually guaranteed us the 2016 championship. The icing on the cake would be to win the overall ranking at Les Voiles here in Saint Tropez.”

Back racing with the rest of the fleet today, the 15 m JIs were the last group to set sail with the SW’ly wind on the beam towards Saint-Raphael, powered up on a long and highly technical 19-mile triangular course, pushed along by almost 20 knots of breeze! It was the performance of Tuiga that stood out ahead of Hispania, with Mariska nailing 3rd place ahead of The Lady Anne. On the eve of the final day of racing, Mariska is two points ahead of The Lady Anne in the overall ranking, with 5 points on Tuiga.

 

Wallys champing at the bit

The 16 Wallys competing at Les Voiles were offered two windward-leeward courses today. There impatience to get going after yesterday’s rest day (the Wallys don’t participate in the Challenges) was palpable. Two general recalls later, the Race Committee for the Wallys logically decided to apply the black flag rule, which translates as an immediate elimination for any boats overshooting the start. Open Season, the 2012 Wally 107 pulled off the day’s grand slam with two victories which, on the eve of the final day of racing, sees her propelled into the lead of the overall ranking. Less fortunate, Magic Carpet Cubed is now 3 points shy of the top spot. Meantime, Tango G, the ‘little’ 80-footer, pulled a blinder this Friday, moving up onto the podium with a 3-point lead over the other 80-footer (24 metres) Lyra.

 

Tofinous, Code 0, Code 1

Within the fleet of Classic yachts and on the same courses as the prestigious period and tradition yachts, there are some truly elegant dayboats racing in Saint Tropez. Measuring 7m, 8m or 9.50m in length, the Tofinou 12 or 9.50 designed by Joubert/Nivelt, and other Code 0 and Code 1s (Neyhousser) are split into two distinct groups at Les Voiles, according to their size. In this way, the Tofinou 12 Milou is leading proceedings in the longer carbon-rigged craft, ahead of Camomille and the Code 1 Black Legend. Edward Fort’s Pippa is in pole position in the Tofinou 9.50s, ahead of Patrice Ribaud and his Pitch and Guy Reynier on Minx.

 

A yacht of distinction: Enterprise

The very pretty Marconi yawl Enterprise is now sailing in the Mediterranean. Launched in 1939 by Robert Jacob from City Island, New York, the 60-footer (18.28m) Clemencia, was renamed Adios after the war when she moved to America’s western seaboard. Enterprise enjoyed an illustrious sporting career there, winning countless races in the Pacific. Enterprise has a number of features in common with the Olin Stephens designs, penned and built by Sparkman and Stephens, with her very balanced and very straight lines and her flush deck. Built of oak, she also sports a mahogany veneer.

Ten Metre Class

Marga is putting in her first Mediterranean tacks in Saint Tropez. The pretty gaff rig designed by Liljegren (1910) is in reality a 10 Metre. The International 10 Metre Class is a ‘box rule’ enabling different boats to be built, but adhering to a specific measurement rule in contrast to the International Measurement. In their day such boats formed the largest and most important group in international yachting. We still find them today on every race zone in the world. The number ‘10’ is somewhat deceptive as it does not refer to the length of the boat, which actually equates to around 16.50 metres.

In the last century, each maritime nation had its own measurement: the French spoke of the “Tonneaux”, the Americans the “Universal Rule”, the Swiss the “Godinet” measurement, the Germans the “Sonderklasse”, the Scandinavians the “fin-keels” and the British the “Second Linear Rating Rule”…

In this way, eight Metre Classes have been retained (5m JI, 6m JI, 7m JI, 8m JI, 10m JI, 12m JI, 15m JI, 19m JI) to which we must add the 23m JI inspired by the America’s Cup. Just six boats satisfying this latter rule were built between 1907 and 1929 (Brynhild II, White Heather II, Shamrock III, Astra, Cambria, Candida). The 10 m R Class was the designated craft for the Olympic Games from 1912 to 1920.

 

Jim Kilroy still with us in spirit

The American John B. “Jim” Kilroy died yesterday, 29 September at 94 years of age. A great friend of the Nioulargue, his was a familiar face aboard his Kialoa Maxis. He will go down in the history of yachting as one of the great promoters of the Maxi Yachts. He went on to own 5 yachts by the name of Kialoa, with which he won a number of major classic races, notably in the Pacific, with a resounding victory in the Sydney-Hobart in 1975. Kialoa means “swift, fast canoe”. Patrice de Colmont fondly recalls a gentleman who, after an epic trip to the Bahamas, he managed to persuade to come to the Nioulargue in 1985: “Jim was a grand gentleman, who saluted the Committee at the end of each race. With regards the Nioulargue, people said to me: Patrice, so long as Jim Kilroy’s not at your race, it doesn’t amount to a hill of beans!” I spent a fortune but I tailed Jim as far as Nassau to speak to him about Saint Tropez. He thought it was in Italy! He confirmed that he would come along on one condition: that I made out a cheque for the young racers in my region. He came along with not one, but two Kialoas. However, from the first race, a zone of calm settled over the race zone and not one yacht could race. So we launched “a white wine warning”, which saw some lovely young ladies going from boat to boat distributing champagne. Back in port, Jim said to me: “I’ll be the one signing the cheque…”

Today’s partner: WALLY

Meeting the future head on

16 Wallys are sailing at Les Voiles on a specially dedicated round off the beach at Pampelonne. Two new craft are catching spectators’ eyes this year; the massive 55m Better Place and the new Wally Cento Galateia.

Created from the imagination and desire of an experienced yachtsman, Italian Luca Bassani, the Wally perfectly fulfil the criteria that guided the pencils of the greats from naval architecture including Fife and Herrreshoff; namely performance, elegance, design, simplicity and comfort. In imagining the Wallys, Luca Bassani was keen to be able to manoeuvre his large yacht shorthanded or even singlehanded, using cutting edge technologies to make the yacht simpler, easier and more fun. And so the Wallys came into existence, combining the iconic style of this brand with waterlines penned by the world’s best naval architects. In this way, over 40 yachts, measuring 20 to 50 metres, have been created using this philosophy. Today, the Wally Class division is the largest super yacht racing fleet in the world. Wally has also taken giant leaps into the world of high performance motor boats with its launch of the « Wallypower » range and the spacious “Wallyace” range. Over the years, Wally has become a loyal partner to Les Voiles de Saint-Tropez by providing a spirit of continuity in a milieu that is constantly challenging technological innovation alongside truly legendary yachts.

Partners to Les Voiles de Saint-Tropez

ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

 

 

PROGRAMME

MODERN YACHTS

Saturday 24 September – Sunday 25: Registration and inspection

Monday 26, Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 11:00am

 

CLASSIC YACHTS

Sunday 25 and Monday 26 September: Registration and inspection

Sunday 25 September: finish of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne from Cannes

Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 12:00 noon

 

Prize-giving for everyone

Sunday 2 October, from 11:00am

Organisation:

Société Nautique de Saint-Tropez, President: André Beaufils Principal Race Officer: Georges Korhel On the water organisation: Philippe Martinez On shore administration and logistics: Emmanuelle Filhastre Registration: Frédérique Fantino Communication: Chloé de Brouwer Website: www.lesvoilesdesaint-tropez.fr Facebook: Les Voiles de Saint-Tropez official Twitter: @VoilesSTOrg

Press Relations:

Maguelonne Turcat

Photos:

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

TOUJOURS UN CRAN PLUS HAUT…

30/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 5

 – La plus belle journée des Voiles…

– 15 m JI ; Mariska déjà champion !

– Wally ; Tango sur le podium !

 Un cran plus haut. Chaque jour de cette édition 2016 des Voiles de Saint-Tropez, les éléments se conjuguent pour ciseler un théâtre toujours un peu plus ensoleillé, toujours un peu plus venté, toujours un peu plus salé d’embruns, dans lequel les 300 yachts Modernes et Classiques poussent un cran plus haut que la veille le curseur du sport et de l’élégance. Avec 12 à 15 noeuds de vent de secteur sud ouest bien en place dès la mi-journée, cette 5ème journée des Voiles a connu un nouveau paroxysme dans le déroulement d’un spectacle qui éblouit le plus blasé des régatiers. 16 Wally toutes voiles dehors pour un départ sous drapeau noir, Maxis et Mini Maxis lancés face au vent vers Cavalaire ou yachts classiques toilés et gités au maximum pour « dégolfer » au près dans de grandes gerbes d’écume, toutes les classes en lice ont profité à plein d’exceptionnelles conditions pour exhiber sans fausse pudeur aucune leurs plus beaux atours.

 

Mariska taille patron

Journée faste hier pour Christian Niels et ses hommes (et femmes) du 15 m JI Mariska (Fife 1908). En lutte pour l’attribution du titre 2016, il a assis jeudi, journée des Défis, sa suprématie en s’imposant dans les trois manches proposées au fond du golfe. « Nous avons pris de bons départs » explique Sébastien Audigane, préposé à la barre du bateau. « Nous avons contrôlé Tuiga lors de la première manche, puis The Lady Anne. Beaucoup d’action et de manœuvres mais au final, une somptueuse journée qui nous garantit de manière quasi certaine le gain du championnat 2016. Reste la cerise sur le gâteau, l’emporter au classement général des Voiles ici à Saint-Tropez. »

Retour aux régates avec l’ensemble de la flotte aujourd’hui pour les 15 m JI, derniers à s’élancer travers au vent de sud ouest, en direction de Saint-Raphael pour un long triangle de 19 milles très technique et remarquablement ventilé, Eole soufflant au plus fort de l’engagement à près de 20 nœuds ! C’est Tuiga qui s’impose devant Hispania, Mariska cochant une place de 3 devant The Lady Anne. Mariska conserve à la veille de la dernière journée deux longueurs d’avance au classement général sur The Lady Anne et 5 sur Tuiga.

 

Impatients Wally

Les 16 Wally engagés aux Voiles se voyaient aujourd’hui proposer deux parcours construits de type « bananes ». L’impatience d’en découdre, après la journée de repos d’hier (Les Wally ne participant pas aux Défis) était palpable et c’est à l’issue de deux rappels généraux, que le comité de course Wally décidait fort logiquement d’appliquer la règle du drapeau noir, élimination directe des auteurs de départ anticipé. Open Season, le Wally 107 de 2012 réalise le grand chelem de la journée avec ses deux victoires qui le propulse, à la veille de la dernière journée, en tête du général. Moins heureux, Magic Carpet cubed est désormais à 3 longueurs. Belle opération aussi pour Tango G, le « petit » 80 pieds qui se hisse sur le podium avec 3 points d’avance sur l’autre 80 pieds (24 mètres) Lyra.

 

Tofinous, Code 0, Code 1

D’élégants « dayboats », régatent à Saint-Tropez, en flotte, au sein des voiliers Classiques, sur les mêmes parcours que les prestigieux yachts d’époque et de tradition. Longs de 7m, 8m ou 9,50m, les Tofinou 12 ou 9,50, signés Joubert/Nivelt, et autres Code 0 et Code 1 (Neyhousser) sont aux Voiles répartis en deux groupes distincts en fonction des tailles, 12 mètres ou 9,50 M. Le Tofinou 12 Milou mène ainsi les débats chez ces unités les plus longues, aux gréements carbone. Il devance Camomille et le Code 1 Black Legend. Pippa à Edward Fort est en tête des Tofinou 9,50, devançant Patrice Ribaud et son Pitch et Guy Reynier sur Minx.

 

Yacht extraordinaire : Enterprise

Le très joli yawl marconi Enterprise navigue désormais en Méditerranée. Lancé en 1939 par Robert Jacob, de City Island, New York, le bateau de 60 pieds (18,28 m) s’est d’abord dénommé Clemencia, puis Adios après la guerre, quand il élit domicile sur la côte ouest des Etats-Unis. Enterprise devait y connaitre une belle carrière sportive, remportant de nombreuses courses dans le Pacifique. Enterprise présente de nombreux traits communs aux voiliers signés Olin Stephens, et construit par Sparksman et Stephens,  avec ses ligne très équilibrées, très rectilignes et son pont flush. Construit en chêne, il est aussi plaqué en acajou.

 

 

Le saviez vous?

Pierre Dinard, le défricheur

Le Tropézien « Pierrot » Dinard est ce que l’on appelle communément un « personnage ». Truculent, tout en rondeur et en sympathie, il est aussi un citoyen du monde, qui a sillonné la planète, laissant partout sur son passage le même souvenir d’un homme attachant, au dynamisme communicatif. Il est ainsi à l’origine d’une belle idée qui fait depuis plus d’une décennie son chemin dans le Pacifique sud, la Tahiti Pearl Regatta, une course à la voile en équipage, par étapes, au coeur de l’archipel polynésien. Et pour donner éclat et écho international à son concept éminemment original et puissamment attractif au plus près des plus beaux atolls du monde, Pierrot, Tropézien de coeur et d’attache, a eu l’idée voici 8 ans d’initier un rapprochement concret entre Les Voiles de Saint-Tropez et la TPR. Echanges d’équipages, d’idées et liens d’amitiés renforcent année après année ce partenariat, et Les Voiles observent avec intérêt la montée en puissance de leur petite soeur polynésienne, qui participe de plus en plus à l’émergence d’un économie et d’une dynamique du sport de voile en Polynésie. Avis aux amateurs, on régate « down under », avec une fraîcheur et un enthousiasme particulièrement régénérescents.

Le stand de la Tahiti Pearl Regatta aux Voiles présente avec la joaillerie Schaming, les différents trésors de la Polynésie. Perles noires, artisanat des îles Sous-le-Vent, le Comptoir des monoï, les jus de fruits de Moorea, la vanille de Tahaa, les Archipels que JLT Voyages et Club Faune Voyages peuvent concrétiser en proposant des packages sur mesure.

Plusieurs rendez-vous sont au programme dont une journée polynésienne demain samedi, avec un groupe de danse et une dégustation de poisson cru offerts aux régatiers, aux Tropéziens et aux visiteurs, en présence de représentants du Tahiti Tourisme.

 

 

Ten Metre Class

Marga tire ses premiers bords Méditerranéens à Saint-Tropez ; le joli cotre aurique signé Liljegren (1910) est en réalité un 10 Metre. La classe Internationale des 10 Metre est une « box rule » permettant de construire des bateaux différents mais répondant à une règle de jauge spécifique, en l’occurrence la Jauge Internationale. Les métriques ont été à leur époque le groupe le plus important et le plus significatif du yachting international. On les retrouve encore aujourd’hui sur tous les plans d’eau du monde. Le chiffre « 10 » est trompeur, car il ne se réfère pas à la longueur du bateau. Les « 10 Metre » mesurent en réalité environ 16,50 mètres.

Chaque nation maritime possédait au siècle dernier sa propre jauge : les Français parlaient de «Tonneaux», les Américains de «l’Universal Rule», les Suisses de la jauge «Godinet», les Allemands de la «Sonderklasse», les Scandinaves de «fin-keels», et les Britanniques de la «Second Linear Rating Rule» …

Huit Classes Métriques ont ainsi été retenues (5m JI, 6m JI, 7m JI, 8m JI, 10m JI, 12m JI, 15m JI, 19m JI) auxquelles il faut ajouter les 23m JI inspirés par l’America’s Cup. Six bateaux seulement répondant à cette dernière règle seront construits entre 1907 et 1929 (Brynhild II, White Heather II, Shamrock III, Astra, Cambria, Candida). La Classe des 10 m R a été support des Jeux Olympiques de 1912 à 1920.

 

Jim Kilroy n’est plus

L’américain John B. « Jim » Kilroy est décédé hier 29 septembre à l’âge de 94 ans. Grand ami de la Nioulargue, il y régatait régulièrement à bord de ses Maxi Kialoa. Il demeurera dans l’histoire du yachting comme l’un des grands promoteurs des Maxi Yachts. Il possèdera 5 voiliers dénommés Kialoa, avec lesquels il remportera nombre de grandes classiques dans le Pacifique notamment, avec cette retentissante victoire dans la Sydney-Hobart en 1975. Kialoa signifie « long et magnifique canoé ». Patrice de Colmont se souvient avec émotion d’un Gentleman qu’il était parvenu, au terme d’un périple épique aux Bahamas, à convaincre de venir à la Nioulargue en 1985 : « Jim était un Seigneur, qui saluait le Comité au terme de chaque régate. On m’avait dit à propos de la Nioulargue : Patrice, ta régate, tant que Jim Kilroy n’y est pas venu, elle ne vaut pas un clou ! » J’ai dépensé une fortune mais j’ai pisté Jim jusqu’à Nassau pour lui parler de Saint-Tropez. Il croyait que c’était en Italie ! Il m’a confirmé sa venue, à une condition : que je fasse un chèque en faveur des jeunes régatiers de ma région. Il est arrivé avec non pas un, mais deux Kialoa. Mais dès la première régate, la pétole s’est installée et aucun voilier ne pouvait naviguer. On a alors lancé « un avis de coup de blanc », avec de jolies demoiselles qui allaient de bateau en bateau distribuer le champagne. De retour au port, Jim m’a dit : « c’est moi qui fait le chèque… »

Partenaire du jour : WALLY

Le futur au rendez-vous

16 Wally naviguent aux Voiles, sur leur rond dédié devant la plage de Pampelonne. Deux nouvelles unités attirent les regards, l’immense  Better Place et ses 55 mètres, et le nouveau Wally Cento Galateia.

Nés de l’imagination et de la volonté d’un yachtsman averti, l’italien Luca Bassani, les Wally répondent exactement aux critères qui guidaient au siècle dernier les crayons des grands architectes navales, Fife, Herrreshoff et consorts. Performance, élégance, design, simplicité, confort. En imaginant les Wally, Luca Bassani souhaitait pouvoir manoeuvrer son grand yacht avec un équipage très réduit et même seul à la barre, en utilisant les technologies plus avances pour simplifier et rendre plus facile et amusant le bateau à voile. Ainsi sont nés les Wally, qui mélangent le style iconique de cette marque avec les lignes d’eau des meilleurs architectes navales du monde. Plus de 40 yachts sont ainsi nés de cette philosophie du yachting, affichant des longueurs de 20 à 50 mètres. Aujourd’hui la division Wally Class est la plus grande flotte du monde de super yacht qui régate. Wally a aussi « investi » le monde du bateau à moteur performant en lançant la ligne « Wallypower », et du bateau disloquant avec la ligne Wallyace. Wally est devenu au fil des années un partenaire fidèle des Voiles de Saint-Tropez, apportant, aux côtés des yachts de légende, l’esprit de continuité d’un milieu en constant en remise en question technologique.

 

Partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX

BMW
GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD
WALLY
KAPPA
HOTEL BYBLOS
MERCANTOUR EVENTS
LES MARINES DE COGOLIN
L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ
POMMERY
JETFLY

 

PROGRAMME

VOILIERS MODERNES

Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

VOILIERS DE TRADITION

Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

Pour tout le monde remise des prix

Dimanche 2 Octobre, à partir de 11 heures

Organisation :

Société Nautique de Saint-Tropez, Président : André Beaufils Principal Race Officer : Georges Korhel Moyens sur l’eau : Philippe Martinez Administration et coordination logistique à terre : Emmanuelle Filhastre Inscriptions : Frédérique Fantino

Rédaction : Denis van den Brink Communication : Chloé de Brouwer

Site internet : www.lesvoilesdesaint-tropez.fr

Facebook : les Voiles de Saint-Tropez officiel

Twitter : @VoilesSTOrg

Relations Presse :

Maguelonne Turcat Tel 06 09 95 58 91 E-mail magturcat@gmail.com

Photos :

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

Production video :

GMR+G1 , Guilain Grenier

Champion All !

29/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 4, Challenge day

–       Spartan wins the Centenary Trophy

–       Eugenia V makes the winners’ list in the Club 55 Cup

–       No respite for the 15 m JIs: Mariska breaks through!

 

The traditional Challenge Day had the salty-sweet taste of a fine summer’s day this Thursday. With over twenty challenges launched according to each crew’s affinities, some grouping together up to five protagonists on the same start line, 18 centenary boats battling it out for the Gstaad Yacht Club’s Centenary Trophy, the merciless head-to-head with the four 15 mJIs and the original duel that was this year played out by Eugenia and Star Sapphire, today was a day for the most amicable of celebrations of the joys of sailing, the wind and sunshine suffused with the sparkling magic of the bay of Saint Tropez. A joyful interlude then at the heart of Les Voiles, where one and all were champions.

 

Spartan takes home the Centenary Trophy

In the end there were some 18 centenary yachts signed up for the 6th edition of the Gstaad Yacht Club Centenary Trophy. From 12:30pm, according to a pre-established order dictated by the size of the yachts, the venerable and no less elegant Classics set sail in the wake of Lulu (1897 gaff cutter designed by Rabot Caillebotte) from the Portalet tower, bound for the Verughe mark and back, which equates to a 9-mile sprint. The first to make Saint Tropez after a little over an hour of racing was the magnificent New York 50 Spartan (Herreshoff 1912), which won the increasingly coveted Trophy. After a fine mano a mano they finished ahead of Olympian (Gardner 1913) and Rowdy (Herreshoff 1916).

 

The Club 55 Cup goes to Eugenia V

A much anticipated moment at Les Voiles, thanks largely to its symbolic impact and its wealth of anecdotes and good humour, the Club 55 Cup, in the wake of Pride and Ikra back in 1981, saw Eugenia V (Rhodes 1968) up against Star Sapphire, the Bermudan ketch (1957 Jack Laurent Giles design). The battle took place this morning, setting sail from Portalet tower bound for Pampelonne beach some 10 miles or so away. It was Eugenia who secured the win and had the pleasure of inviting the defeated crew to the Club 55.

 

No respite for the 15 m JIs

The elegant and oh so sporty 15 m JI raced on oblivious to the traditional Challenge Day. Indeed, in the quest for their annual title, these four survivors from the 15 metre Class, (Hispania, Mariska, The Lady Anne and Tuiga) are racking up every possible opportunity to get another point-scoring race on the leaderboard. In fact, the specificity of the 2016 championship means that the outright title is decided from the greatest number of wins amassed from all the year’s three major meetings in Puerto Sherry, San Remo and Les Voiles de Saint-Tropez. As such, there’s no room for error. After today’s performance, Mariska now has a serious chance of winning not just at Les Voiles, but also outright. Two race victories for her mean that Tuiga and The Lady Anne really have their work cut out now if they’re going to make a last-minute comeback.

 

The Lebanon in Saint Tropez

It goes without saying that Les Voiles’ reputation is universal. Indeed, it attracts sailors from the world over, including regions sometimes forgotten by yachting for reasons it’s not hard to imagine. And yet, one Lebanese crew has made its dream come true of sailing in the bay of Saint Tropez with the cream of world yachting. This was made possible with the help of two volunteer coaches from the Netherlands, Yvonne Beusker and Eric van Vuuren, who answered Patrick Soumrani’s call and headed over to Beirut to coach and prepare a crew of 8 Lebanese sailors. They’re sailing at Les Voiles this week aboard a chartered J 122, Noisy Oyster, and are currently mid-table in the IRC D Group.

 

The mid-course review

 

The Rolex Trophy

Moonbeam IV (Fife 1914), which posted two fine second places, is holding the reins in the Grand Tradition group. The large sloop Cambria is lying in second place overall after a less dynamic day than during Tuesday’s race. Halloween and Moonbeam III remain in contention for the Trophy a little shy of the leader.

 

The BMW Trophy

The Wallys, on their dedicated round off Pampelonne, have validated 3 races since Sunday. The imperial and perhaps untouchable Wally Cento Magic Carpet Cubed has a sizeable lead in the provisional overall ranking. The Wally 80 Nahita is a splendid second, ahead of another 80-footer, Lyra80. Of note is the rise in power of the new Wally Cento Galateia, author of a fine third place yesterday.

 

The Gaff Marconi Classic Group

1- Yanira (Aas 1953)

2- Samarkand (Sparkman&Stephens 1958)

3- Eugenia I (Rhodes 1968)

 

Marconi B Classic Group

1- Argos (Holman 1964)

2- Outlaw (Illingworth 1963)

3- Fantastique (Mauric 1970)

 

12 m JI Fast-racer Group

1- Ikra (Boyd 1964)

2- Il Moro di Venezia (Frers 1976)

3- Galvana (S&S 1974)

 

Period Gaff Group

1- Chinook (Herreshoff 1916)

2- Olympian (Gardner 1913)

3- Spartan (Herreshoff 1912)

 

Period Gaff B Group

1- Lulu (Rabot Caillebotte 1897)

2- Kelpie of Falmouth (Sweisguth 1928)

3 Marigold  (Nicholson 1897)

 

Period Marconi Group

1- Rowdy (Herreshoff 1916)

2- Enterprise (Olin Stevens 1940)

3- Seven Seas of Porto (Clinton Crane 1935)

 

Period Marconi B Group

1- Leonore (Anker 1925)

2- Carron II (Fife 1935)

3- Jour de Fête (Paine 1930)

 

Modern yachts

5 Groups of Modern yachts racing in Saint Tropez, split into 5 categories governed by the IRC.

IRC A Group

Rambler 88 (George David) is jockeying for top spot with the other Mini Maxi, Michael Slade’s Leopard. The two powerhouses are sharing the spoils of victory. Lionel Péan has managed to position his VOR 70 ‘S’ on the podium after a very consistent performance in elapsed time. He’s just ahead of the massive J-Class Velsheda.

IRC B Group

It’s the same scenario at the head of the IRC B Group where the Adria 49 Flo D’Orient owned by Bernard Coquelet is tied on points with the Baltic 50 Music (James Blackmore). Idre, a Hanse 470, is still in contention and is sure to keep piling on the pressure through until Sunday.

IRC C Group – Edmond de Rothschild Trophy

This highly competitive group gathers together some formidable 50 and 52-foot racers. The TP 52s Freccia Rossa owned by Russian Vadim Yakimenko and Team Vision (Jean Jacques Chaubard) are ruling supreme, with the Botin design Arobas owned by Gérard Logel in hot pursuit. The Swan 42 Long Echo is also upping its game.

IRC D Group

The A 40 Team Chalets (Philippe Saint André) is crushing the competition with two race victories. The J 133 Black Jack (Eric Gicquel) is hanging on though, and keeping the J 112 J Lance 12 (René Estoppel) astern.

IRC E Group

A very dense group with no fewer than 36 entries. The M 36 Absolutely skippered by Philippe Frantz is making a clean sweep of the prizes. The A 35 Tchin (Jean Claude Bertrand) and the J 111 Merlin (Sergey Chevtsov) are fighting over the minor places, under the threat of Heat, the Farr 30 (Max Augustin).

 

A yacht of distinction…

Chancegger, a test yacht…

Racing in Saint Tropez, the 12 m J France is the first French boat specially built for the America’s Cup by Baron Bich. Originally though, this Cup enthusiast commissioned a 12 Metre JI from Britton Chance, which he had built in Switzerland at the Hermann Egger yard. And so came about Chancegger, a boat that was never supposed to race, but rather it was to serve as preparation for the construction of the future competition boat and participate in training sessions. Mrs Sargent Shriver, wife to the United States Ambassador to France and sister to President Kennedy is the patron of Chancegger, launched in 1969. Built in France, as required by the America’s Cup rule, this first French 12 M JI benefited from the top-level expertise and techniques for 3-ply mahogany construction of the hull (using wood aged over 30 years) and the French-made winches were created under the watchful eye of Claude Bich.

 

Friday’s weather forecast: the summer atmosphere is due to continue in the Bay of Saint Tropez with a little over 10 knots of SW’ly breeze lined up.

 

Today’s partner

Kappa and Les Voiles de Saint-Tropez: 

Since 1999, the most beautiful boats at Les Voiles have come together in the Bay of Saint Tropez to participate in an exceptional event: Les Voiles de Saint-Tropez.

For the sixth consecutive year, Robe di Kappa is the official clothing partner for this large gathering of sailing enthusiasts. For its latest collection, the Italian label is offering a wide range of chic sportswear products available across three distinct domains.

The first range pays homage to the event and logically comes under their ‘Event’ range of colourful products embellished with special details (embroidery, patches, topstitch). Among them we obviously have the essential polo shirt from the collection that comes in 9 colours, as well as the collector model, which is highly prized by those who love the event.

For those with more discreet taste, their ‘Classic’ range is perfect. From the timeless men’s polo shirt to the light dress for women, there’s something for everyone that can be worn year-round.

Finally, the 2016 collection is taking things to a whole new level with its debut technical design, which includes heat-sealed seams and a new “VST 43°” printed logo that refers to the latitude of Saint Tropez. This ‘Modern’ range is sure to appeal to watersports fans who are after lovely clothing with a clean design.

You can find all the official Voiles de Saint-Tropez products in their shop in Les Voiles’ race village, as well as other boutiques dotted around the peninsula, in Sainte-Maxime & Port Grimaud and Résidence du Port as well as Moorea beach.

The whole Kappa Voiles de Saint-Tropez 2016 collection is available at http://www.les-voiles-de-saint-tropez.fr

 

Partners to Les Voiles de Saint-Tropez

ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

 

 

PROGRAMME

MODERN YACHTS

Saturday 24 September – Sunday 25: Registration and inspection

Monday 26, Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 11:00am

 

CLASSIC YACHTS

Sunday 25 and Monday 26 September: Registration and inspection

Sunday 25 September: finish of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne from Cannes

Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 12:00 noon

 

Prize-giving for everyone

Sunday 2 October, from 11:00am

Organisation:

Société Nautique de Saint-Tropez, President: André Beaufils Principal Race Officer: Georges Korhel On the water organisation: Philippe Martinez On shore administration and logistics: Emmanuelle Filhastre Registration: Frédérique Fantino Communication: Chloé de Brouwer Website: www.lesvoilesdesaint-tropez.fr Facebook: Les Voiles de Saint-Tropez official Twitter: @VoilesSTOrg

 

Press Relations:

Maguelonne Turcat Email magturcat@gmail.com

Photos:

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

 

 

TOUS VAINQUEURS !

25/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Trianing Day

–          Spartan s’adjuge le Trophée des Centenaires

–          Eugenia V au palmarès de la Club 55 Cup

–          Les 15 m JI sans répit ; Mariska fait le trou !

 

La traditionnelle Journée des Défis avait aujourd’hui la saveur sucrée-salée d’une belle journée d’été. Avec plus d’une vingtaine de challenges lancés au hasard des affinités des uns et des autres, rassemblant parfois jusqu’à cinq protagonistes pour un même départ, 18 voiliers centenaires en course pour le gain du Trophée des Centenaires du Gstaad Yacht Club, l’impitoyable lutte fratricide des quatre 15 mJI, et la régate originelle rejouée cette année par Eugenia et Star Saphire, l’heure était à la célébration la plus amicale du bonheur de naviguer, dans le vent et sous le soleil, nimbée de la magie étincelante du golfe. Intermède joyeux au cœur de la semaine des Voiles, ce jeudi n’aura en définitive sacré que des vainqueurs.

 

A Spartan le Trophée du Centenaire

Ils étaient au final 18 voiliers centenaires à participer à la 6ème édition du Gstaad Yacht Club Centenary Trophy. Dès 12 heures 30, selon un ordre pré-établi en fonction de la taille des voiliers, les vénérables et non moins élégants Classiques se sont élancés dans le sillage de Lulu (Cotre aurique de 1897 signé Rabot Caillebotte) depuis le Portalet, vers la marque de la Verughe et retour, soit un parcours de 9 milles nautiques. Premier à rallier Saint-Tropez au bout d’un peu plus d’une heure de régate, c’est le magnifique New York 50 Spartan (Herreshoff 1912) qui s’adjuge un Trophée de plus en plus convoité. Il devance au terme d’un joli mano a mano Olympian (Gardner 1913) et Rowdy (Herreshoff 1916).

 

La Club 55 Cup à Eugenia V

Moment très attendu aux Voiles, plus pour sa portée symbolique et son lot d’anecdotes et de bonne humeur, la Club 55 Cup, sur les traces de Pride et Ikra en 1981, opposait ce matin au départ du Portalet, et jusqu’à la plage de Pampelonne, soit une distance d’environ 10 milles, Eugenia V (Rhodes 1968) à Star Sapphire, le ketch Bermudien ((1857 signé Jack Laurent Giles (1957). C’est Eugenia qui l’emporte, s’octroyant le plaisir d’accueillir l’équipage vaincu au Club 55.

 

Pas de répit pour les 15 m JI

Les élégants et ô combien sportifs 15 m JI ignoraient aujourd’hui la traditionnelle journée des Défis. Dans la quête du titre annuel qui sacre ces quatre survivants de la Classe des 15 métriques, (Hispania, Mariska, The Lady Anne et Tuiga ) chaque opportunité de valider des manches est mise à profit. La spécificité du championnat 2016 consiste en effet à additionner, pour l’obtention du titre final, toutes les manches disputées lors des trois grands rendez-vous de l’année, Puerto Sherry, San Remo, et les Voiles de Saint-Tropez. Peu de droit à l’erreur donc. Mariska a aujourd’hui pris une sérieuse option pour la victoire, non seulement aux Voiles, mais aussi au décompte final. Deux victoires de manche lui permettent de rejeter un peu plus loin au tableau d’affichage Tuiga et The Lady Anne.

 

Le Liban à Saint-Tropez

La réputation des Voiles est, on le sait, universelle. Elle attire les marins du monde entier, y compris des régions parfois oubliées du yachting, pour des raisons faciles à imaginer. Et pourtant, un équipage Libanais a tenu à réaliser son rêve, naviguer dans le golfe avec la crème du yachting mondial. Un rêve réalisé avec l’aide de deux coaches bénévoles Néerlandais, Yvonne Beusker et Eric van Vuuren, qui ont répondu à l’appel de Patrick Soumrani, et se sont rendus à Beyrouth pour entrainer et préparer un équipage de 8 libanais. Ils naviguent cette semaine aux Voiles à bord d’un J 122 de location, Noisy Oyster, et figurent en milieu de tableau du Groupe des IRC D.

 

Le point à mi-parcours

 

Le Trophée Rolex

Moonbeam IV (Fife 1914), auteur de deux belles places de deuxième, tient bon les rênes du commandement dans le groupe des Grands Tradition. Le grand sloop Cambria occupe la deuxième place, moins heureux lors de la course de mardi. Halloween et Moonbeam III demeurent en piste pour l’attribution du Trophée, à deux longueurs du leader.

 

Le Trophée BMW

Les Wally, sur leur rond dédié à Pampelonne, ont validé 3 courses depuis dimanche. L’impérial et peut-être intouchable Wally Cento Magic Carpet Cubed occupe déjà avec 4 longueurs d’avance la tête du classement général provisoire. Le Wally 80 Nahita est un splendide deuxième, devant un autre 80 pieds, Lyra80. A noter la montée en puissance du nouveau Wally Cento Galateia, auteur d’une belle troisième place hier.

 

Le Groupe Classique Marconi Aurique

1 – Yanira (Aas 1953)

2- Samarkand (Sparkman& Stephens 1958)

3-Eugenia I(Rhodes 1968)

 

Groupe Classique Marconi B

1- Argos (Holman 1964)

2- Outlaw (Illingworth 1963)

3- fantastique (Mauric 1970)

 

Groupe racer – rapides 12 m JI

1- Ikra (Boyd1964)

2- Il Moro di Venezia (Frers 1976)

3- Galvana – S&S 1974

 

Groupe Epoque Aurique

1- Chinook (Herreshoff 1916)

2-Olympian (Gardner 1913)

3-Spartan (Herreshoff 1912)

 

Epoque Aurique B

1- Lulu (Rabot Caillebotte 1897)

2- Kelpie of Falmouth (Sweisguth 1928)

3 Marigold (Nicholson 1897)

 

Groupe Epoque Marconi

1- Rowdy (Herreshoff 1916)

2-Enterprise (Olin Stevens 1940)

3- Seven seas of Porto (Clinton Crane 1935)

 

Groupe Epoque Marconi B

1-Leonore (Anker 1925)

2- Carron II (Fife 1935)

3- Jour de Fête (Paine 1930)

 

Modernes

5 Groupes de voiliers Modernes régatent à Saint-Tropez, répartis en 5 catégories régies par l’IRC.

Groupe IRC A

Rambler 88 (George David) mène les débats en alternance avec l’autre Mini Maxi, Leopard à Michael Slade. Les deux « avions de chasse » se partagent les victoires. Lionel Péan place son VOR 70 « S » sur le podium, fruit d’une belle régularité en temps réel. Il distance de deux petites longueurs l’immense ClassJ Velsheda.

Groupe IRC B

Même scenario en tête du Groupe IRC B où L’Adria 49 Flo D’Orient à Bernard Coquelet est à égalité avec le Baltic 50 Music (James Blackmore). Idre, un Hanse 470 n’est pas encore distancé et sera jusqu’à dimanche menaçant.

Groupe IRC C – Trophée Edmond de Rothschild

Ce groupe hautement compétitif rassemble de redoutables racers de 50 et 52 pieds. Les TP 52 Freccia Rossa au Russe Vadim Yakimenko et Team Vision (Jean Jacques Chaubard) y règnent en Maitre avec le plan Botin Arobas de Gérard Logel en embuscade. Le Swan 42 Long Echo monte en puissance.

Groupe IRC D

L’A 40 Team Chalets (Philippe Saint André) écrase littéralement la concurrence avec deux victoires de manche. Le J 133 Black Jack (Eric Gicquel) s’accroche et tient à distance le J 112 J Lance 12 à René Estoppel.

Groupe IRC E

Groupe très dense avec pas moins de 36 engagés. Le M 36 Absolutely de Philippe Frantz rafle tout sur son passage. Le A 35 Tchin (Jean Claude Bertrand) et le J 111 Merlin de Sergey Chevtsov se partagent les restes, sous la menace de Heat, le Farr 30 de Max Augustin.

 

Le défilé des équipages

C’est une tradition qui a pris ces dernières années une ampleur toute en bonne humeur, le défilé des équipages façon carnaval. Les teams se griment à leur gré et selon un thème qui leur est cher, pour défiler depuis le Village des Voiles jusqu’au bout du port, escortés musicalement par les clowns du cirque de Monaco. L’édition 2016 n’a pas failli et dès 18 heures, le port résonnait des éclats joyeux de pas moins de 15 équipages maquillés et bariolés, au premier rang desquels paradaient les hommes d’Hispania et de Tuiga, mais aussi du 12 m JI France. Un Jury les attendait au terme d’un défilé émaillé de gags et d’éclats de rire, pour sacrer l’équipage le plus original dans ses accoutrements et son défilé.

 

Le concours de Boules

Très couru des régatiers, le concours de boules disputé hier soir place des Lices a tenu toutes ses promesses de bonne humeur et de convivialité internationale. 252 joueurs répartis en 84 triplettes avaient répondu présents au rendez-vous proposé par l’Association de la Boule Tropézienne. Au terme d’un final acharné, c’est équipage de Java Bleue (Sloop Bermudien) qui s’impose face aux hommes d’Havsornen (Hall 1937)

 

Le saviez vous?

Serenade, un class N en forme de canoé

Pour sa seconde année aux Voiles, suite à une belle restauration signée Gilbert Pasqui, le Class N de la jauge universelle Sérénade étonne par sa coque norvégienne en forme de canoé. Ce sloop en acajou et cèdre lancé en 1938 en Californie a connu une existence pour le moins agitée depuis sa participation à la Transapacifique de 1938. Propriété du violoniste Jasha Heifetz, qui l’a imaginé avec l’architecte Nick Sheldon Potter, le Herreshoff Californien, le bateau a accueilli nombre de célébrités Hollywoodiennes, (Humphrey Bogart, Eva Gabor…) avant de rejoindre Chicago et les Grands lacs, puis la Côte est des Etats-Unis. C’est le français Alain Moatti qui le récupère dans le Maine en 2014 et décide de le restaurer en Méditerranée. Nigel Pert et Jacques Taglang préparent une monographie sur ce passionnant sujet, pour une sortie prévue l’an prochain aux Voiles.

 

Yacht extra – ordinaire…

Chancegger, un voilier d’essai…

Présent à Saint-Tropez, le 12 m J France est le premier voilier français spécialement construit pour la Coupe de l’America par le Baron Bich. Mais auparavant, ce passionné de la Coupe commande à Britton Chance un 12 Mètre JI, qu’il fait construire en Suisse, au chantier Hermann Egger. Ainsi sortit Chancegger, un bateau qui ne devait jamais courir mais seulement servir à préparer la construction du futur bateau compétiteur et participer aux entraînements. Mme Sargent Shriver, épouse de l’ambassadeur des États-Unis en France et sœur du président Kennedy, est la marraine de Chancegger, mis à l’eau en 1969. Construit en France – comme l’exigeait le règlement de la Coupe de l’America – à Pontarlier (Doubs), ce premier 12 Mètres J.I. français fut servi par un savoir-faire et des techniques de haut niveau en particulier pour la construction de la coque en 3 plis d’acajou de plus de 30 ans et pour les winchs faits en France sous la direction de Claude Bich.

 

Météo du jour :

Vendredi, l’ambiance estivale perdure sur la zone du golfe de Saint-Tropez. Le vent s’établira au sud ouest pour un peu plus de 10 nœuds.

 

Le partenaire du jour

Kappa et les voiles de Saint-Tropez : 

Depuis 1999, les plus beaux bateaux à voiles se donnent rendez-vous dans le Golfe de Saint-Tropez pour participer à un événement d’exception : Les Voiles de Saint-Tropez.

Robe di Kappa est pour la sixième année consécutive le partenaire textile officiel de ce grand rassemblement de passionnés de voile. Pour sa nouvelle collection, la griffe italienne propose ainsi une large gamme de produits sportswear chic, déclinés au travers de trois univers distincts.

Une première gamme hommage à l’événement baptisée « Event » qui propose des produits colorés, animés de nombreux détails (broderies, patchs, surpiqûres). On retrouve bien évidemment le polo phare de la collection décliné en 9 coloris ainsi que le modèle collector, très prisé par les amoureux de l’événement.

Pour les amateurs de la marque souhaitant des produits authentiques mais plus discrets, la gamme « Classic » est idéale. Du polo homme intemporel à la robe légère pour femme, chacun saura trouver l’article idéal à porter toute l’année.

La collection 2016 s’enrichit enfin de vêtements au design technique proposant une vraie rupture avec le passé. Ici, pas de patchs ni de broderies, mais des coutures thermocollées et un nouveau logo imprimé « VST 43° », référence à la latitude de Saint-Tropez. Cette gamme « Modern » saura à coup sûr séduire un large public amateur de nautisme et souhaitant des vêtements agréables au design épuré.

Retrouvez tous les produits officiels des Voiles de Saint-Tropez dans une boutique de 180 m² au Village des Voiles mais aussi dans les autres boutiques de la presqu’île, à Sainte-Maxime & Port Grimaud et Résidence du Port et Plage de Moorea.

Toute la collection Kappa Voiles de Saint-Tropez 2016 sur http://www.les-voiles-de-saint-tropez.fr

 

 

 

Partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

 

PROGRAMME

VOILIERS MODERNES

Vendredi 30 septembre et Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

 

VOILIERS DE TRADITION

Vendredi 30 septembre et Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

 

Pour tout le monde remise des prix

Dimanche 2 Octobre, à partir de 11 heures

Organisation :

Société Nautique de Saint-Tropez, Président : André Beaufils Principal Race Officer : Georges Korhel Moyens sur l’eau : Philippe Martinez Administration et coordination logistique à terre : Emmanuelle Filhastre Inscriptions : Frédérique Fantino

Rédaction : Denis van den Brink Communication : Chloé de Brouwer

Site internet : www.lesvoilesdesaint-tropez.fr

Facebook : les Voiles de Saint-Tropez officiel

Twitter : @VoilesSTOrg

 Relations Presse :

Maguelonne Turcat

LES VOILES TELLES QU’ON LES AIME !

28/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 3, Classic fleet

–          Nouvelle journée de régate sous le soleil

–          Demain, les Défis ou l’éternel esprit des Voiles

–          Le point à mi-parcours chez les 15 m JI et les Wally

L’été n’en finit pas de célébrer les plus beaux yachts du monde à Saint-Tropez. Le chaud soleil omniprésent depuis le début des régates s’est aujourd’hui adjoint les services fort appréciés des marins d’un joli flux de secteur sud est propice à régater, depuis le fond du golfe pour les majestueux yachts Classiques, jusqu’à Cavalaire pour les futuristes Wally. L’esthétisme et l’élégance, indissociables du plan d’eau des Voiles, s’effaçaient pourtant un moment au profit du sport et de la régate quand dès midi les 5 groupes IRC s’élançaient en cadence pour 17 milles de course depuis la Nioulargue. Tous ces voiliers venaient en milieu d’après-midi mêler leurs gréements High-tech ou traditionnels en un même élan vers la ligne d’arrivée sous le Portalet. Les maxi yachts Rambler et Leopard, suivis du ClassJ Velsheda se montraient de nouveau irrésistibles en tête des grands IRC A. Ils précédaient l’arrivée dans un mouchoir des somptueux 15 m JI en lutte pour le titre 2016.

Rien n’est joué chez les Classiques

Les majestueux 15 mJI disputent à Saint-Tropez la dernière manche de leur championnat annuel. Ils ont déjà validé 3 courses. C’est The Lady Ann qui retrouve à Saint-Tropez des couleurs qui lui ont fait défaut lors des précédentes rencontres de la Classe. Le plus récent des plans Fife (1912) mène la danse à mi-parcours, avec un petit point d’avance sur Mariska (1908), en tête du classement général. Tuiga (1909), en remportant la manche du jour, laisse la dernière place à Hispania (1909).

Chez les Grand Tradition du Trophée Rolex la bagarre attendue entre Cambria et les deux Moonbeam tient déjà toutes ses promesses.

Les modernes engrangent des manches

Les Wally, sur leur rond dédié à Pampelonne ont eux aussi validé 3 courses depuis dimanche. L’impérial et peut-être intouchable Wally Cento Magic Carpet Cubed occupe déjà avec 4 longueurs d’avance la tête du classement général provisoire dans la quête du Trophée BMW. Le Wally 80 Nahita est un splendide deuxième, devant un autre 80 pieds, Lyra80. A noter la montée en puissance du nouveau Wally Cento Galateia, auteur d’une belle troisième place aujourd’hui.

Pour les 25 concurrents du groupe IRC C comptant pour le Trophée Edmond de Rotschild, les 17 milles du parcours du jour ont de nouveau vu l’affrontement entre les favoris : les TP 52 Freccia Rossa, Alizee, Conviction, Team Vision, le plan Botin Arobas et les Swan 50 Lady Killer et Genapi.

Demain, on jette le gant !

Le jeudi, les Voiles de Saint-Tropez célèbrent l’esprit créateur de la régate originale vers la Nioulargue entre Ikra et Pride. Les concurrents sont traditionnellement invités à se défier au gré de leurs affinités, en dehors de toute logique de jauge, pour le simple plaisir d’en découdre entre régatiers…

La Club 55 Cup résume à elle seule la philosophie des Voiles, qui mêle régate, amour de la mer et des bateaux, et bonne humeur partagée. Ainsi, le règlement très strict de la Club 55 – qui prévoit une caution en bouteilles de rosé de la presqu’île en cas de réclamation – ne permet pas forcément de savoir qui en sera le tenant… ni l’aboutissement ! Seule obligation incontournable : le propriétaire du bateau doit être à bord en personne le jour de la redoutable épreuve. Cette année, c’est Eugenia V (Rhodes 1968) qui a été désigné « defender » par un conseil de sages.  Le célèbre ketch Marconi de 21,60 m a choisi de défier Star Sapphire, le ketch Bermudien (1857 signé Jack Laurent Giles (1957).

Les 15 m JI profiteront de cette journée « hors course », pour continuer leurs joutes fratricides. Pas moins de trois courses sur parcours construits sont envisagées, dans le golfe, entre Sainte Maxime et Saint-Tropez.

 

Quelques Défis à suivre dès midi…

Les trois 12 mJI : Ikra (Boyd 1964) – Emilia (Costaguta 1930) – France (Mauric 1970)

Aile VI (Arbaut 1928) – Harlequin (Nilson 1948)

Ratafia (Mauric 1967) – Palynodie II (Olin Stephens 1962)

Les 3 Swan 50 : Cuordileone, Genapi et Ladykiller

Monbeam III (Fife 1903) – Eva (Fife 1906)

Althane – Tupaï – KismetNina (Modernes)

S (VOR 70) – Moonbeam III (Fife 1903)

 

Trophée du Centenaire- Centenary Trophy

Les Centenaires bénéficient aussi de leur propre trophée, demain jeudi, initié en collaboration avec la Société Nautique de Saint-Tropez par le Gstaad Yacht Club en 2011. 20 sublimes voiliers construits avant 1916 seront sur la ligne de départ dès midi. Présence attendue également du « jeune » centenaire Eva, cotre aurique sur plan Fife de 1912 dont le propriétaire, Pete Townshend, s’est illustré sur d’autres terrains de jeux que celui de la régate en qualité de guitariste et fondateur du célébrissime groupe des Who.

Les engagés Centenaires :

Lulu (Rabot Caillebotte 1897)

Chinook (Herreshoff 1916)

Esterel (Sibille 1912)

Eva (Fife 1906)

Kelpie (Mylne 1903)

Marga (Liljegren 1910)

Nin (Quernel 1913)

Olympian (Gardner 1913)

Phoebus (Godinet 1903)

Silhouette (Fife 1910)

Spartan (Herreshoff 1912)

Tigris Mylne 1899

Viola (Fife 1908)

Marigold (Nicholson 1892)

Morwenna (Hope 1914)

Nan of Fife (Fife 1896)

Owl (Shepherd 1909)

Veronique (Luke 1907)

Rowdy (Herreshoff 1916)

Mignon (Plym 1905)

Special guest :

Folly (Nicholson 1907)

 

Palmarès ;

2011: Bonafide (1899)

2012: Marigold (1892)

2013: Régate annulée pour cause de mauvais temps.

2014: Olympian (1913)

2015: Oriole (1905)

 

Le saviez vous

Nan a 120 ans!

Lancé en 1896, Nan of Fife fête à Saint-Tropez, et durant toute la semaine des Voiles, ses 120 ans ! Philippe Menhinick, son propriétaire-sauveteur a convié pour l’occasion de nombreux amis, au premier rang desquels, le parrain du bateau, le chef étoilé Olivier Roelinger, accompagné de la marraine Martine Nahmani. « Saint-Tropez est un peu notre second foyer » témoigne cette dernière, « Philipe y navigue depuis plus de 15 ans. » Fête à terre, sport sur l’eau où Nan espère bien en cette année particulière, briller de mille feux, cet anniversaire épouse tous les ingrédients de l’esprit des Voiles. Pour la petite histoire, Nan est une altération du prénom Ann, mais également de nanny, diminutif anglais de grand-mère, et également de nourrice. On dit parfois Nan of Fife, en référence à son architecte et constructeur.

C’est William Fife Jr, (1857-1944) qui assura la conception et la réalisation de Nan à Fairlie. Nan a été commandé par Thomas Burrowes, un irlandais déjà propriétaire de plusieurs voiliers. Nan est le plus ancien plan Fife naviguant à ce jour. Il a été notamment deux fois vainqueur aux Voiles de Saint-Tropez.

En 1998, Philippe Menhinick retrouve Nan, le bateau de son grand-père de 1948 à 1952. Il le rachète et commence la restauration le 17 Septembre 1999. Il faudra 2 ans à toute l’équipe pour que le bateau soit de nouveau prêt pour naviguer.

Nan s’est vu offrir les matériaux les plus nobles : pont en pin d’Oregon, espars en spruce, bordés en acajou. Le carré est d’origine ainsi que les claires-voies et la descente.

Folly avec les Centenaires…

Le 8 Metre Folly gréé Aurique et lancé en 1907 participera en tant qu’invité au Trophée du Centenaire ; Folly, un plan Camper et Nicholson était en 2014 barré à Saint-Tropez par German Frers. Folly est le premier 8 Metre conçu et construit par Charles Nicholson pour répondre aux plans Fife. Les 8 Metre furent représentés aux Jeux Olympiques dès les Jeux d’été de 1908 et jusqu’à ceux de 1936. De 1907 à 2008 furent construits environ 500 bateaux correspondant à la jauge, dont 177 naviguent toujours, selon l’International Eight Register.

 

Yacht Extraordinaire : Fjord III

A observer dans le groupe Epoque Marconi C, Fjord III, un plan German Frers de 15 m de 1947 skippé par…German Frers junior ! Ce bateau a établi la réputation de Frers. Le génial argentin crée ce bateau pour relever le défi entre marins argentins et brésiliens, en régate entre Rio et Buenos Aires. Il a ainsi dessiné un voilier simple, épuré, à partir de bois venu du nord de l’Argentine. Ainsi est né Fjord III, qui vient de passer huit mois dans un processus de restauration dans un chantier naval à Piriápolis.

Météo du jour ; Belle journée ensoleillée, chaude. Le vent tournera du sud au sud-ouest, pour une dizaine de nœuds…

Le partenaire du jour

Groupe Edmond de Rothschild

Les valeurs de la voile, des régates et de la course au large, qui s’expriment quotidiennement au sein du Gitana Team, sont partagées par les 2800 collaborateurs du Groupe Edmond de Rothschild, dans plus de 30 implantations dans le monde. Au cœur de la culture familiale des Rothschild, ces valeurs sont porteuses d’humilité et d’authenticité, d’esprit d’équipe, mais aussi de savoir-faire et d’innovation, sans oublier le goût de l’excellence et le dépassement de soi.

 »La voile est une tradition depuis 140 ans chez les Rothschild et c’est un thème de sponsoring naturel pour notre Groupe. Particulièrement aux Voiles de Saint-Tropez, l’événement qui a pris la suite de la Nioulargue, que le Baron Edmond de Rothschild gagnait en 1984 sur Gitana VIII. En 2000, son fils Benjamin de Rothschild a mué la passion familiale en école de l’excellence en créant le Gitana Team, une écurie de course comptant parmi les plus compétitives de la course au large française. A titre personnel, passionné de navigation, je suis très heureux que notre Groupe s’inscrive dans la tradition des régates à Saint-Tropez et relève, dans le même temps, le défi de la compétition du grand large en prenant le départ du Vendée Globe le 6 novembre prochain avec Sébastien Josse. En tant que président du Groupe en France, je m’associe à l’ensemble de nos collaborateurs pour soutenir avec fierté les marins qui portent nos couleurs en perpétuant la saga familiale. »

Vincent Taupin, président du directoire, Edmond de Rothschild (France).

Aux Voiles de Saint-Tropez, le Trophée Edmond de Rothschild récompense le vainqueur parmi les « voiliers modernes » de la catégorie IRC C.

Partenaires des Voiles de Saint-Tropez

ROLEX
BMW
GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD
WALLY
KAPPA
HOTEL BYBLOS
MERCANTOUR EVENTS
LES MARINES DE COGOLIN
L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ
POMMERY
JETFLY

 

PROGRAMME

VOILIERS MODERNES

Jeudi 29 (journée J. Laurain, Journée des défis), Vendredi 30 septembre et Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

VOILIERS DE TRADITION

Jeudi 29 (journée J. Laurain, Journée des défis, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Vendredi 30 septembre et Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

Pour tout le monde remise des prix

Dimanche 2 Octobre, à partir de 11 heures

Organisation :

Société Nautique de Saint-Tropez, Président : André Beaufils Principal Race Officer : Georges Korhel Moyens sur l’eau : Philippe Martinez Administration et coordination logistique à terre : Emmanuelle Filhastre Inscriptions : Frédérique Fantino

Rédaction : Denis van den Brink Communication : Chloé de Brouwer

Site internet : www.lesvoilesdesaint-tropez.fr

Facebook : les Voiles de Saint-Tropez officiel

Twitter : @VoilesSTOrg

 

 

Relations Presse :

Maguelonne Turcat Tel 06 09 95 58 91 E-mail magturcat@gmail.com

Photos :

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

Production video : Guilain Grenier

PLACE AU SPECTACLE !

27/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 3, Classic Yachts

 

  • 120 yacht classiques investissent le golfe
  • Les Modernes retiennent leur souffle
  • 15 m JI : Mariska se rebiffe.

 

Avec la si attendue entrée en lice aujourd’hui des 120 voiliers Classiques engagés, les Voiles de Saint-Tropez 2016 tiennent plus que jamais leurs belles promesses de spectacle éblouissant à tous les azimuts du golfe. L’installation d’un léger vent d’est a permis aux belles voiles classiques de parader à l’ombre de la Cité du Bailli, tandis que voiliers Modernes et géants Wally languissaient au large de Pampelonne. Dès la mi-journée, chaque groupe en lice se voyait proposer à courts intervalles un départ, sur un parcours étudié pour leur offrir toutes les allures de navigation dans l’écrin éclaboussé de lumière du golfe. Du grand spectacle, mais aussi du sport de très haut niveau, tant les petits airs exigent des marins, plus qu’à toute autre condition, sens de l’anticipation, habilité aux réglages et subtilité à la barre.

 

Avantage golfe

Il fallait, comme ce fut le cas pour la flotte des voiliers Classiques, naviguer dans le golfe aujourd’hui pour bénéficier des faveurs d’Eole. Des procédures de départ ont ainsi pu être lancées sans coups férir dès la mi journée pour les 10 groupes en lice, et permettre le déroulement de la première manche du Trophée Rolex pour les « Grands Traditions ». Dans un petit flux stabilisé à l’est, les jolis classiques Marconi et auriques ont cinglé vers le large dans une grande sarabande de virements de bords et de spectaculaires croisements, avant de se faire rattraper en bordure du golfe par le calme plat qui sévissait entre Cavalaire et Saint Raphael. Une réduction de parcours décidée à hauteur de la Sèche à Huile permettait néanmoins d’établir pour chaque classe un ordre de passage, tenant lieu d’arrivée.

Les Wally parvenaient eux aussi à valider une course sur un parcours construit rendu d’autant plus technique que le vent se faisait irrégulier en force comme en direction. Les voiliers Modernes auront en définitive été les moins gâtés de la journée. Après plusieurs tentatives infructueuses, la direction de course devait se rendre à l’évidence : sans la coopération un tant soit peu active d’Eole, pas de joute nautique aujourd’hui pour les cinq groupes IRC en compétition.

 

15 m JI ; Mariska envers et contre tout

Petit temps, départ en queue de flotte pour les 15 m JI, embouteillage aux marques de passage… Mariska s’est jouée de toutes les difficultés du jour pour inscrire sa première victoire de manche dans ces Voiles de Saint-Tropez déterminantes pour l’attribution du championnat annuel des 15 m JI.

 

Les véloces

Ils brillent de mille feux sur tous les plans d’eau de la planète yachting depuis des décennies. Gréés Marconi ou auriques, ils sont une poignée de yachts classiques portant les plus illustres signatures de l’architecture navale à continuer d’empiler année après années tous les Trophées les plus prestigieux. On identifie ainsi au départ de cette nouvelle édition des Voiles quelques uns de ces boulimiques de victoires. Et s’il est impossible de les citer tous, on gardera un regard attentif tout au long de la semaine sur les performances de fameux « racers » comme Jour de Fête (Q boat Paine 1930), déjà couronné aux Voiles, Rowdy le multi récidiviste, (New York 40 1916 Herreshoff), à la bagarre avec l’autre NY 40 Chinook (Herreshoff 1916), Eva, (Fife 1906), Ikra, l’historique 12 m J signé Boyd (1964), Olympian (P Class Gardner 1913), Halloween (Fife 1926), Moonbeam IV (Fife 1914)…

 

Le saviez vous?

Le groupe dit « Invités » rassemble aux Voiles des yachts classiques exceptionnels de moins de 11 mètres sans distinction de type de gréement, Marconi ou auriques. On retrouve ainsi dans ce très élégant groupe Alcyon 1871 (Houari-Vaton 2013), Dainty (Westmacott 1922) ou Djinn (Annemans 1934).

 

Quelques chiffres…

Le plus petit : Dainty 8,12 m (Westmacott 1922)

Le plus long : Elena of London (Herreshoff 2009) 55 m LOA – Wally BETTER PLACE 55 m.

Le plus ancien : Marigold 1892 (Nicholson)

Le plus récent : Better Place – Galateia 2015

Le pus grand tirant d’air : 45 mètres Cambria (Fife 1928)

Le plus toilé : 1300 m2 Elena of London (Herreshoff 2009)

Le plus large : 8,11 m Elena of London (Herreshoff 2009)

L’équipage le plus nombreux : Moonbeam IV et Elena of London, 30 personnes et plus…

L’équipage le moins nombreux : Dainty, 3 personnes

 

Les Voiles en video

Gilles Martin-Raget et Guilain Grenier (GMR+G1) assurent la production vidéo des Voiles et réalisent notamment chaque jour un petit clip sur le déroulement de la journée des Voiles. Ce petit film est visible sur le site officiel des Voiles – http://www.lesvoilesdesaint-tropez.fr/les_voiles_de_saint_tropez/-, sur le site de Gilles Martin-Raget -https://vimeo.com/gmrg1) et sur les pages facebook des Voiles et de Gilles (https://www.facebook.com/VoilesDeSaintTropezOfficiel/?fref=ts). Ces productions, où l’on retrouve toute la patte des photographes de mer avisés que sont Gilles et Guilain, connaissent un succès sans précédent cette année, avec déjà plus de 30 000 vues pour le « teaser » de la première journée…

 

Un vainqueur du Vendée Globe aux Voiles

Alain Gautier, vainqueur du Vendée Globe 1989, est un inconditionnel des Voiles, dont il a connu la genèse avec la Nioulargue dès les années 83-84. « On a navigué ici en multicoques, avec Loïck Peyron et François Boucher… » précise le récent deuxième de la Transat Québec Saint-Malo. Amoureux de la mer et de tout ce qui navigue, Alain se nourrit avec un appétit non dissimulé des innombrables trésors proposés sur le plan d’eau Tropézien. Il assure la fonction de tacticien à bord de Nomad IV, le maxi Finot-Conq (30 m) lancé voici 3 ans. « Quand on aime naviguer, Les Voiles sont « The place to be » raconte t’il avec passion ; « Des Wally aux Classiques, toutes les unités sont fascinantes à découvrir, à quai et sous voiles. Je vis avec mon temps et la modernité m’intéresse. Mais j’admire les hommes qui, par passion pure, consacrent temps et argent à faire vivre et revivre des bateaux parfois centenaires. On croise aussi ici à Saint-Tropez des amis de 20 ans, venus de tous les horizons de la voile internationale, mes collègues d’Alinghi par exemple, ou l’équipage de Talés II, qui a tout gagné cette année en Class40… Si je devais en choisir un ? choix cornélien! Je crois que j’aimerais pour moi même un petit Tofinou… »

 

Yacht Extra-ordinaire

Marga

Nouveau venu aux Voiles, Marga est un élégant cotre de la Classe des 10mJI fraichement sorti de restauration. Lancé en 1910 aux chantiers Halstholm à Stockholm, il est le fruit du travail de l’architecte suédois CO Liljegren. Marga a participé aux Jeux Olympiques de 1912 en Suède, se classant 4ème. De forme agressive pour un 10 Metre, Marga présente les caractéristiques d’un pur voilier de course, avec un plan de voilure très étudié. Il ne dispose d’aucun winch à bord, toutes les manœuvres se réalisant à la force des bras. Son refitting a été préalablement fait l’objet de longs travaux d’étude et de recherche.

Son créateur, C.O. Liljegren, s’est d’abord consacré à la conception de bateaux de course très compétitifs, tout comme d’autres Suédois, Benzon, Abrhamson, Plym. Puis il se tourne vers la recherche et les études théoriques d’ingénierie maritime et l’architecture. Sa conception des bateaux de plaisance était très large, avecapparemment plus de 200 coques à son actif. Ce designer, presque inconnu dans la Méditerranée, a été l’un des grands noms de voile en Scandinavie. En Suède, entre 1910 et 1915, trois bateaux nommés Marga ont été construits, tous appartenant à la classe des 10mJI (Jauge internationale), conçus par des architectes différents et construits par différents chantiers. Des investigations ont permis de constater que le concepteur C.O. Liljegren était le frère du propriétaire du chantier naval Liljegren Göteborg. Ce chantier naval a construit ‘Marga 1914’, mais sa conception n’est pas le fait de C.O. Liljegren, mais probablement de William Fife III.

Les recherches continuent…

Météo :

Prévisions météos pour le mercredi 28 septembre : Le temps estival perdure, avec un généreux soleil. Le vent se cale au secteur nord nord est, pour 6-7 noeuds avec franche bascule au sud est l’après midi.

Partenaire : Rolex

10ème édition du Trophée Rolex

Présente aux quatre coins du monde, sur toutes les mers et océans, la marque horlogère Rolex est partenaire des plus grandes courses depuis plus de cinquante ans. Entre exigence et tradition, Rolex entretient une relation privilégiée avec ce sport en parfaite harmonie avec les valeurs chères à la marque : l’excellence, la précision et l’esprit d’équipe. De la Rolex Fastnet Race à la Giraglia Rolex Cup en passant par la Rolex Sydney Hobart, la Maxi Yacht Rolex Cup ou encore la Rolex Middle Sea Race, chaque marin dans le monde dispose d’une course à la hauteur de son exploit. Depuis 2006, Rolex est partenaire des Voiles de Saint-Tropez et organise le Trophée Rolex.

Pour son dixième anniversaire, le Trophée Rolex met à l’honneur une classe de voiliers qui ne laissera personne indifférent lors des Voiles de Saint-Tropez. Du mardi 27 septembre au samedi 1er octobre, Les « Grand Tradition » vont se défier, au sein de leur flotte propre, et avec leur propre départ, sur des parcours côtiers. Ils démontreront toute leur puissance pour espérer remporter ce trophée si convoité. Dix de ces magnifiques voiliers sont inscrits aux Trophée Rolex.

Les voiliers du Trophée Rolex :

Aschanti IV, goélette bermudienne (Henry Gruber 1954)

Cambria, 23 m Bermudien (Fife 1928)

Elena of London, Goélette aurique (Herreshoff 2009)

Gladoris II, Yawl bermudien (A.R. Luke 1928)

Halloween, Cotre bermudien (Fife 1926)

Iduna, Ketch Bermudien (H.W De Voogt 1939)

Moonbeam IV, cotre aurique (Fife1914)

Moonbeam III, cotre aurique (Fife 1903)

Puritan, goélette aurique (John Alden 1930)

Sincerity, ketch bermudien (Baglietto 1928)

Partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

PROGRAMME

VOILIERS MODERNES

Mercredi 28, Jeudi 29 (journée J. Laurain, Journée des défis), Vendredi 30 septembre et Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

VOILIERS DE TRADITION

Mercredi 28, Jeudi 29 (journée J. Laurain, Journée des défis, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Vendredi 30 septembre et Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

Pour tout le monde remise des prix

Dimanche 2 Octobre, à partir de 11 heures

 

Organisation :

Société Nautique de Saint-Tropez, Président : André Beaufils Principal Race Officer : Georges Korhel Moyens sur l’eau : Philippe Martinez Administration et coordination logistique à terre : Emmanuelle Filhastre Inscriptions : Frédérique Fantino

Rédaction : Denis van den Brink Communication : Chloé de Brouwer

Site internet : www.lesvoilesdesaint-tropez.fr

Facebook : les Voiles de Saint-Tropez officiel

Twitter : @VoilesSTOrg

 Relations Presse :

Maguelonne Turcat

Photos :

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

Production video :

GMR+G1, Guilain Grenier

 

QUELLE ENTRÉE EN MATIÈRE !

26/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 1, Wally yachts, 3 Wally Cento together

Pour la première journée de régates de ces 18ème Voiles de Saint-Tropez, les trois plans d’eau dédiés, qui aux Modernes à la Nioulargue, qui aux Wally à Pampelonne, qui aux 15 m JI dans le golfe, ont connu cette rare et pourtant si tropézienne combinaison de vent établi, de houle ordonnée et de grand soleil. Les marins sont ainsi entrés de plain pied dans leur semaine de régates et les ténors des classes Modernes et des Wally, dans l’attente des débuts demain des groupes Classiques, ont d’emblée affiché leurs ambitions, à l’image d’un impressionnant Rambler. Quatre gréements auriques sont venus cette année à nouveau mêler sous le Portalet leurs silhouettes si singulières aux gréements carbone des grands maxis, régatant dans le cadre de leur championnat propre, et donnant le ton à cette si formidable communion des styles et des genres qui est l’apanage des Voiles de Saint-Tropez.

15 m JI ; et si The Lady Anne?

Les 15 mJI brûlent d’en découdre à Saint-Tropez! Les Voiles constituent en effet le dernier acte de leur championnat annuel et les quatre plans Fife tiennent à courir le plus grand nombre de manches cette semaine. Contrairement à l’usage où seuls les Modernes naviguent le lundi aux Voiles, Mariska (1908), Tuiga (1909), The Lady Anne (1912) et Hispania (1909) ont dès aujourd’hui investi le fond du golfe, où un parcours construit long d’1,2 mille leur était proposé, face au léger vent d’est établi entre Sainte Maxime et Saint-Tropez. Assorties d’un petit clapot, les deux manches dûment validées ont vu les quatre protagonistes jouer chacun leurs partitions, sans arrière pensée de marquage ni de calcul. Les Britanniques de The Lady Anne se sont montrés très inspirés, en s’imposant de magistrale manière lors des deux courses du jour. Mariska, l’actuel leader du championnat annuel des 15 m JI a dû batailler ferme pour garder une place d’avantage sur son principal rival, le navire amiral du Yacht Club de Monaco Tuiga. Mission accomplie au terme de cette première journée, puisqu’avec ses deux places de deuxième, Mariska conforte son avantage sur le voilier monégasque. Les hommes de Christian Niels doivent désormais garder un oeil sur les Anglais de The Lady Anne à Richard Le May, en course pour une « remontada » des plus spectaculaire…

Wally, les Cento sauvent leur rating

Les 16 grands Wally ont débuté cette 18ème édition des Voiles par un parcours côtier au large de Pampelonne extrêmement technique, de 24 milles nautiques, construit en fonction du vent d’est nord est établi pour une douzaine de noeuds. Allant fraîchissant au moment du départ à la mi-journée, 14 nœuds et plus, le vent n’a ensuite eu de cesse de mollir, bouleversant les classements quand les unités les plus puissantes, à l’image du géant Better Place se voyaient au fil des milles privés de carburant vélique. Les Cento Galateia et Magic Carpet Cubed sont cependant parvenus à sauver leur rating, conservant du vent un peu plus longtemps que les unités de 80 pieds, quelque peu pénalisés lorsque le vent va ainsi faiblissant au fil du parcours.

Modernes : Un rapide côtier en hors d’œuvre

180 voiliers Modernes répartis au sein de 5 groupe IRC ont pu d’excellente manière goûter aux spécificités des plans d’eau Tropéziens à l’occasion des parcours côtiers du jour. Les grands IRC A et B ont régaté du côté de la Nioulargue sur un grand triangle de 19 milles, tandis que les plus « petits » voiliers IRC C, D et E bataillaient sur un parcours de 14 milles. C’est à la Tour du Portalet qu’était pour tous jugée l’arrivée. Le vent d’est a permis une navigation tonique et de beaux engagements à chaque marque de passage. Se riant de la houle d’est, les grands maxis, dans le sillage de l’irrésistible Rambler, ont eu tôt fait de rallier l’arrivée, comptant sur l’affaissement du vent sur l’arrière de la course pour atténuer au classement général provisoire leur handicap de jauge.

Puritan aux Voiles ; la passion affirmée

Les Voiles de Saint-Tropez accueillent cette année encore nombre de joyaux de l’architecture navale. La grande goélette Puritan se distingue de manière assez inattendue. Construite, et le fait est suffisamment rare pour être souligné, au coeur de la Grande Dépression aux Etats Unis, entre 1929 et 1931 par Electric Boat Cy dans le Connecticut, sur plan John G Alden, sa coque et son charpente sont en acier. Longue de plus de 31 mètres et large de près de 7 mètres Puritan offre ainsi une stabilité à la mer des plus remarquables. Parfaitement restaurée par son actuel propriétaire, elle navigue à Saint-Tropez avec  tous les éclats de sa splendeur d’antan. Son charme et son élégance en font, aux dires des spécialistes, le chef-d’oeuvre de John Alden. Parmi ses singularités, la goélette aurique dispose d’une quille rétractable. Un ingénieux, et pourtant simple système de treuil permet en effet d’abaisser le tirant d’eau de 3 à 5 mètres, offrant au navire la possibilité de glisser aux allures portantes, et de remonter au vent quille basse avec efficacité et minimum de gîte.

Surveillance

L’organisation des Voiles de Saint-Tropez met chaque année sur l’eau un dispositif de surveillance exceptionnel, pour garantir le bon fonctionnement des régates et la surveillance du plan d’eau. Des zones d’évolution pour les voiliers en course sont ainsi identifiées et délimitées par des bouées, et pas moins de 14 semi-rigides « patrouillent » les trois ronds d’évolution dédiés aux voiliers Modernes (Nioulargue), Classiques (dans le golfe) et Pampelonne (Wally). A noter que l’un de ces « patrouilleurs » n’est autre qu’un représentant du CROSS Méditerranée, habilité mieux que quiconque à déclencher des secours, le cas échéant.

Coupe d’Automne du Yacht Club de France ; les vainqueurs en temps compensé :

Groupe Aurique :

1- Eva (Fife 1906)

2- Viola (Fife 1908)

3 Nin (Quernel 1913)

Groupe esprit de tradition

1- Pitch – Tofinou 9,50

2- Team42 – Tofinou 9,50

3-Minx – Tofinou 9,50

Groupe Classique

1- Maria Giovanna (Olin Stephens 1969)

2- Il Moro di venezia (Frers 1976)

3 Ikra (Boyd 1964)

Groupe Marconi +16,5 m

1- Rowdy (Herreshoff 1916)

2- Blitzen

3- Sevenseas of Porto (Crane 1935)

Le saviez vous?

Yacht, (mot d’origine néerlandaise, de « jacht », qui signifie « chasseur »), prononcé « yac », « yat » ou à l’anglaise « yôt », est le terme aujourd’hui utilisé pour désigner un grand navire de plaisance à voile ou à moteur ; Yacht/Jacht était aussi employé en français dès le XVIe siècle avec le sens de « navire rapide », par métonymie sur l’autre signification du mot Jacht « chasse, poursuite, vitesse ». Mais, ce n’est qu’en 1702 que le terme « yacht » (Yac, Yaht) est défini pour la première fois en France dans le dictionnaire de Marine d’Aubin : « C’est un bâtiment ponté et mâté en fourche, qui porte ordinairement un grand mât, un mât d’avant, un bout de beaupré, avec une corne et une voile d’étai. Il tire fort peu d’eau et est excellent pour de petites bordées. On a coutume de s’en servir à des promenades ou à de petites traversées ».

Yacht extra ordinaire :

Spartan, un survivant aux Voiles de Saint-Tropez.

Un vénérable yacht de 106 ans fait ses débuts aux Voiles. Portant la signature du sorcier de Bristol, le génial yacht-designer Nathanael Greene Herreshoff et construit à la HMCo (Herreshoff Manufacturing Company) sise à Bristol, Rhode Island, Spartan est un quillard de 55 pieds gréé en sloop aurique. Il s’agit de ce que l’on nomme communément un New York Fifty, un yacht monotype du New York Yacht Club de 1913, appartenant à la classe des 55 pieds. Il n’y a eu que neuf (9) fifty-foot de construits à l’hiver 1912-14, ce qui ajoute à la rareté de Spartan, tous conçus par Herreshoff. Spartan se singularise aussi par l’absence de bout dehors.

Restauré à partir de 1981 et pendant 8 longues années par Ed McClare, Ben Philbrick et Andy Giblin, à la demande de son armateur d’alors, Allan Pease, près de Mystic Seaport. Puis faute de moyen, les travaux cessent et le bateau est exposé au Herreshoff Marine Museum à Mystic. Ils reprennent par la suite et le bateau est acquis par deux passionnés choisis par Allan Pease. Au final, ce sauvetage aura pris 18 ans ! Le bateau a retrouvé son élément en 2013… (Remerciements à Jacques Taglang)

Ils ont dit :

Lionel Péan – « S »

« Une très belle journée de régate, sous le soleil. La petite houle d’est ne nous a pas trop gêné. L’équipage a vraiment performé, notamment dans la phase départ, que nous franchissons dans le sillage des Maxis Rambler et Leopard. On s’est ensuite trouvé à la lutte avec ces bateaux. Le parcours nous a offert toutes les conditions et toutes les allures de navigation ; de quoi satisfaire l’équipage et ravir nos invités. Nous terminons 3ème en temps réel. »

Sébastien Audigane, Mariska

« Au final une bonne journée pour Mariska. The Lady Anne a remarquablement navigué, prenant de bons départs. On a su rester dans le match, mais il nous faut désormais surveiller les anglais au classement général… »

Les prévisions Météo pour mardi 27 septembre : Temps ensoleillé et chaud sur le golfe ; le vent d’est-sud est est prévu pour s’établir de 8 à 19 noeuds en milieu de journée…

 

Le partenaire du jour : BMW

Depuis 2013 le constructeur automobile allemand BMW et la Société Nautique de Saint-Tropez ont un accord portant sur les Voiles de Saint-Tropez. Thorsten Mattig, responsable du sponsoring international chez BMW, se réjouit de ce partenariat : « Les Voiles de Saint-Tropez sont par excellence l’endroit où le Moderne et le Classique se rejoignent, et où l’esthétisme hors du temps rencontre le design et la haute technologie. Le désir de gagner et l’esprit d’équipe y jouent aussi un rôle fondamental, tout comme la passion du yachting et la camaraderie fraternelle. Ce sont ces valeurs que BMW est heureux de soutenir, car elles sont d’une importance capitale pour notre marque. » Des « test drives » sont organisés pour le public, au volant des modèles BMW M4 convertible, BMW i8 Protonic Red Edition…. En plus de la présentation de ses plus récents modèles, BMW a choisi de célébrer une classe de voiliers particulièrement engagée dans la haute technologie, les Wally. Le BMW Trophy récompensera le meilleur Wally au terme des régates. Le tout nouveau Club Swan 50 skippé par  les ambassadeurs Jochen Schümann et Markus Wieser. Loïck Peyron, lui aussi ambassadeur de la marque sera présent à Saint-Tropez. A noter l’exposition demain mardi 27 septembre au Pearl Beach Club d’une BMW M1 de 1979 entièrement peinte par Andy Warhol.

Partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

PROGRAMME

VOILIERS MODERNES

Lundi 26, Mardi 27, Mercredi 28, Jeudi 29 (journée J. Laurain, Journée des défis), Vendredi 30 septembre et Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

VOILIERS DE TRADITION

Mardi 27, Mercredi 28, Jeudi 29 (journée J. Laurain, Journée des défis, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Vendredi 30 septembre et Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

Pour tout le monde remise des prix

Dimanche 2 Octobre, à partir de 11 heures

Organisation :

Société Nautique de Saint-Tropez, Président : André Beaufils Principal Race Officer : Georges Korhel Moyens sur l’eau : Philippe Martinez Administration et coordination logistique à terre : Emmanuelle Filhastre Inscriptions : Frédérique Fantino

Rédaction : Denis van den Brink Communication : Chloé de Brouwer

Site internet : www.lesvoilesdesaint-tropez.fr

Facebook : les Voiles de Saint-Tropez officiel

Twitter : @VoilesSTOrg

 

Relations Presse :

Maguelonne Turcat

Photos :

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

Production video :

GMR+G1 , Guilain Grenier

 

LES VOILES KICKS OFF IN STYLE!

26/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 1, 15 m

For the first day of racing in this 18th edition of Les Voiles de Saint-Tropez, the three dedicated race zones, Nioulargue for the Modern yachts, Pampelonne for the Wallys and the bay for the 15 m JIs, served up an orderly swell and glorious sunshine. With most of the Classic yachts not setting sail until tomorrow, the big players from the Modern and Wally classes were keen to show what they were made off, as demonstrated by a particularly impressive Rambler. Racing in their very own championship, four rather special gaff riggers were invited to race off Portalet once again, their unique silhouettes really standing out against the carbon rigs of the big Maxis, setting the tone for this wonderful blend of styles and genres so exclusive to Les Voiles de Saint-Tropez.

 

15 m JI: The Lady Anne if you please?

The crews on the 15 mJIs have been itching to get underway in Saint Tropez! Indeed, Les Voiles is the final act in their annual championship and the four Fife designs are keen to compete in as many races as possible this week, hence the unusual step to allow these four Classic yachts, Mariska (1908), Tuiga (1909), The Lady Anne (1912) and Hispania (1909), to get going a day early. With a 1.2-mile course on offer to them at the far end of the bay, they had to contend with a light easterly breeze and a short chop between Sainte Maxime and Saint Tropez. Two races were duly validated, each of the four protagonists sailing their own races at this early stage. The British on The Lady Anne proved to be very inspired, securing two brilliant bullets. Mariska, the current leader of the annual 15 m JI championship had to battle hard to hold onto its slender lead over main rival, the Yacht Club de Monaco’s flagship, Tuiga. Posting two second places, it’s mission accomplished tonight for Mariska. However, Christian Niels’ men must now keep an eye on Richard Le May’s crew on The Lady Anne, who are currently on course for a spectacular comeback…

 

Wally, the Centos save their rating

The 16 large Wallys kicked off this 18th edition of Les Voiles with an extremely technical 24-mile coastal course offshore of Pampelonne that was set in line with an established ENE’ly breeze of around twelve knots. Picking up to 14 knots and more for the noon start, the wind began to drop away from that point, creating havoc for the rankings as the more powerful boats, like the giant Better Place, had less and less breeze to fill their sails with every passing mile. However, the Centos, Galateia and Magic Carpet Cubed ultimately managed to save their rating by holding onto the pressure for a little longer than the weightier 80 footers.

 

 

Modern craft: A quick coastal sprint for starters

180 Modern craft, split into 5 IRC groups, enjoyed a ‘Saint Tropez Special’ during today’s coastal courses. Indeed, the large IRC A and B boats raced around a big 19-mile triangular course off Nioulargue, whilst the smaller IRC C, D and E boats battled for supremacy over a 14-mile course, with the finish decided at the Portalet Tower. The easterly wind led to bracing conditions and some almighty scrambles at each passage mark. Making light of the easterly swell, the big maxis in the wake of the compelling Rambler, were quick to make the finish, pinning their hopes on the wind dying at the back of the fleet so as to compensate for their measurement handicap in the provisional overall ranking.

 

Surveillance

Each year, the organisation responsible for Les Voiles de Saint-Tropez puts in place an exceptional surveillance plan on the water so as to ensure that the races run smoothly and safely. In this way, the different race zones for the yachts are identified and clearly marked out by inflatable buoys, with no fewer than 14 ribs ‘patrolling’ the three race rounds.

 

The Yacht Club de France’s Autumn Cup; the winners in corrected time:

Gaff rig group:

1- Eva (Fife 1906)

2- Viola (Fife 1908)

3 Nin (Quernel 1913)

Spirit of Tradition group

1- Pitch – Tofinou 9.50

2- Team42 – Tofinou 9.50

3-Minx – Tofinou 9.50

Classic group

1- Maria Giovanna (Olin Stephens 1969)

2- Il Moro di Venezia (Frers 1976)

3 Ikra (Boyd 1964)

Marconi +16.5m group

1- Rowdy (Herreshoff 1916)

2- Blitzen

3- Sevenseas of Porto (Crane 1935)

 

A yacht of distinction:

Spartan, a survivor at Les Voiles de Saint-Tropez.

A venerable yacht of some 106 years of age, she is making her debut at Les Voiles. Penned by the Wizard of Bristol, legendary yacht designer Nathanael Greene Herreshoff, and built at the HMCo (Herreshoff Manufacturing Company) in Bristol, Rhode Island, Spartan is a 55-foot gaff rigged sloop. More commonly known as a New York Fifty, she’s a New York Yacht Club one-design from the 55-foot class dating back to 1913. Just nine of these Herreshoff fifty-footers were built from 1912-14, Spartan’s lack of bowsprit adding to her rarity.

She was restored from 1981-1989 by Ed McClare, Ben Philbrick and Andy Giblin at the request of her then owner, Allan Pease, near Mystic Seaport. A lack of funds meant that work halted and the boat was exhibited at the Herreshoff Marine Museum in Mystic. Subsequent work led to her purchase by two enthusiasts chosen by Allan Pease. The boat hit the water again in 2013 after an 18-year salvage! (Thanks to Jacques Taglang)

 

Quotes from the boats:

Lionel Péan – “S”

“A very fine day’s racing in the sunshine. The slight easterly swell didn’t bother us too much. The crew really performed well, especially in the start phase, where we were just behind the Maxis Rambler and Leopard initially, before later battling it out with them. The course served up all the different conditions and points of sail, which delighted the crew and our guests. We finished third in elapsed time.”

 

Sébastien Audigane, Mariska

“It was a good day for Mariska in the end. The Lady Anne sailed a blinder with some great starts. We managed to stay in the game, but we’re going to have to watch out for the English now in the overall ranking…”

 

Tuesday’s weather forecast: Sunny and warm in the bay, with 8 to 19 knots of ESE’ly wind forecast at midday…

 

Today’s partner: BMW

Since 2013, the German car manufacturer BMW and the Société Nautique de Saint-Tropez have enjoyed a special agreement with regards to Les Voiles de Saint-Tropez. Thorsten Mattig, head of international sponsorship at BMW, is delighted by this partnership: « Les Voiles de Saint-Tropez is the best possible venue for the Modern and the Classic to come together, where timeless aesthetics are at one with design and high-tech. The desire to win and team spirit also play a key role, along with a passion for yachting and mutual trust. These are values that BMW is happy to support, as they are essential for our brand. »  Throughout the week, test drives are being organised for the public, behind the wheel of a BMW M4 convertible and a BMW i8 Protonic Red Edition…. Alongside this presentation of their latest models, BMW has chosen to celebrate a class of yacht where high-tech assets are paramount: the Wallys. The BMW Trophy will reward the best Wally at the end of the week’s racing. The brand’s ambassadors, Jochen Schümann, Markus Wieser and Loïck Peyron will be out in force at Les Voiles, with the two former sailors skippering the new Club Swan 50. Of note is the exhibition on Tuesday 27 September, at the Pearl Beach Club, which showcases a 1979 BMW M1 painted by Andy Warhol.

 

Partners to Les Voiles de Saint-Tropez

ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

PROGRAMME

MODERN YACHTS

Saturday 24 September – Sunday 25: Registration and inspection

Monday 26, Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 11:00am

 

CLASSIC YACHTS

Sunday 25 and Monday 26 September: Registration and inspection

Sunday 25 September: finish of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne from Cannes

Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 12:00 noon

 

Prize-giving for everyone

Sunday 2 October, from 11:00am

Organisation:

Société Nautique de Saint-Tropez, President: André Beaufils Principal Race Officer: Georges Korhel On the water organisation: Philippe Martinez On shore administration and logistics: Emmanuelle Filhastre Registration: Frédérique Fantino Communication: Chloé de Brouwer Website: www.lesvoilesdesaint-tropez.fr Facebook: Les Voiles de Saint-Tropez official Twitter: @VoilesSTOrg

 

Press Relations:

Maguelonne Turcat

Photos:

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

LES VOILES AT FULL STRENGTH!

26/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 1, IRC, Swan 50

–       The Modern yachts kick off festivities tomorrow

–       16 Wallys to race off Pampelonne

–       A quartet of 15 m JIs too…

–       The Yacht Club de France’s Autumn Cup concludes with Elena taking the bullet in elapsed time

 

With the arrival mid-afternoon of some 49 classic yachts competing in the Yacht Club de France’s Autumn Cup from Cannes, Les Voiles de Saint-Tropez 2016 boasts a full house. Showcasing 300 yachts, of which some 120 are Classics, the quantity in Saint Tropez never masks the amazing quality of the line-up. From tomorrow, Monday, no fewer than 16 Wallys will be invited to race on their own offshore round off Pampelonne. Stars among the stars, the four 15 m JIs, all gaff-rigged centenarians, will also be competing for their annual Trophy. High-speed devourers of the oceans, Rambler 88 and Leopard will hit the water too in a bid to challenge craft of a similar age, albeit perhaps rather more suited to the ultra-technical courses, as part of one of the 5 IRC groups. Sport and adrenalin-fuelled jousting are sure to be on tomorrow’s programme.

 

Elena of London in the vanguard…

A large Herreshoff-design schooner built in 2009, Elena of London was the first of the 49 classic yachts to make Saint Tropez from Cannes today. Having set sail shortly after noon, the fleet benefited from a light E’ly breeze of around 8 knots to slip along downwind towards Dramont and the entrance to the bay. In a warm, summery sunshine, the classic yachts really put on a show, all sails aloft as they glided to the finish off the Portalet tower shortly before 16:00 hours. Cambria and the ‘petite’ albeit speedy Bermudan sloop Rowdy (Herreshoff 1916) completed the podium in elapsed time. The majority of these latest arrivals will begin racing at Les Voiles on Tuesday following tomorrow’s registration formalities. However, the four 15 m JIs Mariska, Tuiga, Hispania and The Lady Anne are invited to kick off their competition on Monday with their annual Trophy up for grabs.

 

15 mJI – the rub

Of the nineteen 15mJIs originally launched, only four remain fit to race today; Mariska, Tuiga, Hispania and The Lady Anne… All of the latter are competing in Saint Tropez! The question is, who can stop Mariska? Winner in Puerto Sherry and San Remo, the 1908 Fife design is clearly in Saint Tropez to drive her domination home in the battle for the annual 15 m JI Trophy. However, Tuiga (Fife 1909), is on an upward spiral with Pierre Casiraghi at the helm, and the crew has to make up 7 points on the Swiss leader. According to the new Class rules, each regatta now counts separately. Given the duration of Les Voiles de Saint-Tropez and the diversity of the race format that combines windward-leeward races from Monday to Thursday, and coastal courses the rest of the week, the hierarchy could well see an upset in this final face-off.

 

1- Mariska 1-2(4)1-2-1-2-1 / 10 pts

2- Tuiga 2-3-2(4) 1-3-4-2 / 17 pts

3- Hispania (4)1-3-3-3-2-3-3 / 18 pts

4- The Lady Anne 3(4)1-2-4-4-1- 4 / 19 pts

The superlative Wallys…

With 16 Wallys duly signed up to launch into a full week of racing from tomorrow, this 2016 edition of Les Voiles can take the credit for a record participation. Among them, is the brand new Wally, Better Place, whose 55 metres of technology are nothing short of remarkable. Full of promise on the competitive front, the crew on Magic Carpet Cubed, the winning Wally Cento in Giraglia, fully intends to dominate the competition whatever the wind and sea conditions. However, it may well have to fend off a challenge from the newcomer to both the circuit and Les Voiles, the Wally Cento crew on Galateia, which is beginning to raise its game following its launch last year. Lightweight and embodying all the latest Maxi Yacht technologies, Galateia bears the mark and the expertise of the Reichel Pugh design office.

Also of note: Two large J-Class yachts are sailing at Les Voiles, Velsheda (Camper 1933) and Lionheart (Hoek/Stephens 2010). Initially scheduled in to sail in the Wally round, a last-minute decision means they will now do battle with the Modern boats in the IRC A group.

A yacht of distinction:

Cuordileone will make her debut at Les Voiles de Saint-Tropez tomorrow. This ClubSwan 50 is a ‘one-design’ race boat penned by Juan Kouyoumdjian, with the aim of the continuing the tradition of excellence, which has earned Swan great renown through past designs by the likes of Sparkman & Stephens, Ron Holland and Germán Frers Snr. It’s Jochen Schuman, triple Olympic medallist, who presides over the ClubSwan 50 Class and he emphasizes the modernity of the boat, associated with her inherent Swan qualites. “The boat is quick, capable of brutal acceleration and has great balance.”

 

Tomorrow’s weather forecast…

Monday 26 September: Glorious sunshine with 7 to 9 knots of ENE’ly breeze in the bay at midday, with up to 11 knots of E’ly off Pampelonne.

 

Partners to Les Voiles de Saint-Tropez

ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

 

 

PROGRAMME

MODERN YACHTS

Saturday 24 September – Sunday 25: Registration and inspection

Monday 26, Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 11:00am

 

CLASSIC YACHTS

Sunday 25 and Monday 26 September: Registration and inspection

Sunday 25 September: finish of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne from Cannes

Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 12:00 noon

Prize-giving for everyone

Sunday 2 October, from 11:00am

Organisation:

Société Nautique de Saint-Tropez, President: André Beaufils Principal Race Officer: Georges Korhel On the water organisation: Philippe Martinez On shore administration and logistics: Emmanuelle Filhastre Registration: Frédérique Fantino Communication: Chloé de Brouwer Website: www.lesvoilesdesaint-tropez.fr Facebook: Les Voiles de Saint-Tropez official Twitter: @VoilesSTOrg

 

Press Relations:

Maguelonne Turcat
Photos:

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

LES VOILES A PLEIN EFFECTIF !

25/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Trianing Day

Les Modernes ouvrent le bal demain

16 Wally à Pampelonne

Les 15 m JI aussi…

Coupe d’Automne du Yacht Club de France ; Elena en temps réel

 

Avec l’arrivée en milieu d’après midi de 49 yachts classiques, en provenance de Cannes, et dans le cadre de la traditionnelle Coupe d’Automne du Yacht Club de France, les Voiles de Saint-Tropez 2016 affichent un nouvelle fois complet. 300 voiliers, dont 120 Classiques ; la quantité ne masque jamais à Saint-Tropez l’étonnante qualité des voiliers en lice. Dès demain lundi, ce ne sont pas moins de 16 Wally qui seront conviés à régater sur leur propre rond au large de Pampelonne. Stars parmi les stars, les quatre 15 m JI, voiliers auriques tous centenaires régateront également pour le gain de leur Trophée annuel. Les dévoreurs d’océan Rambler 88 ou Leopard vont à partir ce lundi défier des unités tout aussi modernes et peut-être plus typés pour des parcours ultra techniques, au sein de l’un des 5 groupes IRC. A eux le sport, l’adrénaline de joutes à couteau tiré.

 Elena of London en avant garde…

Arrivée royale pour Elena of London ; la grande goélette construite en 2009 sur plan Herreshoff n’a laissé à personne le privilège d’entrer en tête des 49 voiliers classiques dans le golfe de Saint-Tropez, en provenance de Cannes. Partie peu après 12 heures, la flotte a profité d’un léger flux d’est, d’environ 8 noeuds, pour glisser au portant vers Dramont et l’entrée du golfe. Sous un chaud soleil estival, les classiques ont fait le spectacle, toutes voiles dehors en route vers la tour du Portalet où était peu avant 16 heures, jugée l’arrivée. Cambria et le « petit » et si véloce sloop bermudien Rowdy (Herreshoff 1916) complètent le podium en temps réel. Les voiliers classiques se soumettront demain aux formalités d’inscription et débuteront mardi leur semaine des Voiles. Seuls parmi les Classiques, les quatre 15 m JI Mariska, Tuiga, Hispania et The lady Anne sont invités à régater dès demain lundi dans le cadre de leur Trophée annuel.

15 mJI ; état des lieux

Qui peut arrêter Mariska ? vainqueur à Puerto Sherry et San Remo, le 15 m JI Mariska (Fife 1908) arrive à Saint-Tropez pour enfoncer le clou de sa domination sans partage dans la course au Trophée annuel des 15 m JI. Tuiga (Fife 1909), en forme ascendante avec Pierre Casiraghi à la barre devra combler les 7 points qui le séparent du leader suisse. Selon le nouveau règlement de la Classe, chaque régate compte désormais individuellement. Les Voiles de Saint-Tropez, par leur durée, ainsi que par la diversité du format de ses courses, avec les parcours de type bananes proposés lundi et jeudi, et des parcours côtiers le reste de la semaine, peuvent à l’évidence et jusqu’à la dernière course, bousculer la hiérarchie.

1- Mariska 1-2(4)1-2-1-2-1 / 10 pts

2- Tuiga 2-3-2(4) 1-3-4-2 / 17 pts

3- Hispania (4)1-3-3-3-2-3-3 / 18 pts

4- The Lady Anne 3(4)1-2-4-4-1- 4 / 19 pts

Pour rappel… Le premier des 15mJI construit est le plan Mylne (1907) Ma’oona et le dernier réalisé fut Isabel-Alexandra, un plan de Johan Anker (1913), le père du Dragon. Il n’y eu finalement que dix-neuf 15mJI mis à l’eau : Shinna (Fife 1908), Mariska (Fife 1908), Ostara (Mylne 1909), Vanity (Fife 1909), Tuiga (Fife 1909), Hispania (Fife 1909), Anémone II (Chevreux 1909), Encarnita (Guédon 1909), Jeano (Mylne 1910), Sophie-Elizabeth (Fife 1910), Paula II (Mylne 1910), Senta (Oertz 1911), The Lady Anne (Fife 1912), Istria (Nicholson 1912), Maudrey (Fife 1913), Paula III (Nicholson 1913), Pamela (Nicholson 1913). Mais il ne reste plus en état à ce jour que Mariska, Tuiga, Hispania et The Lady Anne…

Wally de tous les superlatifs…

Avec 16 Wally dûment inscrits pour entamer dès demain une pleine semaine de régates, c’est un nouveau record de participation qu’enregistre cette édition 2016 des Voiles. Et la présence au sein de cette flotte rien moins qu’exceptionnelle, du nouveau Wally Better Place, et ses 55 mètres de technologie, de rajouter à l’intérêt des courses au programme. Des courses qui semblent, au regard de ses remarquables performances de la saison, promises à Magic Carpet Cubed, le Wally Cento vainqueur de la Giraglia, entend une nouvelle fois s’imposer quelles que soient les conditions de vent et de mer. Il devra cependant compter avec un nouveau venu sur le circuit, et aux Voiles, le Wally Cento Galateia lancé l’année dernière et qui commence sa montée en puissance. Léger, expression des toutes dernières technologies en matière de maxi Yacht, Galateia porte la marque et l’expertise du cabinet Reichel Pugh.

A noter : Deux grands J Class naviguent aux Voiles, Velsheda (Camper 1933) et Lionheart (Hoek/Stephens 2010). S’ils devaient initialement naviguer sur le rond des Wally, une décision de dernière minute les verse au sein du Groupe IRC A parmi les voiliers Modernes.

 

Yacht Extra-ordinaire :

Cuordileone fera demain ses débuts aux Voiles de Saint-Tropez ; ce ClubSwan 50 est un « one design » de course qui porte la signature de Juan Kouyoumdjian, avec l’objectif avoué de s’inscrire dans la continuité de la tradition d’excellence qui a fait la notoriété de Swan sous les signatures de Sparkman & Stephens, Ron Holland et Germán Frers Snr. C’est Jochen Schuman, le triple médaillé Olympique allemand qui préside la Classe ClubSwan 50. Il insiste sur la modernité du bateau associée aux qualités inhérentes à Swan. « Le bateau est rapide, doté d’une puissante accélération et d’un bon équilibre. »

 

Quel temps demain…

Météo du lundi 26 septembre. : 7 à 9 noeuds de vent à la mi-journée dans le golfe, orienté est nord est, jusqu’à 11 noeuds d’est du côté de Pampelonne. Grand soleil.

 

Le saviez vous?

A l’instar des mots Yacht ou Sloop, le mot yawl vient du Néerlandais. Nom masculin, le yawl est un voilier à deux mâts dont l’artimon est placé en arrière de la mèche de safran. Autrement dit, l’implantation du mât d’artimon, de plus petite taille que le mât principal, se situe à l’extrême arrière du pont, derrière l’axe de rotation du safran. L’artimon du yawl est appelé tapecul. Il n’a pas de fonction de propulsion, mais permet d’équilibrer les gréements auriques ou Marconi. Ce gréement s’oppose à celui du ketch dans lequel l’artimon est positionné en avant du gouvernail et dont la raison d’être est de diviser la surface de la grand-voile, afin de rendre la manœuvre de celle-ci moins sportive. Le nom est dérivé du néerlandais «Jol» et était à l’origine une forme de plate-forme, par opposition à un type de bateau.

 

 

Partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

 

PROGRAMME

VOILIERS MODERNES

Samedi 24 septembre – Dimanche 25 : Accueil et contrôle

Lundi 26, Mardi 27, Mercredi 28, Jeudi 29 (journée J. Laurain, Journée des défis), Vendredi 30 septembre et Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

VOILIERS DE TRADITION

Dimanche 25 et lundi 26 septembre : Accueil et contrôle

Dimanche 25 septembre : arrivée de la Coupe d’Automne du Yacht Club de France en provenance de Cannes

Mardi 27, Mercredi 28, Jeudi 29 (journée J. Laurain, Journée des défis, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Vendredi 30 septembre et Samedi 1 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

Pour tout le monde remise des prix

Dimanche 2 Octobre, à partir de 11 heures

Organisation :

Société Nautique de Saint-Tropez, Président : André Beaufils Principal Race Officer : Georges Korhel Moyens sur l’eau : Philippe Martinez Administration et coordination logistique à terre : Emmanuelle Filhastre Inscriptions : Frédérique Fantino

Rédaction : Denis van den Brink Communication : Chloé de Brouwer

Site internet : www.lesvoilesdesaint-tropez.fr

Facebook : les Voiles de Saint-Tropez officiel

Twitter : @VoilesSTOrg

 

Relations Presse :

Maguelonne Turcat

Photos :

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

Production video :

GMR+G1 , Guilain Grenier