CLOSE ENCOUNTERS OF THE THIRD KIND

28/09/2015, Saint-Topez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2015, Day 1, Wally Yachts

The Voiles de Saint-Tropez promises a unique gathering, under the invitation of the Société Nautique de Saint-Tropez, of the most beautiful classic and modern yachts in the world, closing the regatta season. Set in the extraordinary light which characterises the end of September and early October, this year will once again have its share of surprises, discoveries and reacquaintances. Keeping up with the Moderns

Béni soit qui Wally pense could well be the maxim of this super-yacht class, who certainly don’t lack…class! The Wally yachts are in a world apart with their combination of luxury and comfort combined with speed and manoeuvrability, an equation perpetually sought after by naval architects and always accomplished by Luca Bassani.   2017 is an important year for the class with the launching of the fourth Wallycento, developed in conformity with the box rule, following Hamilton (today Open Season) Galateia and Magic Carpet3. The arrival of the new Tango just out of the shipyard in July is highly anticipated. The battle will be fought off the coast of Pampelonne to bring home the BMW Trophy proudly held by the 107-footer Open Season. IRC A class guarantees a thrilling start with 43 metre Baltic 130 My Song lining up against 35 metre Swan 115 Solleone; the formidable Farr 100 Leopard, title holder on corrected time also a contender alongside La Bete (formerly Rambler) sailing under a British ensign. In the twenty strong IRC B class, last year’s 1st and 2nd place holders, homonyms Music (GBR – Swan 53) and Music (SUI – Baltic 50) will be playing it out. The risk of confusion not lessened by new entries to the same class Enigma VIII (NOR – Swan 66) and namesake Enigma (FRA – Sense 50)! IRC C fleet have been chosen for the third year running as contenders for the Groupe Edmond de Rothschild Trophy, much coveted and fought for between the TP52, GP42, Swans, Farr40, 46 and 52, IMX and prototypes. Rivals Alizée and Arobas² prepare a rematch, whilst Renata – formerly Team Vision – in the hands of virtuoso Sébastien Col, hopes to be in for some spoils. In Classes D and E competition will be fierce amidst closely matched fleets of more than thirty boats per category.

It’s a Classic A record number of 25 centennial will be present this year amongst some one hundred classic boats on the start line of the Voiles. The preservation and restoration of classic yachts has been brought to the forefront by the creation of class rules and events such as the Nioulargue, forerunner until 1999 to the Voiles de Saint-Tropez. Each year across the globe, passionate yachtsmen search out broken hulls, wrecks abandoned in mudflats, to embark on the adventure of refitting these derelict vessels to their former glory and to participate in this revered event. Certainly true across the Atlantic, we find at this year’s Voiles several famous examples such as the New York 30 Linnet, the well-known NY40 Chinook, the exclusive NY50 Spartan, all designed by the talented Nathanael Herreshoff under the auspices of the New York Yacht Club and precursors to the current series of one-designs. Of similar origin, the P-Class Olympian and Chips with Q-Class Jour de Fête exemplify a renaissance of the “Universal Rule”, the biggest and most well-known creations being the J-Class. Beyond the admiration of much anticipated newcomers such as 1930 JI 6-meter Nada, helmed by Alexia Barrier, or 75 SQM Tuemmler from 1924, competitors of such diversity can meet on the same start line thanks to a handicap system configured on the standard measure and based on performance prediction calculations producing a corrected time result. Pressure is high for these magnificent champions from the previous edition: Spartan (*Epoque Aurique A), Kelpie of Falmouth (Epoque Aurique B), Rowdy (Epoque Marconi A), Leonore (Epoque Marconi B), Cholita (Epoque Marconi C), Moonbeam 4 (Grands Traditions), Yanira (Classic Marconi A), Outlaw (Classic Marconi Class B), Il Moro di Venezia (Classic Marconi Racer) plus the delectable Maria Giovanna II (Invitation Class), not forgetting Mariska (15 meter JI) who will race this year for the mythical Rolex Trophy. *Epoque Aurique = Vintage Gaff Class

In brief:

Fan zone A festive ambience shared by all – locals, participants, the public – necessitates the implementation of certain security measures on the part of the organisers and public authorities. To this effect a “fan-zone” will be put in place on Thursday 5th (crew parade) and Saturday 7th October, restricting vehicle access to the port and to the vicinity of the race village. A daily presence of visitors to the area can match those of the high season, where numbers can reach between 50 to 80,000 people.

The Byblos in celebration mode It all began 50 years ago, on a certain May 27th, 1967 like a fairy-tale…. The Byblos and the Caves du Roy now iconic and of international repute, remain true to their original mission: to bring a touch of magic – unique and renowned; a signature that they share at the heart of their association with the Voiles de Saint-Tropez – treasured moments under the banner of luxury and conviviality.

Sponsors to Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY JETFLY DANONE SUZUKI MARINE

PROGRAMME MODERN YACHTS Saturday 30 September – Sunday 1 October: Registration and inspection Monday 2, Tuesday 3, Wednesday 4, Thursday 5(J. Laurain Day, Challenge Day), Friday 6 and Saturday 7 October: Coastal course, 1st start 11:00am CLASSIC YACHTS Sunday 1 and Monday 2 October: Registration and inspection Sunday 1 October: finish of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne from Cannes Tuesday 3, Wednesday 4, Thursday 5 (J. Laurain Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 6 and Saturday 7 October: Coastal course, 1st start 12:00 noon Prize-giving for everyone Sunday 8 October, from 11:00am

RENCONTRES DU 3E TYPE

30/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 5

C’est aux Voiles de Saint-Tropez, et nulle part ailleurs : à l’invitation de la Société Nautique de Saint-Tropez, le rassemblement des plus beaux bateaux classiques et modernes au monde clôt la saison des régates dans les eaux du golfe, profitant des belles lumières de la dernière semaine de septembre et de la première d’octobre. Et cette année encore, l’épreuve offrira son lot de surprises, de découvertes et de rencontres.

A la mode des modernes

Béni soit qui Wally pense pourrait être la maxime de cette classe de super-yachts, qui ne manque pas… de classe ! Les Wally sont des vaisseaux issus d’une planète à part, qui allient luxe et confort avec vitesse et manœuvrabilité, une équation que les architectes navals terrestres pensaient sans réponse avant leur création par Luca Bassani. 2017 est une année importante pour la série avec la mise à l’eau d’un quatrième Wallycento, bateau conçu à l’intérieur de la box rule : après Hamilton (aujourd’hui Open Season) Galateia et Magic Carpet3, le tout nouveau Tango qui est sorti de chantier en juillet est évidemment très attendu aux Voiles. La bataille fera rage au large de Pampelonne pour tenter de remporter le Trophée BMW actuellement fièrement accroché aux haubans du 107 pieds Open Season.

En IRC A, frissons garantis sur la ligne de départ face aux 43 mètres au pont du Baltic 130 My Song, ou encore aux 35 mètres du Swan 115 Solleone, même si le vainqueur en titre des Voiles, le redoutable Farr 100 Leopard peut prétendre renouveler sa dernière prestation au classement en temps compensé, sans oublier la présence cette année de l’équipage de La Bete (précédemment Rambler) sous pavillon britannique. En classe IRC B, forte de vingt bateaux, les débats seront menés à la baguette par les homonymes Music (GBR – Swan 53) et Music (SUI – Baltic 50) qui avaient respectivement terminés 1er et 2ème l’an dernier à un point d’écart. Les risques de confusion ne seront sans doute pas levés par l’arrivée, dans cette même classe, de deux nouveaux inscrits Enigma VIII (NOR – Swan 66) et son frère de nom, Enigma (FRA – Sense 50).

Chez les IRC C, la chasse au titre est ouverte pour la classe choisie pour la troisième année comme support au Trophée Groupe Edmond de Rothschild. C’est dire si les affrontements seront sans merci entre les TP52, GP42 ou autres machines de guerre type Swan, Farr 40,46 et 52, IMX ou protos. Les frères ennemis Alizée et Arobas2 s’y préparent à de belles retrouvailles, mais Renata – l’ancien Team Vision – aux mains du virtuose Sébastien Col, espère bien jouer les trouble-fête.

En classe D et E, la concurrence sera rude au sein de flottes homogènes de plus de trente bateaux par catégorie, qui avaient, en 2016, consacrées deux bateaux de la Société Nautique de Saint-Tropez : l’intouchable Team Chalets, l’A40 de Philippe Saint-André, et Absolutely le M36 de Philippe Frantz.

Dans la grande Tradition

C’est un chiffre record de 25 bateaux centenaires qui seront cette année parmi les quelques cent bateaux de tradition participants aux Voiles. La préservation et la restauration de yachts de tradition est une pratique qui a été largement encouragée par la création d’une jauge et d’épreuves comme la Nioulargue, devenue en 1999 les Voiles de Saint-Tropez. Chaque année, à travers le monde, des yachtmen passionnés découvrent des coques de bateaux, parfois réduits à l’état d’épave, dans des vasières, et se lancent dans l’aventure du « refiting » pour être au rendez-vous tropézien. L’aventure est également partagée outre Atlantique puisque l’on trouvera cette année aux Voiles plusieurs unités du type du fameux New York 30 (Linnet), du populaire NY 40 (Chinook) ou du plus exclusif NY 50 (Spartan) dessinés par le talentueux Nathanael Herreshoff sous l’égide du New York Yacht Club et qui sont les précurseurs des actuelles séries de bateaux monotypes. Même origine américaine, signatures également prestigieuses et même présence dans le golfe pour les P-Class (Olympian, Chips) et Q-Class (Jour de Fête), symboles de la renaissance de quelques-unes des plus petites unités de la « Jauge Universelle » dont les plus grandes et célèbres unités sont les J-Class.
Au-delà de l’impatience à découvrir les lignes de quelques nouveaux venus comme le 6 mJI de 1930 Nada, qui sera mené par Alexia Barrier, ou le 75 SQM Tuemmler (1924), il ne faudrait pas oublier l’intérêt des participants pour les résultats, calculés grâce à l’utilisation d’une jauge permettant de faire régater ensemble des bateaux différents en appliquant un ratio proportionnel aux prédictions de performances des uns par rapport aux autres. En clair, il s’agit de faire courir sur le même parcours des compétiteurs parfois aussi différents qu’une 4L d’époque et une BMW vintage, mais en corrigeant leurs temps de course pour pouvoir les comparer. La pression est donc du côté des magnifiques gagnants de la dernière édition : Spartan (Epoque Aurique A), Kelpie of Falmouth (Epoque Aurique B), Rowdy (Epoque Marconi A), Leonore (Epoque Marconi B), Cholita (Epoque Marconi C), Moonbeam 4 (Grands Traditions), Yanira (Classique Marconi A), Outlaw (Classique Marconi B), Il Moro di Venezia (Classique Marconi Racer) ou encore le délicieux Maria Giovanna II (Classe Invitée), sans oublier Mariska (15 mJI) qui concoure cette année de plus pour le mythique Trophée Rolex.

En bref :

Fan zone

La fête et le bonheur partagé pour tous – Tropéziens, participants, public – nécessitent de la part des organisateurs et des pouvoirs publics la prise en compte de tous les éléments de sécurité possibles. C’est dans ce cadre que les journées du jeudi 5 (défilé des équipages) et du samedi 7 octobre seront placés en configuration « fan zone », un dispositif maintenant bien connu de toutes les parties prenantes réduisant notamment l’accès aux véhicules sur le port et à proximité du village. Pour mémoire, les pics de fréquentation pendant les Voiles sont semblables aux jours de pointe de la saison estivale tels le 14 juillet ou le 15 aout, pouvant atteindre 50 à 80 000 personnes/jour.

Le Byblos en mode célébration

Tout a commencé il y a 50 ans, un certain 27 mai 1967 dans le battement de célébrations féériques… Le Byblos et les Caves du Roy participent depuis leur création à la renommée internationale de Saint-Tropez sans jamais faillir à leur vocation première : apporter cette touche de magie unique et reconnue, une signature qu’ils partagent au sein de leur partenariat avec les Voiles de Saint-Tropez autour de moments exclusifs sous le signe du luxe et de la convivialité.

 

Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

DANONE

SUZUKI MARINE

PROGRAMME

VOILIERS MODERNES

Samedi 30 septembre – Dimanche 1er octobre : Accueil et contrôle

Lundi 2, Mardi 3, Mercredi 4, Jeudi 5 (journée J. Laurain et D. Jayson, Journée des défis), Vendredi 6 et Samedi 7 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

 

VOILIERS DE TRADITION

Dimanche 1er et lundi 2 octobre : Accueil et contrôle

Dimanche 1er : arrivée de la Coupe d’Automne du Yacht Club de France en provenance de Cannes

Mardi 3, Mercredi 4, Jeudi 5 (journée J. Laurain et D. Jayson, Journée des défis, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Vendredi 6 et Samedi 7 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

 

Pour tout le monde remise des prix

Dimanche 8 Octobre, à partir de 11 heures

IN THE WAKE OF HISTORY

02/10/2013 - Saint-Tropez (FRA,83) - Voiles de Saint-Tropez 2013 - Day 3

The Voiles de Saint-Tropez assumes its place in maritime history taking centre stage at the Citadelle museum.   Inaugurated in 2013, the museum highlights the port of Saint-Tropez’s prominence in French maritime history dating back to the 18th century. The 2017 addition to the museum of pleasure craft and racing will be significantly marked by the inclusion of two models: that of Ikra and Pride, the two original competitors of the Nioulargue, founding regatta of the Voiles de Saint-Tropez. A precursor of the meeting of classic and modern yachts, this famous confrontation is today commemorated by as many as 300 of the most beautiful yachts in the world, meeting each year at the end of the summer season, in the gulf of Saint-Tropez.

Of boats and men If the mythology of the America’s Cup is notable for the notion that “there is no second place,” the Nioulargue has passed into posterity for its surprising lack of a winner. When reflecting on this friendly challenge between yachtsman, under the initiative of Patrice de Colmont in 1981, between Ikra, a wooden 12 metre J1 built in 1964 and the Swan 44 Pride, 10 years its junior, one rarely seeks out the detail – that these two yachts raced from Portalet tower to the Nioulargue bouy (a Provencal name derived from the French ‘nid du large’ signifying the presence of fish nesting in the depths) in front of Pampelonne beach; the finish celebrated by the infamous banquet at Club 55. This was the founding moment of the celebrated competition which has filled the port of Saint-Tropez and its surrounding waters for more than 35 years.

A question of scale From his Parisian studio, Yves Gaignet recounts fond memories of the Nioulargue: “an enchanting, poetic and amusing period where there was a lot of fun to be had.” In 2015, the famous model maker responded with pleasure to president of the Société Nautique de Saint-Tropez, André Beaufils’ invitation to exhibit his work during the Voiles. “I decided to present a model of Pride and Ikra side-by-side, reunited on the same finish line.” The contrast is striking, opposites not only in hull colour, the black Swan against the 12 meters’ white hull – but also in their conception, embodying a formidable evolution in the art of yacht racing. Represented on the scale of 1/28 and on the same waterline one can truly appreciate the differences between these two vessels. While the more modern boat measures 13.4m against her rival’s 21m, the surface sail area and weight is more than double: 81m² for Pride to 175m² for Ikra and 10 tonnes versus 27 tonnes! It is Patrice de Colman himself who has taken the initiative to acquire the superb models and to give them to the museum.

Saint-Tropez’s maritime museumSeveral landmark discoveries in the last 20 years by Gilbert Buti, renowned university professor, form the core of the museum.” explains Laurent Pavlidis, town historian. “For example, the major role that the tropezienne fleet played during the 17th and 18th century in Turkey – Ottoman Empire – deprived of their own naval fleet by the Knights of Malta, the Turks called on French allies for assistance. Another example, the hydrographic institution of Saint-Tropez responsible for the training of over 1000 captains in coastal navigation in the 19th and 20th century. Or even coral fishing in the 16th and 17th century.” If the aim of the museum is not to cover all subjects extensively, the idea is rather to offer the visitor elements of reflexion. The second largest naval history museum in the Var, the Citadelle welcomes 100,000 visitors a year and provides an alternative view to the somewhat superficial image that is sometimes associated with home town of celebrated French admiral, Bailli de Suffren.

In brief: The Yacht Club de France in a book Celebrating its 150th anniversary, the Yacht Club de France – to which the Société Nautique de Saint-Tropez is affiliated – embraces the mission to promote sailing in all its forms. Founded in 1867 by Napoleon III, passionately involved in the development of France’s maritime standing in the construction of pleasure craft and of sailing at its highest level. The Jubilee Book: A History of French Yachting, under the direction of Jacques Taglang: Frédéric Delaive, Louis Pillon, Dominique Gabirault, Antoine Sézérat, François Chevalier and Eric Vibart. Photographer: Laurent Charpentier. Square format, 30 x 30 cm, generously illustrated, 312 pages, canvas cover and jacket. Bilingual: French-English. http://ycf-club.fr/

The boules contest takes on new heights A veritable institution where it is said that some train all year to be in the running, the boule contest is one of the highlights of the frenzied land activities during the Voiles. The rules require that teams consist of a mix of locals and crew from each boat. Scheduled for Wednesday, October 4th from 6pm at the Place des Lices, the competition has new incentive this year with the winner taking home a ski holiday for two in the Val d’Isère resort.

Sponsors to Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY JETFLY DANONE SUZUKI MARINE LORO PIANA ENATA CHANTIER NAVAL MARE NOSTRUM COGOLIN AIR FRANCE VIGNOBLE SAINT TROPEZ

DANS LE SILLAGE DE L’HISTOIRE

01/10/2025, Saint-Tropez (FRA,83) , Voioes de Saint-Tropez 2015, Day 4

A cheval entre tradition et modernité, l’histoire des Voiles de Saint-Tropez franchit les portes de l’histoire maritime en entrant au musée de la Citadelle. Inauguré en 2013 à l’initiative de la municipalité pour « aller à l’inverse des idées reçues » – notamment celles qui laissent à penser que Saint-Tropez, qui fut le troisième port français au XVIIIe siècle, n’est qu’un charmant petit port de pêche-, le musée de la Citadelle inaugure en cette année 2017 un espace plaisance et régate. Et pour marquer cette ouverture, deux maquettes y seront accueillies : celles d’Ikra et de Pride, les deux bateaux à l’origine de la Nioulargue, la course fondatrice des Voiles de Saint-Tropez. Déjà précurseur de la rencontre d’un bateau classique avec un bateau moderne, l’affrontement de départ est aujourd’hui commémoré par près de 300 des plus beaux bateaux au monde, chaque année en fin de saison estivale, dans le golfe de Saint-Tropez. En rapportant l’histoire des bateaux, c’est l’histoire des hommes que l’on écrit, au carrefour entre l’évolution de la science et de la technologie, toujours poussée par la passion, incontournable point de départ de la découverte de nouvelles performances et de nouveaux rivages.

Des bateaux et des hommes Si la mythologie de l’America’s Cup est fondée sur l’idée « qu’il n’y a pas de second », celle de la Nioulargue est passée à la postérité avec une étonnante absence de vainqueur. Quand la mémoire collective a bien retenu le défi de marin lancé entre le 12 m JI en bois de 1964 Ikra et l’équipage affuté du Swan 44 Pride sorti de chantier pratiquement 10 ans plus tard, grâce à la complicité de Patrice de Colmont en 1981, personne ne cherche vraiment à savoir qui l’a emporté. Tout juste a-t-on retenu que le parcours, entamé par le travers de la Tour du Portalet, comportait un passage à la bouée de la Nioulargue, ce haut fond situé en face de la baie de Pampelonne, ainsi nommé « nid du large » en provençal en raison des nombreux poissons qui viennent y nicher, et se termina par un banquet au Club 55, avant de devenir une compétition mythique qui remplit le port de Saint-Tropez et les alentours depuis plus de 35 ans.

Question d’échelle Dans son atelier parisien, Yves Gaignet garde un souvenir fort des années Nioulargue « époque enchantée, poétique et drôle où l’on s’amusait beaucoup« . En 2015, le célèbre maquettiste répond donc avec bonheur à l’invitation d’André Beaufils, lui-même ancien de la Nioulargue, actuel président de la Société Nautique de Saint-Tropez, de venir exposer son travail pendant les Voiles. « Je décide alors de présenter côte à côte, enfin réunis sur une même ligne d’arrivée, une maquette de Pride et d’Ikra » Le contraste est saisissant. Non seulement la couleur de leurs coques – l’une noire, celle du Swan et l’autre blanche, celle du 12 m JI – oppose les deux bateaux, mais leur conception même incarne une formidable évolution dans l’art de la régate. Représentés à la même échelle de 1/28e, à la même hauteur de flottaison, la comparaison est vraiment instructive : alors que le bateau moderne mesure 13 mètres 40, son rival en fait 21, et lorsque l’on compare les surfaces de voile et le poids, c’est plus du simple au double : 81m2 pour Pride contre 175m2 pour Ikra, et 10 tonnes pour le premier contre… 27 pour le second ! C’est Patrice de Colmont lui-même qui prendra l’initiative d’acquérir les superbes maquettes, et d’en faire cadeau au musée de la Citadelle.

Un musée maritime tropézien « Plusieurs axes cardinaux qui ont réellement été redécouverts dans les 20 dernières années par Gilbert Buti, professeur des universités émérite, sont les piliers du musée » explicite Laurent Pavlidis, l’historien de la Ville qui en est le conservateur « Comme par exemple le rôle majeur qu’a joué la flotte tropézienne au XVII et XVIIIe siècle en Turquie – Empire Ottoman – privée de marine de guerre par les Chevaliers de Malte et qui a fait appel aux Français avec lesquels ils étaient en paix. Un autre exemple est celui de l’école d’hydrographie de Saint-Tropez qui a formé plus de 1000 capitaines au cabotage et au long court entre le XIX et le XXe siècle. Ou encore la pêche au corail entre le XVIe et le XVIIe qui y fera prochainement son entrée. » Si la vocation du musée n’est pas de traiter in extenso tous les sujets abordés, l’idée est plutôt de proposer au visiteur des pistes et des éléments de réflexion ouvrant à autant de découvertes. Aujourd’hui, le Musée d’Histoire de la Marine de Saint-Tropez qui accueille 100 000 visiteurs par an est le deuxième musée du Var et participe à l’offre muséale de la Ville qui la place en tête du département, loin de l’image superficielle que l’on prête parfois un peu vite à la cité du Bailli de Suffren.

En bref : Le Yacht Club de France se livre Fêtant cette année ses 150 ans, le Yacht Club de France – dont la Société Nautique de Saint-Tropez est un des clubs alliés – assure la plus grande des missions : promouvoir la navigation sous toutes ses formes. Fondé en 1867 par Napoléon III, il a participé avec passion à l’évolution d’un secteur dans lequel la France, deuxième puissance maritime mondiale, est passée maître, tant pour la construction de bateaux de plaisance que pour la pratique de la voile au plus haut niveau. Le livre du jubilé : Une histoire du yachting français, sous la direction de Jacques Taglang : Frédéric Delaive, Louis Pillon, Dominique Gabirault, Antoine Sézérat, François Chevalier et Eric Vibart. Photographe : Laurent Charpentier. Format carré, 30 x 30 cm, généreusement illustré, 312 pages, couverture toile et jaquette. Bilingue : français-anglais. http://ycf-club.fr/

Le concours de boule prend de la hauteur Véritable institution autour de laquelle il se dit que certains s’entrainent à l’année pour bien y figurer, le concours de boule est l’un rendez-vous phare de la trépidante vie à terre pendant les Voiles. Le règlement impose d’y avoir un mélange de Tropéziens et d’équipiers de chaque bateau représenté. Programmée le mercredi 4 octobre à partir de 18 heures sur la place des Lices, la compétition aura cette année un souffle nouveau : le vainqueur remportera en effet un séjour au ski pour deux personnes dans la station de Val d’Isère.

Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY JETFLY DANONE SUZUKI MARINE  D’autres partenaires rejoindront prochainement le carré des Voiles

ON COURSE FOR AN EXCEPTIONAL VINTAGE

26/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 1, 15 m

 

 

An unmissable gathering at the end of September in the legendary port, the Voiles de Saint-Tropez approaches its 19th edition with continued enthusiasm. More than 300 of the most beautiful yachts in the world, modern and classics, come together under the invitation of the Société Nautique de Saint-Tropez, not only to race in the beautiful setting of the gulf but to also enjoy the incomparable atmosphere of this spectacular event at sea as on land. With three months of intense preparation ahead for the organisers, the event kicks-off on Saturday, September 30th.

 

On the water: the racing and the trophies.

Whilst the beginning of the Voiles is traditionally given as Sunday, with the arrival of the feeder race from Cannes to Saint-Tropez, racing begins in the gulf on Monday with the modern yachts. Of the highlights, this year is an important birthday within the Wally series – the futuristic vessels combining leading-edge design with performance. 2017 sees the 20th anniversary of the Magic Carpet story, a date that highlights the long-term commitment of one of the strongest teams in the series under the leadership of its owner, Sir Lindsay Owen-Jones, including amongst other victories, two-time champions in real-time of the epic off-shore race for the Giraglia Rolex Cup.

From Tuesday, the classic yachts come into contention, with a debut appearance by Chips, a 1913 P Class. Following in the steps of Jour de Fête (Q Class), Olympian (Class P) and Spartan (NY 50), it will now be the turn of this elegant cutter designed by America’s Cup genius, Starling Burgess (Ranger, Rainbow) to sail its first manoeuvres in the gulf of Saint-Tropez. First launched as Onda, a New Yorker won the boat in a game of poker in 1930, hence changing its name to « Chips« !

Also new in the Rolex Trophy – following the “Grands Tradition” which celebrated in 2016 the big classics, this trophy, which has been part of the Voiles since 2006, will be awarded in 2017 to the best in the 15m JI. These four exceptional boats, each one a centenarian and in fine condition, are the four aces of the gaff-rigged cutters representative of a golden age of yachting and a legendary architect, William Fife. Tuiga, flagship for the Monaco Yacht Club and launched in 1909, Hispania, constructed in the same year for King Alphonse XIII of Spain, The Lady Anne and Mariska will line up on the start line this year for this famous Trophy.

 

On the shore: the village at the heart of the Voiles

A derivative from 2016, the race village will once again take the form of an “avenue”. This new format, born of necessity last year due to construction works for the enlargement of the Capitanerie, proved widely popular with some 4000 competitors, locals and spectators which it hosts each day. With greater available space this year due to the finishing of the works, the terrace area in front of the bar promises improved comfort. The new configuration will also see the return of the Rolex hospitality area. The Press office will be situated in the big structure at the end of the race village row.

Nerve centre to the event, even as festivities manifest around the port and the town, the race village is also the starting point for events such as the crew parade on Thursday evening: one of the highlights of the shore side entertainments during the Voiles.

 

In brief:

André Beaufils patron for the Tahiti Pearl Regatta

Sponsor to the Saint Tropez Yacht Club for several years, thanks to member Maurice Chauvin, Tahiti Tourism provides a number of exchanges between events, including the hosting of a Tahitian crew during the Voiles and Principal Race Officer, Georges Korhel being present at the Tahiti Pearl Regatta. Following 2016 Olympian, Billy Besson, patron for the 2017 edition will be André Beaufils, commodore of the Société Nautique de Saint-Tropez. Very well attended at the Voiles, the boutique and notably the sale of the famous black pearls will continue this year, alongside the popular Tahitian entertainments and raw fish tasting, scheduled for Saturday evening.

CAP SUR UNE CUVEE D’EXCEPTION

02/10/2013 - Saint-Tropez (FRA,83) - Voiles de Saint-Tropez 2013 - Day 3

Immanquable rendez-vous à la fin du mois de septembre dans le mythique port varois, les Voiles de Saint-Tropez abordent avec une passion intacte leur 19ème édition. Plus de 300 des plus beaux voiliers du monde, modernes et classiques, s’y retrouvent à l’invitation de la Société Nautique de Saint-Tropez, tant pour participer aux régates dans le golfe que pour profiter de l’ambiance incomparables de cet événement hors norme sur l’eau comme à terre. Il reste trois mois d’intense activité pour les organisateurs d’ici le coup d’envoi, qui sera donné cette année le samedi 30 septembre.

Sur l’eau : des régates et des trophées Même si le coup d’envoi des Voiles sur l’eau est traditionnellement donné le dimanche avec l’arrivée de la course de ralliement entre Cannes et Saint-Tropez, les régates tropéziennes commencent avec les bateaux modernes, dès le lundi. Cette année, parmi les temps forts, un anniversaire marquera l’édition dans la série des Wally – ces unités futuristes qui allient design et performance. 2017 correspond effectivement aux 20 ans de la saga des Magic Carpet, une date qui met en valeur l’engagement dans la durée d’une des plus solides équipes sportives de la série sous la conduite de son propriétaire, Sir Lindsay Owen-Jones, notamment deux fois vainqueurs en temps réel de la grande course de la Giraglia Rolex Cup. Dès le mardi les voiliers de tradition entrent en lice, et ce sera l’occasion de découvrir pour la toute première fois Chips, un P Class de 1913. Après Jour de Fête (Q Class) Olympian (P Class) et Spartan (NY 50), ce sera donc au tour de cet élégant cotre dessiné par le génie de l’America’s Cup Starling Burgess (Ranger, Rainbow) de tirer ses premiers bords dans le golfe de Saint-Tropez. Le bateau avait été lancé sous le nom de Onda, mais en 1930, un New- Yorkais l’ayant gagné au Poker a changé son nom pour  »Chips » ce qui signifie « jeton » de Poker. Nouveauté également du côté du Trophée Rolex : après la catégorie des « Grands Tradition » en 2016, ce trophée qui existe aux Voiles depuis 2006 récompensera cette année le meilleur des 15 m JI. Ces quatre bateaux d’exception, plus que centenaires et encore en état de naviguer, constituent un carré d’as de cotres auriques qui illustrent idéalement la classe reine de l’âge d’or du yachting et de son architecte légendaire, William Fife. C’est ainsi que Tuiga, le vaisseau amiral du Yacht Club de Monaco lancé en 1909, Hispania, un yacht construit la même année pour le Roi Alphonse XIII d’Espagne, The Lady Anne et Mariska vont s’affronter pour remporter cette année le célèbre Trophée.

A terre : le village véritable cœur des Voiles Déclinaison de la version 2016, le village des Voiles sera à nouveau traité en mode « avenue », une formule qui avait été dictée par les travaux d’agrandissement de la capitainerie l’an dernier mais qui a recueilli beaucoup d’adhésion de la part des quelques 4 000 équipiers, tropéziens et spectateurs qui y sont accueillis chaque jour. L’espace disponible supérieur grâce au chantier maintenant bouclé permettra cette année néanmoins de l’élargir, une amélioration qui devrait apporter plus de confort au niveau de la terrasse devant le bar. Cette nouvelle configuration va également permettre le retour d’un espace d’hospitalité Rolex, absent l’an dernier en raison de la réduction de l’espace utilisable. Le centre Presse, quant à lui, sera cette année dans la grande structure au bout de la rue du Village. Centre névralgique de la manifestation, même si la fête est présente dans de nombreux endroits autour du port et au-delà, le village est également le point de départ du défilé des équipages du jeudi soir : un moment fort des animations à terre pendant les Voiles. En bref :André Beaufils parrain de la Tahiti Pearl Regatta Partenaire de la Société Nautique depuis plusieurs années grâce à l’un de ses membres, Maurice Chauvin, Tahiti Tourisme permet de nombreux échanges entre les manifestations, notamment l’accueil d’un équipage tahitien pendant les voiles, ou encore la présence de Georges Korhel, Principal Race Officer des Voiles à la Tahiti Pearl Regatta. Après le sélectionné français aux Jeux Olympiques de Rio Billy Besson en 2016, c’est André Beaufils, le président de la Société Nautique de Saint-Tropez qui a été le parrain de l’édition 2017. Très attendue aux Voiles, la boutique et notamment la vente des célèbres perles noires sera reconduite cette année, ainsi que les très appréciées animations tahitiennes et la dégustation de poisson cru, a priori programmées pour le samedi soir.

Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY JETFLY DANONE SUZUKI MARINE  

SEE YOU IN A YEAR’S TIME!

30/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 5

And so the racing concludes for almost 4,000 sailors competing in this exceptional, good-humoured edition of Les Voiles de Saint-Tropez 2016, evidently somewhat overawed by so much light, so many exciting races and so much fun both on land and on the water. In the gentle atmosphere of an autumn Sunday, the prize-giving ceremony traditionally organised in the Citadel off Saint Tropez was one last moment of sharing, full of the promise of enchanting tomorrows at Les Voiles, in contact with the legendary yachts and the dazzling bay setting. As highlighted by André Beaufils, the happy President of the Société Nautique de Saint-Tropez, organiser of the event, it is the sailors, skippers and owners, who make the event what it is today, and with every passing edition, they perpetuate the dream of the creative visionaries from some 35 years ago at the Nioulargue.

 Quotes from the Dock:

André Beaufils, President of the Société Nautique de Saint-Tropez

“It’s an edition that will go down in the annals, in terms of the weather of course, which has been absolutely fantastic, as well in terms of the constraints imposed this year with the work on the Harbour Master’s Office, and the subsequent re-siting of Les Voiles’ race village, not to mention the imperatives linked to security. We can no longer organise such an event in a carefree manner. I’m delighted with this past week, as are all the competitors. That’s the important thing. Our partners have declared themselves to be happy too. The Town of Saint Tropez has got to enjoy some lovely encounters, particularly with Tahiti’s presence. The show on the water has been fabulous and the media have been able to work in optimum conditions. All the positive feedback is a great reward for all our volunteers. The village was also a crowd-pleaser with its trompe l’oeil windows. We’ll hang onto the concept whilst making it wider for next year. Our Rolex partner will be back with its hospitality area so we’ll rediscover our usual entrance, but with some developments.

How can we do better? It’s not a question I ask myself. I don’t have a record to beat. We’ve attained a level of quality that is in close correlation with the event and we can modify things according to outside constraints. Les Voiles de Saint-Tropez, is a bit like a B.Y.O. party; you get what you put into it! There are no stakes to our races. That spirit must continue. We can allow ourselves a few excesses, a few moments of madness. It’s down to the competitors to create the crazy atmosphere.”

Georges Kohrel, President of the Race Committee

“This year, it would be hard to be more satisfied! What a superb week, with superb conditions and superb races! We haven’t enjoyed such conditions for a long time. The teams on the water know each other incredibly well. We make minor adjustments if necessary so as there are no gaps in the chain of skills. I have no concerns about the organisation of the three Race Committees for the Modern, Tradition and Wally yachts. It’s the skills of all our volunteers on the water that enable three race rounds and 300 boats to be managed simultaneously. The fine weather and the beautiful boats have attracted a lot of people onto the water. You do have to explain to the public who come out on the water how to respect the races. For next year, we’ll modify the race timetables so as the Modern yachts don’t arrive at Portalet just as the last Tradition yachts are setting sail…”

They were at Saint Tropez

The world of the sea, inshore racing and offshore racing traditionally come together at Les Voiles. At the helm of the most exquisite craft, calling tactics, on the manoeuvres, out on the rail and on the quaysides, sailing’s big names have flocked to the famous port in southern France’s Var region, with the noticeable presence, in this Vendée Globe year, of two competitors who will be at the start of the solo round the world race that sets sail on 6 November: Sébastien Josse and Sébastien Destremeau, as well as a former winner of the event, who will be in charge of security for the next edition: Alain Gautier. Other round the world sailors at the show have included Sébastien Audigane, South African Jan Dekker, Philippe Poupon and his actress wife Géraldine Danon, Philippe Monnet, Bruno and Loïck Peyron (also currently involved in the Artemis challenge for the next America’s Cup) Lionel Péan and also Volvo sailor Eric Peron.

There has also been a plethora of Figaro sailors, Mini sailors and members of other oceanic classes like Yannick Bestaven, Sébastien Rogues, Erwan Leroux, Nicolas Lunven and Armel Tripon,  There are sailors from the Olympics too… like Sofian Bouvet, (French 470 Team in Rio), Noé Delpech, (French 49er Team in Rio), Guillaume Florent, bronze Olympic Finn medallist in Beijing and German Jöchen Schümann, Olympic Finn and Soling champion, America’s Cup specialists, Marc Pajot, Bruno Troublé, Sébastien Col, American Tom Whidden and New Zealander Brad Butterworth, not to mention the royal racing aficionados such as HRH Juan Carlos, King of Spain, HRH Charles de Bourbon des Deux Siciles and Pierre Casiraghi, helmsman on the 15mJI Tuiga.

THE TROPHIES AT LES VOILES

Rolex Trophy: Moonbeam IV (Grand Tradition)

Edmond de Rothschild Group Trophy: TP 52 Team Vision (IRC C)

BMW Trophy: Open Season (Wally)

Kappa Trophy: Leopard (IRC A)

Pommery Trophy for the most beautiful spinnaker: Elena of London

YCF Trophy: Spartan

Byblos Trophy: Spartan (Period Gaff A)

Jetfly Trophy: Rowdy (Period Marconi A)

Euronews Trophy: Maria Giovanna II (Guest Class)

Mercantour Events Trophy: Yanira (Classic Marconi A)

Esprit Village Trophy: Cholita (Period Marconi C)

Tropheminin: Alibi

Les Marines de Cogolin Trophy: Team Chalets (IRC D)

SNSM Trophy: Absolutely (IRC E)

The results:

Les Voiles de Saint-Tropez plays host to 3 separate race ‘rounds’ for three large yachts categories; the Modern boats, the Tradition yachts and the Wallys. 5 groups of Modern yachts race in Saint Tropez, split into 5 categories governed by IRC. They’ve all validated 4 races this week.

IRC A Group

1- Leopard (Mini Maxi)

2- Velsheda (J Class)

3- S (VOR 70)

 

IRC B Group

1- Music (Baltic 50)

2- Music

3- Lazy Dog

 

IRC C Group (Edmond de Rothschild Trophy)

1- Team Vision Music (TP52)

2- Freccia Rossa (TP52)

3- Arobas (TP52)

 

IRC D Group

1- Team Chalets (A40)

2- Black Jack (J 113)

3- Wallis

 

IRC E Group

1- Absolutely (M 36)

2- Tchin (A35)

3- HEAT (Farr 30)

 

WALLY (BMW Trophy):

 

1- Open Season

2- Magic Carpet Cubed

 

WALLY 80

1 – J One

 

TRADITION 12 Groups gathering together all the classic yachts.

 

Classic Marconi Gaff Group: 7 entries

1- Yanira (Aas 1953)

2-Samarkand (Sparksman&Stephens 1958)

3- Eugenia V (Rhodes 1968)

 

Classic Marconi B Group

1- Outlaw (Illingworth 1963)

2- Argos (Holman 1964)

3- Fantasque (Mauric 1970)

 

12 m JI Fast-racer Group

1- Il Moro di Venezia (Frers 1976)

2- Ikra (Boyd 1964)

3- France (Mauric 1970)

 

Epoque Gaff Group

1- Spartan (Herreshoff 1912)

2- Olympian (Gardner 1913)

3- Chinook (Herreshoff 1916)

 

Epoque Gaff B Group

1- Kelpie of Falmouth (Sweisguth 1928)

2- Marigold  (Nicholson 1897)

3- Lulu (Rabot Caillebotte 1897)

 

Epoque Marconi A Group

1- Rowdy (Herreshoff 1916)

2- Enterprise (Olin Stevens 1940)

3- Seven seas of Porto (Clinton Crane 1935)

 

Epoque Marconi B Group

1-Leonore (Anker 1925)

2- Jour de Fête (Paine 1930)

3- Carron II (Fife 1935)

 

Epoque Marconi C Group

1- Cholita (Potter 1937)

2- Blitzen

3- Fjord III (Frers 1947)

 

Grand Tradition Group (Rolex Trophy)

1- Moonbeam IV (Fife 1914)

2- Moonbeam III (Fife 1903)

3- Halloween (Fife 1926)

 

Guest Class

1- Maria Giovanna II (Olin Stephens 1969)

2- Alibaba II

3- Dainty (Westmacott 1022)

 

Tofinou – 9 entries

1- Camomille – Jean Louis Nathan)

2- Black Legend (Christophe Delachaux)

3- Milou (Mario Schobinger)

Tofinou 9.5

1- Mynx – Guy Reynders

2- Pippa – Obe edward S. Fort

3- Pitch – Patrice Riboud

 

15 m JI

1- Mariska (Fife 1908)

2- The Lady Anne (Fife 1912)

3-Tuiga (Fife 1909)

4- Hispania (Fife 1909)

 

Partners to Les Voiles de Saint-Tropez

ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

 

PROGRAMME

MODERN YACHTS

Saturday 24 September – Sunday 25: Registration and inspection

Monday 26, Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 11:00am

 

CLASSIC YACHTS

Sunday 25 and Monday 26 September: Registration and inspection

Sunday 25 September: finish of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne from Cannes

Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 12:00 noon

 

Prize-giving for everyone

Sunday 2 October, from 11:00am

Organisation:

Société Nautique de Saint-Tropez, President: André Beaufils Principal Race Officer: Georges Korhel On the water organisation: Philippe Martinez On shore administration and logistics: Emmanuelle Filhastre Registration: Frédérique Fantino Communication: Chloé de Brouwer Website: www.lesvoilesdesaint-tropez.fr Facebook: Les Voiles de Saint-Tropez official Twitter: @VoilesSTOrg

Press Relations:

Maguelonne Turcat Photos:

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

Video: Guilain Grenier

 

 

ON S’EST DIT : « RENDEZ VOUS DANS UN AN ! »

13-com-vst16d5_0031

Voilà ! c’est fini ! près de 4 000 marins un peu groggy de tant de lumière, de tant d’excitantes régates, de tant de bonheur partagé à terre comme sur l’eau, peinaient aujourd’hui à réaliser que l’exceptionnelle édition des Voiles de Saint-Tropez 2016 s’achevait dans la douceur d’un dimanche d’automne. La remise des Prix traditionnellement organisée à la Citadelle de Saint-Tropez a donné lieu à un ultime moment de partage, plein de promesses de lendemains enchanteurs, ici même, dans un an. Un an à se remémorer les mille et un moments de bravoure de cette éblouissante semaine, des bords d’anthologie au contact de voiliers de légendes, dans l’écrin scintillant du golfe. Ils reviendront, plus convaincus que jamais du caractère unique des Voiles de Saint-Tropez, capables de réunir tant de marins d’horizons si différents dans une même communion d’esprit et d’humeur. Comme le souligne André Beaufils, Président heureux de la Société Nautique de Saint-Tropez, organisatrice de l’épreuve, ce sont eux, hommes de mer, skippers et propriétaires qui font l’événement, et prolongent édition après édition, le rêve des visionnaires créateurs voici 35 ans de la Nioulargue.

 

Ils ont dit :

André Beaufils, Président de la Société Nautique de Saint-Tropez

« C’est une édition qui s’inscrira dans les annales, au niveau de la météo bien entendu qui a été absolument fantastique, mais aussi au regard des contraintes qui nous étaient imposées cette année avec les travaux de la capitainerie, et leur incidence sur l’emplacement du village des Voiles, sans oublier les impératifs liés à la sécurité. On ne peut plus organiser un tel événement dans l’insouciance. Je suis ravi de cette semaine, tout comme l’ensemble des concurrents. C’est l’essentiel. Nos partenaires se sont déclarés heureux. La Municipalité de Saint-Tropez fait état de belles rencontres, notamment avec Tahiti, grâce aux Voiles. Le spectacle sur l’eau a été magnifique. Les media ont pu travailler dans des conditions optimums. Ces retours éminemment positifs constituent le salaire de tous nos bénévoles. Le village a plu, avec ses fenêtres en trompe l’oeil. On va conserver le concept en gagnant en largeur. Notre partenaire Rolex reviendra avec son espace hospitalité. On retrouvera ainsi l’entrée habituelle, mais avec des évolutions.

Comment mieux faire ? Je ne me pose pas la question. Je n’ai pas de record à battre. On a atteint un niveau qualitatif qui est en corrélation avec la manifestation. On peut modifier les choses en fonction des contraintes extérieures. Les Voiles de Saint-Tropez, c’est un peu l’auberge espagnole ; on y mange ce qu’on y amène ! Il n’y a pas d’enjeu à nos régates. L’esprit doit perdurer. On peut se permettre quelques excès, quelques coups de folie. Ce sont aux concurrents de créer cette folie. »

 

Georges Kohrel, Président du Comité de course

« Cette année, il est difficile de se montrer plus satisfait ! Quelle superbe semaine, avec de superbes conditions, de superbes régates ! On n’a pas eu de telles conditions depuis longtemps. Les équipes sur l’eau se connaissent parfaitement ; on effectue de petits ajustements, si nécessaire, afin qu’il n’y ait pas de rupture dans la chaine des compétences. Je n’ai aucun souci d’organisation vis à vis des trois comités de course, Modernes, Tradition et Wally. C’est la compétence de tous nos bénévoles sur l’eau qui permet de gérer ainsi simultanément trois ronds de course et 300 bateaux. Le beau temps et les beaux bateaux ont attiré beaucoup de monde sur l’eau. Il faut expliquer au public qui vient sur l’eau, comment respecter les régates. Pour l’année prochaine, on va modifier les horaires pour éviter que les rapides Modernes n’arrivent sous le Portalet au moment où les derniers Tradition prennent leur départ… »

 

Ils étaient à Saint-Tropez

Le monde de la mer, de la régate et de la course au large se donnent traditionnellement rendez-vous aux voiles. A la barre des plus belles unités, à la tactique, à la manœuvre, au rappel comme sur les quais, les plus grands noms de la voile sont présents dans le célèbre port varois et notamment, en cette année de Vendée Globe, deux concurrents qui seront au départ le 6 novembre : Sébastien Josse et Sébastien Destremeau, ainsi qu’un ancien vainqueur, qui sera responsable de la sécurité pour la prochaine édition : Alain Gautier. D’autres Tourdumondistes tels Sébastien Audigane, le Sud-Africain Jan Dekker, Philippe Poupon et son épouse l’actrice Géraldine Danon, Philippe Monnet, Bruno et Loïck Peyron (actuellement également dans le défi Artemis pour la prochaine America’s Cup) Lionel Péan ou Eric Peron.

Une palanquée de figaristes, ministes et autres classes océaniques comme Yannick Bestaven, Sébastien Rogues, Erwan Leroux, Nicolas Lunven, Armel Tripon, Des Olympiques… tels Sofian Bouvet, (équipe de France 470 Rio), Noé Delpech, (équipe de France 49er Rio), Guillaume Florent, médaillé olympique bronze Finn à Pékin ou l’Allemand Jöchen Schümann, champion olympique Finn et Soling, Des Spécialistes de la Coupe de l’America, Marc Pajot, Bruno Troublé, Sébastien Col, l’Americain Tom Whidden ou le Néo-zélandais Brad Butterworth, sans oublier les têtes couronnées passionnées de régate telles SAR Juan Carlos, roi d’Espagne, SAR Charles de Bourbon des Deux Siciles ou encore Pierre Casiraghi, barreur en titre du 15mJI Tuiga.

 

 

LES TROPHÉES DES VOILES

 

Trophée Rolex : Moonbeam IV (Grand Tradition)

Trophée Groupe Edmond de Rothschild : TP 52 Team Vision (IRC C)

Trophée BMW : Open Season (Wally)

Trophée Kappa : Leopard (IRC A)

Trophée Pommery du plus beau spi : Elena of London

Trophée YCF : Spartan

Trophée Byblos : Spartan (Epoque Aurique A)

Trophée Jetfly : Rowdy (Epoque Marconi A)

Trophée Euronews : Maria Giovanna II (Classe Invités)

Trophée Mercantour Events : Yanira (Classique Marconi A)

Trophée Esprit Village : Cholita (Epoque Marconi C)

Tropheminin : Alibi

Trophée les Marines de Cogolin : Team Chalets (IRC D)

Trophée SNSM : Absolutely (IRC E)

 

Les résultats :

 

Les Voiles de Saint-Tropez accueillent sur 3 « ronds » de course distincts trois grandes catégories de voiliers ; les bateaux Modernes, les yachts de Tradition, et les Wally.

5 Groupes de voiliers Modernes régatent à Saint-Tropez, répartis en 5 catégories régies par l’IRC. Ils ont tous validé 4 courses cette semaine.

 

 

 

Groupe IRC A

Ramblers 88 (George David) a longtemps mené les débats en alternance avec l’autre Mini Maxi, Leopard à Michael Slade. Les deux « avions de chasse » se sont jusqu’à vendredi partagé les victoires. C’est au final Leopard qui termine en trombe pour s’imposer. Lionel Péan place son VOR 70 « » sur le podium, fruit d’une belle régularité en temps réel. Il est devancé par l’immense ClassJ Velsheda pour la deuxième place.

 

Groupe IRC B

Le Baltic 50 Music (James Blackmore) s’impose grâce à deux belles victoires de manche. Il devance un homonyme, Music au Suisse Alba Batzill, et Lazy Dog de Sergio Sagramoso.

 

Groupe IRC C (Trophée Edmond de Rothschild)

Ce groupe hautement compétitif rassemble de redoutables racers de 50 et 52 pieds. les TP 52 Freccia Rossa au Russe vadim yakimenko et team Vision (Jean jacques Chaubard) y règnent en Maitre avec le plan Botin Arobas de gérard Logel en embuscade. C’est finalement et de haute lutte Team Vision qui s’impose devant les russes de Vadim Yakimenko.

 

Groupe IRC D

L’A 40 Team Chalets (Philippe Saint André) écrase littéralement la concurrence avec deux victoires de manche. Le J 133 Black Jack (Eric Gicquel) s’accroche à la deuxième place et tient à distance Wallis de Frédéric Bouillon.

 

Groupe IRC E

Groupe très dense avec pas moins de 36 engagés. Le M 36 Absolutely de Philippe Frantz rafle tout sur son passage. Le A 35 Tchin (Jean Claude bertrand) et HEAT, le farr 30 de max Augustin complètent dans cet ordre le podium.

 

 

WALLY (Trophée BMW) :

 

16 Wally, un record, étaient cette année engagés aux Voiles. Ils ont validé 6 courses au large de Pampelonne.

Michael Atkinson et son Open Season s’imposent après moult rebondissements, lors de la dernière journée, « chipant » le titre à l’habitué des victoires Magic Carpet Cubed de Sir Lindsay Owen Jones. Le 80 pieds J One barré par Piers Richardson monte sur le podium et empoche le classement des 80 pieds, dont 6 unités régataient au sein de ce groupe.

 

TRADITION 12 Groupes rassemblent l’ensemble des voiliers de tradition.

 

Groupe Classique Marconi Aurique : 7 inscrits

1- Yanira (Aas 1953)

2-Samarkand «5Sparksman&Stephens 1958)

3- Eugenia V (Rhodes 1968

 

Groupe Classique Marconi B

1- Outlaw (Illingworth 1963)

2- Argos (Holman 1964)

3- fantasque (Mauric 1970)

 

Groupe racer – rapides 12 m JI

1- Il Moro di Venezia (Frers 1976)

2- Ikra (Boyd 1964)

3- France (Mauric 1970)

 

Groupe Epoque Aurique

1- Spartan (Herreshoff 1912)

2- Olympian (Gardner 1913)

3- Chinook (Herreshoff 1916)

 

Groupe Epoque Aurique B

1- Kelpie of Falmouth (Sweisguth 1928)

2- Marigold (Nicholson 1897)

3- Lulu (Rabot Caillebotte 1897)

 

Groupe Epoque Marconi A

1- Rowdy (Herreshoff 1916)

2- Enterprise (Olin Stevens 1940)

3- Seven seas of Porto (Clinton Crane 1935)

 

Groupe Epoque Marconi B

1-Leonore (Anker 1925)

2- Jour de Fête (Paine 1930)

3- Carron II (Fife 1935)

 

Groupe Epoque Marconi C

1- Cholita (Potter 1937)

2- Blitzen

3- Fjord III (Frers 1947)

 

Groupe Grand Tradition (Trophée Rolex)

1- Moonbeam IV (Fife 1914)

2- Moonbeam III (Fife 1903)

3- Halloween (Fife 1926)

 

Classe Invités

1- Maria Giovanna II (Olin Stephens 1969)

2- Alibaba II

3- Dainty (Westmacott 1022)

 

Tofinou – 9 inscrits

1- Camomille – Jean Louis Nathan)

2- Black Legend (Christophe Delachaux)

3- Milou (Mario Schobinger)

 

Tofinou 9,5

1- Mynx – Guy Reynders

2- Pippa – Obe edward S. Fort

3_ Pitch – Patrice Riboud

 

15 m JI

1- Mariska (Fife 1908)

2- The lady Anne (Fife 1912)

3-Tuiga (Fife 1909)

4- Hispania (Fife 1909)

 

 

Partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

 

Organisation :

Société Nautique de Saint-Tropez, Président : André Beaufils Principal Race Officer : Georges Korhel Moyens sur l’eau : Philippe Martinez Administration et coordination logistique à terre : Emmanuelle Filhastre Inscriptions : Frédérique Fantino

Rédaction : Denis van den Brink Communication : Chloé de Brouwer

Site internet : www.lesvoilesdesaint-tropez.fr

Facebook : les Voiles de Saint-Tropez officiel

Twitter : @VoilesSTOrg

 

 

Relations Presse :

Maguelonne Turcat Tel 06 09 95 58 91 E-mail magturcat@gmail.com

 

Photos :

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

 

Production video :

GMR+G1 , Guilain Grenier

 

 

 

SAINT TROPEZ CROWNS ITS CHAMPIONS

01/10/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 6

One last hotly-contested race for all the competing groups
Fine champions, Moonbeam 4, Leopard and Spartan
The low-down on the Trophy winners…

Already tinged with nostalgia, there was still everything to play for among a number of the Modern and Classic yacht crews in today’s final day of racing in what has been an exceptional edition of Les Voiles de Saint-Tropez. Indeed, victory in Saint Tropez is increasingly cherished by the racers, as are the specific Trophies, which notably reward the winners of the Grand Tradition (Rolex Trophy) and Wally (BMW Trophy) categories as well as IRC C (Edmond de Rothschild Group Trophy). Though a light cloud veiled the sun this Saturday for the first time in 6 days of racing, the wind had just enough puff left to enable the final races to be run from Pampelonne to Les Issambres and the integration of a final course was eagerly devoured by all the competitors. In this way, some 4,000 sailors, skippers and owners will tomorrow celebrate the winners in what has been an action-packed week embellished by sunshine and friendship. Freccia Rossa (TP 52), Open Season (Wally), Moonbeam IV (Grand Tradition), Spartan (Epoque Aurique) and Rowdy (Epoque marconi) are among the big players who will leave the little port in southern France’s Var region with renewed pride, eager to repeat their performances at next year’s edition of Les Voiles de Saint Tropez.

 

Full house

The summer just seems to go on forever in Saint Tropez. The skippers of 300 of the most beautiful Modern and Classic yachts in the world have enjoyed every minute of it, united in the eternal spirit of yachting, just as Patrice de Colmont imagined in 1981. The glorious sunshine and good breeze have enabled nearly all the races to be run in and around the bay, where 4,000 sailors from over 20 countries have relished the camaraderie and the festivities both on land and at sea. With 6 races validated off Pampelonne, the Wally’s have contested the greatest number of races, alternating between windward-leeward and coastal courses. Split into 5 IRC groups, the Modern boats managed to rack up four races, as did the Classic yachts.

 

The big prizes at Les Voiles:

Rolex: Moonbeam IV

Mickael Créac’h, boat captain and skipper of Moonbeam IV, at the top of the leaderboard after the first three races, was still dreading this last day of racing, which was forecast to be rainy with little breeze. Fortunately, a light S’ly breeze enabled the Race Committee to launch a short, technical sprint at the given time bound for Les Issambres. With Moonbeam IV fully powered up out of the starting blocks, to windward of the massive schooner Elena of London, she rounded off her week in style, leaving the rest of the fleet in her wake to take victory in the 13-mile race. And so it is that the much coveted Rolex Trophy goes to the big Moonbeam (Fife 1914). The eldest of the Moonbeams, the No.3, otherwise known as Moonbeam of Fife (1903), secured a splendid second place, alongside the large Bermudan cutter, Halloween (1926), she too a Fife.

 

BMW Trophy: Open Season

Dominating play with two superb victories and one 2nd place during the windward-leewards, the crew on the Wally 107 Open Season were fearful of the coastal race lined up for this final day. Indeed, in this the 6th race of the week for Luca Bassani’s designs, Magic Carpet Cubed was the race favourite after an impressively consistent performance round the cans and offshore. However, in today’s medium breeze off Pampelonne, Michael Atkinson was a surprise victor on Open Season. Magic Carpet Cubed and Sir Lindsay Owen Jones took second place, while Piers Richardson and J One scored a very fine 3rd place, just pipping Tango to the post.

 

Edmond de Rothschild Group Trophy: TP 52 Team Vision.

A battle royal reigned in this category with just one point separating the Russians on the TP 52 Frescia Rossa led by Vadim Yakimenko and the French on Team Vision skippered by Jean Jacques Chaubard on the eve of the final day of racing. Both gave their absolute all today but ultimately the French crew just did enough to take home the Edmond de Rothschild Trophy. Arobas, the Botin design, earned a much deserved third place in an extremely tough line-up of 24 boats.

 

Trouble among the Modern big boys.

Though the hierarchy for this very elite group of large Modern yachts may have originally seemed like a foregone conclusion, throughout the past week it has been turned on its head thanks to the excellent performances posted by the challengers and the medium conditions, which have left no room for error. The 100-foot Farr design Leopard did manage to live up to expectations despite a blip on Wednesday, but her companions on the podium are somewhat unexpected: Velsheda, the 1933 J Class got the better of the other giant in her category, Lionheart (Hoek 2010) and ended up just one point behind Leopard. Logically Rambler88 was a big contender for third place, but it’s Lionel Péan’s VOR 70 S that takes it after a great week despite her disastrous rating.

 

A yacht of distinction: Mignon

Mignon was built in 1905 in Norway to race in the 7 M JI category, a class with few takers that quickly disappeared. She’s a 16m45 wooden sloop designed by August Plym. Originally gaff rigged, the boat was transformed into a 7/8 Marconi back in 1911. The first owner was an English captain and the boat was based in the Solent. After a string of different owners and ports of registry, she was restored in Italy and then, more recently, Marseille, and has just started racing in the Mediterranean. Her name harks back to an enigmatic Goethe character familiar to Ambroise Thomas and Richard Wagner operas.

 

Kilroy was here!

The late lamented John “Jim” Kilroy, owner of the Kialoa Maxi Yacht saga, who sadly died on Thursday and was a great force at Les Voiles, adopted a strange maxim that decorated the transom of all his Kialoa Maxis. “Kilroy was here” depicted a bald-headed man with a prominent nose peeking over a wall. Commonplace worldwide, in WWII it was used by the GIs to lay claim to supposedly new territories and is accredited to an American metallurgist, he too known by the name of James Kilroy, who used it to mark the spaces on the ships that he’d inspected at the Fore River Shipyard in Quincy, Massachusetts.

 

Today’s partners:

Byblos

Saint Tropez’ palace partners Les Voiles every year without fail. Nestled between the Citadel and the Place des Lices square, Hotel Byblos opens its doors from April to October to the great delight of its guests who come from all over the world. The colours of the Mediterranean are conveyed in the hotel’s 91 rooms and suites. The establishment boasts a Spa by Sisley Cosmetics, a restaurant beside the pool, a gym, a treatment centre and a night club, among its many other excellent services. Its restaurant “Rivea at Byblos” offers authentic cuisine from top chef Alain Ducasse, which sublimates the products of Provence and Italy. A charming hotel for a decadent stay in Saint Tropez, the Byblos also hosts tailored events, weddings, receptions and conferences.

 

Jetfly

A new addition to Les Voiles’ partners’ club, Jetfly provides flights for business and private users. Jetfly manages Europe’s largest fleet of PC 12s, small business planes able to take off and land on relatively short runways. The planes operate on a joint-ownership basis and are readily available to the joint owners, which is why there are a number of them in and around Saint Tropez. “This is why we were keen to approach Les Voiles,” explains Cédric Lescope, CEO of Jetfly, “as a number of our joint-owners sail here year-round. Since the start of the year, we’ve landed at Saint Tropez airport over 500 times. Moreover, 8 of our planes are on stand-by in Saint Tropez throughout Les Voiles, at the disposal of our clients and owners…”

 

 

Partners to Les Voiles de Saint-Tropez

ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

 

 

PROGRAMME

MODERN YACHTS

Saturday 24 September – Sunday 25: Registration and inspection

Monday 26, Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 11:00am

 

CLASSIC YACHTS

Sunday 25 and Monday 26 September: Registration and inspection

Sunday 25 September: finish of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne from Cannes

Tuesday 27, Wednesday 28, Thursday 29 (J. Laurain Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 30 September and Saturday 1 October: Coastal course, 1st start 12:00 noon

 

Prize-giving for everyone

Sunday 2 October, from 11:00am

Organisation:

Société Nautique de Saint-Tropez, President: André Beaufils Principal Race Officer: Georges Korhel On the water organisation: Philippe Martinez On shore administration and logistics: Emmanuelle Filhastre Registration: Frédérique Fantino Communication: Chloé de Brouwer Website: www.lesvoilesdesaint-tropez.fr Facebook: Les Voiles de Saint-Tropez official Twitter: @VoilesSTOrg

 

Press Relations:

Maguelonne Turcat Photos:

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

 

SAINT-TROPEZ SACRE SES ROIS

01/10/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 6

Nouvelle manche très disputée pour tous les groupes en lice
De beaux champions, Moonbeam 4, Leopard, Spartan
Les vainqueurs des Trophées connus…

Déjà empreinte de nostalgie, la dernière journée de régate d’une exceptionnelle édition des Voiles de Saint-Tropez revêtait pourtant, et pour nombre de voiliers tant Modernes que Classiques, un vif intérêt sportif. La victoire à Saint-Tropez est en effet de plus en plus prisée des régatiers, tout comme les Trophées spécifiques qui récompensent notamment les vainqueurs en catégorie Grand Tradition (Trophée Rolex), Wally (Trophée BMW) ou le meilleur en IRC C (Trophée Groupe Edmond de Rothschild). Et si le ciel s’était ce matin quelque peu voilé, après avoir 6 jours durant inondé de bleu le golfe aux étoiles, le vent avait conservé juste assez de pression pour permettre de Pampelonne aux Issambres, les mises en place d’un ultime parcours dévoré avec appétit par tous les concurrents. 4 000 marins, skippers et propriétaires célébreront ainsi demain dimanche les lauréats d’une semaine comblée d’action, de soleil et d’amitié ; les Freccia Rossa (TP 52), Open Season (Wally), Moonbeam IV (Grand Tradition), Spartan (Epoque Aurique) ou Rowdy (Epoque marconi) et consorts quitteront le petit port Varois avec plus qu’une nouvelle ligne à leur palmarès déjà si riche, mais avec cette part de légende qui renait chaque année à Saint-Tropez aux derniers jours de l’été.

Carton plein

L’été ne veut décidément pas mourir à Saint-Tropez. Il a toute la semaine choisit d’exaucer de ses faveurs 300 des plus beaux yachts Modernes et Classiques, unis dans l’esprit éternel du yachting, tel que Patrice de Colmont l’a imaginé en 1981. Généreux et chaud soleil, vent suffisamment établi en force et direction pour permettre la validation de quasiment toutes les manches lancées dans et en bordure du golfe, ont constitué le quotidien en mer des 4 000 marins venus de plus de 20 pays, et qui ont trouvé à terre la fraternité si particulière des gens de mer pour communier dans la plus joyeuse des fêtes. Avec 6 courses validées, ce sont les Wally qui, au large de Pampelonne, et en alternant parcours bananes et côtiers, auront disputé le plus de manches. Quatre courses au bilan des voiliers Modernes répartis en 5 groupes IRC, tandis que les yachts classiques entrés, et c’est la tradition, plus tard dans la sarabande, affichent également quatre courses au tableau. On l’a compris, les vainqueurs de la semaine, dans les 12 catégories classiques, 5 groupes IRC et Groupe Wally, n’ont en rien usurpé leurs titres.

Les Grands Trophées des Voiles :

Rolex : Moonbeam IV

Mickael Créac’h, boat captain et skipper de Moonbeam IV, en tête à l’issue des trois premières courses, redoutait pourtant cette dernière journée de régate annoncée sous l’influence d’un temps pluvieux et peu venté. Que nenni ! Un léger flux de secteur sud est permettait au Comité de course d’envoyer à l’heure prévue une manche voulue courte et technique en direction des Issambres. Et Moonbeam IV, bien lancé dès le départ au vent de l’immense goélette Elena of London paraphait de la meilleure des manières sa belle semaine en s’imposant au terme d’un joli parcours d’environ 13 milles. Une victoire qui scellait l’attribution du très convoitée Trophée Rolex et récompensait le grand Moonbeam (Fife 1914). L’ainé des Moonbeam, le N°3 aussi connu sous le nom de Moonbeam of Fife (1903) fait un splendide deuxième, aux côtés du grand cotre Bermudien lui aussi signé Fife, Halloween (1926).

Trophée BMW ; Open Season

Dominateur avec deux belles victoires et une place de 2 lors des parcours construits dits bananes, le Wally 107 Open Season redoutait la course côtière programmée pour l’ultime journée. Cette 6ème course de la semaine pour les magnifiques yachts chers à Luca Bassani semblait en effet promise à Magic Carpet cubed, impressionnant de régularité tant entre trois bouées, qu’au large. Dans le temps medium qui a régné aujourd’hui du côté de Pampelonne, c’est Michael Atkinson qui a su tirer son épingle du jeu et placer Open Season en tête des classements. Magic Carpet3 et Sir Lindsay Owen Jones prennent la deuxième place tandis que Piers Richardson et J One signent une très belle 3ème place au nez et à la barbe de Tango.

Trophée Groupe Edmond de Rothschild ; TP 52 Team Vision.

C’est à une véritable finale que se sont livrés les Russes du TP 52 Frescia Rossa face aux français de Team Vision, séparés à la veille de l’ultime manche de la semaine par un seul petit point. Les équipages se sont donnés à fond et les Russes de Vadim Yakimenko ont du s’incliner face aux marins de Jean Jacques Chaubard qui s’adjugent donc le Trophée Edmond de Rothschild. Arobas, le plan Botin est un très valeureux troisième d’un groupe extrêmement relevé de pas moins de 24 bateaux. On soulignera la belle 6ème place de l’un des trois Swan 50 en lice, celui de Leonardo Ferragamo sur Cuordileone.

Du rififi chez les grands Modernes.

Si la hiérarchie du très élitiste groupe des Grands Modernes semblait, au regard du plateau présenté, quelque peu déjà écrite, elle a tout au long de la semaine été bousculée par l’excellence des challengers, et par des conditions météos médium qui ne laissaient que peu de marge à l’erreur. Certes, la « luge » de 100 pieds signée Farr Leopard s’impose malgré son faux pas de mercredi, mais ses assesseurs sur le podium sont quelque peu inattendus : Velsheda, le J Class de 1933 dame le pion à l’autre géant de sa catégorie, la réplique Lionheart (Hoek 2010) et vient échouer d’un petit point derrière Leopard. Et là où l’on attendait fort logiquement « l’ogre » Rambler88, c’est le VOR 70 S de Lionel Péan qui monte sur le podium au terme d’une belle semaine qui l’a vu gommer les effets de son désastreux rating.

Yacht Extra – ordinaire : Mignon

Mignon  a été construit en 1905 en Norvège, pour régater dans la catégorie des 7 mètres de jauge internationale, une classe qui n’a compté que très peu de bateaux et a rapidement disparu. Il s’agit d’un sloop de 16m45 en bois sur plans August Plym. Originalement gréé en Aurique, le bateau a été transformé en Marconi 7/8 dès 1911.

Le premier propriétaire était un capitaine anglais et le bateau était basé dans le Solent. Il a ensuite changé plusieurs fois de propriétaire et de port. Il a été restauré en Italie puis, plus récemment, à Marseille. Il participe depuis peu, aux régates Méditeranéennes. Le nom viendrait d’un personnage énigmatique de Goethe, qu’on retrouve dans des opéras d’Ambroise Thomas et de Richard Wagner.

 

Le saviez vous ?

Le voilier de classe J, Velsheda a été conçu par Charles Ernest Nicholson et construit en 1933 par le chantier Camper and Nicholsons à Gosport, Hampshire. Extrême comme tous les Class J, il mesure 39,40 mètres hors tout pour un maître-bau de 6,60 mètres, un tirant d’eau de 4,80 mètres. Il a été construit pour l’homme d’affaires William Stephenson-Laurent, propriétaire de la chaîne de magasins Woolworth qui le nomma ainsi en contractant les trois premières syllabes des prénoms de ses filles : Velma, Sheila and Daphne. Entre 1933 et 1936, il a remporté de nombreuses courses et a participé, avec d’autres grands yachts tels que Britannia, Endeavour et Shamrock V, à de nombreuses régates entre 1933 et 1936. Pourtant, et malgré sa conception, il ne participa pas à la mythique Coupe de l’America.

 

Coups de canon royaux

Hispania, l’élégant cotre aurique de la Classe des 15 m JI salue chaque jour à Saint-Tropez son entrée et sa sortie du port de deux coups de canons ; un privilège hérité sans doute de son commanditaire du siècle dernier, le roi Alphonse XIII, le monarque navigateur. Un clin d’oeil peut-être aussi à la discrète présence aux Voiles cette semaine de SAR Juan Carlos…

 

Kilroy was here !

Le déjà très regretté John « Jim » Kilroy, propriétaire de la saga des Maxis Yachts Kialoa, décédé avant hier, avait fait sienne une étrange maxime qui ornait le tableau arrière de ses Maxis Kialoa, « Kilroy was here », orné d’un dessin représentant un demi visage avec un gros nez. L’origine de ce graffiti que l’on retrouve aux quatre coins du monde, adoptée durant la seconde guerre mondiale par tous les GIs qui le griffonnaient au hasard de leurs pérégrinations, est imputable à un ouvrier métallurgiste américain du nom de James Kilroy. James travaillait à la construction de bateaux et était inspecteur au Fore River Shipyard de Quincy dans le Massachussetts. Il comptait les rivets fixés sur les coques de bateaux et marquait d’une croix les espaces inspectés. Mais les poseurs de rivets (Riveters) étaient à l’époque payés au rivet posé. Ils repassaient ainsi derrière James et effaçaient ses marques. L’inspecteur suivant plaçait une nouvelle coche et les riveter étaient payés deux fois. C’est pour contrer ces manoeuvres que James Kilroy décida de signer ses interventions de  « Kilroy was here », preuve de son passage, qu’il ornait du petit dessin, et que l’on retrouve ainsi, clin d’oeil à son homonyme, sur les bateaux de John Kilroy.

 

Les partenaires du jour :

Byblos

Le palace tropézien est un partenaire indéfectible des Voiles. Niché entre la Citadelle et la Place des Lices, l’hôtel Byblos ouvre d’avril à octobre pour le plus grand plaisir de ses hôtes venant du monde entier. Les couleurs de la Méditerranée se retrouvent dans les 91 chambres et suites de l’hôtel. Le Palace tropézien dispose d’un Spa by Sisley Cosmetics, d’un restaurant en bord piscine, le « B. », d’une salle de fitness, d’un centre de soins d’endermologie LPG, d’un service de conciergerie « Clefs d’Or » 24h/24 et du night-club « Les Caves du Roy ». Son restaurant « Rivea at Byblos » by Alain Ducasse propose une cuisine authentique sublimant les produits issus des terroirs de la Provence et de l’Italie. Hôtel de charme pour des séjours d’exception sur la Côte d’Azur, le Byblos organise également des évènements sur mesure, mariages, réceptions, incentives ou encore séminaires.

 

Jetfly

Nouvelle venue parmi les partenaires des Voiles, la société Jetfly assure des vols d’affaires, mais aussi privés. Jetfly gère la plus grande flotte de PC 12 en Europe, petits avions d’affaire capables de se poser et de décoller de pistes relativement courtes. Les avions fonctionnent sur la base de la co-propriété, et sont rapidement à disposition des co-propriétaires. Ils sont ainsi un certain nombre résidant autour de Saint-Tropez. « C’est pourquoi que nous avons souhaité nous rapprocher des Voiles, » explique Cédric Lescope, PDG de Jetfly, « car nombre de nos co-propriétaires naviguent ici à l’année. Nous avons depuis le début de l’année assuré plus de 500 atterrissages sur l’aéroport de Saint-Tropez. 8 de nos avions sont par ailleurs en stand by à Saint-Tropez durant les Voiles, à la disposition de nos client et propriétaires… »

 

 

Partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

 

PROGRAMME

Pour tout le monde remise des prix

Dimanche 2 Octobre, à partir de 11 heures

Organisation :

Société Nautique de Saint-Tropez, Président : André Beaufils Principal Race Officer : Georges Korhel Moyens sur l’eau : Philippe Martinez Administration et coordination logistique à terre : Emmanuelle Filhastre Inscriptions : Frédérique Fantino

Rédaction : Denis van den Brink Communication : Chloé de Brouwer

Site internet : www.lesvoilesdesaint-tropez.fr

Facebook : les Voiles de Saint-Tropez officiel

Twitter : @VoilesSTOrg

Relations Presse :

Maguelonne Turcat
Photos :

Gilles Martin-Raget, www.martin-raget.com

 

Production video :

GMR+G1 , Guilain Grenier