Thank you and see you next year!

07/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 7

Today, the traditional glamorous awards ceremony for the Prizes and Trophies at the citadel in sunny Saint Tropez rounded off this extraordinary festival of international yachting. Nearly 4,000 skippers, captains, sailors and owners are now returning to their daily lives right around the sailing planet, some in awe, some just a little stunned by so much festivity and marine splendour throughout the past week in the wonderful bay setting in France’s Var region. The 2017 edition once again enthralled those on the water and those on shore and it’s certainly going to be a long wait for all concerned until 2018. In the meantime, seafarers and sailing fans the world over can be warmed by the memories and the thousands of dazzling images of the extraordinary and timeless racing amongst the world’s most beautiful boats.
André Beaufils, President of the Société Nautique de Saint-Tropez “We’ll naturally remember the beautiful weather conditions that guaranteed the success of this edition. 2017 is a fine vintage. Each year, I wonder how I can introduce new innovations to amaze those on shore. I have a few ideas for next year’s 20th edition. The parade by the crews seems to be running out of steam slightly so we need to think about how we can fire up the festive aspect of the event even more. The feedback from the crews and owners is excellent and it’s a pleasure to hear that. The only slight reservations relate to the on-the-water safety regarding the spectator boats. In addition, I’m very happy to witness the enthusiasm of the local, regional, national and international media with over 200 French and overseas journalists and 20 teams filming the event. Var Matin graced us with covers and very comprehensive articles every day and the partners appear to be delighted.”
Georges Kohrel, Principal Race Officer “We enjoyed very good conditions throughout the week from Monday onwards, and though sometimes a little boisterous according to some, the wind was a constant player! There are no serious collisions to lament. However, we did see around ten or so sailors end up in the drink, without consequence fortunately! I’m very pleased with the Committees, the teams on the water and the safety guys, who were very much in demand on the water due to the presence of countless spectator boats, which didn’t always stick to the rules or respect those yachts out on the racetrack. We have been fleshing out our teams each year and we’re endeavouring to call upon our powers of persuasion to prevent visiting boats from taking the risk of getting too close to the yachts whilst racing. There is quite an education required in that department. The competitors’ safety is essential. Aside from that, everyone has worked really well, with a great display of solidarity in evidence. There have only been a few protests made to the jury, which proves that everything’s working well!”
Sailing glamour at Les Voiles: Loïck Peyron, Franck Cammas (Babsy), Patrizio Bertelli (Linnet) Sébastien Audigane (Mariska), Sébastien Destremeau (Ikra), Christian Ponthieu (Mariska), Alain Fédensieu (Nagaiana), Antoine Carpentier (Black pepper 2), Pablo Santurde (The Lady Anne), Jochen Schuman (Open Season), Ben Ainslie (Blitzen), Marc Pajot (Tango), Marcel van Triest (Magic Carpet3), Alexia barrier (Nada), Brad Butterworth (Rambler), Jan Dekker (Rambler), Dimitri Deruelle (Team Vision), Sime Fantella (Nahima), Flavio Favini (Magic Blue), German Frers (Fjord III), Torben Grael (Linnet), Erwan Leroux (Genie of the lamp), Philippe Monnet (Lys), Lionel Péan (Babsy), Thierry Péponnet (Tango), Luc Poupon, Sébastien Col (Renata), Marie Tabarly (Mariska), Bruno Troublé (Chips), Nicolas Troussel (Daguet), Vasco Vascotto (Cannonball), Tom Whidden (Magic Carpet), Pierre Casiraghi (Tuiga)…
The rankings: Wally The Wallys, in their dedicated round set off Pampelonne, validated 6 superb races, alternating between windward-leewards and pretty coastal sprints. 14 of these futuristic machines were competing this week. The battle royal between the 4 Wallycento certainly lived up to its promises, Magic Carpet3 dominating the top spot for a long while against the formidable Open Season. Ultimately though, it was the ‘little’ Wally 77 Lyra that took the trophy by winning two fine races. 1- Lyra – Wally 77: 12 pts 2- Open Season – Wally 107: 14 pts 3- Magic Carpet3 – Wallycento: 15 pts Modern craft  The 5 IRC groups all validated 4 races this week amidst a range of very varied breeze, which enabled a number of fine winners to be crowned.
IRC A  Cammas at ease in VOR 70 For Franck Cammas, stepping back aboard a VOR 70 was like riding a bike. Accompanied by Lionel Péan and crew aboard the sistership to his Groupama IV, he got the better of the Maxi 72 Cannonball and the giants Rambler and My Song, turning this week’s windy conditions to their advantage. 1- Babsy – Franck Cammas: 17 pts 2- Cannonball – Dario Ferrari: 24 pts 3- Rambler – George David: 25 pts
IRC B 1- Music –  James Blakemore: 12 pts 2- Daguet – Frederic Puzin: 14 pts 3- Flo d’Orient – Bernard Coquelet : 16 pts
IRC C  1- Renata – Orel Kalomeni: 8 pts 2- Alizée – Laurent Camprubi: 10 pts 3- Arobas – Gerard Logel: 14 pts
IRC D 1- Takaoama3 – Pierre Chartier: 18 pts 2- Vito 2 – Gian Marco Magrini: 20 pts 3- Al Dente – Hubert Lombardo: 23 pts I
RC E
1- Alice – Simon Henning – 11 pts 2- Heat – Max Augustin – 13 pts 3- Expresso 2 – Guy Claeys – 16 pts
Classics: The Classic yachts sailed some spectacular races in the bay each day. The four Fife-designed 15 m JIs competing for the Rolex Trophy completed 7 races in all.
Grand Tradition  1- Moonbeam III — Erwan Noblet: 8 pts 2- Halloween – Inigo Strez: 15 pts 3- Elena of London – Steve McLaren: 17 pts
Gaff-rigged Epoque Group A 1- Spartan – Charles Ryan: 9 pts 2- Olympian – Marc Audineau: 9 pts 3- Kelpie – Olive Pelham: 11 pts
Gaff-rigged Epoque Group B 1- Linnet – Patrizio Bertelli: 4 pts 2- Tilly XV – Joeri Moessnang: 8 pts 3- Oriole – Laurence Rames de Moers: 20 pts Marconi Epoque A 1- Rowdy – Riendan McCarthy: 10 pts 2- Blitzen – Peter Morton: 11 pts 3-  Enterprise – Hans Christian Schrijvers: 17 pts
Marconi Epoque B – the 8ms 1- Cholita – Bruno Catalan: 8 pts 2- Carron II – Jean Luc Leveque: 9 pts 3- Jour de Fête – Pascal Oddo: 18 pts
Marconi Epoque C 1- Cippino II – Daniel Sieleki: 7 pts 2- Fjord III – German Frers: 11 pts 3- Comet – Marc Marciano: 16 pts
Marconi Epoque D 1- Sonda – Eric Leprince: 5 pts 2- Nagaiana – Alain Fédensieu: 14 pts 3- Java – Schengili: 15 pts
Marconi Classic A 1- Lys – Philippe Monnet: 8 pts 2- Eugenia V: 13 pts 3- Yanira – Andre de Leon: 13 pts
Marconi Classic B 1- St Christopher – Daria Cabai: 9 pts 2- Aigue Blu – Fabrice Garau: 20 pts 3- Palynodie II – Henri Ferbus: 16 pts
Marconi Classic C 1- France – Thierry Verneuil: 9 pts 2- Ikra – Sebastien Destremeau: 10 pts 3- Sovereign – Nicolas Berenger: 10 pts
Guest Group 1- Maria Giovanna II – Jean Pierre Sauvan: 7 pts 2- Alibaba II – Jorge Blanco: 9 pts 3- Windhover – Olivier Poulain: 12 pts
Modern Marconi 1- Camomille – Jean Louis Nathan: 12 pts 2- Jolt – Peter Harrison: 17 pts 3- Aetos – Nicolas Sihouris: 13 pts
15 M JI 15 mJI after 7 races. Mariska is declared the winner thanks to the number of race wins posted, namely four. 1- Mariska – Benjamin Redreau: 14 pts 2- The Lady Anne – Le May Richard: 14 pts 3- Tuiga – Pierre Casiraghi: 20 pts 4- Hispania – Jose Rabane: 23 pts
The Yacht Club de France’s Autumn Cup 12 m JI: 1- Ikra – Sébastien Destremeau Gaff Group 1- Tilly XV – Joerg Moessnang Classic Group: 1- Maria Giovana II – Jean Pierre Sauvan Marconi Group: 1- Argyll – Griff Rhys Jones Marconi B Group 1- Cippino II – Martin Billoch Tofinou Group 1- Pitch – Patrice Ribaud
The Trophies: Rolex TrophyMariska – Christian Niels – 15 m JI  Edmond de Rothschild TrophyRenata – Orel Kalomeni – IRC C BMW Trophy: Wally 77 Lyra – Jaimie Anderson – Wally TrophemininStele – Pascale Ligier The Town of Saint-Tropez TrophyRenata –Orel Kalomeni – Modern boats, all categories combined ParadeAsana Bowling (petanque) competitionJava Bleue Yacht Club de France Trophy: Tilly XV – Joerg Moessnang Loro Piana TrophyBabsy – Franck Cammas – IRC A Kappa TrophyMusic – James Blackmore – IRC B  Enata TrophyTokaoma3 – Pierre Chartier – IRC D Marines de Cogolin TrophyAlice – Simon Henning IRC E Le Byblos TrophySpartan – Charles Ryan Gaff-rigged Epoque A Pommery TrophyLinnet – Patricio Bertelli Gaff-rigged Epoque B Jetfly TrophyRowdy – Brendan Mc Cathy Marconi Epoque A SNSM TrophyCholita – Bruno Catalan Marconi Epoque B Esprit Village TrophyCippino II – Daniel Sieleki Marconi Epoque C Air France TrophySonda – Eric Leprince Marconi Epoque D Mercantour TrophyLys – Philippe Monnet Marconi Classic A

Merci et à l’année prochaine !

03/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour3

La traditionnelle remise des Prix et Trophées à la citadelle de Saint-Tropez est venue aujourd’hui et comme à l’accoutumée clore cet extraordinaire festival du yachting international que sont devenue les Voiles de Saint-Tropez sous un soleil radieux. Près de 4 000 skippers, capitaines, marins et propriétaires s’en retournent à présent à leur quotidien des quatre coins de la planète voile, un peu étourdis par tant de fête et de splendeur maritime déployée tout au long de la semaine dans l’écrin du golfe varois. L’édition 2017 les a de nouveau comblés sur l’eau et ravi à terre, et il va falloir désormais s’armer de patience pour attendre toute une année de retrouver en 2018 cette amitié, cette convivialité propre à l’événement tropézien. Sans oublier la complicité propre aux gens de mer qui s’est exprimée cette année particulièrement entre Saint-Tropez et Saint-Barth : tous marins, tous solidaires. Restent les souvenirs, et les milliers d’images éblouissantes de régates hors normes, hors du temps, qui mettent en scène et en lumière les plus beaux voiliers du monde.

André Beaufils, Président de la Société Nautique de Saint-Tropez

« On retiendra naturellement les belles conditions météos qui ont garanti le succès de cette édition. 2017 est un bon cru. Chaque année je m’interroge sur la manière d’innover pour étonner à terre. J’ai quelques idées pour la 20ème édition l’an prochain. Le défilé des équipages semble s’essouffler. Il faut réfléchir à relancer cet aspect festif de l’événement. Les retours des marins équipiers ou propriétaires sont excellents. Cela fait plaisir à entendre. Les seules réserves concernent la sécurité sur l’eau vis à vis des bateaux spectateurs. Par ailleurs, je suis très heureux de mesurer l’engouement médiatique local, régional, national et international avec plus de 200 journalistes français et étrangers et 20 équipes de tournage présents sur l’événement. Var Matin nous a gratifié de Unes et de sujets très complets chaque jour. Les partenaires semblent ravis »
Georges Kohrel, Principal Race Officer « De très belles conditions toute la semaine à part lundi, parfois un peu musclées de l’avis de certain, mais le vent était au rendez-vous ! On n’a pas eu à déplorer de collisions graves. En revanche, on a constaté une dizaine de chutes à la mer. Sans conséquence bien heureusement ! Je suis très satisfait des Comités, des équipes sur l’eau et de la sécurité, qui a été extrêmement sollicitée sur l’eau, par la présence d’innombrables bateaux spectateurs pas toujours très disciplinés ni respectueux des voiliers en course. Nous renforçons chaque année nos équipes, et nous efforçons de faire appel à la pédagogie pour prévenir les plaisanciers des risques à trop s’approcher des yachts en course. Il y a toute une éducation à faire. La sécurité des concurrents est primordiale. Sinon, tout le monde a bien travaillé avec une belle solidarité. Peu de réclamations au jury, ce qui prouve que tout fonctionne bien ! »
Ils étaient aux Voiles : Loïck Peyron, Franck Cammas (Babsy), Patrizio Bertelli (Linnet) Sébastien Audigane (Mariska), Sébastien Destremeau (Ikra), Christian Ponthieu (Mariska), Alain Fédensieu (Nagaiana), Antoine Carpentier (Black pepper 2), Pablo Santurde (The Lady Anne), Jochen Schuman (Open Season), Ben Ainslie (Blitzen), Marc Pajot (Tango), Marcel van Triest (Magic Carpet3), Alexia barrier (Nada), Brad Butterworth (Rambler), Jan Dekker (Rambler), Dimitri Deruelle (Team Vision), Sime Fantella (Nahima), Flavio Favini (Magic Blue), German Frers (Fjord III), Torben Grael (Linnet), Erwan Leroux (Genie of the lamp), Philippe Monnet (Lys), Lionel Péan (Babsy), Thierry Péponnet (Tango), Luc Poupon, Sébastien Col (Renata), Marie Tabarly (Mariska), Bruno Troublé (Chips), Nicolas Troussel (Daguet), Vasco Vascotto (Cannonball), Tom Whidden (Magic Carpet), Pierre Casiraghi (Tuiga)…

Les classements : Wally Les Wally, sur leur rond dédié mouillé devant Pampelonne, ont validé 6 belles courses, alternant parcours « bananes » et jolis côtiers. 14 de ces superbes machines futuristes étaient en lice cette semaine. L’affrontement annoncé entre les 4 Wallycento a tenu toutes ses promesses, Magic Carpet3 étant longtemps en position de s’imposer face au redoutable Open Season. C’est pourtant le « petit » Wally 77 Lyra qui met toute le monde d’accord en remportant notamment deux belles victoires de manche 1- Lyra – Wally 77 : 12 pts 2- Open Season – Wally 107 : 14 pts 3- Magic Carpet3 – Wallycento : 15 pts

Modernes Les 5 groupes IRC ont tous validés 4 courses cette semaine, dans un range de vent très varié, qui permet de sacrer de beaux vainqueurs.
IRC A Cammas à l’aise en VOR 70 Franck Cammas n’a rien oublié du maniement du VOR 70. Il s’impose en compagnie de Lionel Péan à bord du voilier sistership de son Groupama IV, et dame le pion au Maxi 72 Cannonball et aux géants Rambler et My Song, tirant le meilleur parti des conditions ventées de la semaine. 1- Babsy – Franck Cammas 17 pts 2- Cannonball – Dario Ferrari : 24 pts 3- Rambler – Georges David : 25 pts
IRC B 1-Music – James Blakemore 12 pts 2 – Daguet – Frederic Puzin 14 pts 3- Flo d’Orient -Bernard Coquelet : 16 pts
IRC C 1- Renata – Orel Kalomeni : 8 pts 2- Alizée – Laurent Camprubi : 10 pts 3- Arobas – Gerard Logel : 14 pts
IRC D 1- Takaoama3 – Pierre Chartier : 18 pts 2- Vito 2 – Gian Marco Magrini : 20 pts 3- Al Dente- Hubert Lombardo – 23 pts
IRC E 1- Alice – Simon Henning – 11 pts 2- Heat – Max Augustin – 13 pts 3- Expresso 2 – Guy Claeys – 16 pts
Classiques : Les voiliers Classiques ont chaque jour pu valider de spectaculaires courses dans le golfe. Engagés dans le Trophée Rolex, les quatre 15 m JI signes Fife ont, quant à eux, disputé 7 courses.
Grand Tradition 1- Moonbeam III — Erwan Noblet : 8 pts 2- Halloween – Inigo Strez : 15 pts 3- Elena of London -Steve McLaren : 17 pts
Groupe époque Aurique A 1- Spartan – Charles Ryan : 9 pts 2- Olympian – Marc Audineau : 9 pts 3- Kelpie – Olive Pelham : 11 pts
Epoque Aurique B 1- Linnet – Patrizio Bertelli : 4 pts 2- Tilly XV – Joeri Moessnang : 8 pts 3- Oriole – Laurence Rames de Moers : 20 pts
Epoque Marconi A 1- Rowdy – Riendan Mc Carthy : 10 pts 2- Blitzen – Peter Morton : 11 pts 3- Enterprise – Hans Christian Schrijvers : 17 pts
Epoque Marconi B – les 8 m 1- Cholita – Bruno Catalan : 8 pts 2- Carron II – Jean Luc leveque : 9 pts 3- Jour de Fête – Pascal Oddo : 18 pts
Epoque Marconi C 1-Cippino II – Daniel Sieleki : 7 pts 2- Fjord III – German Frers : 11 pts 3- Comet – Marc Marciano : 16 pts
Epoque Marconi D 1- Sonda – Eric Leprince : 5 pts 2- Nagaiana – Alain Fédensieu : 14 pts 2- Java – Schengili : 15 pts
Classique Marconi A 1- Lys – Philippe Monnet : 8 pts 2- Eugenia V : 13 pts 3- Yanira – Andre de Leon : 13 pts
Classique Marconi B 1- St Christopher – Daria Cabai : 9 pts 2- Aigue Blu – Fabrice Garau : 20 pts 3- Palynodie II – Henri Ferbus : 16 pts
Classique Marconi R 1- France – Thierry Verneuil : 9 pts 2- Ikra – Sebastien Destremeau : 10 pts 3- Sovereign – Nicolas Berenger : 10 pts
Groupe Invités 1- Maria Giovanna II – Jean Pierre Sauvan : 7 pts 2- Alibaba II – Jorge Blanco : 9 pts 3- Windhover – Olivier Poulain : 12 pts
Marconi Moderne 1- Camomille – Jean Louis Nathan : 12 pts 2- Jolt – Peter Harrison : 17 pts 3- Aetos – Nicolas Sihouris : 13 pts
15 M JI 15 mJI après 7 courses. Mariska est déclarée vainqueur au bénéfice du nombre de victoires de manche, quatre en l’occurrenc 1- Mariska – Benjamin Redreau : 14 pts 2- The lady Anne – Le may Richard : 14 pts 3- Tuiga – Pierre Casiraghi : 20 pts 4- Hispania – Jose rabane : 23 pts
Coupe d’automne du yacht Club de France 12 m JI : 1- Ikra – Sébastien Destremeau Groupe Aurique 1- Tilly XV – Joerg Moessnang Groupe Classique : 1- Maria Giovana II – Jean Pierre Sauvan Groupe marconi : 1- Argyll – Griff Rhys Jones Groupe Marconi B 1- Cippino II – Martin Billoch Groupe Tofinou 1- Pitch – Patrice Ribaud
Les Trophées : Trophée Rolex : Mariska – Christian Niels – 15 m JI,  Trophée Edmond de Rothschild : Renata – Orel Kalomeni – IRC C
Trophée BMW : Wally 77 Lyra – Jaimie Anderson – Wally, Tropheminin : Stele – Pascale Ligier Trophée de la Ville de Saint-Tropez : Renata –Orel Kalomeni – Modernes toutes categories. Défilé : Asana Concours de boules : Java Bleue Trophée du Yacht Club de France : Tilly XV – Joerg Moessnang Trophée Loro Piana : Babsy – Franck Cammas – IRC A Trophée Kappa : Music – James Blackmore – IRC B  Trophée Enata : Tokaoma3 – Pierre Chartier – IRC D Trophée Marines de Cogolin : Alice – Simon Henning IRC E Trophée Le Byblos : Spartan – Charles Ryan Epoque Aurique A Trophée Pommery : Linnet – Patricio Bertelli Epoque Aurique B Trophée Jetfly : Rowdy – Brendan Mc Cathy Epoque Marconi A Trophée SNSM : Cholita – Bruno Catalan Epoque Marconi B Trophée esprit Village : Cippino II – Daniel Sieleki Epoque Marconi C Trophée Air France : Sonda – Eric Leprince Epoque Marconi D Trophée Mercantour : Lys – Philippe Monnet Classique Marconi A

Love is in the air

07/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 7

Featuring a series of superb races every day of what proved to be a packed week for all the series, Modern, Wally and Classic boats, summery weather with a constant breeze, the good humour of nearly 4,000 sailors, partners committed to supporting and preserving the spirit of Les Voiles and a unique combination of festivities and on-the-water action… the 2017 edition of Les Voiles de Saint-Tropez can this evening crown its champions with the certainty that yachting in all its international glory has once again been celebrated in style. President Beaufils’ teams have worked wonders yet again, on shore of course, by accommodating skippers and owners alike, and especially on the water. Indeed, every single day, from the far end of the bay in Cavalaire or Les Issambres, they organised race after race in a fair and varied manner, offering the sailors the opportunity to really unleash the potential of their machines, whatever the sea and wind conditions, with the unique backdrop of the bay of Saint Tropez. In this way, each of the 19 competing groups can crown some fabulous champions this evening after a fantastic week of competition contested in virtually every type of breeze.
Who could ask for more?
Mariska plays for time: the winner of who loses wins Today’s sailing was really just for fun for Christian Niels and his men (and wife) on Mariska, who had already sealed the deal for final victory yesterday, whatever happened today. As it turns out, in the building breeze of this sumptuous afternoon in Saint Tropez, her adversaries made a gallant last stand and it was in fourth position that the 1908 Fife design finished the last race of Les Voiles 2017. Tied on points with The Lady Anne, today’s winner, Mariska is declared outright winner of the event, pocketing the highly prized Rolex Trophy thanks to the number of races won (three!). Following on from her victories in Palma and Monaco, Mariska wraps up her stellar season with a grand slam! On studying the definitive results in each of the numerous groups of classic yachts, it’s worth noting the victories of the much loved ‘stars’ of Les Voiles, namely Moonbeam III in the Grand Tradition category, Spartan and Linnet (Gaff-rigged Epoque), Rowdy, Cholita and Cippino II among the elegant period Marconi-rigs and Maria Giovana II in the “Invités” or Guest Class…
A hold-up among the TP 52s A total of four races were validated by each of the 5 IRC groups, which gather together the cream of the racers from the Mediterranean, France, Italy, Britain and Germany. The upshot of this was a slew of fierce jousting sessions with victory in the prestigious Edmond de Rothschild Group Trophy an absolute must in the series at Les Voiles. The fine battle between the TP 52s in IRC C proved to be short-lived for one of the main contenders for victory, Renata, which got slammed with two OCS. Her main rival, Laurent Camprubi’s Alizée leapt at the chance and managed to get the better of her rivals in the last two races of the week. It was Gérard Logel’s Arobas that rounds off the podium in this eminently sporty group.  Lyra king of the road Two windward-leeward courses were on offer for this final day of racing among the majestic Wallys, which were already credited with four races. The wind filled in gradually off Pampelonne providing the futuristic giants with all the fuel they need to really strut their stuff. Tied on points this morning with the Wallycento Magic Carpet3, the Wally 107 Open Season, with Olympic sailor Jochen Schuman aboard, had to post a faultless performance at the front of the fleet today to remain in contention. Things looked hopeful initially after the crew bagged second place on the first course. However, the giant’s hopes faded in the second race with the breakage of a genoa halyard, depriving the team of its major weapons. And so it is that the Wally 77 Lyra, after an irreproachable performance today, punctuated by one victory and one second place, managed to outsail the favourites and add her name to the winners’ list at Les Voiles, ahead of Open Season and Magic Carpet3.
He came, he saw, he conquered It may be surprising to some that local boy and America’s Cup sailor Franck Cammas competed at Les Voiles for the very first time this year. To do so, he opted to sail with some of his boys from Team France on a steed that was very familiar to him, Babsy, a VOR 70, sistership to his Groupama IV, winner of the Volvo Ocean Race in 2012. An insatiable competitor, Franck snatched victory in the large IRC A category, right from under the noses of the giants Cannonball, the brand new Maxi 72 and her three race wins, and George David’s record-thrasher Rambler. Babsy, whose stellar crew included Lionel Péan – together with Franck on the same boat for the very first time and the only two French winners of the crewed round the world race the Whitbread/Volvo – Charlie Dalin and Noé Delpech, really made the most of the predominantly windy conditions and managed to limit the damage in the lighter phases.
The J Classes and the Fifes in 2018 The J Class association has announced its race programme for 2018. It comprises a points-based championship boasting four major meets in the West Indies and then the Mediterranean. Les Voiles de Saint-Tropez will round off this hotly-disputed championship, which we hope will gather together a large number of the 9 sublime J Classes still racing, namely Endeavour, Hanuman, Lionheart, Rainbow, Ranger, Shamrock V, Velsheda, Topaz and Svea.. It is sure to be a major attraction for Les Voiles, which played host to up to 3 such craft a few years ago. As for the fabulous Fife yachts that sport the famous Dragon label, this universally recognized and respected emblem will be celebrating their 130th anniversary at Les Voiles 2018.
News in brief A lesson in calm from the Jury at Les Voiles Yves Léglise, President of the International Jury at Les Voiles de Saint-Tropez recalls his first participation some 10 years ago. “We had to deal with no fewer than 98 protests back then. This year, perhaps thanks to the mild weather and doubtless as a result of the utmost professionalisation of the crew, there was a total of just… 6 protests.
Quotes: Franck Cammas – Babsy: “Our VOR 70 loves the breeze and just shone every time she had pressure in her sails. The short course format seldom favours us as we have to really anticipate our manoeuvres and the short legs don’t enable us to really power up and play on the inertia. However, we played our game well against the very big boats. I’ve really enjoyed what has been a very recreational week in Saint Tropez. I relished sailing here and I’ll have lost of wonderful images to take home with me. I’ll be back!”
Sébastien Destremeau – Ikra “It’s always a fabulous experience to sail a 12 m JI, especially so in fleet configuration against four other 12-metre boats. We really had a ball. We lament our rather average performance though, despite one race victory. The competition has evolved a great deal and we have to work harder still in order to up our game. Sailing at Les Voiles is magical. I thought about it often during my Vendée Globe and I realise how lucky I am to be the skipper of a yacht that was behind the creation of such a fine event…”
Today’s partner: Tahiti Partner to the Société Nautique for several years now thanks to one of its members, Maurice Chauvin, Tahiti Tourisme enables a wealth of exchanges between events, highlighted by the hosting of a Tahitian crew during Les Voiles, as well as the presence of Georges Korhel, Les Voiles’ Principal Race Officer at the Tahiti Pearl Regatta. Following on from Olympic sailor Billy Besson in 2016, it is André Beaufils, President of the Société Nautique de Saint-Tropez who was the patron of the 2017 edition in Tahiti. A big hit at Les Voiles this year is the Tahitian boutique and notably the sale of its famous black pearls, as well as the much appreciated local entertainment and the raw fish tastings this Saturday evening.

Love is in the air

07/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 7

De superbes courses validées chaque jour durant une pleine semaine pour toutes les séries Modernes, Wally ou Classiques, une météo estivale, marquée par la collaboration sans faille du Dieu Eole, la bonne humeur fraternelle de près de 4 000 marins, des partenaires engagés à soutenir et préserver l’esprit des Voiles, cet unique amalgame de fête et de nautisme… l’édition 2017 des Voiles de Saint-Tropez peut sacrer ce soir ses vainqueurs avec la certitude d’avoir une nouvelle fois célébré avec style le yachting dans toutes ses composantes internationales. Les équipes du Président Beaufils ont de nouveau fait merveille, à terre bien entendu pour accommoder skippers et propriétaires, mais surtout sur l’eau, pour assurer chaque jour du fond du Golfe à Cavalaire ou aux Issambres, l’organisation optimisée de régates équitables, variées, offrant aux marins les possibilités de déployer tout le potentiel de leurs machines, quelles que soient les conditions de mer ou de vent, dans l’écrin unique du golfe de Saint-Tropez. Chacun des 19 groupes en lice consacre ainsi ce soir de magnifiques champions, au terme d’une grande semaine de compétition disputée dans quasiment tous les types de vent.

Mariska joue la montre : vainqueur à qui perd gagne Journée pour le plaisir pour Christian Niels et ses hommes (et femme) de Mariska, sûrs depuis hier de leur victoire finale, quelle que soit l’issue de la course d’aujourd’hui. Il s’avère que dans le vent forcissant de ce superbe après-midi tropézien, ses adversaires ont tenu à tirer un dernier baroud d’honneur et c’est en quatrième position que le plan Fife de 1908 en terminait avec cette dernière manche des Voiles 2017. A égalité de points avec The Lady Anne, vainqueur du jour, Mariska est déclaré au final vainqueur de l’épreuve et empoche le Trophée Rolex, au bénéfice du nombre de manches remportées (trois !). Après ses victoires à Palma et à Monaco, c’est sur un grand chelem que Mariska clôt sa somptueuse saison ! On retiendra à l’examen des résultats définitifs dans chacun des nombreux groupes de voiliers classiques, les victoires des « stars » tant aimées des Voiles, Moonbeam III chez les Grand Tradition, Spartan et Linnet (Epoque aurique), Rowdy, Cholita et Cippino II chez les élégants époque Marconi, ou Maria Giovana II dans la Classe « Invités »…

Hold-up chez les TP 52 Quatre manches ont été validées pour chacun des 5 groupe IRC qui rassemblent la crème des régatiers de Méditerranée, Français et Italiens, mais aussi Britanniques et Allemands. Les joutes ont été âpres tout au long de la semaine, tant une victoire au prestigieux Trophée Groupe Edmond de Rothschild aux Voiles est un véritable must dans la série. La belle empoignade des TP 52 en IRCC a tourné court pour le postulant à la victoire Renata crédité de deux OCS pour des départs anticipés, et qui voit son principal adversaire Alizée de Laurent Camprubi lui damer le pion sur les deux dernières courses de la semaine. C’est Arobas de Gérard Logel qui complète le podium de ce groupes éminemment sportif.

Lyra roi de la piste Deux parcours de type banane étaient pour cette dernière journée proposés aux 14 majestueux Wally, déjà crédités de quatre manches. Le vent est progressivement monté du côté de Pampelonne pour donner aux géants futuristes tout le carburant vélique qu’ils apprécient. A égalité de points ce matin avec le Wallycento Magic Carpet3, le Wally 107 Open Season à bord duquel officie Jochen Schuman, se devait de réaliser un sans-faute aux avant-postes. Un objectif à demi réalisé au terme d’un premier parcours bouclé en deuxième position. Las, la deuxième manche voyait les espoirs du géant s’évanouir quand la rupture d’une drisse de génois le privait de ses armes majeures. Mais c’est bien le Wally 77 Lyra, irréprochable aujourd’hui avec une victoire et une deuxième place qui vient damer le pion aux favoris et graver son nom au palmarès des Voiles, devançant Open Season et Magic Carpet3.

Il est venu, il a vu, il a vaincu Cela peut surprendre, mais Franck Cammas, Aixois bon teint, participait cette semaine pour la toute première fois aux Voiles. Il avait choisi une monture bien connue de lui même et de certains de ses boys du Team France, Babsy, un VOR 70 sistership de son Groupama IV, vainqueur de la Volvo Ocean race en 2012. Insatiable compétiteur, Franck s’impose dans la catégorie des grands IRCA, à la barbe des géants Cannonball, le tout nouveau Maxi 72 et ses trois victoires de manche, et Rambler, la machine à broyer les records de Georges David. Babsy, à bord duquel naviguait également Lionel Péan – les deux seuls Français vainqueurs de la course autour du monde en équipage Withbread/Volvo réunis sur le même bateau pour la toute première fois – Charlie Dalin ou Noé Delpech, a su tirer le meilleur parti des conditions ventées d’une bonne partie de la semaine, en limitant les dégâts dans les phases moins ventées.

Les J Class et les Fife en 2018 L’Association des J Class a annoncé son programme de courses pour l’année 2018. Il s’agit d’un championnat à points comprenant quatre grands rendez-vous aux Antilles, puis en Méditerranée. Les Voiles de Saint-Tropez clôtureront ce championnat qui devrait rassembler, espère-t’on, un grand nombre des 9 somptueux J Class en activité. Une attraction majeure pour les Voiles qui avaient déjà reçu jusqu’à 3 de ces géants il y a quelques années. Le programme : St Barth’s Bucket, Caribbean Superyacht Cup, Palma Maxi Yacht Rolex Cup, Porto Cervo Les Voiles de St Tropez, France Les J Class en activité : Endeavour, Hanuman, Lionheart, Rainbow, Ranger, Shamrock V, Velsheda, Topaz et Svea. Quant aux magnifiques voiliers Fife portant la marque du célèbre Dragon, ils célébreront aux Voiles le 130ème anniversaire de cet emblème universellement reconnu et respecté.

En bref La « calmitude » du Jury des Voiles Yves Léglise, Président du Jury International des Voiles de Saint-Tropez se souvient de sa première participation il y a maintenant 10 ans ; « Nous avions dû gérer pas moins de 98 réclamations » souligne-t’il.  Cette année, à cause peut-être d’une météo clémente, et sans doute d’une plus grande professionnalisation des équipages, il n’aura en tout et pour tout reçu que… 6 « protests. 3 secondes et 1022 m2 C’est probablement un record mondial en la matière : Magic Carpet3, le Wallycento qui brille aux Voiles, est capable d’envoyer son immense spi de 1 022 m2 en seulement… 3 secondes, grâce à un winch électrique particulièrement performant…

Marc Pajot parle de Tango Skipper « historique » de la saga des Tango, Marc Pajot est naturellement en première ligne de la mise au point et de l’optimisation du nouveau Tango, un Wallycento récemment mise à l’eau. « Nous n’avons que 8 jours d’entrainement dans les voiles » explique-t’il, « et les performances sont malgré tout déjà au rendez-vous.  Nous avons atteint une pointe de vitesse à 26 noeuds dans la brise du début de semaine, et remporté une manche dans le petit temps. L’équipage doit encore progresser. Il est issu majoritairement de la Coupe de l’America, avec le propriétaire à la barre. L’ingénierie est très présente à bord, d’une manière très sophistiquée. Notre capitaine et son second officient comme de véritables ingénieurs. Tango est doté d’hydraulique et de winches électriques capables d’envoyer un génois de plusieurs centaines de mètres carré en moins de 7 secondes. Le bateau est bien né et cette première semaine de course aux Voiles nous procure énormément de satisfaction et d’enseignements… » L’innovation inspirée par la tradition ! Les voiliers engagés dan le groupe « Esprit de tradition » sont des bateaux quelque peu « hybrides », qui combinent la beauté et le style des voiliers Classiques, à la performance des bateaux modernes. Ils sont un peu les « Classiques de demain ». Leur philosophie consiste à remettre au goût du jour l’esthétisme indémodable des voiliers d’antan, mais dotés des dernières technologies en terme de performance et de confort de navigation. Farfalla, Savannah ou Vintage sont aux Voiles les parfaites représentations de ce qu’est un Spirit of tradition.. »

Ils ont dit : Franck Cammas- Babsy : « Notre VOR 70 aime le vent et a brillé chaque fois qu’on a eu de la pression dans les voiles. Le format de parcours courts ne nous est guère favorable car nous devons beaucoup anticiper sur nos manoeuvres, et les petits bords ne sont guère propices à établir et notre vitesse et à jouer sur l’inertie. Nous tirons pourtant bien notre épingle du jeu, face à de très gros bateaux. J’ai beaucoup aimé cette semaine Tropézienne, très récréative. J’ai eu plaisir à naviguer ici et je repars avec de belles images en tête. Je reviendrai! »

Sébastien Destremeau – Ikra « C’est toujours une fabuleuse expérience que de naviguer en 12 m JI, de surcroit en flotte face à quatre autres 12 mètres. On a pris énormément de plaisir. On regrette notre performance somme toute moyenne, malgré une victoire de manche. La concurrence a beaucoup progressé et nous devons travailler plus fort encore pour hausser notre niveau. Naviguer aux Voiles est magique. J’y pensais souvent durant mon Vendée Globe, et je mesurais la chance que j’ai d’être le skipper du voilier à l’origine d’un si bel événement… »

Le partenaire du jour : Tahiti Partenaire de la Société Nautique depuis plusieurs années grâce à l’un de ses membres, Maurice Chauvin, Tahiti Tourisme permet de nombreux échanges entre les manifestations, notamment l’accueil d’un équipage tahitien pendant les voiles, ou encore la présence de Georges Korhel, Principal Race Officer des Voiles à la Tahiti Pearl Regatta. Après le sélectionné français aux Jeux Olympiques de Rio Billy Besson en 2016, c’est André Beaufils, le président de la Société Nautique de Saint-Tropez qui a été le parrain de l’édition 2017. Très attendue aux Voiles, la boutique et notamment la vente des célèbres perles noires sera reconduite cette année, ainsi que les très appréciées animations tahitiennes et la dégustation de poisson cru, a priori programmées pour le samedi soir.

All you need is Voiles

06/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 6

Amidst the Mistral and a zone of high pressure, today those competing in Les Voiles benefited from one of those little weather miracles that seem to love colouring play in Saint Tropez. Indeed, in a little window between the morning’s gale and the later calms, a gentle breeze enabled the three Race Committees, Wallys in Pampelonne, Modern boats offshore and the Classics in the bay, to launch the day’s racing, adding another race to the scoreboard for each of the groups concerned. It was competition time again today then and the helmsmen and women and the sailors had to really be on top of their game in terms of both strategy and tactics to perform well in the capricious breeze. After the bracing wind of the start of the week, the bay of Saint Tropez was all about finesse and feeling at the helm this Friday.

The Finals in prospect… From the sound of canon fire to bagpipes to sea shanties… each day the return to the dock of all the sailors competing in Les Voiles de Saint-Tropez is punctuated by these good-humoured demonstrations, reinforced by the joy at having shared another wonderful day’s sailing and racing. Skilfully inserted into the programme around the Mistral by the Race Committees, the different leader boards are shaping up nicely. The rivalry among the 12 m JIs in Saint Tropez is epitomised by the duel between Sovereign and France. Baron Bich’s cherished 12 mJI triumphed today and remains in the hunt for final victory tomorrow, Sovereign currently with the edge. Always a top-flight competition, the 14 sumptuous Wallys racing over towards Pampelonne opted today for a short course, hugging the coast. Open Season, the Wally 107, just managed to secure the bullet in elapsed time, but slipped down to third place in corrected time, to the benefit of Lyra, a Wally 77, and above all Magic Carpet3, which posted a stellar result today, drawing level with Open Season in the provisional overall ranking. As such, tomorrow will once again prove decisive in the bid for final victory and the BMW Trophy. Lyra is now lying in third place. Suspense reigns among the 15 M JIs this evening in the battle for the Rolex Trophy. Mariska managed to control The Lady Anne, which is formidable the moment the wind drops below 10 knots as it did today. The 1908 Fife won this Friday’s race, definitively stamping her authority on the 2017 edition of Les Voiles.

A ‘Guest’ Class  Reconciling 130 years of yachting at the same event requires both imagination and rigour from the organisers of Les Voiles. This rigour is expressed in the classification of yachts that are as similar as possible, in order to guarantee a degree of sporting equity on the water. Inevitably, this isn’t the easiest of tasks when naval architects the world over have, for the past century and a half, tried to outdo each other’s creative talent to design the fastest yachts of their time. Between the Epoques, Marconi rigs, gaff rigs and Spirit of Traditions, certain iconic yachts sadly no longer fall within the rule laid out in Les Voiles’ Notice of Race, which solely authorises the participation of those classic yachts measuring in excess of 11 metres. As such, in order to honour the presence of masterpieces as sublime as Dainty (Wesmacott 1922) and her 8.12 metres of grace and elegance, Alcyon, the beautiful 9.38m gunter rig or Djinn, the 8.90m gaff cutter, a specially named “Invité” or “Guest” ranking has been instituted at Les Voiles and this year groups together 9 splendid craft.

The fuse on gaff cutters On gaff cutters and schooners, above the lower mast, or main mast, comes the topmast, which carries the topsail, namely the sail that sits over the top of the fore-and-aft mainsail. This relatively light wooden spar, also serves as a fuse in the event of excessive pressure, which can lead to a dismasting. Just such an incident has unfortunately occurred several times this week at Les Voiles, the scale and the technical and human consequences of which have been greatly reduced by the breakage of this top mast. Though subsequently proving to be a little bit of a handicap while racing, it has of course served its purpose by preventing the mast from falling. Happily, secured at the top of the mast by ropes, this broken spar on various competitors’ boats has led to no collateral damage at Les Voiles.

News in brief The face of Les Voiles Playing host to no fewer than 4,000 sailors for 10 days and registering some 300 boats is a feat that the Société Nautique de Saint-Tropez pulls off in style each and every year to ensure the success of Les Voiles. The teams of André Beaufils, entrusted to Frédérique Fantino on this occasion, work well in advance of the main event registering the countless requests to participate from all over the world. “In Saint Tropez, each request is a case,” she explains, “which requires special and continuous attention in order to satisfy the owners’ demands as best we can.” These requests are naturally studied in meticulous detail according to their specific features, the type of yacht, Modern or Classic, the demands made by the skipper-owners and so on… before confirmation is given. Berths in the port are also the subject of hot debate, everyone obviously wanting to be at the heart of the little port in France’s Var region. Les Voiles de Saint-Tropez, in contrast to other regattas, authorises daily modifications to the crews, the number of sailors being ‘chartered’ by their owners, who are keen to enable the magic of the moment to be shared by their clients and friends. As such, the Société Nautique de Saint-Tropez puts in place a team of at least ten people in the village who, each day, are in charge of recording the new crew entries aboard each of the different boats. A long, painstaking, full-time job for these wonderful ladies at reception.

The Yacht Club de France delivers Celebrating its 150th anniversary this year, the Yacht Club de France – of which the Société Nautique de Saint-Tropez is one of the associated clubs – has a most important mission: promoting sailing in all its forms. Founded in 1867 by Napoleon III, it has played a passionate part in the development of a sector in which France, the second largest maritime force in the world, has become a master, both in the construction of pleasure craft and the practice of sailing at the highest level.  The jubilee book is out now: “Une histoire du yachting français” (A history of French yachting), under Jacques Taglang: Frédéric Delaive, Louis Pillon, Dominique Gabirault, Antoine Sézérat, François Chevalier and Eric Vibart. Photographer: Laurent Charpentier. Square format, 30 x 30 cm, generously illustrated, 312 pages, cloth cover and jacket. Bilingual: French-English. http://ycf-club.fr/

Today’s partners BMW – partner to Les Voiles de Saint-Tropez Since 2013, the German car manufacturer BMW and the Société Nautique de Saint-Tropez have had an agreement centring on Les Voiles de Saint-Tropez. Thorsten Mattig, head of international sponsorship at BMW, is delighted by this partnership: « Les Voiles de Saint-Tropez is the venue par excellence where the Modern and the Classic combine, and where timeless aesthetic meets design and high technology. The desire to win and team spirit play such a fundamental role here, as does a passion for yachting and fraternal camaraderie. These are the values that BMW is happy to support, as they are of vital importance for our brand.” In addition to showcasing its latest models, BMW has chosen to celebrate a class of yachts that is particularly committed to high technology, the Wallys. The BMW Trophy will reward the best Wally at the end of racing.

All you need is Voiles

06/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 6

Entre Mistral et bulle anticyclonique, les concurrents des Voiles ont bénéficié aujourd’hui d’un de ces petits miracles météos semble-t’il propres à l’événement tropézien, quand derrière le fort coup de vent du matin, et avant l’établissement de la franche pétole, un petit flux d’air permettait aux trois comités de course, Wally à Pampelonne, Modernes au large, et Tradition dans le golfe d’envoyer les régates du jour, et de valider une nouvelle course pour chacun des groupes concernés. La compétition a ainsi repris tous ses droits, et barreurs et navigateurs ont dû une nouvelle fois exceller tant en stratégie qu’en tactique, pour s’accommoder au mieux d’un vent capricieux à souhait. Après le vent tonique du début de la semaine, c’est dans un tout autre registre, celui de la finesse et du toucher de barre que les coureurs étaient appelés à performer.

Des Finales en vue… Coups de canon, cornemuse ou chants marins… le retour à terre des marins des Voiles de Saint-Tropez est chaque jour scandé par ces manifestations d’une humeur rehaussée par la joie d’avoir une nouvelle fois partager en mer un grand moment de voile et de régate. Habilement insérées par les Comités de course en bordure du Mistral, les courses du jour confirment sur tous les ronds les contours des palmarès qui seront samedi soir proclamés. Ainsi la rivalité chez les 12 m JI se résume t’elle bien à Saint-Tropez au duel entre Sovereign et France. Le 12 mJI cher au Baron Bich triomphe aujourd’hui et demeure en embuscade demain pour la victoire finale dans ce groupe éminemment sportif des Voiles et pour l’heure dominé par Sovereign. Compétition de haut vol toujours, du côté de Pampelonne cette fois ou les 14 somptueux Wally choisissaient aujourd’hui d’en découdre tout au long d’un petit parcours au plus près des côtes. Open Season, le Wally 107 s’impose d’un souffle en temps réel, mais rétrograde à la troisième place en temps compensé, au profit de Lyra, un Wally 77 et surtout, de Magic Carpet3 qui réalise la belle opération du jour en revenant à hauteur d’Open Season au classement général provisoire. Là encore, c’est la dernière journée de demain qui sera décisive pour l’attribution de la victoire finale et du trophée BMW. Lyra se hisse quant à elle sur la troisième marche du podium. Point de suspens en revanche chez les 15 mJI en lutte pour le Trophée Rolex. Mariska a su contrôler The Lady Anne, redoutable dès que le vent descend sous les 10 noeuds comme ce fut le cas aujourd’hui. Le Fife de 1908 remporte la manche du jour et assoie définitivement sa suprématie sur l’édition 2017 des Voiles.

Une Classe « Invités »  Faire cohabiter en un même événement près de 130 ans de yachting nécessite de la part des organisateurs des Voiles imagination et rigueur. La rigueur s’exprime dans la classification par groupes des voiliers les plus semblables possibles, afin de garantir sur l’eau une certaine équité sportive. On imagine facilement la difficulté de l’exercice quand les architectes navales de tous les pays ont, depuis un siècle et demi, rivalisé de créativité pour concevoir les yachts les plus rapides de leur temps. Entre Epoque, marconis, Auriques, esprit de tradition, certains voiliers pourtant emblématiques n’entraient hélas plus dans la règle exprimée dans l’avis de course des Voiles, qui autorise seulement la participation des voiliers classiques de plus de 11 mètres. C’est afin de s’honorer de la présence de chef d’oeuvres aussi sublimes que Dainty (Wesmacott 1922) et ses 8,12 mètres de grâce et d’élégance, Alcyon, le beau houari de 9, 38 m ou Djinn, le cotre aurique de 8,90 m qu’un classement spécial nommé « Invité », et qui réunit cette année 9 splendides unités, a été institué aux Voiles.

Le fusible des cotres auriques Sur les cotres et goélette auriques, au-dessus du bas-mât, ou mât principal, vient le mât de flèche, qui porte la flèche, c’est à dire, la voile surmontant une grand-voile aurique. Cet espar de bois, relativement léger, sert aussi de fusible en cas de pression excessive pouvant provoquer un démâtage. Un incident hélas survenu à plusieurs reprises cette semaine aux Voiles, et dont l’ampleur et les conséquences, tant techniques qu’humaines, se sont trouvées grandement minimisées par le bris de ce « top mast », certes pénalisant en régate, mais qui a joué à plein son rôle de fusible en prévenant la chute du mât. Retenu en tête du bas mât par ses cordages, l’espar brisé n’a, dans les cas survenus à Saint-Tropez, provoqué aucun dommage collatéral.

Les Voiles transgénérationnelles. Bill Jayson, fils de Dick Jayson, le « père fondateur » de la Nioulargue, est à Saint-Tropez. Il y revient avec un indicible plaisir tous les deux ans. Entretien : « Mon père avait envoyé Pride, un Swan 44, pour participer à la première Swan World Cup organisée à Porto Cervo. Une équipe Américaine participait à la Sardinia Cup, et mon père obtint que Pride soit retenu pour servir de support à cette équipe. Les responsables de Swan s’occupèrent d’envoyer le bateau, mais le voyage retour n’était pas pris en compte. Il a concouru, et a décidé de garder le bateau en Méditerranée. Il a sillonné la Méditerranée en 1980, et laissé le bateau à Saint Tropez. Il est revenu en 1981, et s’est lié avec de nombreux tropéziens, Jean Laurain notamment. Ils régataient ensemble, jusqu’à la fameuse histoire du Club 55. Je n’étais pas présent en 1981. Une fois la Nioulargue lancée, je suis venu très souvent pour participer jusqu’à la tragique édition d 1995. On allait gagner cette régate quand tout fut annulé. Il a continué de revenir chaque année, s’étant lié avec Patrice de Colmont. La régate s’est développé à son grand plaisir. Il échangeait beaucoup avec Patrice, sur les grandes régates, sur leurs contacts réciproques dans le milieu des propriétaires. Patrice venait chez mon père en Floride. Les Voiles ont pris un essor formidable, sans jamais se départir de l’esprit d’amitié qui importait par dessus tout à Patrice et à mon père. Ce qui était génial avec mon père, est sa capacité à faire des amis. Où qu’il aille, il se faisait des amis, sans se forcer. les gens gravitaient autour de lui naturellement. Il était très drôle, mais très sérieux sur l’eau. Un hommes de famille. Après l’université de Harvard, il était allé dans les Marines. Peut-être le nom de Pride (fierté), avec quelque chose à voir avec son passage chez les Marines…

En bref Le visage des Voiles Accueillir 10 jours durant pas moins de 4 000 marins et procéder aux inscriptions de 300 bateaux est une gageure que la Société Nautique de Saint-Tropez relève chaque année avec brio pour assurer le succès des Voiles. Les équipes d’André Beaufils, confiées en la circonstance à Frédérique Fantino, oeuvrent très en amont à l’enregistrement des innombrables demandes de participation venues du monde entier. « A Saint-Tropez, chaque demande est un cas » explique-t’elle, « qui demande une attention particulière et soutenue afin de satisfaire au mieux les demandes des propriétaires. » Ces sollicitations sont bien évidemment, examinées minutieusement et selon leurs spécificité, type de voilier, Moderne ou Classique, exigences des skippers-propriétaires… avant envoi de confirmation. La place au port fait aussi l’objet d’intenses échanges, chacun souhaitant bien évidemment figurer au coeur du petit port Varois. Les Voiles de Saint-Tropez, contrairement aux autres régates, autorisent les modifications quotidiennes des équipages, nombre de voiliers étant « chartérisés » par leurs propriétaires désireux de faire partager à leurs clients ou amis la magie de l’instant. La Société Nautique de Saint-Tropez met donc en place au sein du village pas moins d’une dizaine de personnes en charge chaque jour d’enregistrer les nouvelles inscriptions d’équipiers à bord de tel ou tel bateau. Un travail de fourmi, et à temps plein pour ces Dames de l’accueil.

Le Yacht Club de France se livre Fêtant cette année ses 150 ans, le Yacht Club de France – dont la Société Nautique de Saint-Tropez est un des clubs alliés – assure la plus grande des missions : promouvoir la navigation sous toutes ses formes. Fondé en 1867 par Napoléon III, il a participé avec passion à l’évolution d’un secteur dans lequel la France, deuxième puissance maritime mondiale, est passée maître, tant pour la construction de bateaux de plaisance que pour la pratique de la voile au plus haut niveau. Le livre du jubilé : Une histoire du yachting français, sous la direction de Jacques Taglang : Frédéric Delaive, Louis Pillon, Dominique Gabirault, Antoine Sézérat, François Chevalier et Eric Vibart. Photographe : Laurent Charpentier. Format carré, 30 x 30 cm, généreusement illustré, 312 pages, couverture toile et jaquette. Bilingue : français-anglais. http://ycf-club.fr/

Carron II, un 8 mètres signé Fife En position de s’imposer cette semaine aux Voiles, dans le très compétitif groupe des Marconi B où il régate bord à bord avec des « stars » comme Cholita, Mignon ou Nada, Carron II est un 8 m JI qui porte la signature du Maitre William Fife. Longtemps expatrié aux Etats-Unis, depuis son lancement en 1935, N° de chantier Fairlie 813, Carron II est revenu en Angleterre en 1998, pour subir une profonde rénovation incluant son pont et sa quille. Il participe depuis avec bonheur aux régates métriques en Méditerranée.

Du côté des partenaires BMW – partenaire des Voiles de Saint-Tropez Depuis 2013 le constructeur automobile allemand BMW et la Société Nautique de Saint-Tropez ont un accord portant sur les Voiles de Saint-Tropez. Thorsten Mattig, responsable du sponsoring international chez BMW, se réjouit de ce partenariat : « Les Voiles de Saint-Tropez sont par excellence l’endroit où le Moderne et le Classique se rejoignent, et où l’esthétisme hors du temps rencontre le design et la haute technologie. Le désir de gagner et l’esprit d’équipe y jouent aussi un rôle fondamental, tout comme la passion du yachting et la camaraderie fraternelle. Ce sont ces valeurs que BMW est heureux de soutenir, car elles sont d’une importance capitale pour notre marque. » En plus de la présentation de ses plus récents modèles, BMW a choisi de célébrer une classe de voiliers particulièrement engagée dans la haute technologie, les Wally. Le BMW Trophy récompensera le meilleur Wally au terme des régates.

Made in Saint Tropez

05/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 5

Les Voiles is a festival in its purest sense, and on Thursday, perhaps more so than on any other day of the week, this specificity takes on a whole new dimension, when skippers and owners do things their way and celebrate the Nioulargue as they see fit, recreating the historic challenge between Ikra and Pride in 1981. In this way, over thirty Modern and Classic craft took up the gauntlet today, in duel configuration or with multiple challengers, in a series of friendlies to neighbouring Pampelonne in line with the Club 55 Cup tradition. Meantime, the rest of the fleet remained in port, treating the huge crowds, lured by the summery atmosphere, to the opportunity to revel in the spectacle of the sublime boats and their crews up close at the dock. The nautical and maritime festivity quickly spread to the streets that meander about the little port in the wake of the crew parade, ringing out long into the night with the typical pizzazz of seafarers’ gatherings. Savannah, the new Defender of the Club 55 Cup!

Today the Club 55 Cup saw the Defender Eugenia V, the 1968 Rhodes design, competing against Savannah. It was the latter that secured the win at the end of the 15-mile sprint from Saint Tropez to the beach of Pampelonne. It is a gentlemen’s race according to the very terms outlined by the protagonists gathered at the Club 55 to celebrate the new Defender! In 1995, an American yachtie competing in the J-Class races, one Elizabeth Meyer, wanted to create a Spirit of Tradition. This yacht was inspired by William Fife’s J-Class sloops and a plethora of other beauties, but she wanted a boat that measured less than 100-feet in length. For this particular J-Class, Pedrick and Munford teamed up to create Savannah. Strikingly beautiful, her features embody all that is wonderful in the design of 20th century yachts.   
Lively challenges
Throughout the day, ten or so challenges livened up the race zone between the little port of Saint Tropez and the beach of Pampelonne, following in the historic footsteps of the challenge on which Les Voiles was founded in 1981. Of particular note was the keenness of the crews of the three 12 m JIs, IkraSovereign and France to continue with their week of jousting. From midday, they became embroiled in a friendly race bound for Lion de Mer, neck and neck, constantly sizing up their respective speeds at every point of sail as the breeze filled in. There were no points on the scoreboard at the end of this shakedown, but their appetites are further whetted for when they begin racing in anger again tomorrow in the group of Marconi Classics. More majestic still perhaps, was the three-way racing proposed by the large gaff-rigged schooners, Elena (Herreshoff 2003), Puritan (Alden 1931) and Germania Nova (Oertz 2011), who posted dazzling performances in the bay with their profusion of fore-and-aft sails throughout their short coastal course stretching some ten miles or so.

No respite for the 15 m JIs Competing in their very own championship for the Rolex Trophy, which is due to be awarded this Saturday, the four 15 m JIs decided to continue battling it out on the water, scheduling in two windward-leeward courses at the heart of the bay. It proved to be a rather perilous exercise given the hordes of spectator boats on the race zone. Though the wind was slow to establish itself, it certainly packed a punch when it did kick in early in the afternoon, really spicing up play. Hispania seemed keen to make up for her lacklustre start to the week, stamping her mark on the competition and narrowly missing out on the win in the first race of the day that went to Mariska, before sailing an absolute blinder in the second race to take victory over Mariska and The Lady Anne.

To the Sonderklass Tilly XV, the Centenary Trophy. She is really creating a stir at Les Voiles through her elegance and her seemingly effortless efficiency on the water. She really pulled out all the stops again today to secure the Centenary Trophy, finishing ahead of Spartan and Linnet, which were 2 and 3 minutes astern respectively! Initiated in collaboration with the Société Nautique de Saint-Tropez by the Gstaad Yacht Club in 2011, the Centenary Trophy was played out today in a ‘pursuit race’ format, the boats crossing the start line according to their rating, enabling the competitors to race on an equal footing. This format is relished by sailors and public alike due to its sheer simplicity: the first boat to cross the finish line offshore of Saint Tropez’ sea wall is the winner.

The low-down on the races The varied weather, imbued with a climate worthy of early summer, has enabled at least two races to be run for the majority of the 19 groups, Moderns, Classics and Wallys combined, as we reach the midway point in the 2017 edition of Les Voiles. In fact the Wallys and 15 m JIs have even notched up 3 races on their respective scoreboards already. It is Open Season, the Wally 107 launched in 2012, which is leading the fight for the BMW Trophy and managing to keep the two Wallycentos, Magic Carpet 3 and Tango, at arms’ length. However, there’s everything to play for at the midway mark in the racing since just one point separates the two leaders. Meantime, Franck Cammas is sailing true to form. Indeed, the last French winner of the Volvo Ocean race, teamed up with Lionel Péan, who also won that same race back in 1986, are really showing off Babsy’s potential to the full, the VOR 70 dominating play this evening ahead of the Maxi yachts My Song and Farfalla. The TP 52s are reigning supreme in the IRC C group as they vie for the Edmond de Rothschild Group Trophy, with Orel Kalomeni’s Renata already well ahead of Arobas (Gérard Logel) and Alizée (Laurent Camprubi). The gaff-rigs that make up the P Class and the Metre Class are involved in a sumptuous confrontation with Olympian, the fabulous Gardner-designed P Class, currently with the edge. She is just 2 points ahead of Spartan, the Herreshoff NY50 and the Alfred Mylne gaff cutter Kelpie. Bruno Troublé and his P Class Chips (Burgess 1913) remains on the hunt.

Today’s Partners KAPPA & Les Voiles de Saint-Tropez  Robe di Kappa is, for the seventh consecutive year, the official clothing partner for this major gathering of the world’s sailing enthusiasts. In this way, for its new collection, the Italian label is proposing a wide range of chic sportswear products, available across three distinct universes. The special Les Voiles de Saint-Tropez 2017 collection boasts some very sporty lines, which have gleaned considerable inspiration from the sailor’s universe. As is its wont, Robe di Kappa has endeavoured to offer us stylish, intricate and elegant pieces. Featuring a very well-designed 2017 vintage, its key piece is the Polo Doris. The latter is a limited edition that is numbered and features a profusions of motifs and pieces of embroidery. The unique Les Voiles de Saint-Tropez 2017 collection also comprises T-Shirts, short and long-sleeved polo shirts, shirts, shorts and Bermuda shorts. Certain pieces are a nod to the codes of rugbywear too. This 2017 collection also contains a wealth of accessories including bags, towels and scarves… The entire Kappa Voiles de Saint-Tropez 2017 collection is available at www.les-voiles-de-saint-tropez.fr

Made in Saint-Tropez

05/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 5

Les Voiles sont une fête, et le jeudi, peut-être plus que tout autre jour de la semaine, cette spécificité prend une ampleur particulière, quand skippers et propriétaires choisissent de vivre à leur manière, et de célébrer à leur échelle l’acte fondateur de la Nioulargue en reconstituant le défi entre Ikra et Pride en 1981. Plus d’une trentaine d’unités tant Modernes que Classiques s’étaient ainsi lancées le gant en format duel ou plus nombreux, pour rallier en course conviviale Pampelonne, sur les tracés historiques de la Club 55 Cup. Le reste de la flotte demeurait au port, offrant au nombreux public attiré par l’atmosphère estival du jour, l’occasion de découvrir à quai, et en présence des équipages, les sublimes voiliers engagés aux Voiles. La fête nautique et maritime se répandait vite dans les rues du petit port Varois, dans le sillage du défilé des équipages, qui résonnait tard dans la nuit de ce savoir bien vivre et bien partager si spécifique aux hommes et femmes de mer. Savannah, nouveau Defender de la Club 55 Cup!
La Club 55 Cup opposait aujourd’hui le Defender Eugenia V, le ketch signé Rhodes de 1968, à Savannah. C’est ce dernier qui s’est imposé au terme des 15 milles du parcours depuis Saint-Tropez jusqu’à la plage de Pampelonne. Une régate de gentlemen selon les termes mêmes des protagonistes réunis au Club 55 pour célébrer le nouveau Defender ! En 1995, une plaisancière américaine engagée dans les régates de classe J, Elizabeth Meyer a voulu créer un Esprit de tradition. Ce voilier a été inspiré par les sloops J Class, de William Fife et un certain nombre d’autres beaux yachts, mais elle voulait un bateau de moins de 100 pieds de long. Pour ce Classe J, Pedrick et Munford ont travaillé en équipe pour créer Savannah. Le résultat est d’une beauté frappante, ce yacht qui représente le must de la conception des yachts du 20ème siècle.

Des défis animés Une dizaine de défis sont venus toute la journée animer le plan d’eau entre le petit port de Saint-Tropez et la plage de Pampelonne, sur le tracé historique du challenge fondateur des Voiles en 1981. On notera notamment la volonté des trois 12 m JI Ikra, Sovereign et France de prolonger leurs empoignades de la semaine. Ils s’embarquaient dès la mi-journée dans une régate toute fraternelle en direction du Lion de mer, bord à bord, jaugeant leurs vitesses respectives à toutes les allures et dans un vent allant forcissant. Point de classement à l’issue de cette belle sortie, mais un appétit plus aiguisé que jamais pour en découdre dès demain au sein du groupe des Classiques marconi. Encore plus majestueux peut-être, le duel à trois proposé par les grandes goélettes Elena (Herreshoff 2003), Puritan (Alden 1931) et Germania Nova (Oertz 2011) et qui a ébloui le golfe de cette profusion de voiles auriques tout au long d’un petit parcours côtier d’une dizaine de milles.
Pas de repos pour les 15 m JI Engagés dans leur propre championnat que couronnera samedi le Trophée Rolex, les quatre 15 m JI avaient eux, décidé de poursuivre leurs joutes en programmant deux courses sur parcours de type banane au coeur du golfe. Un exercice rendu périlleux par le nombre important de bateaux spectateurs sur le plan d’eau du fond du golfe. Si le vent tardait à s’établir, il entrait en revanche puissamment dès le début d’après midi, corsant singulièrement les débats. Hispania semblait se racheter de son début de semaine en demi-teinte en animant les débats, ne s’inclinant que d’un souffle lors de la première course du jour face à Mariska, pour signer une belle victoire de manche lors de la deuxième course, devant Mariska et The lady Anne.
Au Sonderklass Tilly XV le Centenary Trophy. Il fait sensation aux Voiles, par son élégance et sa redoutable efficacité sur l’eau. Il a aujourd’hui encore démontré toutes ses qualités en s’adjugeant le Centenary Trophy. Il devance Spartan et Linnet de respectivement 2 et 3 minutes ! Initié en collaboration avec la Société Nautique de Saint-Tropez par le Gstaad Yacht Club en 2011, le Centenary Trophy s’est déroulé aujourd’hui selon le format de la « pursuit race », les bateaux franchissant la ligne de départ en fonction de leur rating, ce qui permet aux concurrents de rivaliser sur un pied d’égalité. Ce format est particulièrement apprécié tant par les marins que par le public, par sa simplicité : le premier bateau à franchir la ligne d’arrivée au large de la digue Saint-Tropez est le vainqueur.
Les lauréats du Centenary Trophy : 2011: Bonafide (1899) 2012: Marigold (1892) 2013: En raison de conditions météorologiques défavorables la course n’a pu avoir lieu et le trophée n’a pas été attribué 2014: Olympian (1913) 2015: Oriole (1905) 2016: Spartan (1913) 2017 : Tilly XV (1898)   Le point sur les régates Une météo variée dans un registre toujours digne d’un début d’été, a permis la validation dans la majorité des 19 groupes tant Modernes, Classiques que Wally, d’au moins deux courses à mi-parcours de cette édition 2017 des Voiles. Les sublimes Wally et les élégants 15 m JI ont même déjà inscrit 3 manches à leurs classements. C’est Open Season, le Wally 107 lancé en 2012 qui mène les débats pour le Trophée BMW et tient à distance les deux Wallycento Magic Carpet 3 et Tango. Rien n’est joué à mi-parcours des régates puisqu’un petit point sépare les deux leaders. Franck Cammas ne fait pas mentir sa réputation ; le dernier vainqueur français de la Volvo Ocean race, associé à Lionel Péan, vainqueur lui en 1986, fait briller Babsy, le VOR 70 qui domine ce soir les Maxis yachts My Song et Farfalla. Les TP 52 règnent en maitre chez les IRC C pour le Trophée Groupe Edmond de Rothschild, avec un Renata à Orel Kalomeni déjà bien détaché des assauts d’Arobas (Gérard Logel) et d’Alizée (Laurent Camprubi).   Les Auriques de Class P ou Métrique offre un somptueux affrontement qui tourne pour l’heure à l’avantage d’Olympian, le magnifique Class P signé Gardner. Il devance de 2 petits points Spartan, le NY50 Herreshoff et Kelpie, le cotre aurique Alfred Mylne. Bruno Troublé et son P Class Chips (Burgess 1913) demeure en embuscade.    
Wallycento selon Lindsay Owen Jones ; une vision ! « J’ai encore un bateau en moi. Je ne sais pas à quel moment je me suis rendu compte que l’on avait généré une lignée assez exceptionnelle avec les trois Magic Carpet. Cela ressemble au parcours de ma vie professionnelle, où comme PDG, j’ai eu du succès avec ma société pendant très longtemps et ce succès continue d’ailleurs. À l’image des Magic Carpet. Je ne suis pas fasciné par les sportifs qui font un coup d’éclat mais par ceux qui font fait une longue carrière au plus niveau, sur la durée, comme par exemple Michael Schumacher chez Ferrari. J’aime les histoires qui ont du sens. Pour quelqu’un d’un certain âge, l’aventure, la compétition, le stress, l’obligation de rester en forme physique, car ce sont des bateaux physiques dans la brise, cela aide à rester dans le coup, de vivre passionnément et je n’ai pas du tout envie de renoncer à cette excitation. Pour prolonger tout cela je pense tous les jours à un bateau plus rapide et, dès que je constaterai que la technologie aura suffisamment avancé pour nous indiquer qu’un Magic Carpet Quattro est possible, qu’il soit vraiment plus rapide – car je ne veux pas refaire le même que le Cubed -, je lancerai les études. J’ai attendu dix ans avant de me décider pour le Cubed car il y avait un vrai progrès, une nouvelle génération, un vrai projet avec le Cento. Pour l’instant on est plutôt dans le cadre d’avancées à la marge. J’attends le prochain virage. Est-ce que ce sera avec des foils, ce qui permettra de soulever un peu le bateau – un 100 pieds fait 50 tonnes !? Je ne sais pas. Il est sûr que je n’ai pas envie de faire un bateau plus grand, car ça devient juste plus lourd, moins amusant. J’aime être près de l’eau et 100 pieds, 30 mètres, est une longueur merveilleuse, noble, cela reste un bateau sportif. Si toutes les avancées sont suffisantes pour concevoir un nouveau bateau très performant et qui m’emmène facilement en croisière, je ferai le Quattro, vous pouvez compter sur moi ! »      
Du côté des Partenaires KAPPA & les voiles de Saint-Tropez Robe di Kappa est pour la septième année consécutive le partenaire textile officiel de ce grand rassemblement de passionnés de voile. Pour sa nouvelle collection, la griffe italienne propose ainsi une large gamme de produits sportswear chic, déclinés au travers de trois univers distincts. La collection Les Voiles de Saint-Tropez 2017 arbore des lignes très sportives et très inspirées de l’univers du voilier. Elle ravira les amateurs de sportswear chic et plus particulièrement les amoureux de l’univers du nautisme. Comme à son habitude, Robe di Kappa s’est appliqué à nous proposer des pièces stylées, travaillées et élégantes. Le millésime 2017, très abouti, et délivre une nouvelle collection riche avec comme pièce phare le Polo Doris. Ce dernier est une édition limitée et numérotée. Il est pourvu de nombreux motifs et broderies. La collection Les Voiles de Saint-Tropez 2017 se compose également de t-shirts, de polos manches courtes et manches longues, de chemises, des shorts et des bermudas. Certaines pièces empruntent les codes du rugbywear. Cette collection 2017 contient également des accessoires comme, un sac, une serviette, un chèche… Toute la collection Kappa Voiles de Saint-Tropez 2017 sur www.les-voiles-de-saint-tropez.fr  

Happiness is… Les Voiles

03/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour3

With the remnants of the gale that bruised the fleet at Les Voiles yesterday seemingly still picking for a fight this morning, it was a tense time for some on the pontoons. However, by midday, the atmosphere had calmed down considerably, with the swell becoming flatter to enable all the different rounds to be launched for the Modern and Classic yachts and the Wallys. Big and sleek, the latter group linked together two windward-leeward courses off Pampelonne, whilst the Modern and Classic yachts crossed swords at the edge of the bay in sunshine reminiscent of the height of summer.  Tomorrow, in line with a now well-established tradition, the competition element of Les Voiles will give way to a rather special day that is much prized by the racing fraternity. Indeed, Challenge Day, which commemorates the creative spirit of Nioulargue, ancestor to Les Voiles, was invented in 1981 as a result of the historic friendly duel between Pride and Ikra. Tomorrow’s edition will have as a theme the long-standing solidarity between Saint Tropez and Saint-Barth, following the passage of Hurricane Irma, with the slogan: all sailors, all stand together.

Cannonball on a run The brand new Maxi 72 Cannonball, launched back in the spring according to a Botin design and with a win in Palma to her credit already, is now getting her bearings in Saint Tropez. Eliminated after an OCS yesterday, she set the record straight today by taking the win in corrected time after a pretty 25-mile sprint between Pampelonne and Portalet. In an easing NE’ly wind, Dario Ferrari’s steed set a blistering pace, finishing just shy of the 100-foot high-tech jewel, Rambler. Though the Maxi My Song was first across the finish line in elapsed time, once the times were calculated with their respective handicaps, she was beaten by Marten 72 Aragon and the VOR 70 Babsy skippered by Franck Cammas and Lionel Péan. The latter was top of the provisional overall ranking (prior to the jury) at the midway mark, ahead of My Song and Farfalla, the Mario Pedol-designed superyacht.

Sovereign reaps the benefits It was another hotly-disputed day of racing among the 12 m JIs. In a breeze relished by Sovereign, the 1972 Robertson design posted a stellar performance amidst the chop and her adversaries, and after much jockeying for position and faultless sailing with hotshots Nicolas Bérenger at the helm and Nicolas Fauroux on the nav., she took the deserved bullet in today’s race. France (Mauric 1970) managed to limit the damage by finishing ahead of Ikrapour. The rivalry between this class will continue during tomorrow’s Challenge Day, with a thrilling face-off between Ikra (Boyd 1964), France and Sovereign.

Mariska does the business After having to retire from yesterday’s action due to the ‘boat-breaking seas’, Mariska had to pull out all the stops today in the fantastic confrontation between the four Fife designs from the 15 m JI class. With the Rolex Trophy up for grabs, Christian Niels’ men nailed it. Getting off to a clean start, despite being heavily marked by Tuiga, the crew were first around the weather mark towards Les Issambres and managed a controlled descent towards Portalet to post the win, taking the 1908 Fife to the top of the provisional leader board.

Tomorrow, the Challenges! On Thursday, in line with tradition, Les Voiles de Saint-Tropez celebrates the creative spirit of the original race to Nioulargue between Ikra and Pride. The competitors are invited to challenge one another according to their affinities, free of the constraints of any rule, for the simple pleasure of racing.

Of note, the four 15 m JIs competing in the Rolex Trophy will compete in one race in the bay tomorrow. Club 55 Cup: on the trail of the pioneers  Beyond the illustrious sports trophies contested during Les Voiles, the Club 55 Cup holds a rather unique place. Relaunched in 2003, this special mid-week duel is more than a commemoration. Indeed, it is a genuine tribute to the spirit of racing as it was practiced in the last century, when, inspired to engage in a friendly competition, two captains set a challenge for the love of the sport, the only stakes of which were the pleasure of competing against one another and comparing the performances of a yacht and its crew out on the water. Since it was created, the Club 55 Cup can boast but 8 winners, Ikra (12 m JI) in 2003 and 2004, The Blue Peter (20m Bermudan cutter, Mylne 1930) in 2005 and 2006, Lucia (19m Bermudan yawl, Alden 1940) in 2007 and 2008, Cambria (40m Bermudan rig 23mJI, Fife 1928) in 2009, Mariquita (33m gaff-rig 19mJI, Fife 1911) in 2010 and 2011, Altaïr (40m gaff-rig schooner, Fife 1931) in 2012, Moonbeam III (25m gaff-rig cutter, Fife 1903) in 2014 (2013 having racing cancelled due to storms), as well as 2015, and finally Eugenia V (21m60 Marconi ketch) in 2016. The regulations for this Cup are perfectly simple in principle: two boats challenge each other on Thursday on what is a 15-mile course – Portalet Tower, Nioulargue mark, Le Club 55 –, and the boat that finishes ahead of the other wins and goes on to challenge a boat of its choice the following year, the whole thing rounding off with the unmissable luncheon beneath the tamarisks of the Club 55 for both crews. Already slightly embellished since its creation – if one boat wins it twice, the runner-up becomes the new  »defender », whatever the result on the water – the rules of this highly ceremonial competition have had to evolve still further.  Indeed, the very strict regulations of the Club 55 – which include a deposit in bottles of rosé from the peninsula in the event of a protest – give no indication as to who will be able to quaff these or what the outcome will be! The only imperative is that the owner of the boat must be aboard on the day of the formidable event. Tomorrow, Eugenia V has opted to challenge Savannah, the 27.50m sloop penned by Pedrick (1996).

News in brief Fan zone tomorrow, Thursday. A happy, festive spirit is something for everyone to share – locals, participants and the public – which requires the organisers and the public authorities to take into account all the possible safety elements. It is within this context that Thursday 5 (parade of the crews) and Saturday 7 October will see the port switch to « fan zone » configuration, a device that is now very familiar to those taking part and notably reduces vehicular access to the port and close to the race village. It’s worth noting here that peak visitor numbers during Les Voiles are similar to peak days during the summer season, such as 14 July or 15 August, where 50 to 80,000 people/day are commonplace.

Quotes: Lionel Péan; Babsy “We had a bit less breeze today, which also eased into the bargain. As a result, our VOR 70 wasn’t as at ease as she was yesterday. Despite that, we sailed very well as the understanding between Franck Cammas’ crew and those who usually sail the boat was spot on. Cannonball, the new Mini Maxi showed her best side today, together with Rambler, Aragon and My Song…”

Nicolas Bérenger, Sovereign “We had a great day and were totally in control. We managed to slip ahead of France just before the finish, with Il Moro sneaking ahead of Ikra. It’s game on once more for our group, to the great delight of everyone involved…”

Today’s partners Gitana Team on Saint Tropez time This year, from 2 to 8 October, the Gitana Team has once again headed to the South of France with the racing stable’s GC32. A 10-metre flying catamaran equipped with L-shaped foils and lifting surfaces on the rudders, this craft helmed by three crew, is the perfect platform for showing the Group’s guests the powerful, unique sensations involved in flying a boat across the water. At a time when some legendary classic yachts and equally iconic modern craft are doing battle in the Baie de Pampelonne, the presence of the GC 32 Edmond de Rothschild in the waters of Saint Tropez is also a nod to the objectives and ambitions that are currently driving Ariane and Benjamin de Rothschild and the Gitana Team. Launched in late 2012, the GC 32 is a 32-foot foiling catamaran designed by Martin Fischer according to an idea by Laurent Lenne. The aim of this ambitious project is to create a new one-design circuit for top-level inshore racing on flying catamarans, the « Great Cup”. Vincent Taupin, Chairman of the Edmond de Rothschild board (France): “Sailing has been a tradition for 140 years within the Rothschild family and it’s a natural sponsorship theme for our Group. This is particularly true at Les Voiles de Saint-Tropez, the event that took over from the Nioulargue, which Baron Edmond de Rothschild won in 1984 on Gitana VIII. In 2000, his son Benjamin de Rothschild transformed the family passion into a school of excellence by creating Gitana Team, a racing stable that ranks as one of the most competitive on the French offshore racing scene. On a personal level, as a sailing enthusiast, I’m very happy that our Group is a part of the racing tradition in Saint Tropez and, at the same time, is taking up the gauntlet of offshore racing, by lining up for the start of the Transat Jacques Vabre on 5 November 2017 with the Maxi Edmond de Rothschild. As chairman of the Group in France, I join all our associates in proudly supporting the sailors who fly our flag and are actively perpetuating the family saga.” At Les Voiles de Saint-Tropez, the Edmond de Rothschild Trophy rewards the winner of the ‘modern yachts’ category – IRC C.

Danone Group The natural mineral water evian® has its source at the heart of the ancient Alps, a quite unique geological site. For over 15 years, it has journeyed through the rocks and is enriched with essential mineral elements. To preserve the exceptional quality of this water, Man has been protecting the nature around its source for over 20 years. Naturally pure, with a unique and constant mineral balance, evian® natural mineral water ensures that all its consumers spanning over 140 countries, are perfectly hydrated throughout the day.  For several years, evian® has been supporting sport through a series of major international events, associating the importance of remaining hydrated, sport and the “Live young” spirit of youth, which is essential for a healthy, balanced life. This year, the brand is joining forces with Les Voiles de Saint-Tropez to infuse a « Live young » spirit into it and ensure that over 4,000 international sailors competing aboard the finest classic and modern yachts in the world are properly hydrated.

Au bonheur des Voiles

04/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 4

Si le résidu du coup de vent qui a secoué la flotte des Voiles hier après midi, faisait ce matin encore craindre une nouvelle journée sous haute tension, il n’en fut en définitive rien, Eole choisissant de s’apaiser dès la mi-journée, et la houle de s’aplatir pour favoriser le lancement sur tous les ronds concernés, Modernes, Classiques et Wally, de nouvelles joutes acharnées dans tous les groupes de l’épreuve. Les grands et racés Wally ont enchainé deux parcours de type bananes devant Pampelonne, tandis que Modernes et Classiques croisaient leurs routes en bordure d’un golfe ensoleillé comme au plus fort de l’été.

Le volet compétition des Voiles va demain et selon une tradition désormais bien établie, laisser place à cette journée aussi particulière que prisée des régatiers, la Journée des défis qui commémore l’esprit créateur de la Nioulargue, ancêtre des Voiles, née en 1981 avec cet historique duel amical entre Pride et Ikra. Celle de demain sera néanmoins placée sous le signe de la solidarité entre Saint-Tropez et Saint-Barth, liées de longue date, après le passage de l’ouragan Irma sous le slogan : tous marins, tous solidaires.

 

 

Où l’on reparle de Cannonball

Le tout nouveau Maxi 72 Cannonball, lancé au printemps dernier sur plan Botin, et déjà vainqueur à Palma, trouve ses marques à Saint-Tropez. Eliminé pour un départ anticipé hier, il a remis les chronos à l’heure aujourd’hui en s’imposant en temps compensé à l’issue du joli parcours de 25 milles dessiné entre Pampelone et le Portalet. Dans un vent de nord est allant mollissant, la belle « luge » de Dario Ferrari a fait merveille, terminant littéralement dans le tableau arrière de Rambler et ses 100 pieds de haute technologie. Si le Maxi My Song franchit en tête la ligne d’arrivée, il doit s’incliner après calcul de son handicap de jauge devant le Marten 72 Aragon et le VOR 70 Babsy de Franck Cammas et Lionel Péan, et tête au classement général provisoire (avant jury) à mi-parcours, devant My Song et Farfalla, le super yacht signé Mario Pedol.

 

Sovereign tire les marrons du feu

Nouvelle journée de régate très disputée chez les 12 m JI. Dans un vent plus en rapport avec ses affinités, c’est Sovereign, le plan Robertson de 1972 qui s’est joué du clapot et de ses adversaires pour remporter le parcours du jour, au terme de moult rebondissements et d’une navigation sans faille orchestrée par Nicolas Bérenger à la barre, et Nicolas Fauroux à la nav’. France (Mauric 1970) limite les dégâts en devançant Ikra pour une fois distancée sur la ligne. Une véritable remise à l’heure des pendules dans ce groupe qui compte aussi Il Moro di Venezia. La rivalité des 12 se poursuivra demain, jour des Défis, avec un passionnant challenge entre Ikra (Boyd 1964), France et Sovereign.

 

Mariska fait le job

En situation d’abandon hier dans le vent et la mer « casse bateau », Mariska se devait aujourd’hui de briller afin de remettre les compteurs à zéro dans cette formidable confrontation fraternelle entre les quatre plans Fife de la Classe des 15 m JI. Le Trophée Rolex était à ce prix et les hommes de Christian Niels se sont parfaitement accommodés de la tâche. Un bon départ, malgré le sévère marquage de Tuiga, un passage en tête à la bouée au vent vers les Issambres, et une descente toute en contrôle vers le Portalet ont assuré le succès du jour, et repositionné en tête du classement général provisoire le Fife millésimé 1908.

 

Les marins des Voiles solidaires de Saint-Barth!

Pour manifester le soutien des quelques 4 000 marins présents aux Voiles, ainsi que de toute la communauté des Voiles de Saint-Tropez, le président de la Société Nautique, André Beaufils, a décidé d’arborer demain jeudi sur le bateau comité une banderole bien visible de tous, proclamant la solidarité entre Saint-Tropez et Saint Barth, victime du cyclone Irma.

 

Demain, les Défis!

Le jeudi, et c’est de tradition, les Voiles de Saint-Tropez célébrent l’esprit créateur de la régate originale vers la Nioulargue entre Ikra et Pride. Les concurrents sont invités à se défier au gré de leurs affinités, en dehors de toute logique de jauge, pour le simple plaisir d’en découdre entre régatiers. A noter que les quatre 15 m JI engagés dans le Trophée Rolex disputeront une manche dans le golfe demain.

 

Club 55 Cup : sur la trace des pionniers

Au-delà des illustres trophées sportifs disputés pendant les Voiles, la Club 55 Cup a une place à part. Relancé en 2003, ce duel singulier au cœur de la semaine est plus qu’une commémoration. C’est un véritable hommage à l’esprit de la régate telle qu’elle était pratiquée au siècle dernier, quand, dans un simple élan de compétition amicale, deux capitaines se lançaient un défi pour l’amour du sport avec pour seul enjeu le plaisir d’opposer et de comparer sur l’eau les performances d’un yacht et de son équipage. Depuis sa renaissance, la Club 55 Cup n’a connu que 8 vainqueurs, Ikra (12 m JI) en 2003 et 2004, The Blue Peter (côtre bermudien 20m, Mylne 1930) en 2005 et 2006, Lucia (yawl Bermudien 19m, Alden 1940) en 2007 et 2008, Cambria (23mJI Bermudien 40m, Fife 1928) en 2009, Mariquita (19mJI Aurique 33m, Fife 1911) en 2010 et 2011, Altaïr (Goélette Aurique 40m, Fife 1931) en 2012, Moonbeam III (cotre Aurique 25m, Fife 1903) en 2014 (2013 n’ayant pas été courue pour cause d’intempéries), ainsi qu’en 2015, et enfin Eugenia V (Ketch Marconi 21m60) en 2016.

Son règlement est a priori parfaitement simple : deux bateaux se lancent un défi le jeudi sur un parcours de 15 milles nautique – Tour du Portalet, bouée de la Nioulargue, Le Club 55 –, celui qui termine devant l’autre l’emporte et lance un défi au bateau de son choix l’année d’après, et le tout se terminant par un incontournable déjeuner sous les tamaris du Club 55 pour les deux équipages. Déjà un peu enrichies depuis leur création – si un bateau l’emporte deux fois, c’est son dauphin qui devient le nouveau  »défendeur », quel que soit le résultat sur l’eau – les règles de cette compétition hautement honorifique ont encore dû évoluer.

On le voit, le règlement très strict de la Club 55 – qui prévoit une caution en bouteilles de rosé de la presqu’île en cas de réclamation – ne permet pas forcément de savoir qui en sera le tenant, ni l’aboutissement ! Seule obligation incontournable : le propriétaire du bateau doit être à bord en personne le jour de la redoutable épreuve. Demain, Eugenia V a choisi de défier Savannah, le sloop de 27,50 m signé signé Pedrick (1996).

 

Enterprise, un yawl signé Sparksman&Stephens

Très en vue au sein du groupe des voiliers d’Epoque Marconi, le yawl Enterprise a été lancé en 1939 aux Etats-Unis sous le nom de Clemencia, construit en chêne et acajou par Robert Jacob à New York. Renommé Adios après la guerre, il a rejoint la côte Pacifique à San Francisco, et a participé avec succès à la Transpac, San Francisco-HawaÏ. Cet élégant yawl de 19 mètres hors tout navigue désormais en Méditerranée, et ravit les amateurs du style épuré propre à Sparksman&Stephens.

Pour mémoire, le yawl (nom masculin) est un voilier à deux mâts dont l’artimon (mât arrière) est positionné en arrière de la mèche de safran. L’implantation du mât d’artimon, appelé tapecul, de plus petite taille que le mât principal, se situe à l’extrême arrière du pont, derrière l’axe de rotation du safran (partie mobile immergée à l’arrière du bateau servant à le diriger et fautivement appelée gouvernail).Le tape cul permet d’équilibrer les gréements, qu’ils soient auriques ou marconi.

 

En Bref

Fan zone demain jeudi.

La fête et le bonheur partagé pour tous – Tropéziens, participants, public – nécessitent de la part des organisateurs et des pouvoirs publics la prise en compte de tous les éléments de sécurité possibles. C’est dans ce cadre que la journées de jeudi 5 (défilé des équipages) et de samedi 7 octobre seront placés en configuration « fan zone », un dispositif maintenant bien connu de toutes les parties prenantes réduisant notamment l’accès aux véhicules sur le port et à proximité du village. Pour mémoire, les pics de fréquentation pendant les Voiles sont semblables aux jours de pointe de la saison estivale tels le 14 juillet ou le 15 aout, pouvant atteindre 50 à 80 000 personnes/jour.

 

 

Elemen’terre

Marie Tabarly est une fan des Voiles où elle navigue avec brio depuis des années, notamment à bord du joli 15 m Fife Mariska. Elle lance un projet original dédié à une meilleure connaissance du monde et de la planète, joliment appelé Elemen’Terre. « The Elemen’Terre Project est une série documentaire consacrée à la nature » explique t’elle. « L’objectif est de visiter le monde, découvrir la nature par le voyage en bateau, l’art et les sports pratiqués en milieu naturel mais aussi de permettre un voyage en introspection. Par le voyage et le sport on apprend à se dépasser, on cultive un état d’esprit, on construit un lien entre le corps et l’esprit. Le concept de The Elemen’Terre Project est de découvrir un endroit de la planète à chaque épisode au travers de deux personnalités.

Je réunis un artiste et un sportif pour avoir deux sensibilités différentes sur leur vision du monde. Nous partirons en bateaux pendant 2 semaines à la rencontre d’autres cultures, d’autres horizons. Nous observerons les animaux qui croiseront notre route et nous pourrons nous émerveiller dans les différents terrains de jeux que nous offre la nature pour exercer toute sorte de sports. »

www.elementerre.earth

 

Ils ont dit :

Lionel Péan ; Babsy

« Nous avons eu un peu moins de vent aujourd’hui, mollissant de surcroit. Notre VOR 70 était ainsi un peu moins à l’aise qu’hier. Nous avons pourtant très bien navigué, tant l’entente entre les équipiers de Franck Cammas et les habitués du bord est parfaite. Cannonball, le nouveau Mini Maxi s’est montré à son avantage, avec Rambler, Aragon et My Song… »

 

Nicolas Bérenger, Sovereign

« Une belle journée à notre actif, parfaitement maîtrisée. On parvient à glisser devant France juste avant l’arrivée, avec Il Moro qui s’intercale devant Ikra. Les jeux dans notre groupe sont relancées, pour le plus grand bonheur de tous… »

 

Profession : Mouilleurs

« C’est un métier ! » Tout organisateur de course vous le soutiendra, avec les trémolos d’un immense respect dans la voix. Les mouilleurs font partie des hommes et des femmes de l’ombre qui chaque année rendent possible l’organisation sur l’eau de l’exceptionnel événemnt que constituent les Voiles de Saint-Tropez. Les néophytes ne le soupçonnent peut être pas, mais dessiner un parcours sur un plan d’eau exige une expertise, et des qualités d’homme de mer hors du commun. Le mouilleur est l’homme responsable du positionnement, et de la bonne tenue des marques d’un parcours nautique. A Saint-Tropez, plus peut-être qu’en d’autres points de la planète nautisme, cette mission recèle d’innombrables difficultés, liées d’une part à la densité des flottes, et à la topographie marine du littoral Varois, qui accuse en certains endroits proches du rivage, des fonds à plus de 350 mètres. Le mouilleur doit, par quasiment tous les temps navigables, composer avec  ces paramètres, et envoyer par le fond les lests qui maintiendront en place les fameuses bouées de parcours. Déterminer l’emplacement au centième de degré près de ces marques de passage relève également de la gageure, quand Eole se fait taquin, et modifie de minute en minute sa force et surtout son angle, dérangeant l’axe de l’épreuve. Les marins définissent en effet leur course en fonction des points GPS de ces bouées, et la moindre variation a une influence directe sur l’équité sportive d’une épreuve. Avant d’être mouilleurs au sens strict du terme, ces hommes des coulisses doivent durant parfois des heures, échanger avec les Président des comités pour jouer avec le vent, dans l’attente d’une stabilisation des conditions propices à l’établissement d’un parcours définitif. Avec ses trois ronds de course, Modernes, Wally et Traditions, les Voiles de Saint-Tropez font appel à quatre mouilleurs, tous marins durs au mal, capable d’encaisser des heures durant vent ou absence de vent, comme les houles les plus creuses, pour garantir le plus grand plaisir des régatiers.

Les mouilleurs de Saint Tropez : Gilles Rosfelder – Jean Louis Vincent – Francis Giraudot – Christophe Fede.

 

Du côté des partenaires

Le Gitana Team à l’heure Tropézienne

Cette année encore, du 2 au 8 octobre, le Gitana Team prend la direction du Sud de la France avec le GC32 de l’écurie. Catamaran volant de 10 mètres équipé de foils en L et de plans porteurs sur les safrans, ce support mené par trois équipiers est idéal pour faire découvrir le vol en mer et offrir aux invités du Groupe des sensations fortes et inédites. A l’heure où des voiliers classiques légendaires et des unités modernes tout aussi emblématiques s’affrontent en baie de Pampelonne, la présence du GC 32 Edmond de Rothschild dans les eaux tropéziennes est également un clin d’oeil vers les objectifs et les ambitions qui animent actuellement Ariane et Benjamin de Rotshchild et leGitana Team. Lancé fin 2012, le GC 32 est un catamaran à foils de 32 pieds dessiné par Martin Fischer sur une idée de Laurent Lenne. Le but de cet ambitieux projet est de créer un nouveau circuit monotype de régate inshore de haut niveau sur des catas volants, la « Great Cup ».

Vincent Taupin, Président du Directoire d’Edmond de Rothschild (France) : « La voile est une tradition depuis 140 ans chez les Rothschild et c’est un thème de sponsoring naturel pour notre Groupe. Particulièrement aux Voiles de Saint-Tropez, l’événement qui a pris la suite de la Nioulargue, que le Baron Edmond de Rothschild gagnait en 1984 sur Gitana VIII. En 2000, son fils Benjamin de Rothschild a mué la passion familiale en école de l’excellence en créant le Gitana Team, une écurie de course comptant parmi les plus compétitives de la course au large française. A titre personnel, passionné de navigation, je suis très heureux que notre Groupe s’inscrive dans la tradition des régates à Saint-Tropez et relève, dans le même temps, le défi des courses au large en prenant le départ de la Transat Jacques Vabre le 5 novembre prochain avec le Maxi Edmond de Rothschild. En tant que président du Groupe en France, je m’associe à l’ensemble de nos collaborateurs pour soutenir avec fierté les marins qui portent nos couleurs

en perpétuant la saga familiale »

Aux Voiles de Saint-Tropez, le Trophée Edmond de Rothschild récompense le vainqueur dans la catégorie « voiliers modernes » – IRC C.

 

Groupe Danone

L’eau minérale naturelle evian® prend sa source au coeur des Alpes millénaires, un site géologique unique au monde. Pendant plus de 15 ans, elle chemine à travers les roches et s’enrichit en éléments minéraux essentiels. Pour préserver la qualité exceptionnelle de cette eau, les Hommes protègent depuis plus de 20 ans la nature autour de la source. Naturellement pure, à l’équilibre minéral unique et constant, l’eau minérale naturelle evian® répond parfaitement aux besoins d’hydratation de tous dans plus de 140 pays, tout au long de la journée.

Depuis plusieurs années, evian® soutient le sport à travers de grands événements internationaux associant l’importance de l’hydratation, le sport et l’esprit de jeunesse « Live young » comme essentiel à une vie saine et équilibrée. Cette année, la marque s’associe aux Voiles de Saint Tropez pour insuffler un esprit « Live young » et répondre aux besoins d’hydratation de plus de 4 000 marins internationaux embarqués sur les plus beaux yachts classiques et modernes au monde.