All set for a great 20 years birthday!

06/10/2018, Saint-Troepz (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2018, Jour 7

On the invitation of the Société Nautique de Saint-Tropez, nearly 4,000 sailors stocked up to the brim with the images, emotions and memories that coloured the packed week of extraordinary, timeless racing. It will certainly be enough to keep them going for the rest of the year, until they can return to the gulf of Saint Tropez once more in late summer. True to its inimitable spirit of sporting kinship, built around an unchanging passion for beautiful sails and stunning hulls, the 20th edition of Les Voiles de Saint-Tropez once again served up its usual magic in all weathers and all languages amidst a blend of styles, yachting eras and classes of yacht, painting a rare and unique spectacle each and every day in the sublime setting of the gulf of Saint Tropez. The traditional prize-giving gathered together crew members and adversaries one last time, in a festive and joyful communion, which already augurs well for the future encounters in the 20st anniversary of the event in 2019, which will be celebrated in style from Saturday 28 September to Sunday 6 October. Be sure to free up a space in your agendas for these dates!
The Fife Jubilee for the Rolex Trophy
T
his was surely the highlight of this 20
th edition of Les Voiles, the 130th anniversary of the Dragons, a legendary signature of the Fife family saga, which gave rise to an exceptional jubilee rewarded by the prestigious Rolex Trophy. Competing altogether for the first time in the Mediterranean, 20 sumptuous yachts designed by the Scottish genius from the golden age of yachting, gathered together this year in the port of Saint Tropez. And on this very special occasion: gaff and Bermudan schooners and cutters benefited from their own start, resulting in a truly unforgettable spectacle. Ultimately, it was the gaff cutter Viola, which masterfully took the win, adding her name to the long list of Rolex Trophy winners on her 110th anniversary, the yacht having been launched in 1908. Success in the « Petites Voiles » Another major new feature of the 20th edition of Les Voiles, the « Petites Voiles » debut, was organised on Wednesday right in the middle of the Port of Saint Tropez. On the initiative of Tony Oller, in partnership with the support team, 23 young girls and boys aged 6 to 12 from the Société Nautique de Saint-Tropez’s brand new dinghy sailing cluster had their moment of glory racing on Optimists in front of a huge crowd of Les Voiles fans and their very proud families.

Quotes: Tony Oller: President of the Société Nautique de Saint-Tropez
« In a word: happy! All I can see are beaming smiles and I’ve received nothing but compliments and thanks. The racers are leaving here delighted with their races, the reception and the festivities both on shore and at sea. We validated a large number of races every day and we’re crowning worthy winners. The festival feel in Saint Tropez was second to none, particularly so on Thursday during the crew procession, the quaysides absolutely swarming with people amidst a carnival ambiance. The Petites Voiles competition was a happy and proud addition to proceedings, as much for the children from the local sailing school as their parents. It has most definitely been a very fine vintage! » Georges Kohrel, Principal Race officer « All the feedback has been excellent from the owners and racers. It was most definitely a very fine edition, between two inventions from the Mistral. I’d like to thank all the teams on shore and on the water, who took expert care of organising the races, umpiring and posting the results. Getting 300 boats out on the water sailing is not an easy task. I’m also delighted to have witnessed only fair play, with the sheer pleasure of sailing often taking precedence among the different rivals rather than competition pure and simple. The upshot of that was an even more joyous and festive ambiance on the water, which is very much in line with the spirit of Les Voiles. The principle of a fixed start line is now something that the competitors have a real grasp of, which makes it much easier to send all our series off racing quickly. We’re also going to work on honing our registration procedures by being just a tad more demanding on that score. » Gracing Les Voiles were: Sébastien Audigane, Ed Baird, Patrizio Bertelli, Brad Butterworth, Pierre Casiraghi, Sébastien Col, Jean-Pierre Dick, German Frers, Alain Gautier, Sydney Gavigner, Philippe Monnet, Marc Pajot, Yves Pajot, Lionel Péan, Loïck Peyron, Bruno Troublé, Nicolas Troussel, Marcel Van Triest and Tom Whidden As well as Pierre Cosso (actor, La Boum) Maud Fontenoy (Fondation Maud Fontenoy) Myriam Lamarre (Boxing champion – Stelle) Pete Townsend (Guitarist and founder of the Who Eva),
The rankings:
Wally
On their dedicated round set off Pampelonne, the Wallys validated 6 fine races, alternating between windward-leeward courses and long coastal courses. The announced clash of the 3 Wallycento titans very much lived up to expectations, with Magic Carpet3 looking set to take the win for a long while. However, it was the ‘little’ Wally 77 Lyra, which ultimately gained the upper hand after posting three stellar race bullets. 1- Lyra – Wally 77: 9 pts 2- Magic Carpet3 – Wallycento: 12 pts 3- J One – 14 pts
Modern yachts The 5 IRC groups all validated 4 races this week, in a very varied wind range, which saw some mighty winners take the crown. IRC A: 24 entries 1- Cannonball – Dario Ferrari – 6 pts 2- Jethou – Sir Peter Ogden – 13 pts 3- Wallino – Benoit De Froidmont – 18 pts IRC B – 24 entries 1- Flo d’Orient -Bernard Coquelet – 7 pts 2- Phoenix – Majec Marczewski – 12 pts 3- Daguet2 – Frederic Puzin- 15 pts IRC C – 31 entries 1- Gladiator – Tony Langley – 18 pts 2- Team Chalets – Philippe Saint André – 18 pts 3- Dralon – Pit Finis – 18 pts IRC D – 41 entries 1- Creme Anglaise – John Rainger – 15 pts 2- Merlin – Serguei Chevtsov – 21 pts 3- Foxy lady – Giuseppe Gambaro – 24 pts IRC E – 41 entries 1- Topaz – Harald Brushing – 14 pts 2- Expresso – Guy Claes – 16 pts 3- Alice – Simon Henning – 21 pts
Classic yachts: Each day the Classic yachts were able to validate some spectacular races in the gulf. Competing in the Rolex Trophy, the 20 Fife designs put on a showstopping performance, whilst newcomer St Christopher (Sparkman&Stephens 1968) really got her bearings in the gulf. Marconi A classic 1– St Christopher – Daria Cabai – 3 pts 2- Yanira – Pepe Negrete Caballero – 6 pts 3- Dune – Erick Coll – 9 pts Marconi B classic 1- Sagittarius – Frederic Lafitte – 3 pts 2- Stiren – Oren Nataf – 5 pts 3- Palynodie II – Henri Ferbus – 8 pts Marconi R classic 1- Il Moro di Venezia – Massimiliano Sferruzzi – 3 pts 2- Ikra – Hugues Destremeau – 6 pts 3- France – Pierre Fausset – 9 pts. Period Gaff A 1- Kelpie – Pelham Olive – 3 pts. 2- Olympian – Guillaume fetas – 7 pts 3- Marga – Matteo Tacconi – 8 pts Period Gaff B 1- Tilly XV – Joeri Moessanang – 3 pts 2- Folly – François Gouillard – 5 pts 3- Phoebus – Michel Durand – 8 pts Period Marconi A 1- Rowdy – Thirty Goodbye – 4 pts 2- Serenade – Hugues Boullenger – 4 pts 3- Manitou – Guy Robinson – 10 pts Period Marconi B 1-Santana – Wendy Schmidt – 3 pts 2- Blitzen – Charles Dunstone – 5 pts 3- Jour de Fete – Pascal Oddo – 9 pts Period Marconi C 1- Cippino II – Daniel Sielecki – 3 pts 2- Fjord III – German fiers – 7 pts 3- Stormy Weather of Cowes – Tarquin Place – 10 pts Period Marconi D 1- Aloha – Francis van de Velde – 4 pts 2- Sonda – Eric Leprince – 4 pts 3- Java – Josef Schengili – 9 pts Fife 1- Viola – Fabien Després – 7 pts 2- Carron II – Angelo Mazzarella – 9 pts 3- Kismet – Richard Matthews – 10 pts Grand Tradition 1- Elena of London – Steven Mc Laren – 3 pts 2- Puritan – Simon PANDOLFI – 6 PTS 3- Orianda – Sebastiano Maculi d’Ascoli – 13 pts « Guest » group 1- Windhover – Olivier Poulain – 5 pts 2- Josephine – Marc Froeschke – 6 pts 3- Dainty – Peter Nicholson – 7 pts Big Spirit 1- Savanah – Hugh Morrison – 3 pts 2- Sultana – Robert Radway – 6 pts 3- Eugenia VII – Nicolas de la Brosse – 8 pts

The Trophies:

Rolex Trophy – Fife Jubilee: Viola (1908) – Fabien Després
BMW Trophy: Wally 77 Lyra – Terry Hui
Edmond de Rothschild Trophy (IRC C): Gladiator – Tony Langley
Yacht Club de France Trophy:
Tilly XV – Joerg Moessnang Tropheminin (Female Trophy): Moogli – Caroline Petit Town of Saint-Tropez Trophy: Cannonball – Dario Ferrarri Crew procession: Imagine – Vikings theme Bowling competition: Lady Jo Loro Piana Trophy: Topaz – Peter Holmberg Kappa Trophy: Flo D’ Orient – Bernard Coquelet Marines de Cogolin Trophy: Alice – Simon Henning Le Byblos Trophy: Kelpie – Olive Pelham Pommery Trophy: Tilly XV – Joeri Moessnang SNSM Trophy: Rowdy – Timothy Goodboy Esprit Village Trophy: Santana– Wendy Schmidt Air France Trophy: Elena of London – Steven McLaren Mercantour Trophy: St Christopher – Daria Cabai Tropez Trophy: Sagittarius – Frédéric Lafitte Suzuki Trophy: Creme Anglaise – John Rainger Yacht Club de France’s Coupe d’automne: Ellad – Stéphane Richer

Sponsors of Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW EDMOND DE ROTHSCHILD GROUP WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY

Tous prêts pour les 20 ans !

2/10/2018, Saint-Tropez (FRA,83), Les VOiles de saint-Tropez 2018, Jour 2

A l’invitation de la Société Nautique de Saint-Tropez, près de 4 000 marins ont durant une pleine semaine de régates hors norme, hors du temps, fait le plein d’images, d’émotions et de souvenirs. De quoi tenir toute une année, jusqu’à ce que l’été prochain vienne de nouveau jouer les prolongations dans le golfe de Saint-Tropez. Fidèle à cet inimitable esprit d’amitié sportive, bâti autour de la passion immuable pour les belles voiles et les belles coques, la 20ème édition des Voiles de Saint-Tropez a une fois de plus décliné à tous les temps et dans toutes les langues cette magie du grand brassage organisé des styles, des époques, et des classes de voiliers, peignant chaque jour dans l’écrin du golfe un spectacle rare, unique qu’il tarde déjà de retrouver l’an prochain. La traditionnelle remise des Prix a réuni une dernière fois équipiers et adversaires, dans une communion festive et joyeuse, qui augure déjà de belles rencontres à venir, avec les 20 ans de l’événement, qui seront fêtés, comme il se doit, du samedi 28 septembre au dimanche 6 octobre : retenez bien ces dates !
Le Julilée Fife pour le Trophée Rolex C’est le point d’orgue de cette 20ème édition des Voiles, les 130 ans du Dragon, signature légendaire de la saga familiale des Fife, qui a donné lieu à un exceptionnel Jubilé récompensé par le prestigieux Trophée Rolex. Pour la première fois en Méditerranée, 20 somptueux voiliers dessinés par le génie écossais de l’âge d’or du yaching étaient réunis cette année dans le port de Saint-Tropez. Et pour cette occasion exceptionnelle : goélettes, cotres, auriques ou bermudiens bénéficiaient d’un départ spécifique, donnant lieu à un spectacle inouï. C’est le cotre aurique Viola qui l’emporte de haute lutte et inscrit son nom au palmarès du Trophée Rolex en son année de 110ème anniversaire, le voilier ayant été lancé en 1908.
Succès des « Petites Voiles » Autre grande nouveauté de la 20ème édition des Voiles, la première des « Petites Voiles » organisée pendant la journée de mercredi au milieu du Port de Saint-Tropez. A l’initiative de Tony Oller en partenariat avec l’équipe d’encadrement, 23 jeunes filles et garçons de 6 à 12 ans, issus du tout nouveau Pôle voile légère de la Société Nautique de Saint-Tropez ont connu leur heure de gloire en régatant en Optimist devant la foule des aficionados des Voiles, pour la plus grande fierté de leurs familles.
Ils ont dit : Tony Oller : Président de la Société Nautique de Saint-Tropez « En un mot : heureux ! je ne vois que des visages radieux, je ne reçois que des compliments et des remerciements. Les régatiers repartent ravis, de leurs courses, de l’accueil, de la fête, à terre et sur mer. On a validé un grand nombre de courses, chaque jour, et nous sacrons des vainqueurs crédibles. La fête dans Saint-Tropez a été complète, notamment jeudi lors du défilé des équipages, quand les quais étaient noirs de monde, avec des airs de carnaval. Les Petites Voiles ont apporté bonheur et fierté, tant aux enfants de l’Ecole de Voiles qu’à leurs parents. Une très belle édition, assurément ! »
Georges Kohrel, Principal Race officer « Je n’ai que d’excellents retours des propriétaires et coureurs. Une très belle édition assurément, entre deux coups de Mistral. Je tiens à remercier l’ensemble des équipes, à terre comme sur l’eau qui ont assuré l’organisation des courses, arbitrage et résultats avec une énorme compétence. Faire naviguer 300 bateaux n’est pas chose aisée. Je me réjouis d’avoir également constaté que le fair play, le plaisir de naviguer, ont souvent pris le pas chez les concurrents sur la compétition pure. Il en résulte un climat encore plus joyeux et festif sur l’eau, ce qui correspond à l’esprit des Voiles. Le principe de la ligne fixe est désormais bien compris des concurrents. Il facilite l’envoi rapide de toutes nos séries en course. Nous allons travailler sur le perfectionnement de nos procédures d’inscription, en nous montrant un poil plus exigeant. »
Ils étaient aux Voiles : Sébastien Audigane, Ed Baird, Patrizio Bertelli, Brad Butterworth, Pierre Casiraghi, Sébastien Col, Jean-Pierre Dick, German Frers, Alain Gautier, Sydney Gavigner, Philippe Monnet, Marc Pajot, Yves Pajot, Lionel Péan, Loïck Peyron, Bruno Troublé, Nicolas Troussel, Marcel Van Triest, Tom Whidden Mais aussi Pierre Cosso (acteur, La Boum) Maud Fontenoy (Fondation Maud Fontenoy) Myriam Lamarre (Championne de boxe – Stelle) Pete Townsend (Guitariste et fondateur des WhoEva),
Les classements :
Wally Les Wally, sur leur rond dédié mouillé devant Pampelonne, ont validé 6 belles courses, alternant parcours « bananes » et longs côtiers. L’affrontement annoncé entre les 3 Wallycento a tenu toutes ses promesses, Magic Carpet3 étant longtemps en position de s’imposer. C’est pourtant le « petit » Wally 77 Lyra qui leur a damé le pion comme mettant tout le monde d’accord comme l’an passé en remportant notamment trois belles victoires de manche. 1- Lyra – Wally 77 : 9 pts 2- Magic Carpet3 – Wallycento : 12 pts 3- J One – 14 pts
Modernes Les 5 groupes IRC ont tous validé 4 courses cette semaine, dans un range de vent très varié, qui permet de sacrer de beaux vainqueurs. IRC A : 24 inscrits 1- Cannonball – Dario Ferrari – 6 pts 2- Jethou – Sir Peter Ogden – 13 pts 3- Wallino – Benoit De Froidmont – 18 pts IRC B – 24 inscrits 1- Flo d’Orient -Bernard Coquelet – 7 pts 2- Phoenix – Majec Marczewski – 12 pts 3-Daguet2 – Frederic Puzin- 15 pts IRC C – 31 inscrits 1- Gladiator – Tony Langley – 18 pts 2- Team Chalets – Philippe saint André – 18 pts 3- Dralon – Pit Finis – 18 pts IRC D – 41 inscrits 1- Creme anglaise – John Rainger – 15 pts 2- Merlin – Serguei Chevtsov – 21 pts 3- Foxy lady – Giuseppe Gambaro – 24 pts IRC E – 41 INSCRITS 1- Topas – Harald Brushing – 14 pts 2- Expresso – Guy Claes – 16 pts 3- Alice – Simon Henning – 21 pts
Classiques : Les voiliers Classiques ont chaque jour pu valider de spectaculaires courses dans le golfe. Engagés dans le Trophée Rolex, les 20 plans Fife ont assuré le spectacle, tandis que le nouveaux venu St Christopher (Sparksman&Stephens 1968) a d’emblée pris ses marques dans le golfe. Classique marconi A 1– St Christopher – Daria Cabai – 3 pts 2- Yanira – Pepe Negrete Caballero – 6 pts 3- Dune – Erick Coll – 9 pts   Classique marconi B 1- Sagittarius – Frederic Lafitte – 3 pts 2- Stiren – Oren Nataf – 5 pts 3- Palynodie II – Henri Ferbus – 8 pts Classique marconi R 1- Il Moro di Venezia – Massimiliano Sferruzzi – 3 pts 2- Ikra – Hugues Destremeau – 6 pts 3- France – Pierre Fausset – 9 pts Epoque Aurique A 1- Kelpie – Pelham Olive – 3 pts 2- Olympian – Guillaume fetas – 7 pts 3- Marga – Matteo Tacconi – 8 pts Epoque Aurique B 1- Tilly XV – Joeri Moessanang – 3 pts 2- Folly – François Gouillard – 5 pts 3- Phoebus – Michel Durand – 8 pts Epoque marconi A 1- Rowdy – Thirty Goodbye – 4 pts 2- Serenade – Hugues Boullenger – 4 pts 3- Manitou – Guy Robinson – 10 pts Epoque marconi B 1-Santana – Wendy Schmidt – 3 pts 2- Blitzen – Charles Dunstone – 5 pts 3- Jour de Fete – Pascal Oddo – 9 pts Epoque Marconi C 1- Cippino II – Daniel Sielecki – 3 pts 2- Fjord III – German fiers – 7 pts 3- Stormy Weather of Cowes – Tarquin Place – 10 pts Epoque marconi D 1- Aloha – Francis van de Velde – 4 pts 2- Sonda – Eric Leprince – 4 pts 3- Java – Josef Schengili – 9 pts Fife 1- Viola – Fabien Després – 7 pts 2- Carron II – Angelo Mazzarella – 9 pts 3- Kismet – Richard Matthews – 10 pts   Grand Tradition 1- Elena of London – Steven Mc Laren – 3 pts 2- Puritan– Simon PANDOLFI – 6 PTS 3- Orianda – Sebastiano Maculi d’Ascoli – 13 pts Groupe « Invités » 1- Windhover – Olivier Poulain – 5 pts 2- Josephine – Marc Froeschke – 6 pts 3- Dainty – Peter Nicholson – 7 pts Big Spirit 1- Savanah – Hugh Morrison – 3 pts 2- Sultana – Robert radway – 6 pts 3- Eugenia VII – Nicolas de la Brosse – 8 pts Les Trophées :
Trophée Rolex – Jubilé Fife : Viola (1908) – Fabien Després
Trophée BMW : Wally 77 Lyra – Terry Hui
Trophée Edmond de Rothschild (IRC C): Gladiator – Tony Langley Trophée du Yacht Club de France : Tilly XV – Joerg Moessnang Tropheminin : Moogli – Caroline Petit Trophée de la Ville de Saint-Tropez : Cannonball – Dario Ferrarri Défilé des équipages : Imagine – thème des Vikings Concours de boules : Lady Jo   Trophée Loro Piana : Topaz – Peter Holmberg Trophée Kappa : Flo D’ Orient – Bernard Coquelet Trophée Marines de Cogolin : Alice – Simon Henning Trophée Le Byblos : Kelpie – Olive Pelham Trophée Pommery : Tilly XV – Joeri Moessnang Trophée SNSM : Rowdy – Timothy Goodboy Trophée esprit Village : Santana– Wendy Schmidt Trophée Air France : Elena of London – Steven Mc Laren Trophée Mercantour : St Christopher – Daria Cabai Trophée Torpez : Sagittarius – Frédéric Lafitte Trophée Suzuki : Creme Anglaise – John Rainger Coupe d’automne du Yacht Club de France : Ellad – Stéphane Richer
Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY SUZUKI MARINE LORO PIANA MARE NOSTRUM AIR France DANONE CHEVALIER TORPEZ (LES VIGNOBLES DE SAINT TROPEZ) SUN 7 GRAPHIC

Les Voiles Sails On!

06/10/2018, Saint-Troepz (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2018, Jour 7

The 20th anniversary rounds off beautifully with great races for each class
Prize-giving tomorrow in the Village, prizes and Trophies for all categories
Sailors who sail are happy sailors.
Tired and happy, the 4,000 crew members competing in Saint Tropez are this evening struggling to grasp the fact that they’ve already competed in the last race of this exceptional 20th edition of Les Voiles this afternoon. The adrenalin of the fiercely contested racing is now slowly subsiding, after the tension of the long close-contact coastal courses for the Classic and Modern yachts, and the excitement of the series of windward-leewards linked together off Pampelonne by the Wallys. For a long time to come, Saint Tropez will resonate to the sounds of the enthusiastic exchanges in multiple languages among sailors the world over, who are already keen to rediscover the next extraordinary cocktail of conviviality, spectacle, nautical history and sport that make Les Voiles so special. The prize-winners in this 20th edition are now known and tomorrow they’ll receive a just reward for their efforts during the traditional prize-giving ceremony organised in the Village for Les Voiles de Saint-Tropez.

A full week of racing! The gale that swept across the bay and shook up Les Voiles at the start of the week finally ended up being snuffed out, leaving the way clear today for a very pleasant breeze from the south-east, the benefits of which were maximized by the various race committees, who launched two fine windward-leewards off Pampelonne for the Wallys, and a coastal course in the gulf for the classic yachts, whilst the Modern yachts sailed a big triangular course of nearly 20 miles offshore. It was enough to definitively mark out the hierarchies, which were hinted at early on in the week.   Tomorrow, Saint Tropez will crown the top players, some of whom were widely expected and others who really took the field by surprise.
6 races validated for the Wallys Magic Carpet3 and Lyra continued their cordial yet aggressive clash right to the wire today. Two windward-leewards were on the programme in optimum wind and sea conditions. Despite going before the International Jury and being disqualified in the final race, the 80-footer Lyra has been declared the winner of the BMW Trophy.
The Mini Maxis untouchable There was a surprising result among the big IRC As with the 72-foot Mini Maxis reigning supreme, the hunt for glory quickly coming down to a duel between Jethou and the new Botin-design Cannonball owned by the Italian Dario Ferrari. The latter, supported by the America’s Cup specialist Sébastien Col, won three of the four races validated and triumphed in the overall ranking after a series of tantalizingly close races, with mere seconds between the boats. It’s worth noting here the stellar handling of the newcomer to Les Voiles, the Italian Twin Soul B, a very high-performance Mylius 80. Taking the win yesterday, Wallino completes the podium. Gladiator excels in the Saint Tropez arena We were expecting great things from the cut-throat jousting promised by the IRC Cs, a group that gathers together yachts of around fifteen metres in length, designed for racing and performance, such as the TP 52s and the Swan 50s. The favourites were where they were supposed to be and topping the charts we celebrate the British TP 52 Gladiator (Tony Langley), which dominated play today, letting no one have the privilege of crossing the finish line before them. The A 40 RC Team Chalets owned by Philippe Saint André was forced to accept the runner’s up prize, the two boats only able to be separated by the number of victories. The winner of this very dense group in terms of quality and quantity (32 boats) will tomorrow be awarded the Edmond de Rothschild Trophy.
The Classic yachts put on a show in the gulf A limpid air, a quivering gulf and a fine, predominantly easterly wind created a wonderful display along the incredibly photogenic shores around Saint Tropez that provide the perfect backdrop for the majestic 120 Classic yachts. The enchanting spectacle of the gaff and Bermudan rigs making headway under sail has been captured by hundreds of international photographers. Stars among the stars were the 20 splendid craft penned by the master himself William Fife. Gathered together under the Fife Jubilee banner, all eyes were on this group throughout this fine week in Saint Tropez. The 1908 gaff cutter Viola, helmed by the French Mini sailor Fabien Desprée, ultimately triumphed to secure the highly coveted Rolex Trophy after a fantastic face-off against the speedy Swiss 8 m JI Carron II and the sublime 1898 cutter KismetHispania bagged a creditworthy 6th place within this star group to finish ahead of the other three 15 m JIs.
In Brief Thank you André For the past 18 years, his commanding figure has controlled play behind the scenes as well as at the head of the organisation for Les Voiles de Saint-Tropez. Last winter, André Beaufils entrusted the helm of the Société Nautique de Saint-Tropez to Tony Oller. However, he remains Les Voiles’ biggest fan and hopes to see the event evolve further with a single credo, ensuring the racers have fun. “I had an absolute ball for 18 years. I scrupulously adhered to what appeared to me to be Patrice de Colmont’s spirit and concept, namely fair play on the water, and conviviality on shore; the only driver for everyone being fun and certainly not profit! I’ve added my modest contribution and the machine that turns Les Voiles is still in place. It’s over to Tony now to add his personal touch. I hope to have passed on to him this spirit we so cherish, which is the polar-opposite of mercenary. The festival exists thanks to the racers, who continue to come along in force, as is evidenced by the waiting list. I’m not worried about what Les Voiles has been before; Les Voiles will be and that in itself makes me very happy.”
Quotes: The wrap from Georges Kohrel: “With 300 yachts in the gulf, if one boat sank, the crew could return to Saint Tropez by foot …” Sidney Gavignet, Stiren (Sparkman&Stephens 1963) Just a few weeks prior to the start of the Route du Rhum race from Northern France to the West Indies, which he’ll be contesting on his 52-footer Café Joyeux in the “Rhum Mono” class, Sidney Gavignet has given himself a welcome break for a spot of yachting in Saint Tropez. He’s helming the Bermudan yawl Stiren, with a crew of informed amateurs. “I haven’t raced in Les Voiles for ages. From my position as helmsman, I have the time to benefit from the spectacle. It’s an exceptional event. I love coming across a number of French and overseas sailors with a background in offshore racing like me. The mixture of genres and experiences is really interesting…”
PROGRAMME MODERN YACHTS Saturday 29th, Sunday 30th September:  Registration and Inspection Monday 1st, Tuesday 2nd, Wednesday 3rd, Thursday 4th (J.Laurain Memorial Day, Challenge Day), Friday 5th, Saturday 6th October: inshore races, 1st start 11h00 CLASSIC YACHTS Sunday 30th September and Monday 1st October:  Registration and Inspection Sunday 30th September:  arrival of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne feeder race from Cannes Tuesday 2nd, Wednesday 3rd, Thursday 4th (J.Laurain Memorial Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 5th, Saturday 6th: inshore races, 1st start 12h00 Prize-giving for everyone Sunday, 7th October, from 11h00.
Sponsors of Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW EDMOND DE ROTHSCHILD GROUP WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY SUZUKI MARINE LORO PIANA BRIG AIR FRANCE CHEVALIER TORPEZ (THE VINEYARDS OF SAINT TROPEZ) SUN 7 GRAPHIC

Retenir les Voiles !

06/10/2018, Saint-Troepz (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2018, Jour 7

Le 20ème anniversaire clôturé en beauté, de belles manches pour chacune des classes
Remise des Prix demain sur le Village, prix et Trophées pour toutes les catégories
Les marins qui naviguent, sont des marins heureux.
Fatigués et heureux, les 4 000 équipiers présents à Saint-Tropez peinent ce soir à réaliser qu’ils ont bel et bien disputé cet après-midi la dernière régate de cette exceptionnelle 20ème édition des Voiles. L’adrénaline de courses à couteaux tirés retombe doucement, après la tension des longs parcours côtiers au contact pour les voiliers Classiques et Modernes, et l’excitation des parcours bananes enchainés devant Pampelonne par les Wally. La nuit tropézienne va longtemps résonner des échanges enthousiastes déclinés en plusieurs langues par des régatiers venus du monde entier, et déjà avides de retrouver l’an prochain l’extraordinaire cocktail de convivialité, de spectacle, d’histoire nautique et de sport qui font les Voiles. Les lauréats de cette 20ème édition sont connus. Ils recevront demain la juste récompense de leurs efforts lors de la traditionnelle remise des Prix organisée sur le Village des Voiles de Saint-Tropez.

Une pleine semaine de course !
Le coup de vent qui a balayé le golfe de Gènes et joliment secoué les Voiles en début de semaine, s’est finalement volatilisé pour laisser place aujourd’hui à un très agréable souffle venu du sud est, parfaitement mis à profit par les différents comités de course pour lancer deux belles manches de type « bananes » à Pampelonne pour les Wally, et un parcours côtiers dans le golfe pour les voiliers classiques, tandis que les voiliers Modernes naviguaient sur un grand triangle de près de 20 milles au large. De quoi établir définitivement les hiérarchies entraperçues dans chacun des groupes depuis le début de semaine. Saint-Tropez sacrera demain les meilleurs, certains très attendus, d’autres parfois franchement surprenants.
6 Manches validées pour les Wally Magic Carpet3 et Lyra ont poursuivi jusqu’au bout leur cordial et viril affrontement. Deux parcours bananes étaient au programme dans des conditions de vent et de mer optimum. Malgré un passage devant le Jury International, et une disqualification dans l’ultime manche, le 80 pieds Lyra est le vainqueur du Trophée BMW.
Les Mini Maxis intouchables Point de surprise chez les grands IRC A, les Mini Maxis de 72 pieds ont régné sans partage, et la lutte pour la victoire s’est vite circonscrite à un duel entre Jethou et le nouveau plan Botin Cannonball à l’italien Dario Ferrari. Ce dernier, épaulé du spécialiste de la Coupe de l’America Sébastien Col, remporte trois des quatre manches validées et triomphe au général, au terme de régates véritablement disputées au coude à coude, l’issue se jouant à chaque fois en secondes. On notera le très bon comportement du nouveau venu aux Voiles, l’italien Twin Soul B, un Mylius 80 très performant. Vainqueur hier, Wallino complète le podium.
Gladiator en costaud On attendait beaucoup des joutes à couteaux tirés promises par les IRC C, groupe qui rassemble des voiliers d’une quinzaine de mètres taillés pour la course et la performance comme les TP 52 et autres Swan 50. Les favoris étaient au rendez-vous, et on célèbre au sommet des « charts » le TP 52 Britannique Gladiator (Tony Langley) qui s’impose sur le fil, ne laissant aujourd’hui à personne le privilège de franchir la ligne d’arrivée en tête. Le A 40 RC Team Chalets de Philippe Saint André ne s’incline qu’au nombre de victoires. Le vainqueur de ce groupe très dense en qualité comme en quantité (32 bateaux) sera récompensé demain du Trophée Edmond de Rothschild.
Les yachts Classiques ont fait le spectacle dans le golfe
Un air limpide, un golfe parcouru de longs frissons, et un joli vent majoritairement à l’est ont habillé le si photogénique rivage tropézien des parures idéales pour accueillir 120 majestueux yachts Classiques. Leurs évolutions, mélanges de voiles auriques ou bermudiennes, ont été un enchantement capté par des centaines de photographes internationaux. Vedettes parmi les vedettes, les 20 splendeurs signées du maitre William Fife. Leur groupe, réuni sous la bannière du Jubilé Fife, a mobilisé les attentions tout au long de cette belle semaine Tropézienne. Le cotre aurique de 1908 Viola, barré par le « Ministe » Rochelais Fabien Desprée triomphe – et décroche donc le très convoité Trophée Rolex – à l’issue d’une formidable empoignade face au véloce8 m JI Suisse Carron II et le sublime cotre de 1898 Kismet. Hispania signe une belle 6ème place au sein de ce groupe star. Il devance ainsi les 3 autres 15 mètres J.
En Bref Merci André Il a, 18 années durant, affiché sa silhouette altière de commandeur dans les coulisses et à la tête des Voiles de Saint-Tropez. André Beaufils a, l’hiver dernier, confié la barre de la Société Nautique de Saint-Tropez à Tony Oller. Il demeure le premier admirateur des Voiles dont il souhaite voir poursuivre leur évolution avec pour seul credo, le plaisir des régatiers. « J’ai pris beaucoup de plaisir durant ces 18 ans. J’ai scrupuleusement respecté ce qui m’apparaissait être l’esprit, la conception de Patrice de Colmont, à savoir fairplay sur l’eau, et convivialité à terre. Pas d’autre motivation que le plaisir, pour tout le monde, et surtout pas le profit! J’ai apporté ma modeste contribution, et la machine qui fait tourner les Voiles est toujours là. On n’a jamais changé que le Président. Tony apportera sa touche personnelle. J’espère lui avoir transmis cet esprit qui nous tient tant à coeur, loin du travers mercantile. La fête existe grâce aux régatiers, qui continueront de venir, comme en atteste la longueur de la liste d’attente. Je ne me préoccupe pas de savoir ce qu’ont été les Voiles ; les Voiles seront! et cela suffit à mon bonheur. »
La Der du Bailli de Suffren II La vedette de la SNSM de Saint-Tropez, Bailli de Suffren II, effectue en ce début d’automne ses dernières sorties. Un nouveau Canot Tous Temps (CTT) va désormais le remplacer. Témoin de la Nioulargue, et bien entendu des Voiles, depuis son lancement en 1988, le valeureux canot a bien mérité du monde de la mer. Son patron, Eric Esters, et son Président Pierre Yves Barasc ont tenu aujourd’hui à marquer le coup, en entrant à la fin des régates dans le sillage du dernier concurrent, dans le petit port de Saint-Tropez, toutes sirènes hurlantes, et canon à eau activé, l’équipage déployant une banderole avec ce simple mot : « Merci » Un hommage salué de part et d’autre du port par les klaxons et avertisseurs conjugués de nombreux voiliers…
Le saviez vous? Les Voiles accueillent comme à l’accoutumée une flotte d’environ 300 bateaux, qui battent pavillon d’une vingtaine de pays différents : Allemagne, Belgique, British Virgin Island, Cayman, Canada, Channel Island, Espagne, France, Guernesey, Ile de Man, Italie, Lettonie, Luxembourg, Malte, Monaco, Pays-Bas, Saint-Kitts & Nevis, Suisse, UK et USA. L’une des réalisations les plus remarquables de Fife se situe hors du yachting. En 1814, il construit le vapeur à aubes Industry, la septième unité de ce genre sortie des chantiers de la Clyde ; celui-ci, lors de sa démolition soixante-dix ans plus tard, était le plus vieux vapeur du monde. Source : William Collier
Yachts extraordinaires : Le maxi yacht (32,50 m) Ribelle fait ses grands débuts aux Voiles. Lancé en 2017, ce plan Malcolm McKeon tout en carbone et titane est un fin coursier remarquablement agencé pour la belle plaisance. Son propriétaire cherchait un bon compromis entre performance, et confort. Son vaste cockpit en verre est l’une de ses spécificités. Ribelle devrait recevoir une garde robe spécifique aux courses du circuit des Maxis auquel il souhaite participer.
Ils ont dit : La minute essentielle de Georges Kohrel : « Avec 300 voiliers dans le golfe, si un bateau coulait, l’équipage pourrait rentrer à pied à Saint-Tropez… » Sidney Gavignet, Stiren (Sparksman&Stephens 1963) A quelque semaine du départ de la Route du Rhum qu’il disputera sur son 52 pieds café joyeux en classe « Rhum mono », Sidney Gavignet s’accorde une pause Yachting à Saint-Tropez. Il barre le yawl Bermudien Stiren, avec un équipage d’amateurs éclairés ; « Cela fait longtemps que je n’étais pas revenu aux Voiles. Depuis mon poste de barreur, j’ai le loisir de profiter du spectacle. L’événement est exceptionnel. J’y croise avec plaisir nombre de coureurs français et étrangers issus comme moi de la course au large. Ce mélange des genres, des expériences, est vraiment intéressant… »
La remise des prix initialement prévue à la Citadelle aura lieu au sein du Village des Voiles dimanche 7 Octobre, à partir de 11 heures Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY SUZUKI MARINE LORO PIANA MARE NOSTRUM AIR FRANCE CHEVALIER TORPEZ (LES VIGNOBLES DE SAINT TROPEZ) SUN 7 GRAPHIC

Where else to sail!

05//2018, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2018, Jour 6

As much suspense as ever among the Wallys
 IRC A: the delight of the Maxis
Gladiator stumbles             
The racing is in full swing in Saint Tropez.
The Race Directors of the three race zones that make up Les Voiles have once again managed to cope brilliantly with this rather unique weather phenomenon that causes an unpredictable ENE’ly wind to blow off the shores of France’s Var department. As such, coastal courses were able to be launched at midday across all the classes, Wallys, Modern and Classic yachts. Fluctuating a great deal in terms of strength and direction over the course of the afternoon, the E’ly breeze shuffled up some of the cards in the different rankings and offered a picture postcard finale when the futuristic Maxi yachts and other Wallys shifted into the gulf and melted into the Classic yachts. With this new race validated for each of the competing groups, and on the eve of the last racing tomorrow, there is still everything to play for, particularly with some of the big names choosing today to falter. In this way, several groups will have to wait until the final tack of the final race to reveal their winner. 

Tango, finally! Magic Carpet3, the 2013 Reichel Pugh design is clearly giving her all to get her revenge over the Wallys and the 80-foot Lyra in particular, winner in 2017. However, the latter isn’t giving an inch, even taking another win in corrected time today during the coastal course towards Cavalaire. Launched in very light airs at midday, the race gained in volume throughout the day, the NE’ly wind building to over ten knots, enabling some of the outsiders to show what they were made of. This was the case for the dark and magnificent Tango, which sailed a great race from beginning to end and won in elapsed time. Magic Carpet3 has had to make do with third place, creating great suspense on the eve of the decisive last race tomorrow, Saturday.
Cannonball reaps the benefits in IRC A The much-awaited Maxi Rambler (Kouyoumdjian 2011) and the keenly observed My Song, (Baltic 130) kept bang on track in the light airs today, respectively finishing 2nd and 1st in the 21-mile course off Cavalaire. The leader of the provisional overall ranking Cannonball, despite a fairly average race, is set to benefit from her direct rival Jethou being over the line at the start to consolidate her lead. Of note, are the fine performances posted by the two J Classes Velsheda and Topaz, at the front of the pack throughout the light airs race. The Mylius 80 Twin Soul B also managed to show off her true potential in a complicated wind range.
A misstep for Gladiator Very much into her stride to take the win in the Edmond de Rothschild Trophy among the IRC Cs, the fabulous and formidable British TP 52 Gladiator stumbled today with a lacklustre 14th place. And yet Tony Langley’s men had done their best, nailing the win in elapsed time ahead of Arobas, their main rival. However, they simply were not quick enough to smooth out their handicap in corrected time.
Classics: place your bets With the threat of a boisterous gale looming offshore of the Gulf, Race Management for the Classic yachts this morning chose to send the venerable competitors, often dating back over 100 years, towards Issambres, which is well protected from the gulf. In a most fickle breeze, the navigators’ nerves were really put to the test and there were numerous close-contact duels. In this way, within the highly prestigious group of 20 Fifes competing for the Rolex Trophy, a fantastic mano a mano ensued between three of the four 15 m JIs, HispaniaThe Lady Anne and Mariska finishing the race in that order, mere seconds apart! However, today’s big winner has to be Carron II (1935), which joins Viola (1908) on the top step of the provisional podium.
In brief The complexity of organising the races at Les Voiles! The 300-odd boats which make up the sublime fleet at this event in Saint Tropez are split into three very distinct big categories, the Wallys, the Modern yachts and the Traditional yachts. The Wallys, despite their different sizes, between 80 and 130-feet, race in the same class, the Modern yachts race according to their class rules in 5 IRC groups. The Classics, which represent over 130 years of yachting are, for the obvious reasons of fairness, split into no fewer than 13 groups, according to their size and rig type, namely gaff or Bermudan. The difficulty for Race Management, presided over by Georges Kohrel, lies in organising attractive races every day of the week in Saint Tropez, offering the racers a wide variety of points of sail and preferably avoiding any concertinaing between the Classes. That is the daily miracle performed by the organisation teams at Les Voiles who, depending on the weather forecast, each morning choose the day’s courses for each of the three groups. The Wallys have their ‘round’ opposite Pampelonne, where they compete in either windward-leewards or coastal courses spanning twenty miles or so. The Modern yachts are positioned at the exit of the gulf, opposite Les Salins, whilst the venerable and much venerated traditional yachts take over the gulf, for the great delight of the numerous spectators, who can admire them from shore. And since we’re referring to the shore, THE big problem with the very enchanting gulf of Saint Tropez are the shallows. “When you design a course off Pampelonne” explains Georges Kohrel, the seabed suddenly shelves, going from 17 metres… to 1,000 metres!” And therein lies the complexity of setting the essential passage marks in conditions such as these. However, the committee teams do a superb job every day, adapting everything according to the wind and the sea state (waves of over 3m recorded today and yesterday!) to the types of boats and the potentials of the different classes, in order to launch these fine races which delight the 4,000 racers and the 260 journalists and photographers who come along to share this highly exclusive spectacle.
Quotes: Georges Kohrel, Principal Race OfficerThough the race zone in Saint Tropez is an enchanting feast for the eyes, it is also devoid of insular references favourable to designing courses naturally. There are no rocky headlands or islets in or outside the gulf. As such we have to compensate for nature by setting our own passage marks. However, just miles from the coast, the seabed can reach a depth of over 1,000m, hence the complexity of designing and then modifying our courses…”
Today’s partner Edmond de Rothschild Group An entrepreneurial spirit, daring and long-term investment are found in all Edmond de Rothschild’s domains, be they financial, philanthropic, lifestyle or even sports-related. A passion for innovation has always coloured and guided all our activities. It is this desire to push back the boundaries and commit as a team, which has enabled us to create a group like ours. At Edmond de Rothschild, each innovation is part of a long-term story: the Gitana saga is concrete proof of this as it refers to an historic line of boats which testify to the passion of a family driven by the taste for excellence. To be a partner of Les Voiles de Saint-Tropez, is an opportunity for us to hark back to Gitana’s historic victory. Indeed, during the 1984 edition, Baron Edmond de Rothschild won the legendary Nioulargue in the bay of Pampelonne with Gitana VIII and her skipper Harold Cudmore competing against the Maxi Coriolian IV skippered by Eric Tabarly. In this way, our partnership is perpetuating this family saga initiated in 1876. By returning to this legendary venue, we are keen to revive this tradition and share the taste for daring and excellence with our clients. Showcasing our pioneering spirit is what prompted Edmond de Rothschild to create and preside over the Class of Maxis in 1982 and then, 35 years later, launch the first offshore racing Maxi to fly in the open ocean. Each of our convictions is built over the long term and our search for performance is not restricted to financial matters, rather it is in every one of our domains.  Les Voiles de Saint-Tropez is also synonymous with a certain elegance, a value cherished by the Rothschild family, which it has been able to modernize and enter into dialogue with through technological innovation. Enabling our clients to experience the Gitana legend from 1876 to 2018 is what we’re striving for here.
Byblos The Byblos hotel is a French neo- Provençale -style palace located in central Saint Tropez in the Var. A mixture of myth and legend, the 5-star hotel hides behind its ochre and yellow façades a genuine little Provençale village away from the public gaze. Built and inaugurated by the Lebanese hotelier Jean Prosper Gay-Para in May 1967, it was bought up in 1967 by the businessman Sylvain Floirat, whose great-grandson Antoine Chevanne is the current chairman of the board. The hotel is open from April to October and closes its doors in winter. It boasts 91 rooms, including 50 suites. The Byblos secured the label “palace” on 28 June 2012.
PROGRAMME MODERN YACHTS Saturday 29th, Sunday 30th September:  Registration and Inspection Monday 1st, Tuesday 2nd, Wednesday 3rd, Thursday 4th (J.Laurain Memorial Day, Challenge Day), Friday 5th, Saturday 6th October: inshore races, 1st start 11h00 CLASSIC YACHTS Sunday 30th September and Monday 1st October:  Registration and Inspection Sunday 30th September:  arrival of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne feeder race from Cannes Tuesday 2nd, Wednesday 3rd, Thursday 4th (J.Laurain Memorial Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 5th, Saturday 6th: inshore races, 1st start 12h00 Prize-giving for everyone Sunday, 7th October, from 11h00.
Sponsors of Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW EDMOND DE ROTHSCHILD GROUP WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY SUZUKI MARINE LORO PIANA BRIG AIR FRANCE CHEVALIER TORPEZ (THE VINEYARDS OF SAINT TROPEZ) SUN 7 GRAPHIC

J’peux pas, j’ai les Voiles !

05//2018, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2018, Jour 6

Le suspens reste entier chez les Wally 
IRC A : au bonheur des Maxis
 
Gladiator trébuche

Les régates battent leur plein à Saint-Tropez. Les directeurs de course des trois zones de régate qui composent les Voiles ont de nouveau su s’accommoder avec brio de ce singulier phénomène météo qui fait souffler un imprévisible vent d’est nord est au large des rivages varois, pour lancer à la mi-journée des parcours côtiers pour toutes les classes, Wally, Modernes et Classiques. Bien que fluctuant en force comme en direction au fil de l’après midi, la pression d’est a permis une certaine redistribution dans les classements et offert un final de carte postale, quand futuristes Maxis Yachts et autres Wally sont venus dans le golfe mêler leurs étraves à celles des voiliers classiques. Avec cette nouvelle manche validée pour chacun des groupes en lice, et à la veille de la dernière régate de demain, les jeux et les classements ne sont rien moins que définitifs, quelques ténors ayant choisi cette cruciale journée pour défaillir ; de nombreux groupes devront ainsi attendre le dernier bord de la dernière régate pour connaitre leur lauréat.
Tango, enfin !
Magic Carpet3, le plan Reichel Pugh de 2013 met décidément tout en oeuvre pour prendre sa revanche chez les Wally sur le 80 pieds Lyra, vainqueur en 2017. Mais ce dernier ne lâche rien, et relance le suspens chez les Wally en s’imposant de nouveau, en temps compensé, aujourd’hui lors du parcours côtier dessiné vers Cavalaire. Lancé à la mi-journée dans de tout petits airs, la course a pris du volume au fil de la journée, le vent de nord est fraichissant à plus d’une dizaine de noeuds. Le retour au plus près du vent a permis à certains outsiders de montrer les couleurs. Ce fut le cas du sombre et magnifique Tango, auteur, enfin d’une belle manche bien maitrisée, en tête de bout en bout, et vainqueur en temps réel. Magic Carpet3 se contente de la troisième place qui ménage un formidable suspens à la veille de la dernière et décisive manche demain samedi.
Cannonball tire les marrons du feu en IRC A Le très attendu Maxi Rambler (Kouyoundjian 2011) et le très observé My Song, (Baltic 130) ont parfaitement tenu leur rang dans les petits airs du jour, terminant respectivement 2ème et 1er du parcours de 21 milles proposé en direction de Cavalaire. Le leader du général provisoire Cannonball, malgré une manche plutôt moyenne, devrait profiter du départ volé de son concurrent direct Jethou, pour consolider son leadership. A noter les belles performances des deux Class J Velsheda et Topaz, aux avant-postes tout au long des bords peu ventés du jour. Le Mylius 80 Twin Soul B a lui aussi montré dans un « range » de vent compliqué, tout son potentiel.
Faux pas pour Gladiator Bien en jambe pour prétendre remporter le Trophée Edmond de Rothschild chez les IRC C, le magnifique et redoutable TP 52 Britannique Gladiator trébuche aujourd’hui avec une indigne 14ème place. Les hommes de Tony Langley ont pourtant fait le minimum syndicale en s’octroyant la manche en temps réel devant Arobas, son principal concurrent. Pas suffisamment rapidement cependant pour étaler leur handicap en temps compensé. Classiques : faites vos jeux Avec la menace d’un virulent coup de vent au large du Golfe, la direction de course des yachts Classiques choisissait ce matin d’envoyer les vénérables concurrents souvent centenaires vers les Issambres, bien à l’abri du golfe. Dans un vent des plus capricieux, les nerfs des navigateurs ont été mis à rude épreuve et les duels ont contacts ont été nombreux. Ainsi au sein du très prestigieux groupe des 20 Fife, en lice pour le Trophée Rolex, a-t-on assisté à un formidable mano a mano entre trois des quatre 15 m JI, Hispania, The lady Anne et Mariska classés dans cet ordre, séparés d’une poignée de secondes ! Mais le vainqueur du jour est certainement Carron II (1935) qui rejoint sur la plus haute marche du podium provisoire Viola (1908) pourtant combatif à souhait avec une belle troisième place derrière le rapide 8 m J Falcon.
En bref De la complexité d’organiser les régates des Voiles ! Les 300 et quelques bateaux qui composent la sublime flotte de l’événement tropézien sont répartis en trois grandes catégories bien distinctes, les Wally, les voiliers Modernes, et les voiliers de tradition. Si les Wally constituent, malgré leurs différences de tailles, entre 80 et jusqu’à 130 pieds, une classe en elle-même, les voiliers Modernes régatent selon leurs jauges, en 5 groupes IRC. Les Classiques, qui représentent plus de 130 années de yachting, sont, pour d’évidentes raisons d’équité, répartis en pas moins de 13 groupes, en fonction de leur taille et type de gréement, aurique ou bermudien. La difficulté qui incombe à la Direction de course présidée par Georges Kohrel, consiste à organiser chaque jour de la grand semaine tropézienne, des régates attrayantes, offrant aux régatiers une grande variété d’allures, et en évitant de préférence tout télescopage entre les Classes. C’est là le miracle quotidien opéré par les équipes des Voiles, qui choisissent chaque matin, en fonction de la météo envisagée, les parcours du jour pour chacun des trois groupes. Les Wally ont leur « rond » en face de Pampelonne, où ils disputent soit des parcours courts de type « banane », soit des côtiers d’une vingtaine de milles. Les Modernes sont positionnés à la sortie du golfe, en face des Salins, tandis que les vénérables et très vénérés voiliers de traditions, s’approprient le golfe, pour le plus grand plaisir des nombreux spectateurs qui peuvent les admirer depuis la terre. Et puisque l’on parle de hauts fonds, c’est bien LA grande problématique du site si enchanteur du golfe de Saint-Tropez. « Lorsque vous dessinez un parcours devant Pampelonne » explique Georges Kohrel, les fonds passent de 17 mètres… à 1 000 mètres! » On comprend vite la complexité dans ces conditions de mouiller les indispensables marques de passage des parcours. Les équipes du comité font ainsi merveille chaque jour, en s’adaptant au vent, à l’état de la mer (plus de 3 mètres de creux enregistrés aujourd’hui et hier!) aux types et potentiels des différentes classes, pour lancer ces belles courses qui font le bonheur des 4 000 régatiers et des quelques 260 journalistes et photographes venus partager ce si exclusif spectacle. Jean Pierre Dick est aux Voiles Le quadruple vainqueur de la Transat Jacques Vabre, et double lauréat de la Barcelona World Race Jean Pierre Dick est aux Voiles. S’il a pris un peu de recul avec sa carrière de coureur en catégorie Imoca, le Niçois n’est pas pour autant rangé des bateaux. Très impliqué dans le projet Vendée Globe de Yann Eliès, à bord de son ancien 60 pieds IMOCA, il développe également la diffusion du petit catamaran de 26 pieds à foils qu’il a mis au point et dont 8 unités naviguent déjà. Il le présente toute la semaine à Saint-Tropez.
Ils ont dit : Georges Kohrel, Président du Comité de course « Si le plan d’eau de Saint-Tropez est un enchantement pour les yeux et les regards, il est aussi dénué de repères insulaires propices à dessiner naturellement des parcours. Point de rochers ou îlots dans, ou à l’extérieur du golfe. Il nous faut donc pallier à la nature en mouillant nous mêmes nos marques de passage. Or les fonds atteignent, à seulement quelques milles des côtes, plus de 1 000 mètres de profondeur. D’où la complexité de dessiner, puis de modifier nos parcours….»
Le saviez vous? William Fife II, fils et père dans la lignée des extraordinaires architectes et constructeurs Ecossais de cotres et goélettes Auriques et Bermudiennes, dessinait et lançait en 1892, un catamaran de 30 pieds!
Yachts extraordinaires Gaudeamus (Gerhard Barg 1914) Ce cotre aurique, dont le nom signifie « réjouissons nous » en latin, a connu une histoire assez singulière. Construit en 1914 à Rostock par et sur plans de l’architecte allemand spécialiste des 12 M Gerhard Barg, il change de nom dès 1917 et devient Liselotte II. Il va de nouveau changer de nom à six reprises au cours des 7 décennies suivantes, pour enfin retrouver son nom original de Gaudeamus en 2007. Durant la guerre froide, son propriétaire d’alors, un certain Klaus Schroeder l’utilise pour passer à l’ouest et fuir la République Démocratique Allemande.
Atlantic est dans le golfe… Une immense goélette de près de 70 mètres, à trois mâts, sillonne le golfe cette semaine, accompagnant les voiliers Classiques en régate dans le cadre des Voiles. Il s’agit de la réplique exacte de la goélette Atlantic détentrice durant près de 75 ans du record de la traversée de l’Atlantique. Skippée par l’américain Charlie Barr, avec 50 hommes d’équipage, la goélette franche à trois mâts Atlantic est entrée dans la légende en 1905, en traversant l’Atlantique Nord dans le cadre de la Kayzer’s Cup en 12 jours, 4 heures, 1 minute et 19 secondes, à une moyenne de 14,1 nœuds. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, la goélette fut récupérée par les Coasts Guards Américains, et utilisée pour la chasse aux sous-marins, puis comme navire-école de 1941 à 1947. Dessiné par William Gardner, Atlantic avait été construite par Townsend et Downey, et mise à l’eau le 28 juillet 1903 pour Wilson Marshall qui désirait un « croiseur rapide » afin de rallier l’Angleterre, puis de sillonner l’Europe en famille… Elle devait terminer ses jours comme restaurant flottant puis comme ponton pour les pompes à gasoil, avant d’être mise à la casse à Newport News Boat Harbour (Virginie) le 30 janvier 1982. Reconstruite aux Pays-Bas sous la direction de Ed Kastelein qui avait déjà supervisé la remise en état de Thendara, Aile Blanche, Borkumriff, Zaca a te Moana, Eleonora, la coque Noire d’Atlantic navigue de nouveau depuis 2010.
Expo temporaire à la capitainerie Le Niçois Laurent Thareau, grand habitué des Voiles depuis une douzaine d’année, expose une petite partie de son travail sur les yachts présents dans le golfe à la Capitainerie de saint-Tropez, jusqu’à la fin des Voiles. Wally, Classiques, Laurent présente des tirages couleurs et Noir et blancs de 80 cm à 1,20 m, des images d’une grand pureté et d’un grand esthétisme vélique.
Le partenaire du jour Groupe Edmond de Rotschild Esprit d’entreprise, audace et investissement à long-terme se retrouvent dans tous les univers d’Edmond de Rothschild qu’ils soient financiers, philanthropiques, d’art de vivre ou encore sportifs.vDepuis toujours, la passion de l’innovation anime et guide toutes nos activités. C’est cette volonté de se dépasser et de s’engager en équipe qui nous a permis de créer un groupe comme le nôtre. Chez Edmond de Rothschild, chaque innovation s’inscrit dans l’histoire et dans le long-terme : la saga Gitana en est une preuve concrète tant elle évoque une lignée historique de bateaux qui témoigne de la passion d’une famille animée par le goût de l’excellence. Aventure initiée sur les rives du lac Léman sous l’impulsion de la baronne Julie de Rothschild, elle a d’abord commencé avec des premiers steamers. Ils ont rapidement laissé place aux monocoques d’Edmond de Rothschild à partir des années 60 avant que Benjamin et Ariane de Rothschild ne fassent basculer cette passion dans le troisième millénaire en créant le Gitana Team avec des multicoques, et aujourd’hui, des bateaux volants. Etre partenaire des Voiles de Saint-Tropez, c’est pour nous l’occasion de revenir sur une victoire historique de Gitana. Lors de l’édition de 1984, le Baron Edmond de Rothschild remporte la mythique Nioulargue dans la baie de Pampelonne avec le Gitana VIII et son skipper Harold Cudmore face au maxi Coriolian IV skippé par Eric Tabarly. Il fait ainsi perdurer cette saga familiale initiée en 1876. En retournant sur ce lieu mythique, nous souhaitons faire revivre cette tradition et partager avec nos clients ce goût de l’audace et de l’excellence. Mettre en avant notre esprit pionnier qui a poussé Edmond de Rothschild à créer et présider la Classe des Maxi en 1982 puis à lancer, 35 ans plus tard, le premier Maxi de course au large conçu pour voler en haute mer. Chacune de nos convictions se construit sur le long terme et notre recherche de la performance ne se limite pas aux investissements financiers mais existe bel et bien dans tout notre univers. Les Voiles de Saint-Tropez c’est également une certaine élégance, valeur chère à la famille Rothschild, qu’elle a su moderniser et faire dialoguer avec innovation technique. Ce rendez-vous est également l’occasion d’encourager l’équipe Gitana à un mois du départ de la Route du Rhum. Le 4 novembre prochain, Sébastien Josse s’élancera sur la mythique Route du Rhum entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre. Une course clé de la saison d’autant qu’elle marquera la première grande course en solitaire du dernier-né de la légendaire lignée, le Maxi Edmond de Rothschild. Fidèle à l’idée que la performance se bâtit sur le long terme, cette course en solitaire constitue la première étape d’un ambitieux programme de plusieurs années, la deuxième grande épreuve en solitaire sera un tour du monde au départ de Brest le 29 décembre 2019. Faire vivre à nos clients le mythe Gitana de 1876 à 2018, voici ce que nous cherchons à faire.
Byblos L’hôtel Byblos est un palace français de style néo-provençal situé à Saint-Tropez, dans le Var. Entre mythe et légende, l’hôtel 5 étoiles – Palace, situé en plein cœur de Saint-Tropez, cache sous ses façades ocre et jaunes, un véritable petit village provençal à l’abri des regards. Construit et inauguré par l’hôtelier libanais Jean Prosper Gay-Para en mai 1967, il est racheté en 1967 par l’homme d’affaires Sylvain Floirat, dont l’arrière-petit-fils Antoine Chevanne est l’actuel président du directoire. L’hôtel est ouvert d’avril à octobre et ferme ses portes en hiver. Il compte 91 chambres dont 50 suites. Le Byblos obtint le label « palace » le 28 juin 2012.
PROGRAMME VOILIERS MODERNES Samedi 6 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h VOILIERS DE TRADITION Samedi 6 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00  Pour tout le monde remise des prix Dimanche 7 Octobre, à partir de 11 heures
Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY SUZUKI MARINE LORO PIANA MARE NOSTRUM AIR FRANCE CHEVALIER TORPEZ (LES VIGNOBLES DE SAINT TROPEZ) SUN 7 GRAPHIC

The Nioulargue Spirit!

18VSTD5_8341

The Nioulargue Spirit! 
To Savannah, the Club 55 Cup
 
Tilly XV, the most hale and hearty of the Centenarians.
 
The low-down on the Classics at the midway mark…
 
The sharing of passion is the perfect way to sum up the Nioulargue Spirit which is particularly prevalent on Thursdays at Les Voiles de Saint-Tropez. From boat to boat, skipper to skipper, owner to owner, it’s about challenging one another for the sheer beauty of the gesture, for the pleasure of racing with intentions other than finishing ahead of a fellow competitor. 
Club 55, Challenges: at sea and against one and all The Club 55 Cup breathes life and soul into this fine image every year and in the 2018 edition it’s the sloop Savannah which put up a mighty defence against Eugenia VII and managed to get her name etched on the very exclusive cup a second time. Indeed, these two fine craft got the ball rolling for other challenges off Portalet, but the freshening breeze led to an increasingly rough gulf and ultimately any future challenges were forced to lay down their arms.
Centenarians’ Trophy, 30 boats in the foam of the gulf 30 yachts dating back a hundred years and more signed up this morning for a race that has been organised in their honour since 2011, on the initiative of the Gstaad Yacht Club and in partnership with the Société Nautique de Saint-Tropez. The yachts took it in turns to set sail from Portalet in a series of starts staggered according to a handicap in corrected time, which was governed by the sizes and specific features of each yacht. It was the brilliant and very persistent German Sonderklasse Tilly XV (1912), which came off best in the day’s harsh conditions, finishing ahead of the little Fife cutter Kismet (1898), after a course reduction.  2011: Bonafide (1899)  2012: Marigold (1892)  2013: bad weather, no challenge 2014: Olympian (1913)  2015: Oriole (1905)  2016: Spartan (1913) 2017: Tilly XV (1912) 2018: Tilly XV (1912)
The low-down at the midway mark for the Classics The Classic yachts have validated two superb races since the start of the competition in Saint Tropez, in fine wind and sea conditions.  – 20 Fife designs are sailing in the same group within the context of the Rolex Trophy – Fife Jubilee, which aims to shine a spotlight on the 130th anniversary of the famous Scottish architect-builder. Despite not such a good race yesterday (5th), Viola (gaff cutter 1908), has held onto the lead ahead of the dazzling 15 mJ Hispania, which has had an excellent season.  – The gaff cutter Kismet (1898) excelled yesterday and shares a very provisional podium with Carron II, the 8 mJ from 1935. The newcomer St Christopher, a Sparkman&Stephens Bermudan sloop, designed by German Frers when he worked there, is really creating a stir at this halfway point in the competition. One victory and one second place has propelled it into the lead of the large Marconi ranking. Another Sparkman&Stephens, Stiren (1963), is neck and neck this evening, tied on points with the proto Sagittarius (Stephens 1973) among the Marconi Bs. Il Moro di Venezia is reigning supreme in the 12 m JI, ahead of Ikra (Boyd 1964). – Among the Gaff rigs, Kelpie is currently untouchable at the head of the “Epoque Aurique” (Period Gaff) group, despite a stellar cast that is as formidable as it is elegant with the likes of Spartan (Herreshoff 1913) and Olympian (Gardner 1913). The Period Gaff B group gathers together 13 sumptuous craft from 13 to 20 metres, all centenarians, including the venerable Marigold, launched in 1892 and Lulu, built in 1897. It’s the German Sonderklasse Tilly XV (von Hacht 1912) which is sailing an absolute blinder, winning everything in her path, ahead of the 8 mR Folly (Nicholson 1909) and the fine gaff cutter Gaudeamus (Barg 1914). – Sérénade is impressive at the front of the Period Marconis, Group A, though she’s up against stiff competition from legendary boats like Argyll (Sparkman&Stephens 1948), Manitou (Stephens 1937 and Oiseau de Feu (Nicholson 1937). At the midway point, she’s 5 points clear of 2nd placed Rowdy (Herreshoff 1916).  – There’s a humdinger in the Bermudan sloops from the Period Marconi B group, with two Sparkman&Stephens Blitzen, (1938) and Santana (1935), with the Class Q Jour de Fête (Paine&Burgess 1930) in ambush. – Cippino II (Frers 1949), is really into her stride in the gulf, completely dominating the Period Marconi C group. Fjord III (Frers 1947) and Stormy Weather (Stephens 1934) have yet to have their final say however. – The Bermudan  8 m Sonda (McGruer 1951) has also secured two wins in the Marconi Group D. Aloha, the Shock sloop (1923) owned by Francis van den Velde will have to raise its game if it is to stand a chance of taking victory. – It is no great surprise that the massive schooner Elena of London (Herreshoff 2009) is dominating its class ahead of Puritan (Alden 1930). – The highly diverse “Guest” Class is being dominated at the midway mark by Windhover (Luke 1904), with one of the smallest craft at Les Voiles hot on her heels, Dainty and her 8.12m of elegance (Westmacott 1922), together with the gaff cutter Djinn (Annemans 1934). – The recently created group at Les Voiles, “Big Spirit of Tradition” is enjoying a fine mano a mano between Sultana (Hoek 2018) and Savannah (Pedrick 1996)
In brief The crew procession One of the numerous highlights of Les Voiles, and assuredly one of the most burlesque, is when the crews make themselves up, disguise themselves and parade through the Les Voiles village as far as the Jean Réveille jetty to music, often accompanied by a beaming crowd, in a good humoured, friendly atmosphere. An all-female jury choses the funniest crew, with the most original and fantastical get-up, and its captain is rewarded by his or her weight in local wine…
Quotes Patrice de Colmont, creator of the Nioulargue in 1981, is as avid an observer of Les Voiles as he ever was: “The men and the times change, but the philosophy of the Club 55 Cup hasn’t aged a bit: it’s become a tradition, which is respected from generation to generation. The magic continues, thanks to men like Bill Jayson, André Beaufils and Tony Oller, who know how to carry on the Nioulargue spirit year on year. In this way, every year sees the same sharing and the same desire to experience sea-related things together, in Saint Tropez, as in 1981. As a man who loves the sea, I’d also like to mention the 376 victims of the Lampedusa drama a year ago. Human beings are in distress. The solidarity of seafarers must not remain an empty word, it’s a cardinal rule for every sailor. »
Interview with Loïck Peyron French sailing legend, Loïck Peyron is a big fan of Les Voiles de Saint-Tropez and a trail-blazer in multiple fields in the yachting domain. “What is Sailing?… Would you ask a golfer, or a footballer, the definition of a ‘ball’? No matter whether you touch all the domains, the spectre of using a sail as a propulsive element for sporting competition is so vast that it would be hard to define sailing. And that is the beauty of sailing in a nutshell, mixing up the genres, on so many craft, with an exchange of culture and maritime experience of such great richness and to such an extent that there are winners of the America’s Cup who have never spent a night at sea! The number of miles or the size of the boat don’t make the sailor! It’s a whole set of factors that make a good sailor. There is no world champion of sailing! There is no hierarchy and so much the better. Saint Tropez reveals a part of this broad spectrum that is sailing!”
Today’s partner: Pommery For the eighth consecutive year, the Champagnes Pommery are supporting Les Voiles de Saint-Tropez. The manufacturer from Reims is in the perfect spot to welcome visitors at the entrance to the village and throughout the week it welcomes French and International clients. The convivial venue with its typically bold branding and its resolutely modern blue décor, also benefits the partners of Les Voiles who hold receptions here. For the event itself, Pommery has created for the skippers a limited series of 400 “pops”, 20cl mini bottles in the brand’s colours with the Les Voiles de Saint-Tropez motif. The Champagnes Pommery were created in 1856. Their cellars were dug straight out of the estate, in the chalky subsoil of the Champagne domain, where they stretch some 18km and keep over 20-million bottles at a constant temperature.   PROGRAMME MODERN YACHTS Saturday 29th, Sunday 30th September:  Registration and Inspection Monday 1st, Tuesday 2nd, Wednesday 3rd, Thursday 4th (J.Laurain Memorial Day, Challenge Day), Friday 5th, Saturday 6th October: inshore races, 1st start 11h00 CLASSIC YACHTS Sunday 30th September and Monday 1st October:  Registration and Inspection Sunday 30th September:  arrival of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne feeder race from Cannes Tuesday 2nd, Wednesday 3rd, Thursday 4th (J.Laurain Memorial Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 5th, Saturday 6th: inshore races, 1st start 12h00 Prize-giving for everyone Sunday, 7th October, from 11h00.
Sponsors of Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW EDMOND DE ROTHSCHILD GROUP WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY SUZUKI MARINE LORO PIANA BRIG AIR FRANCE CHEVALIER TORPEZ (THE VINEYARDS OF SAINT TROPEZ) SUN 7 GRAPHIC

L’esprit Nioulargue !

18VSTD5_7881

A Savannah, la Club 55 Cup
Tilly XV, le plus vaillant des Centenaires. 
Le point chez les Classiques à mi-parcours…    
 
Le partage de la passion. Ainsi peut on résumer l’esprit de la Nioulargue qui souffle plus que d’habitude le jeudi à Saint-Tropez sur les Voiles. De bateau à bateau, de skipper à skipper, de propriétaire à propriétaire, on se défie pour la beauté du geste, pour le plaisir de régater avec d’autre dessein que d’arriver avant son concurrent. Club 55, Défis : en mer et contre tous La Club 55 Cup redonne chaque année vie et corps à cette si belle image. C’est le sloop Savannah qui remettait aujourd’hui son titre en jeu, face à Eugenia VII, et a réussi à inscrire son nom pour la seconde fois au palmarès de cette très exclusive coupe. Ces deux belles unités ouvraient la voie aux autres défis sous le Portalet – tels ceux enregistrés entre Eva contre Viola, Palynodie – St-Christopher ou Josephine Fulmar – même si ces derniers ont dû finalement déposer les armes sans pouvoir se battre face à un vent allant forcissant sur un golfe de plus en plus agité.
Trophée  des Centenaires, 30 bateaux sur l’écume du golfe 30 voiliers centenaires étaient ce matin inscrits à la régate organisée en leur honneur, depuis 2011, à l’initiative du Gstaad Yacht Club, en partenariat avec la Société Nautique de Saint-Tropez. Les voiliers se sont élancés à tour de rôle depuis le Portalet, en départ type « décalé » en fonction d’un handicap en temps calculé en fonction des tailles et spécificités de chaque voilier. C’est le décidément très brillant et très persistant Sonderklasse allemand Tilly XV (1912) qui s’est le mieux accommodé des rudes conditions du jour, devant le petit cotre signé Fife Kismet (1898), après réduction du parcours. 2011: Bonafide (1899) 2012: Marigold (1892) 2013: intempéries, pas de défi 2014: Olympian (1913) 2015: Oriole (1905) 2016: Spartan (1913) 2017: Tilly XV (1912) 2018 : Tilly XV (1912)
Le point à mi-course chez les Classiques Les voiliers Classiques ont validé deux superbes manches depuis le début des compétitions à Saint-Tropez, dans de belles conditions de vent et de mer. – 20 plans Fife naviguent au sein d’un même groupe dans le cadre du Trophée Rolex – Jubilée Fife destiné à mettre en lumière les 130 ans du dragon d’étrave du célèbre architecte-constructeur écossais. Malgré une moins bonne manche hier (5ème), Viola (cotre aurique 1908), conserve le leadership, devant l’étonnant 15 mJ Hispania, auteur d’une excellente saison. – Le cotre aurique Kismet (1898) a brillé hier et partage un très provisoire podium avec Carron II, le 8 mJ de 1935.Le nouveau venu St Christopher, sloop bermudien signé Sparksman&Stephens, sur dessin de German Frers, est la bonne surprise de cette première moitié de compétition. Une victoire et une deuxième place le propulsent en tête du classement des grands marconis. Un autre Sparksman&Stephens, Stiren (1963) est ce soir au coude à coude, à égalité de points avec le proto Sagitarius (Stephens 1973) chez les Marconis B. Il Moro di Venezia règne quant à lui, sans aucun partage chez les 12 m JI, devançant Ikra (Boyd 1964). – Chez les Auriques, Kelpie est pour l’heure intouchable en tête du Groupe « Epoque Aurique », dans lequel figurent pourtant les aussi redoutables qu’élégants Spartan (Herreshoff 1913) et Olympian (Gardner 1913). Le groupe Epoque Aurique B rassemble 13 somptueuses unités de 13 à 20 mètres, tous centenaires, dont les vénérables Marigold, lancé en 1892 et Lulu, construit en 1897. C’est le Sonderklasse allemand Tilly XV (von Hacht 1912) qui brille de mille feux et emporte tout sur son passage, devant le 8 mR Folly (Nicholson 1909) et le joli cotre aurique Gaudeamus (Barg 1914). – Sérénade impressionne en tête des Epoque Marconi, Groupe A, où naviguent pourtant des voiliers aussi légendaires que Argyll (Sparksman&Stephens 1948), Manitou (Stephens 1937 ou Oiseau de feu (Nicholson 1937). A mi parcours, il devance déjà son dauphin Rowdy (Herreshoff 1916) de 5 points. – Bel affrontement chez les sloops bermudiens du groupe Epoque marconi B, entre les deux Sparksman&Stephesn Blitzen, (1938) et Santana (1935), avec le Class Q Jour de Fête (Paine &Burgess 1930) en embuscade. – Cippino II (Frers 1949), prends admirablement ses marques dans le golfe en dominant sans partage le groupe Epoque marconi C. Fjord III (Frers 1947) et Stormy Weather (Stephens 1934) n’ont cependant pas encore abdiqué. – Le 8 m Bermudien Sonda (Mac Gruer 1951) a lui aussi remporté deux victoires chez les Marconis Groupe D. Aloha, le sloop signé Shock (1923) à Francis van den Velde va devoir hausser son niveau de jeu pour espérer l’emporter. – Sans grande surprise, l’immense goélette Elena of London (Herreshoff 2009) domine sa classe, devant Puritan (Alden 1930). – La très contrastée Classe « Invitée » est dominée à mi-parcours par Windhover (Luke 1904), talonné par l’une des plus petites unités présentes aux Voiles, Dainty et ses 8,12 m d’élégance (Westmacott 1922), et le cotre aurique Djinn (Annemans 1934). – Le groupe récemment créé aux Voiles des « Big Spirit of Tradition » voit un joli mano a mano entre Sultana (Hoek 2018) et Savannah (Pedrick 1996)

En bref Le défilé des équipages C’est l’un des nombreux temps forts des Voiles, l’un des plus burlesque assurément, quand les équipages se griment, se déguisent et défilent depuis le village des Voiles, jusqu’au môle Jean Réveille, en musique, accompagnés d’une foule souvent hilare, pour un bon moment d’amitié et de franche bonne humeur. Un jury, exclusivement féminin, choisit l’équipage le plus drôle, le plus original dans son accoutrement et dans sa fantaisie, et son capitaine se voit récompensé par son poids en vin de pays…

Des Voiles « vertes » En prélude aux Voiles de Saint-Tropez, du 20 au 24 septembre 2019, l’espace Village des Voiles accueillera les premières « Rencontres de la mobilité durable », salon dédié à la découverte, à la promotion et à l’usage des nouvelles technologies propres dans les secteurs de la mobilité terrestre, aérienne et maritime. Initié par la Ville de Saint-Tropez, en partenariat avec l’association « le cinquième élément », Présidée par Nathalie Vincent, et au sein de laquelle officie Denis Horeau, ancien Directeur de course du Vendée Globe, ce salon ouvert au grand public rassemblera, autour d’expositions, de conférence et d’ateliers, des entreprises, universités et start-up mobilisées par cette cause universelle, afin de favoriser le changement de nos comportements et de nos modes de consommation dans le domaine des transports, pour que les savoirs et technologies déjà disponibles se développent et entrent de plus en plus dans nos habitudes de vie.
Ils ont dit Patrice de Colmont, créateur de la Nioulargue en 1981, demeure plus que jamais un observateur attentif des Voiles : « Les hommes et les temps changent, mais la philosophie de la Club 55 Cup n’a pas pris une ride : c’est devenu une tradition, qui se respecte de génération en génération. La magie continue, grâce à des hommes comme Bill Jayson, André Beaufils et Tony Oller qui savent porter l’esprit de la Nioulargue d’année en année. On retrouve ainsi chaque année ce partage, cette envie de vivre ensemble les choses de la mer, à Saint-Tropez, comme en 1981. En tant qu’homme qui aime la mer, je voudrais également évoquer les 376 victimes du drame de Lampedusa, voici un an. Des êtres humains sont en détresse. La solidarité des gens de mer ne doit pas rester un vain mot, c’est une règle cardinale pour tout marin. »
Entretien avec Loïck Peyron Loïck Peyron est un amoureux des Voiles de Saint-Tropez ; il a été l’acteur souvent déterminant dans l’évolution de ce sport de voile et de cette technologie qui a, phénomène unique dans toutes les compétitions humaines, multiplié par trois en quelques décennies les vitesses des bateaux à voile. Tenant du titre de la Route du Rhum, à bord d’un trimaran géant, il repartira en novembre prochain aux commandes d’un petit trimaran Vintage, sister-ship du multicoque premier vainqueur de l’épreuve en 1978. Entretien sans filet : « Qu’est ce que la Voile ?… Demanderait-on à un golfeur, ou à un footballeur, la définition de la  « balle »? On a beau toucher à tous les domaines, le spectre d’utilisation de la voile comme élément propulsif pour une compétition sportive, est tellement large, qu’on peut difficilement définir la voile. Et c’est là toute la beauté de la voile, de mélanger ainsi tant de genres, tant de supports, avec un échange de culture et d’expériences maritimes d’une grande richesse, à tel point qu’il existe des vainqueurs de la Coupe de l’America qui n’ont jamais passé une nuit en mer ! Le nombre de milles ou la taille du bateau ne font pas la qualité d’un marin ! C’est un ensemble de facteurs qui fait le bon marin. Il n’y a pas de champion du monde de voile ! Pas de hiérarchie et c’est tant mieux. Je participe à la Route du Rhum à bord d’un voilier « vintage », pour montrer une partie de ce large spectre, et expliquer l’évolution colossale réalisée depuis moins d’un demi siècle. La voile est le seul moyen de transport qui ait multiplié sa vitesse par trois en 40 ans. J’ai eu la chance de participer à cette évolution. Je suis ravi de revenir à mes premières amours, naviguer au sextant sur un bateau « lent »… et Saint-Tropez montre une partie de ce large spectre qu’est la voile! »
Le saviez vous ? Deux voiliers aux noms de Kelpie naviguent aux Voiles ; Kelpie of Falmouth, cotre aurique de 1928 (Harvey Gramage) et Kelpie, cotre aurique signé Alfred Mylne, de 1903. Le kelpie est une créature métamorphe mentionnée dans plusieurs mythes et légendes issus du folklore écossais et irlandais, souvent vu comme une fée. Il possède des caractéristiques chevalines, aquatiques et humanoïdes à la fois, et vit généralement dans les eaux courantes, comme les rivières, et plus rarement dans les lochs. Il a souvent été décrit comme apparaissant sous forme de cheval, mais serait en mesure d’adopter n’importe quelle forme humaine. Ce gardien des lacs capable de changer de forme dans de noirs desseins rappelle énormément les Limnades dont sa légende est probablement dérivée.
Yachts extraordinaires Pandora Nouveau venu dans le Trophée des Centenaires, Pandora est le dernier cotre de la jauge 9m R. Il a été dessiné en 1907 par le célèbre architecte Johan Anker, créateur du Dragon. La règle 9 mR a été inventée probablement par Anker lui-même. Durant l’hiver 1906-1907, le chantier Norvégien Anker & Jensen construira 10 de ces unités. Pandora était à l’origine gréée aurique, puis reçut un gréement Bermudien en 1921. On lui remit son grément aurique en 2001. Eugenia VII Eugenia VII a donc relevé aujourd’hui le défi lancé par Savannah dans le cadre de la Club 55 Cup. C’est un yacht de luxe, construit en Turquie chez Turquoise Yachts, et lancé en 2009. Il s’agit d’un sloop de 33 mètres, dessiné par Hoek Design.
Partenaire du jour : Pommery Pour la huitième année consécutive, les Champagnes Pommery accompagnent les Voiles de Saint-Tropez. Le fabricant rémois occupe une place réceptive de choix à l’entrée du Village, et accueille durant toute la semaine ses clients Français et Internationaux. Le lieu convivial et fortement identifié aux couleurs et aux traditions de la marque, avec sa décoration bleue résolument moderne, profite aussi aux partenaires des Voiles qui y tiennent réception. Pommery a créé pour l’événement et à l’attention des skippers une série limitée de 400 « pops », ces mini bouteilles de 20 cl aux couleurs de la marque et signés Voiles de Saint-Tropez. Les Champagne Pommery ont été créés en 1856. Leurs caves creusées à même le domaine, dans le sous sol crayeux de la Champagne, courent sur 18 km, et maintiennent à température plus de 20 millions de bouteilles.   PROGRAMME VOILIERS MODERNES Vendredi 5 et Samedi 6 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h VOILIERS DE TRADITION Vendredi 5 et Samedi 6 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00 Pour tout le monde remise des prix Dimanche 7 Octobre, à partir de 11 heures Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY SUZUKI MARINE LORO PIANA BRIG AIR FRANCE CHEVALIER TORPEZ (LES VIGNOBLES DE SAINT TROPEZ) SUN 7 GRAPHIC

The Marvel of Les Voiles!

18VSTD4_7189

Mini Maxis celebrate!
Magic Carpet3 under threat from Galateia among the Wallys!
The low-down on the Rolex Trophy
Petites Voiles’: season 1  
Today Les Voiles de Saint-Tropez enjoyed a resolutely sporty atmosphere. Yesterday’s races, fiercely contested on a lovely swell, provided the first indication of the movers and shakers and there were numerous racers this morning on a quest for either confirmation or redemption. As such, the race starts in both the Modern category off Pampelonne, and the Classics in the middle of the gulf, were the subject of some heated exchanges and hence some showstopping action, all the sailors eager to post a solid performance in their bid for a trophy. The youngsters also got a chance to have their first play-off within the Petites Voiles tournament in Saint Tropez today. And so, at the midway mark in this beautiful, timeless week of yachting, Thursday will be dedicated to challenge day. The Mini-Maxi 72s move up into the lead in IRC A Among the Modern yachts, the 72-foot Mini Maxis are reigning supreme at the top of the IRC A group in both elapsed and corrected time after the two races validated by these classes. Jethou, owned by Sir Peter Ogden, is sharing the lead with Cannonball owned by the Italian Dario Ferrari. With a victory and a second place each, separated by mere seconds, these two ‘fighter planes’ are stuck to each other like glue and the battle is set to go right to the wire on the final tack of the final race. Though the American ‘record beast’ took the win today in real time, the big maxi so cherished by Georges David, has since plunged to the depths of the ranking in corrected time. Among the IRC Bs, Adria 49 Flo d’Orient owned by Bernard Coquelet took the fleet by surprise by getting the better of the most high-performing 50-footers of the moment at the midway mark, including Daguet 2, Mylius 50 and the JV 60 Phoenix, the favourites of the group. Gladiator, Tony Langley’s TP 52, seems to have taken a great option in the Edmond de Rothschild Trophy, bagging two wins since the start of the week. Completing the provisional podium are Furtif2 (Farr 52) and Mathilde (Swan 50), but given its current form, they might not get a chance to close on the leader.
The low-down on the Wallys After two magnificent windward-leeward races yesterday, today the futuristic Wallys were treated to a fine coastal course in the form of a large triangle of around twenty miles or so. On their dedicated race zone off Pampelonne, a good southerly breeze kicked in around midday to very quickly provide them with all the necessary sail fuel to power up these impressive yachts. Magic Carpet3 was seriously shaken up from the get-go today, by another Wally Cento, Galateia, which enjoyed an absolutely cracking start at the committee boat end of the line. With the freshening breeze, the large white Wally was able to keep the Wally 77 Lyra at a distance, the latter very quick despite her 80-foot waterline.
Rolex Trophy: a hotly contested Jubilee The navigators in charge of the choice of route aboard the stunning group of Fifes needed a great deal of inspiration to extract themselves from a windless start line. Any breeze there was favoured the yachts that headed out across the right-hand side of the race zone. The 15 mJ The Lady Anne, very at ease since the start of the season, and already on the pace yesterday, stretched away from the other three 15 mJs. 20 Fife designs are racing in a very distinct group within the context of the Rolex Trophy. Viola, (1908), is continuing on a roll after a stellar performance last week in Cannes, rounded off by a race victory yesterday.
« Les Petites Voiles” – another way of sharing Les Voiles de Saint-Tropez 24 local boys and girls aged 6 to 12, members of the Société Nautique de Saint-Tropez, had an emotional day they’ll remember for a long time to come. Indeed, on the initiative of Tony Oller, President of the Société Nautique de Saint-Tropez, they had the privilege and the joy of racing around the cans at the heart of the port where the most beautiful yachts in the world moor at the end of each day of racing in Les Voiles. It was a very proud moment for the families as the big crowds applauded their season 1 performance.
Tomorrow: the Club 55 Cup, instigator of challenges. Created in September 1981, the Club 55 Cup has been a highlight of the week of yachting in Saint Tropez as it celebrates the true spirit of racing. The original challenge launched in 1981 by Jean Rédélé on Ikra and Dick Jayson on Pride, is revived each year in the form of a duel between a “defender” and its “challenger” along an historic course from Le Portalet to the Nioulargue mark, then on to the Club 55 in Pampelonne. Patrice de Colmont still presides over the destinies of these Voiles highlights, which are coloured by a spirit of friendship and conviviality so unique to Saint Tropez. The rules stipulate that two boats challenge one another over this 15-nautical mile course and the one that finishes first wins and challenges the boat of their choice the following year. All of this culminates in an unmissable lunch beneath the tamarisks of the Club 55 for both crews. A deposit in bottles of rosé is required but who holds it and where it ends up are a mystery! The only thing for sure is that the owner must be aboard on Challenge Day.
For this 2018 edition, Savannah, the 27.50m sloop designed by Pedrick (1996), has chosen to challenge Eugenia VII. Did you know? It would seem that the start of the Fife business is one of the key factors in the development of yachting in Scotland. The yard’s origins date back to around 1790, when William Fife began to build small boats in Fairlie, a village located to the south-west of the Clyde estuary. It is said that the young man, not smitten by the job of cartwright taught to him by his father, opted instead to become a marine carpenter.
Today’s partner KAPPA & Les Voiles de Saint-Tropez  For the eighth consecutive year, Robe di Kappa is the official clothing partner for this major gathering of sailing enthusiasts. In this way, for its latest collection, the Italian label is offering a wide range of chic sportswear, available across three distinct domains. The collection for Les Voiles de Saint-Tropez 2018 is very sporty and highly inspired by the yachting universe. It is sure to delight chic sportswear fans and those who love the boating environment in particular. Robe di Kappa offers stylish pieces, which are shaped and elegant. There is a very polished 2018 vintage with a rich new collection crowned by the Doris Polo. The latter is a limited edition that is numbered, with numerous motifs and embroidery. Les Voiles de Saint-Tropez 2018 collection also comprises T-Shirts, short-sleeve and long-sleeve polo shirts, shirts, shorts and Bermuda shorts with certain pieces referencing the rugbywear codes. This 2018 collection also contains accessories like a bag, a towel and a scarf… The whole Kappa Voiles de Saint-Tropez Collection 2018 can be viewed at www.les-voiles-de-saint-tropez.fr
PROGRAMME MODERN YACHTS Saturday 29th, Sunday 30th September:  Registration and Inspection Monday 1st, Tuesday 2nd, Wednesday 3rd, Thursday 4th (J.Laurain Memorial Day, Challenge Day), Friday 5th, Saturday 6th October: inshore races, 1st start 11h00 CLASSIC YACHTS Sunday 30th September and Monday 1st October:  Registration and Inspection Sunday 30th September:  arrival of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne feeder race from Cannes Tuesday 2nd, Wednesday 3rd, Thursday 4th (J.Laurain Memorial Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 5th, Saturday 6th: inshore races, 1st start 12h00 Prize-giving for everyone Sunday, 7th October, from 11h00.
Sponsors of Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW EDMOND DE ROTHSCHILD GROUP WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY SUZUKI MARINE LORO PIANA BRIG AIR FRANCE CHEVALIER TORPEZ (THE VINEYARDS OF SAINT TROPEZ) SUN 7 GRAPHIC

Au bonheur des Voiles !

18VSTD4_7144

Mini Maxis à la fête !
Magic Carpet3 sous la menace de Galateia chez les Wally !
Le point sur le Trophée Rolex
Petites Voiles : saison 1  
Les Voiles de Saint-Tropez étaient aujourd’hui inscrites dans un registre résolument sportif. Les régates d’hier, âprement disputées sur une belle houle ont livré de premiers enseignements sur les forces en présence, et nombreux étaient ce matin les régatiers en quête soit de confirmation, soit de rachat. Les départs, tant chez les Moderne au large de Pampelonne, que chez les Classiques en milieu de golfe, ont ainsi fait l’objet de belles passes d’armes, d’engagements, et donc de spectacle, tant était intense l’envie de bien faire chez les marins. De premiers enseignements fort intéressants apparaissent ce soir dans tous les groupes en compétition pour les nombreux Trophées à saisir, tous au comble de l’indécision. A mi-parcours de cette radieuse semaine hors du temps, et à la veille de cette singulière journée du jeudi dédiée aux défis, la journée était surtout placée sous le signe de la jeunesse avec la première édition des Petites Voiles.
Les Mini-Maxi 72 virent en tête en IRC A Chez les Modernes, les Mini Maxi de 72 pieds règnent sans partage au somment du groupe des IRC A, tant en temps réel qu’en temps compensé, après deux manches validées par ces classes. Jethou, à Sir Peter Ogden, partage le leadership avec le très attendu Cannonball à l’Italien Dario Ferrari. Avec une victoire et une deuxième place chacun, séparés par d’infimes écarts comptabilisés en secondes, ces deux « avions de chasse » ne se lâchent pas d’une longueur d’étrave, et promettent une lutte acharnée jusqu’au dernier bord de la dernière régate. Si la bête à record américaine Rambler s’imposait aujourd’hui en temps réel, le grand maxi cher à Georges David plonge dans les profondeurs du classement en temps compensé. Chez les IRC B, c’est l’Adria 49 Flo d’Orient de Bernard Coquelet qui crée la surprise en damant le pion à mi-parcours aux 50 pieds les plus performants du moment, comme Daguet 2, le Mylius 50 ou le JV 60 Phoenix, favoris du groupe. Gladiator, le TP 52 de Tony Langley semble avoir mis une belle option sur le Trophée Edmond de Rothschild, en s’imposant à deux reprises depuis le début de la semaine. Ses dauphins Furtif2 (Farr 52) et Mathilde (Swan 50), risquent, sur sa forme actuelle, de ne plus le revoir.
Le point chez les Wally Après les deux magnifiques manches d’hier de type « banane », c’est un joli parcours côtier en forme de grand triangle d’une vingtaine de milles qui était aujourd’hui proposé aux futuristes Wally. Le plan d’eau qui leur était dédié devant Pampelonne, était dès la mi-journée agité par un bon flux de secteur sud qui allait très rapidement apporter toute le carburant vélique dont aiment à se gaver ces impressionnants voiliers. Magic Carpet3 a vu sa superbe sérieusement bousculée dès le coup de canon par un autre Wally Cento, Galateia auteur d’un magnifique départ lancé au bateau comité. Avec le vent allant fraîchissant, le grand Wally blanc a su tenir à distance le Wally 77 Lyra décidément bien véloce malgré ses 80 pieds.
Trophée Rolex : un Jubilé très disputé Il a fallu aux navigateurs, en charge des choix de route à bord des voiliers du si séduisant groupe des Fife, beaucoup d’inspiration pour s’extirper d’une ligne de départ engluée dans un trou d’air. Le vent a choisi de favoriser les voiliers partis sur la droite du plan d’eau, et le 15 mJ The Lady Anne, très à l’aise depuis le début de la saison, et déjà bien en jambe hier, creusait l’écart sur les trois autres 15 mJ. 20 plans Fife régatent en un groupe distinct dans le cadre du Trophée Rolex. C’est Viola, (1908) qui poursuit sa belle dynamique initiée la semaine dernière à Cannes et concrétisée par une victoire de manche hier.
« Les petites Voiles » ; partager les Voiles de Saint-Tropez autrement 24 enfants Tropéziens, garçons et filles âgés de 6 à 12 ans, dûment licenciés à la Société Nautique de Saint-Tropez, ont connu aujourd’hui une émotion dont ils se souviendront longtemps. A l’initiative de Tony Oller, le Président de la Société Nautique de Saint-Tropez, et sous la houlette du Olivier Pasturel, et, ils ont en effet eu le privilège, la joie et la grande émotion de pouvoir régater au coeur du port, là où s’amarrent chaque soir les plus beaux yachts du monde. Partis « en convoi » de la baie des Canoubiers, ils ont disputé une très symbolique régate entre trois bouées à même le port, pour la plus grande fierté des familles venues les admirer, sous les applaudissement du public si nombreux en cette semaine des Voiles.
Demain : la Club 55 Cup, inspiratrice des défis. Parce qu’elle a constitué en septembre 1981 l’événement initiateur de la Nioulargue, et depuis 1999 des Voiles de Saint-Tropez, la Club 55 Cup, en célébrant l’esprit de la régate, est un temps fort de la semaine Tropézienne. Le défi lancé en 1981 par Jean Rédélé sur Ikra et Dick Jayson sur Pride revit chaque année sous la forme d’un duel qui oppose sur le parcours « historique » du Portalet à la bouée de la Nioulargue, puis au Club 55 à Pampelonne, un « defender » à son « Challenger ». Patrice de Colmont préside toujours aux destinées de ce temps fort des Voiles, fortement marqué d’un esprit d’amitié et de convivialité propre à Saint-Tropez. Ainsi, son règlement est marqué du sceau de la simplicité : deux bateaux se lancent un défi le jeudi sur ce parcours de 15 milles nautique, celui qui termine devant l’autre l’emporte et lance un défi au bateau de son choix l’année d’après, et le tout se terminant par un incontournable déjeuner sous les tamaris du Club 55 pour les deux équipages. On le voit, le règlement très strict de la Club 55 – qui prévoit une caution en bouteilles de rosé de la presqu’île en cas de réclamation – ne permet pas forcément de savoir qui en sera le tenant, ni l’aboutissement ! Seule obligation incontournable : le propriétaire du bateau doit être à bord en personne le jour de la redoutable épreuve.
Pour cette édition 2018, Savannah, le sloop de 27,50 m signé Pedrick (1996) a choisi de défier Eugenia VII. En Bref Le pied à l’étrier pour le grand large Belle initiative que celle du Yacht Club de Monaco, qui, en association avec le Circulo de la Vela de Palermo (Sicile), fait naviguer aux Voiles un équipage de jeunes issus de leurs filières jeunes respectives, à bord d’un First 50 engagés dans le très compétitif groupe des IRC C, sous le nom explicite de Offshore Academy. Thierry Leret est en charge du projet pour le Yacht Club de Monaco : « Nous avons souhaité créer cette passerelle pour nos jeunes issus de la voile légère, Laser, 470 etc… et qui peuvent ainsi se tester et se former sur des navigations hauturières. Le bateau a ainsi disputé la course Palerme – Monte Carlo, longue de près de 500 milles, la Giraglia et aussi les Voiles. Le projet devrait être reconduit l’an prochain. » 5 jeunes Siciliens, naviguent à Saint-Tropez en compagnie de 5 Monégasques.
Yachts extraordinaires : Saint Christopher est un voilier dessiné pour représenter la France lors de l’Admiral’sCup de 1969. S’il porte la signature de Sparksman & Stephens, c’est en réalité au talent et aux dessins de German Frers que l’on doit ce rapide « racer ». Construit aux Pays-Bas, chez D.H. Meeuse shipyard, St Christopher est longtemps demeuré imbattable en Méditerranée, remportant notamment la Giraglia, et le championnat de France. Il démontre à Saint-Tropez qu’il n’a rien perdu de ses qualités puisqu’il a déjà remporté une manche aux Voiles.
Le Saviez vous? Il semble bien que le début de l’activité de Fife soit un des facteurs du développement du yachting en Ecosse. Les origines du chantier remontent aux alentours de 1790, quand William Fife commença à construire de petits bateaux à Fairlie, une bourgade située au sud-ouest de l’estuaire de la Clyde. On raconte que le jeune homme, pas du tout emballé par le métier de charron que lui enseignait son père, avait préféré devenir charpentier de marine. William Collier.
Les Voiles hissent le drapeau bleu La préservation de nos continents pour les générations futures est une nécessité qui ne peut être différée : il faut maintenant agir sans attendre, et cette action conjuguée à l’échelle de la planète commence par une sensibilisation de tous et de chacun. C’est à cette démarche qu’a souhaité s’associer la Société Nautique de Saint-Tropez en ouvrant largement le village des Voiles une organisation très active dans ce domaine : le Service Observatoire Marin de la communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez, partenaire du sanctuaire Pelagos Le Sanctuaire est un espace maritime de 87 500 km² entre l’Italie, Monaco et la France créé en 2002 par l’Accord Pelagos pour les mammifères marins en Méditerranée dans le but d’instaurer des actions concertées et harmonisées entre les trois pays pour la protection des cétacés et de leurs habitats. Exposition, diaporama et accueil des scolaires rythmeront la semaine des Voiles sur le stand. www.cc-golfedesainttropez.fr
Les Voiles de Saint-Tropez – 20ème édition, by Laurent Rabé Photographe professionnel, Laurent Rabé n’a découvert les Voiles qu’un peu par hasard, il y a moins de 10 ans. Il n’a depuis raté aucun opus, et choisit de célébrer la 20ème édition en publiant un magnifique ouvrage qui rassemble l’essentiel de son travail. D’un format original, 28 x 39, le livre n’a été tiré qu’à 200 exemplaires, sur papier argentique. L’effet est saisissant et met remarquablement en valeur les belles voiles modernes ou classiques qui sillonnent le golfe dans le cadre des Voiles. Contact : laurent@imageservice-yachting.com
Partenaire du jour KAPPA & les voiles de Saint-Tropez Robe di Kappa est pour la huitième année consécutive le partenaire textile officiel de ce grand rassemblement de passionnés de voile. Pour sa nouvelle collection, la griffe italienne propose ainsi une large gamme de produits sportswear chic, déclinés au travers de trois univers distincts. La collection Les Voiles de Saint-Tropez 2018 arbore des lignes très sportives et très inspirées de l’univers du voilier. Elle ravira les amateurs de sportswear chic et plus particulièrement les amoureux de l’univers du nautisme. Comme à son habitude, Robe di Kappa s’est appliqué à nous proposer des pièces stylées, travaillées et élégantes. Le millésime 2018, très abouti, et délivre une nouvelle collection riche avec comme pièce phare le Polo Doris. Ce dernier est une édition limitée et numérotée. Il est pourvu de nombreux motifs et broderies. La collection Les Voiles de Saint-Tropez 2018 se compose également de t-shirts, de polos manches courtes et manches longues, de chemises, des shorts et des bermudas. Certaines pièces empruntent les codes du rugbywear. Cette collection 2018 contient également des accessoires comme, un sac, une serviette, un chèche… Toute la collection Kappa Voiles de Saint-Tropez 2018 sur www.les-voiles-de-saint-tropez.fr
PROGRAMME VOILIERS MODERNES Jeudi 4 (journée J. Laurain, Journée des défis), Vendredi 5 et Samedi 6 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h VOILIERS DE TRADITION Jeudi 4 (journée J. Laurain, Journée des défis, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Vendredi 5 et Samedi 6 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00 Pour tout le monde remise des prix Dimanche 7 Octobre, à partir de 11 heures
Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY SUZUKI MARINE LORO PIANA MARE NOSTRUM AIR FRANCE CHEVALIER TORPEZ (LES VIGNOBLES DE SAINT TROPEZ) SUN 7 GRAPHIC