The Voiles de Saint-Tropez: en route to the 2020 edition

29/09/2014, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2014, Day 1,

The Voiles de Saint-Tropez: en route to the 2020 edition In line with the global health situation, the organisers of the Voiles de Saint-Tropez remain on alert.  The goal: to maintain what has for decades made the success of these regattas unique to the world for modern and classic boats, while optimally adapting the programme on land, for the public, as for the sailors themselves.

Newly elected President of the Société Nautique de Saint-Tropez, and long-standing club member of 37 years, Pierre Roinson is a passionate racer and knows the subject well.  His professional career, working within a large international group, did not prevent him from participating in every Voiles since its inception in 1999, as was he a regular competitor in the original event, the Nioulargue, in the 80s.

“Our priority is to keep alive the seafaring spirit and sense of conviviality, as set up in the beginning by Patrice de Colmont: the participants come to the Voiles de Saint-Tropez to race and to have fun.  Today, we have no certainty of the number of people or the number of boats that we will be able to accommodate as this will be in accordance with the evolution of international travel and any navigational constraints in the Mediterranean at the end of the summer.  What we do know is that we already have nearly 250 applications for registration, which is incredibly positive.  There is a real desire to sail, I think we will have even more entry requests than in previous years.” On shore, the health directives concerning the dates of this event remain to be determined.

For the participants as for the public, the Voiles de Saint-Tropez represents a significant influx of visitors that match numbers seen in high season.  “We are fortunate to have a port situated in the heart of the village, the charm for all of us is to see the most beautiful boats in the world gathered on the dock in Saint-Tropez, where nothing is closed or barred, and to be able to watch the racing.

On this note, a new regatta format spread over two weeks will enable all race starts and finishes to happen in the Gulf which has not been the case for some time. The spectacle will be all the more awe-inspiring viewed from the seawall and port entrance, as well as la Ponche and the Citadel, each presenting a natural spectator stand, accessible to all and particularly suitable for watching the Voiles without leaving dry land,  with the possibility of respecting social distancing if necessary.” In accordance with the wishes of the President, Pierre Roinson, and the Director General, Tony Oller, the definitive configuration of the event will be regularly updated according to the government, regional land and maritime authorities, and in agreement with the French Sailing Federation, aiming to maintain the festivities that are endemic to Saint-Tropez and this event.

Due to the uncertainties linked to the world situation, the modalities of the event are to be reviewed monthly: -end of June -end of July -end of August This is to better define conditions for the reception of competitors and public alike in accordance with government and federal authority recommendations, as well as to ensure the protection and security of the personnel and volunteers involved in the organisation.

Les Voiles de Saint-Tropez : en route vers l’édition 2020

04/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 5

Afin d’accompagner au mieux la situation sanitaire mondiale, les organisateurs des Voiles de Saint-Tropez restent sur le qui-vive. Le but : maintenir ce qui fait depuis plusieurs dizaines d’années le succès de ces régates uniques au monde pour les bateaux modernes et classiques, tout en adaptant au mieux le programme à terre, pour le public, comme pour les régatiers eux-mêmes.

Nouvellement élu Président de la Société Nautique de Saint-Tropez dont il est membre depuis 37 ans, Pierre Roinson, régatier passionné, connaît parfaitement le sujet. Sa carrière professionnelle au sein d’un grand groupe international ne l’a pas empêché de participer à toutes les éditions des Voiles de Saint-Tropez depuis leur création en 1999. Il a également disputé nombre des éditions de l’épreuve d’origine la Nioulargue dans les années 80. « Notre priorité c’est de garder cet esprit marin dans une très grande convivialité mis en place au départ par Patrice de Colmont. Les participants viennent aux Voiles de Saint-Tropez pour régater et se faire plaisir.

Aujourd’hui, nous n’avons pas de certitude quant au nombre de personnes et de bateaux que nous pourrons accueillir, cela reste fonction de l’évolution de la circulation internationale et des contraintes de navigation en Méditerranée. Mais ce qui est sûr, c’est que nous avons déjà près de 250 demandes d’inscriptions et nous sommes très confiants. Il y a vraiment une belle envie de naviguer et je pense que nous aurons encore plus de demandes que les années précédentes. »

A terre, les consignes sanitaires pour les dates de la manifestation restent à préciser, pour les participants comme pour le public, les Voiles de Saint-Tropez représentant hors saison un afflux important de visiteurs pouvant atteindre les pics estivaux. « On a la chance d’avoir un port qui se trouve vraiment au cœur du village, donc le charme pour tous, c’est de voir les plus beaux bateaux du monde qui sont regroupés à Saint-Tropez, dans un espace où rien n’est fermé ni barriéré, et puis de voir les régates. A ce sujet, le nouveau format des régates sur deux semaines va permettre que l’ensemble des départs et des arrivées ait lieu dans le golfe, ce qui ne se faisait plus depuis longtemps. Le spectacle sera d’autant plus grandiose et les Môles Jean réveil et d’Estienne d’Orves à l’entrée du port, comme la Ponche ou la Citadelle, sont des tribunes naturelles accessibles à tous particulièrement adaptées pour suivre les Voiles sans quitter la terre ferme, avec la possibilité de respecter des distances d’espacement si nécessaire. »

Conformément aux souhaits du Président, Pierre Roinson, et du Directeur Général, Tony Oller, la configuration définitive de l’événement sera régulièrement actualisée en conformité avec les consignes du gouvernement, des autorités régionales terrestres et maritimes, et en accord avec la Fédération Française de Voile, dans le but de rendre à Saint-Tropez ses plus beaux airs de fête.

En raison des incertitudes liées à la situation mondiale, les modalités de la manifestation sont revues mensuellement soit
– fin juin
– fin juillet
– fin aout
afin de préciser au mieux les conditions d’accueil des concurrents et du public en accord avec les prescriptions du gouvernement et des autorités fédérales, ainsi que d’assurer la protection et la sécurité des personnels et bénévoles impliqués dans l’organisation.

Stay on course, trim sails accordingly

01/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 2

In agreement with the French Sailing Federation and in accordance with government directives, the Société Nautique de Saint-Tropez confirms the following in terms of organisation for the 2020 edition of the Voiles de Saint-Tropez for modern and classic boats from September 26th to October 10th.

At this stage and taking into account the information available, the organisers are working on a number of options : a “normal” version with a capacity to welcome 2,500 people at the same time, a reduced version with a capacity of 1,000 people, a restricted version with a capacity of 500 and a version closed to the public. Despite the situation, requests for participation from competitors are higher than last year at the same period, reflecting a readiness to race. “The signs are that there is a strong demand to participate, which is not surprising in light of the regatta cancelations that have to date marked this season.” Explains Tony Oller, the Director General of the Société Nautique. “The popularity of the Voiles is long standing, and each year there is a waiting list which, for logistical and security reasons, we are often unable to accommodate. It is for this reason that the event is “by invitation”. We may have to do the same this year because of the restrictions that will be imposed on us, particularly with regards to foreign boats and crews. The other question concerns the on-shore organisation, receiving competitors and the public, the village festivities, the crew parade and all the entertainments which could, potentially, be restricted”.   The format of the event will be reviewed monthly – at the end of May – end of June – end of July – end of August in order to better specify the conditions for welcoming competitors and the public, as well as ensuring the protection and safety of the staff and volunteers involved in the organisation.

In brief: The Société Nautique de Saint-Tropez’s team expands Following the Board of Directors meeting held on Monday, April 27th, the Société Nautique de Saint-Tropez approved the appointment of Pierre Roinson at the helm, in the capacity of President, taking over from Tony Oller – former President – who will, in turn, take-on the position of Director General from May 1st.  The new SNST team will thus be well equipped to face the challenges of managing the club and the many events it organises each year, notably the Voiles de Saint-Tropez. The date of the next General Assembly has not yet been fixed.

Organisation: Société Nautique de Saint-Tropez
President: Pierre Roinson
Director General: Tony Oller
Principal Race Officer: Georges Korhel
Communication: Chloé de Brouwer
Website: www.lesvoilesdesaint-tropez.fr
Facebook: les Voiles de Saint-Tropez officiel
Twitter: @VoilesSTOrg
Press Relations:
Maguelonne Turcat  +33 6 09 95 58 91 Email magturcat@gmail.com
Photo: Gilles Martin-Raget

 

Les Voiles de Saint-Tropez : Garder le cap, adapter la voilure

02/10/2013 - Saint-Tropez (FRA,83) - Voiles de Saint-Tropez 2013 - Day 3

En accord avec la Fédération Française de Voile et dans le strict respect des directives gouvernementales, la Société Nautique de Saint-Tropez souhaite confirmer l’organisation de l’édition 2020 des Voiles de Saint-Tropez pour les bateaux modernes et les bateaux classiques du 26 septembre au 10 octobre

A ce stade, et compte tenu des informations disponibles, les organisateurs anticipent simultanément plusieurs options : une version « normale » avec une capacité d’accueil de 2 500 personnes en même temps, une version réduite avec une capacité de 1 000 personnes, une version restreinte avec une capacité à 500, et une version à huis clos sans public du tout.

Malgré la situation, les demandes de participation de la part des concurrents sont supérieures à l’année dernière à la même période, témoignant d’une réelle volonté des bateaux à participer. « Les voyants nous indiquent une forte demande de participation qui confirme l’intérêt des coureurs, et s’explique notamment par l’annulation d’autres régates auparavant » Explique Tony Oller, le Directeur Général de la Société Nautique « L’attachement aux Voiles est un phénomène connu de longue date, et chaque année nous avons une liste d’attente de bateaux que nous ne pouvons malheureusement pas accueillir pour des raisons de logistique et de sécurité, et c’est pour cela que l’événement a lieu « sur invitation ». Il se peut que nous devions faire de même cette année en raison des restrictions qui nous seront imposées, notamment pour les bateaux et équipages étrangers. L’autre point d’interrogation concerne l’organisation à terre, l’accueil des concurrents et du public, et notamment le côté festif avec le village, le défilé des équipages et toutes les animations qui seront, potentiellement, restreintes ».   

  Les modalités de la manifestation seront revues mensuellement soit – fin mai – fin juin – fin juillet – fin aout afin de préciser au mieux les conditions d’accueil des concurrents et du public, ainsi que d’assurer la protection et la sécurité des personnels et bénévoles impliqués dans l’organisation.

En bref :

L’Equipage de la Société Nautique de Saint-Tropez s’étoffe

A l’issue d’un Conseil d’Administration qui s’est tenu lundi 27 avril, la Société Nautique de Saint-Tropez a entériné la nomination, de Pierre Roinson à la barre, en qualité de Président, et de Tony Oller – président démissionnaire – à la manœuvre, au poste de Directeur Général, à compter du 1er mai. La nouvelle équipe de la SNST sera ainsi mieux à même de faire face aux défis de la gestion du club et des nombreux événements dont elle est organisatrice chaque année, et notamment des Voiles de Saint-Tropez. La date de la prochaine l’Assemblée Générale n’est pas encore fixée.

 

Organisation :

Société Nautique de Saint-Tropez

Président : Pierre Roinson

Directeur Général : Tony Oller

Principal Race Officer : Georges Korhel

Communication : Chloé de Brouwer

Site internet : www.lesvoilesdesaint-tropez.fr

Facebook : les Voiles de Saint-Tropez officiel

Twitter : @VoilesSTOrg

 

Relations Presse :

Maguelonne Turcat  06 09 95 58 91

E-mail magturcat@gmail.com

 

Photo :

Gilles Martin-Raget

Les Voiles de Saint-Tropez: New format, new dates in 2020 !

02/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 3

With a view to the 2020 edition, the Société Nautique de Saint-Tropez is unveiling a brand new formula: extended to two weeks – from 26 September to 10 October, the legendary meeting for the most beautiful boats in the world is upping the ante in its hosting of the largest classic and modern craft, which will henceforth enjoy their own event.

For the very big boats: all the starts will set sail in front of Saint Tropez itself
By increasing the number of days Les Voiles de Saint-Tropez runs for, the organisers are keen to boost their capacity for accommodating very big boats, a programme which extends from modern boats – Wallys, Maxis and super Maxis in IRCA, to classic boats – large Schooner class and Grand Traditions. « We envisage splitting the fleet into two groups, » explains Tony Oller, President of the Société Nautique de Saint-Tropez « For boats up to 24 metres or so – except for specific classes – the dates and the programme remain unchanged, aside from the prize-giving, which will take place on the evening of Saturday 3 October. The major new feature revolves around offering the big and very big boats – classic and modern alike – referred to as Les Voiles Super Boats, their own exclusive week from Monday 5 October. By not mixing them together with the rest of the fleet, we’re making every effort to help them evolve as well as offering them the priceless opportunity to enjoy some starts at the Tour du Portalet, just in front of the port of Saint Tropez. Indeed, up till now, notably with a view to safety, some of the boats had rounds either outside the bay or off the beaches of Pampelonne« .

Special courses for the big boats
For Georges Korhel, Principal Race Officer, the cards will also be reshuffled in terms of the programme. “By separately managing the fleets with very different potentials, we’ll be able to offer other types of much longer courses, geared specifically around these types of boats, with starts and finishes off the breakwater. Similarly, by quickly and efficiently dispatching the current participants at Les Voiles, we would be in a position to welcome around 250 boats in the first week and between 30 and 40 in the second. The Notice of Race, with all the details about the programme, will be distributed shortly.” Therefore, the Maxis, Super Yachts, large schooners, J Class and three-masters will take centre stage from Monday 5 October. This minor revolution also has some other major benefits, such as being able to host some of the finest craft that navigate Mediterranean waters, right inside the port of Saint Tropez, to the delight of enthusiasts and public alike. As such, there are countless arguments to convince the crews of some exceptional craft to head to Saint Tropez in early October.

Provisional Programme for 2020:

First Week: Les Voiles de Saint-Tropez Saturday 26th and Sunday 27th September: Registration for boats up to 24m (save for some exceptions in certain classes) Monday 28th September: races for the modern boats Tuesday 29th, Wednesday 30th September, Friday 2nd, Saturday 3rd October: races for the modern and classic boats Thusday 1st October: Challenge Day Saturday 3rd October: Prize-giving (week 1)

Week 2: Les Voiles Super Boats Sunday 4th and Monday 5th October: Registration for the big boats IRCA, Wally, Grand Traditions, IMA classes, etc. Tuesday 6th, Wednesday 7th, Friday 9th and Saturday 10th October: races for big boats Thursday 8th October: Spare day Saturday 10th October: Prize-giving (week 2)

Les Voiles de Saint-Tropez : Nouveau format, nouvelles dates pour 2020 !

07/10/2017, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2017, jour 7

Dans la perspective de l’édition 2020, la Société Nautique de Saint-Tropez lève le voile sur une toute nouvelle formule : étendue à deux semaines – du 26 septembre au 10 octobre, le rendez-vous mythique des plus beaux bateaux du monde monte le curseur pour l’accueil des plus grandes unités classiques et modernes qui bénéficieront désormais de leur propre événement.

Pour les très grands voiliers : tous les départs également devant Saint-Tropez
En augmentant le nombre de jours des Voiles de Saint-Tropez, les organisateurs souhaitent améliorer leur capacité d’accueil pour les très grandes unités, aussi bien pour les modernes avec les Wally et le groupe des Maxi et super Maxi des IRCA, que pour les traditions avec les grandes goélettes de la classe des Schooners ou les Grands Traditions. « Nous avons imaginé de séparer la flotte en deux groupes » explique Tony Oller, le Président de la Société Nautique de Saint-Tropez « Pour les bateaux jusqu’à 24 mètres environ – sauf pour les classes spécifiques – les dates et le programme restent inchangés, à part pour la remise des prix qui sera programmée le samedi 3 au soir. La grande nouveauté, c’est de proposer une semaine exclusive appelée Les Voiles Super Boats pour les grands et très grands bateaux – classiques comme modernes – à partir du lundi 5 octobre. En ne les mélangeant pas au reste de la flotte, nous mettons toutes les chances de notre côté pour faciliter leurs évolutions, et nous leur offrons la possibilité inestimable d’avoir des départs à la Tour du Portalet, c’est-à-dire juste devant le port de Saint-Tropez, alors que jusqu’à présent – pour des raisons de sécurité notamment – une partie d’entre eux avaient des ronds soit à l’extérieur du golfe, soit devant les plages de Pampelonne ».

Des parcours spécifiques pour les grands bateaux
Pour Georges Korhel, Principal race officer, les cartes seront également rebattues en termes de programme « En gérant séparément des flottes avec des potentiels différents, nous pourrons ainsi proposer d’autres types de parcours beaucoup plus longs, adaptés à ces types de bateau, avec des arrivées et des départs devant le Môle. Pour donner un ordre d’idée, en dispatchant les participants actuels aux Voiles, on accueillerait environ 250 bateaux la première semaine et entre 30 et 40 la seconde. L’avis de course, avec tous les détails du programme, sera diffusé prochainement. » Maxi, Super Yachts, grandes goélettes, Class J et autres trois mâts seront donc à l’honneur à partir du lundi 5 octobre. Cette petite révolution a également d’autres avantages majeurs, comme par exemple le fait de pouvoir accueillir à l’intérieur du port de Saint-Tropez quelques-unes des plus belles unités qui naviguent en Méditerranée, pour le plus grand plaisir des passionnés comme du public. Autant d’arguments qui pourraient décider des unités d’exception à mettre le cap début octobre sur le célèbre port de la côte varoise.

Programme prévisionnel 2020 :
Semaine 1 : Les Voiles de Saint-Tropez Samedi 26 et dimanche 27 septembre : accueil des voiliers jusqu’à 24 mètres (sauf pour certaines classes) Lundi 28 septembre : régates pour les voiliers modernes Mardi 29, mercredi 30 septembre, vendredi 2, samedi 3 octobre : régates pour les voiliers modernes et les voiliers de tradition Jeudi 1er octobre : journée des défis Samedi 3 octobre : remise des prix (semaine 1)
Semaine 2 : Les Voiles Super Boats Dimanche 4 et lundi 5 octobre : accueil des grandes unités (Wally, IRCA, classes de l’IMA, Grands Traditions, grandes Goélettes) Mardi 6, mercredi 7, vendredi 9 et samedi 10 octobre : régates des grandes unités Jeudi 8 octobre : journée de récupération Samedi 10 octobre : remise des prix (semaine 2)

 

The splendours of our 20th anniversary!

06/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 6

The crowning of the champions to close this anniversary edition of Les Voiles
Prestigious Trophies for some flamboyant winners
See you in 2020 for a new twist on the racing programme…

Les Voiles de Saint-Tropez has certainly pulled out all the stops to celebrate their 20th anniversary over the past week! Glorious sunshine and all types of breeze resulted in some sumptuous races right up close to the enchanting shores of France’s Var region. 4,000 sailors and their array of 300 Modern and Classic craft will begin to troop back to their respective home ports from today, doubtless with a heavy heart at the prospect of having to wait a whole year until they can return to this magical and timeless festival of yachting in late September 2020. Before that though, they spent the whole day rightfully celebrating the winners at the traditional prize-giving held at the Citadel in Saint Tropez.

Sumurun by a nose The darlings of the general public and specialists alike, the classic or traditional boats are bunched into 11 groups in Saint Tropez according to their size, rig type and class measurement, with the aim of putting on a fair competition. To give honour where honour is due, in the group of Grands Traditions, Sumurun, the Bermudan ketch (Fife 1914) sailed brilliantly to finish just one point ahead of the 15mR Mariska (Fife 1908) after a series of races contested in all types of breezes. Moonbeam of Fife (Fife 1903) completes this podium. Among the breathtaking schooners, Elena of London, with an LOA in excess of 50m, bagged the title after winning all the races ahead of NaemaOrianda and Puritan.

Il Moro di Venezia among the 12mRs Three magnificent 12mRs, spanning a decade of the America’s Cup competition from the seventies, relished the racing in Saint Tropez. The Italians on Il Moro di Venezia took the win in corrected time, paying homage to second placed Ikra, which is always very quick whatever the conditions in the hands of top French racer Nicolas Bérenger, ahead of Pierre Bausset’s legendary France.

Yanira ahead of the curve The Bermudan cutter Yanira, built by the Danish naval architect Bjarne Aas and masterfully helmed by the Spaniard Pepe Negrete, took the main spoils in the Marconi A Classic group. Validating three races and as many victories despite some fierce competition, her rivals had to battle it out for the remaining podium places; Daria Cabal ultimately snatching second on the Bermudan cutter Saint Christopher (Sparkman&Stephens 1968) and Philippe Monnet and Yves Pajot’s Lys bagging third on Lys.
Stiren takes the title in the Group B Bermudan rigs The most recent winner of the Rhum category in the 2018 Route du Rhum, Sidney Gavignet sailed aboard the Bermudan yawl Stiren (Sparkman&Stephens 1963) this week. It proved to be a good call since he leaves Saint Tropez as champion thanks to two fine race victories. The Bermudan sloop O’Jala II put up some solid resistance by taking the win on Wednesday. Palynodie II, the 1962 Olin Stephens sloop earns herself another podium at Les Voiles.
Kismet dominates Viola Just as spectacular, the Group of Gaff Bs that gathers together a number of metre boats, all of which are over a hundred years old, witnessed a merciless battle between the season’s top three boats. In this way, Viola (Fife 1908), winner in Antibes and Cannes, had to make do with second place as she did in Monaco. Indeed, it’s Kismet (Fife 1898) which triumphs despite a great finish by Viola in the last race. Oriole (Herreshoff 1905), which is just as familiar with the top step of the podium, had to content herself with third.
Seven Seas of Porto dominates the group of large Bermudans The Epoque Marconi A group comprises ketches, yawls, schooners and Bermudan cutters of nearly 20m in length. It’s the 12mR Bermudan rig Seven Seas of Porto (Crane 1935) which dominated this very elegant group, finishing ahead of the Italian sloop Emilia Prima (Costaguta 1930) and the American yawl Manitou (Stephens 1937).
Cippino II does it again   In the very dense fleet of Epoque Marconi boats that features the 18 craft chosen as this year’s group to compete for the Rolex Trophy, it’s the 1949 Frers design Cippino II which has repeated her success at Monaco Classic Week. Only Blitzen (Sparkman&Stephens 1937) managed to challenge her domination by taking one win. Within this tough context, the Bermudan yawl penned by Stephens (1934) Stormy Weather of Cowes, secures a worthy third place.

Olympian… Olympic! Earning many admirers, the group comprising gaffers of 15 to 18m in length (the Epoque Gaffer A category), saw one of Saint Tropez’ regulars take the win: the Gardner (1913) P Class Olympian. Jostled about at the start of the week by Ester (Hellgren 1901), the gunter-rig sloop rescued from the Baltic, Olympian was unbeatable the rest of the week, getting the better of Marga (10m Lilljegren 1910) and Chips (P 13 Starling Burgess 1913). Aloha secures the win among the small “Epoque Marconis » James McElroy took victory aboard Aloha, a 1923 Bermudan R Class (Edson B. Schock), in a group comprising metre yachts and Bermudan yawls. It’s the 8m Sonda (MacGruer 1951), that takes second ahead of Java (Raymond Hunt 1938). Josephine the most consistent… For the old familiars that don’t fit into any Class Measurement at Les Voiles de Saint Tropez, there is a special ‘Guest’ category made up of 6 craft this year. It’s the Bermudan IOD Josephine (Bjarne Aas 1959) which posted the most consistent performance this week, making the podium every time. Maria Giovanna II (Olin Stephens 1969) is second ahead of Windhover (Luke 1904).

The curtain falls on the Mediterranean racing season for the Modern craft They make up the largest contingent of boat at Les Voiles, ranging from the futuristic Wallys and other Maxis, to the fine racer-cruisers, which are split into six IRC groups which have spent the week throwing themselves headlong into the racing, so treasured is victory in the bay within the context of Les Voiles. In Wally, Lyra confirmed her place as leader to take the BMW Trophy, ahead of Galateia, Magic Carpet3 and Y3K, the latter two tied on points. The IRC As were themselves split into 4 sub-groups comprising Superyachts, Maxis and Mini Maxis. The duel between the giants finally saw Velsheda get the edge within the context of the Loro Piana Trophy, designed to reward the best racer of over 24 metres. It’s also worth highlighting the success in IRCA 2 of the Swan 82 Kallima, the Italian Mylius 80 Twin SoulB in IRCA 3 and the Mini Maxi Vesper in the very elitist group of 72-footers. Solte, Genser Hasip’s Swan 53 has made a dazzling entrance at Les Voiles, taking the win in IRC B, a group of stellar 50-foot racers, getting the better of some of the event’s stalwarts, including the Mylius 50 Daguet 2 and Music, third this week. Another familiar crew at Les Voiles, in IRC C this time, was that of Prince Frederik of Denmark on the TP 52 Nanoq, which triumphed in a strong group of 35 craft. Second was the Cookson 52 Rowdy 2 and third the TP 52 Spirit of Malouen. 38 yachts crossed swords all week long off Pampelonne in IRC D. Victory went to the formidable Farr 40  Bella Donna, ahead of the French prototype Albatros, and the Italian Galinari Vanessa. The young prodigy in the multihull category, Adrien Follin, enjoyed a thundering finish at Les Voiles, snatching victory for the JPK Give me Five in IRC E. The Farr 30 Topas bags second place, followed by another Farr 30, this one German, Heat. Finally, the ‘small’ racers in the IRC F group, comprising the Modern Marconi Tofinous and Code 0s, saw the three Tofinous dominate the competition this year: Camomille 3, followed by Pitch and the German Tofinou Aetos.

The Trophies: Town of Saint Tropez Trophy: Nanoq – Prince Frederik of Denmark  Rolex Trophy: Cippino II – Daniel Sielecki Loro Piana Trophy: Velsheda – Rambler – Leopard 3   Yacht Club de France Trophy: Khayyam – Marc Lorgnon  BMW Trophy: Wally 77 Lyra – Terry Hui Club 55 Cup: Ikra   Centenary Trophy: Olympian IMA Mediterranean Inshore Challenge: Wallyno – Benoit de Froidmont  Maxi Friendly Challenge:  Leopard 3 – Samuel Wright. ISA Schooner Cup Series: Elena of London – Steven McLaren North Sails Trophy: Solte – Genser Hasip Torpez Trophy: Nanoq – Prince Frederik of Denmark    Suzuki Trophy: Bella Donna – Jean Marie Genneri Marines de Cogolin Trophy: Give me Five – Adrien Follin Air France Trophy: Sumurun – Hugues Boulanger SNSM Trophée: Kismet – Richard Matthews Bessarat de Bellefon Trophée: Seven Seas of Porto – Marcus Kemp Esprit Village Trophy: Yanira – Pepe Negrete Mercantour Trophy: Stiren – Oren Nataf Crew procession: Frogfoot Bowls competition: Pondoro The Yacht Club de France’s Autumn Cup: Pitch – Patrice Riboux

Quotes: Tony Oller, President of the Société Nautique de Saint-Tropez “It’s been a fantastic week with some very varied weather conditions. The sailors are unanimous in their opinion that this edition has been a very fine vintage. The new village has been very popular. It was imagined and designed with a view to being eco-friendly, the wood being reused for 3 years. Our partners, Rolex, BMW, are delighted by this approach. After a transition year, I feel as if I’ve really got things in hand with a fabulous team behind me, because you can’t do it on your own. It’s very stressful, but as soon as the village is open, the event is no longer ours, it belongs to the sailors. The 2020 event will last 15 days, with one week dedicated more to the big boats. We’re working with the International Maxi Association on this and it really appeals to our partners.”

Georges Korhel, Principal Race Officer: “Everyone seems to be delighted! We had no particular problems to report. The racers have grasped the fact that Les Voiles is a festival of sailing and not a world championship. There were no general recalls, no actual contact and no injuries… Everyone adhered to the instructions and we worked well with the rescue services, the volunteers and the racers… My only regret is that despite start lines spanning over a mile, those boats which were over the line systematically came back to cross the line again, increasing the risk of contact. We had great weather, despite two days of Mistral. We got the boats racing at between 8 and 18 knots, which is very pleasant! I’m delighted with my teams, as well as the spectators who fully respected our safety zones. For next year, we’ll run Les Voiles de Saint-Tropez with a size limit of 23m for the Modern boats, and we’ll have a second week of competition with the large Modern craft and Grands Tradition. In this way, we’ll have courses suited to these types of boat, with starts and finishes off Portalet! We’re giving ourselves the winter to reflect on it with our partners.” 

Martin Billoch – Cippino II winner of the Rolex Trophy “Without doubt it’s the finest edition of Les Voiles de Saint-Tropez I’ve had the chance to participate in. Conditions have been very varied. Despite the fact that we favour the light airs, we still managed to bring our A game in the breezy conditions. Fjord III, our sistership helmed by the naval architect German Frers junior, was a formidable opponent, as was Jour de Fête. With 18 boats in this class, it was a race within a race and we just kept applying the pressure. We’re very honoured to win this Rolex Trophy and above all we’re very grateful that the brand is honouring our category in this way. We’re now going to get Cippino II back to Argentina after a 4-year European campaign. However, we’ll definitely be back as this edition has been magical”.

Results: Wally 1- Lyra 2- Galateia 3- Y3K IRC A 1 1-Velsheda – Barnaby Henshaw-Depledge 2- Rambler – George David 3- Leopard 3 – Samuel Wright IRCA 2 1- Kallima – Youri Loof 2- Umiko – Jacob Foale 3- Valkyrie – Hubert Wargny IRC A 3 1- Twin Soul B – Luciano Nandini 2- Flow – Clayton Deutsch 3- Wallyno – Benoit De Froidmont IRC A 4 1- Vesper – Jim Swartz 2- Ryokan 2 Olivier Lozachmeur 3- Jethou – Sir Peter Ogden  IRC B 1- Solte – Vencer Hasip 2- Daguet2 – Frédéric Puzin 3- Music – Albert Bataille IRC C 1-Nanoq – Prince Ferderick 2- Rowdy 2 – Howard Dyer 3- Spirit of Malouen – Stéphane Névé. IRC D 1- Bella Donna – Jean Marie Gennari 2- Albator – Philippe Frantz 3- Vanessa – Patrizio Bertelli IRC E 1- Give me Five 555 – Adrien Follin 2- Topas – Harald Brunning 3- Heat – Ole Augustin IRC F 1- Camomille – Jean Louis Nathan 2- Pitch – Patrice Ribaud 3- Aetos – Nikolaos Sinouris

TRADITION  Marconi A Classic 1- Yanira – Pepe Negrete 2- St Christopher – Daria Cabai 3- Lys – Philippe Monnet Marconi B Classic 1- Stiren – Oren Nataf 2- Fantasque – Jacques Guillaume 3- Meterblick for fun – Otto Pohlmann Marconi R Classic 1- Il Moro di Venezia – Massimiliano Sferruzzi 2- Ikra – Nicolas Berenger 3- France – Pierre Bausset Epoque Gaff A 1- Olympian – Philippe Oddo 2- Marga – Alessandra Angelini 3- Chips – Sébastien Bazin Epoque Gaff B 1- Kismet – Richard Matthews 2- Viola – Fabien Desprées 3- Oriole – Juan Carlos Eguiagaray Epoque Marconi A 1- Seven seas – Marcus Kemp 2- Emilia Prima – Luigi Guarnacca 3- Manitou – Hamish Easton Epoque Marconi B 1- Cippino II – Daniel Sielecki 2- Fjord III – German Frers 3- Comet – William Woodward Fisher Epoque Marconi C 1- Sonda – Eric Leprince 2-Aloha – James Mc Elroy 3-  Java- Alexis Le Pasteur Grand Tradition 1- Sumurun – Hugues Boulanger 2_ Mariska – Benjamin Redreau 3- Moonbeam of Fife – Erwan Noblet GUESTS 1- Josephine – Marc Froeschke 2- Maria Giovanna II – Jean Pierre Sauvan 3- Windhover – Olivier Poulain

Sponsors of Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW LORO PIANA WALLY NORTH SAILS BESSERAT DE BELLEFON HOTEL BYBLOS AIR FRANCE MERCANTOUR EVENTS SUZUKI MARINE PORT OF SAINT TROPEZ LES MARINES DE COGOLIN DERBEZ JARDINS CHEVALIER TORPEZ (VINEYARDS OF SAINT TROPEZ) L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ SUPERVISION BRIG SUN 7 GRAPHIC TOURIST OFFICE FRENCH SAILING FEDERATION (FFV)

 

Les splendeurs de nos 20 ans !

06/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 7, prizegiving

Le sacre des champions en clôture de l’édition anniversaire des Voiles
Prestigieux Trophées pour flamboyants vainqueurs
Rendez vous en 2020 pour une formule renouvelée…
Les Voiles de Saint-Tropez n’ont pas lésiné, ni sur les moyens, ni sur l’enthousiasme pour célébrer, toute cette longue et radieuse semaine, leurs 20 ans !  La météo y est allée de son ensoleillement maximum et le dieu Eole lui-même s’est manifesté sous toutes ses formes pour permettre la tenue de régates somptueuses au plus près des rivages enchanteurs de la côte varoise. 4 000 marins et leurs quelques 300 embarcations Modernes ou Classiques repartent à compter d’aujourd’hui vers leurs ports d’attache, éblouis de tant de splendeur, le cœur un peu serré sûrement à l’idée de devoir désormais patienter toute une année avant de renouer, comme à l’accoutumée, fin septembre 2020, avec la magie d’un yachting décidément intemporel. Mais avant cela, ils ont, toute cette journée, fêtés comme il se doit les lauréats de cette grande semaine sportive, à l’occasion de la traditionnelle remise des Prix tenues à la Citadelle de Saint-Tropez.

Sumurun d’un souffle
Chéris du grand public comme des spécialistes, les voiliers classiques ou de tradition sont à Saint Tropez réunis en 11 groupes déterminés en fonction des tailles, des types de gréement et de la jauge de bateaux, dans le but d’offrir à chaque concurrent un maximum d’équité en course. A tout seigneur tout honneur, dans le groupe des Grands Traditions, Sumurun, le ketch Bermudien (Fife 1914) s’impose magistralement et dame le pion au 15 m JI Mariska (Fife 1908) pour un petit point au terme des manches disputées dans tous les styles de vent. Moonbeam of Fife (Fife 1903) complète ce podium. Du côté des époustouflantes goélettes, c’est Elena of London – qui dépasse les 50 mètres hors-tout – qui décroche le titre en remportant toutes les manches devant Naema, Orianda et Puritan.
Il Moro di Venezia chez les 12 m J
Trois magnifiques 12 m J, couvrant une décennie de la Coupe de l’America des années 70 ont régaté avec bonheur à Saint-Tropez. Les Italiens d’Il Moro di Venezia s’imposent en temps compensé et rendent un hommage appuyé à leur dauphin Ikra, toujours aussi véloce quelles que soient les conditions aux mains de Nicolas Bérenger, devant le très mythique France de Pierre Bausset. Yanira sans égale Le cotre Bermudien Yanira, construit par l’architecte danois Bjarne Aas et piloté de main de maître par l’espagnol Pepe Negrete, n’aura laissé que des miettes à ses rivaux du groupe Classique Marconi A. Trois manches validées, et autant de victoires face à de redoutables clients qui doivent ce matin se contenter des deux marches du podium, la deuxième pour Daria Cabal sur le cotre bermudien Saint Christopher (Sparksman&Stephens 1968) et le Lys de Philippe Monnet et Yves Pajot.
A Stiren le titre chez les Bermudiens Groupe B
Le dernier vainqueur catégorie Rhum de la Route du Rhum Sidney Gavignet, avait, cette semaine posé son sac à bord du yawl Bermudien Stiren (Sparksman&Stephens 1963). Bien lui en a pris puisqu’il repart de Saint-Tropez en vainqueur, avec deux belles victoires de manche. Le sloop Bermudien O’Jala II a offert une belle résistance en s’imposant mercredi dernier. Palynodie II, le sloop Olin Stephens de 1962 signe un nouveau podium aux Voiles.
Kismet domine Viola Tout aussi spectaculaire, le Groupe des Aurique B qui rassemble nombre de métriques tous centenaires, a vu un affrontement sans merci entre trois des voiliers les plus dominateurs de la saison. Ainsi Viola (Fife 1908), vainqueur à Antibes et Cannes, doit-il, comme à Monaco, se contenter d’une deuxième place. C’est Kismet (Fife 1898) qui s’impose malgré le beau finish de Viola lors de la dernière manche. Oriole (Herreshoff 1905), lui aussi adepte de la plus haute marche du podium, se contente cette année de la troisième place.

Seven seas of Porto domine les grands bermudiens Le groupe Epoque Marconi A rassemble ketch, yawls, goélettes et cotres bermudien de près de 20 mètres. C’est le 12 m JO Bermudien Seven Seas of Porto (Crane 1935) qui domine ce très élégant groupe, devançant le sloop Italien Emilia Prima (Costaguta 1930) et le Yawl américain chargé d’histoire Manitou (Stephens 1937).

Cippino II récidive  En Epoque Marconi, flotte très dense qui regroupe pas moins de 18 unités au sein de la catégorie choisie cette année pour servir de support au Trophée Rolex, c’est le plan Frers de 1949 Cippino II qui renouvelle son succès de la Monaco Classic Week, et qui va rentrer en Argentine couronné des trophées Tropéziens. Seul Blitzen (Sparksman&Stephens 1937) est parvenu à une seule reprise à contester sa domination. Le yawl bermudien signé Stephens (1934) Stormy Weather of Cowes est dans ce contexte un valeureux troisième.

Olympian… olympique ! Groupe toujours aussi agréable à admirer, composé de belles unités auriques de 15 à 18 mètres de long, la catégorie Epoque Aurique A sourit cette année à un bel habitué des podiums Tropéziens, le P Class signé Gardner (1913) Olympian. Bousculé en début de semaine par Ester, le sloop Houari rescapé de la baltique (Hellgren 1901), Olympian s’est ensuite montré intraitable tout le restant de la semaine, pour dominer logiquement Marga (10 m Lilljegren 1910) et Chips (P 13 Starling Burgess 1913).

Aloha vainqueur chez les « petits Epoque marconi » James Mc Elroy l’emporte à bord de Aloha, un R Class bermudien de 1923 (Edson B. Schock), dans ce groupe où l’on retrouve des métriques et des yawls Bermudiens. C’est le 8 m Sonda (Mac Gruer 1951) qui prend la deuxième place, devant Java (Raymond Hunt 1938).

Josephine le plus régulier… Parmi les nombreux groupes, classes, jauges et gréements qui naviguent aux Voiles de Saint-Tropez figure également le groupe « invités ». Fort de 6 unités, cette catégorie rassemble des voiliers habitués des Voiles, mais hors gabarit. C’est le IOD Bermudien Josephine (Bjarne Aas 1959) qui s’est montré le plus régulier de la semaine, ne récoltant que victoires et accessits.  Maria Giovanna II (Olin Stephens 1969) est deuxième, devant Windhover (Luke 1904).

Les Modernes baissent le rideau de leur saison de régate en Méditerranée
Ils composent le plus gros contingent de bateaux aux Voiles, les voiliers Modernes, des futuristes Wally et autres Maxis, aux fins racers-cruisers sont réunis en six groupes IRC. Toute la semaine, ils se sont lancés à corps perdu dans des joutes à couteaux tirés, tant est valorisante la victoire dans le golfe et dans le cadre des Voiles. En Wally, Lyra confirme sa place de leader et décroche le Trophée BMW, devant Galateia suivi de Magic Carpet3 et Y3K, tous deux à égalité de points. Les IRC A étaient eux-mêmes divisés en 4 sous-groupes rassemblant Super-yachts, Maxis et Mini Maxis. Le duel des géants a tourné à l’avantage de Velsheda dans le cadre du Trophée Loro Piana, destiné à récompenser le meilleur racer de plus de 24 mètres. On soulignera les succès en IRCA 2 du Swan 82 Kallima, du Mylius 80 italien Twin SoulB en IRCA 3 et du Mini Maxi Vesper dans le très élitiste groupe des 72 pieds. Solte, le Swan 53 de Genser Hasip fait une entrée tonitruante aux Voiles en s’imposant en IRC B, groupe des toniques racers de 50 pieds.  Il dame le pion aux grands habitués comme le Mylius 50 Daguet 2 ou Music, troisième de la semaine. Autre habitué des Voiles, en IRC C cette fois, le TP 52 du Prince Frederik du Danemark, Nanoq, qui triomphe d’un  groupe fort de 35 unités. Il est suivi sur le podium du Cookson 52 Rowdy 2, et du TP 52 Spirit of Malouen. 38 voiliers ont croisé le fer toute la semaine au large de Pampelonne en IRC D. Victoire du redoutable et redouté Farr 40  Bella Donna, devant le proto Français Albatros, et le Galinari Italien Vanessa. Le jeune prodige en multicoque Adrien Follin signe aussi une arrivée tonitruante aux Voiles en menant à la victoire des IRC E le JPK Give me Five. Le Farr 30 Topas prend la deuxième place, suivi d’un autre Farr 30, allemand celui là, Heat. Enfin, les « petits » racers du groupe IRC F, composé de Marconi Modernes Tofinou et Code 0, a été cette année dominé par trois Tofinou : Camomille 3, suivi de Pitch, et le Tofinou allemand Aetos.

Les Trophées : Trophée de la Ville de Saint-Tropez : Nanoq – Prince Frederik du Danemark Trophée Rolex : Cippino II – Daniel Sielecki Trophée Loro Piana : Velsheda – Rambler – Leopard 3   Trophée du Yacht Club de France : Khayyam – Marc Lorgnon Trophée BMW : Wally 77 Lyra – Terry Hui Ima Mediterranean Inshore Challenge : Wallyno – Benoit de Froidmont Maxi Friendly Challenge :  Leopard 3 – Samuel Wright. ISA Schooner Cup Series : Elena of London – Steven Mc Laren Trophée North Sails : Solte – Genser Hasip Trophée Torpez : Nanoq– Prince Frederik du Danemark   Trophée Suzuki : Bella Donna – Jean Marie Genneri Trophée Marines de Cogolin : Give me Five – Adrien Follin Trophée Air France : Sumurun – Hugues Boulanger Trophée SNSM : Kismet – Richard Matthews Trophée Bessarat de Bellefon : Seven Seas of Porto – Marcus Kemp Trophée Esprit Village : Yanira – Pepe Negrete Trophée Mercantour : Stiren – Oren Nataf Défilé des équipages : Frogfoot Concours de boules : Pondoro Coupe d’automne du Yacht Club de France : Pitch – Patrice Riboux

Ikra rajoute son nom au palmarès de la Club 55 Cup
Déjà vainqueur lors du renouveau de ce Trophée si fortement évocateur de la création de la Nioulargue, en 2003 et 2004, le 12 m JI Ikra va graver une nouvel fois son nom au palmarès 2019. Il s’est imposé sur ce tumultueux trajet entre le Portalet, la Nioulargue et Pampelonne, dans la petite brise et sur le clapot tonique qui baignaient la sortie du golfe, à son challenger du jour, le Swan 53 Solte. Les équipages ont sacrifié à la tradition et ont joyeusement déjeuné chez Patrice de Colmont, initiateur en 1981 d’un challenge désormais entré dans la légende de Saint-Tropez.

Olympian s’adjuge d’un souffle le Trophée des Centenaires !
A l’instigation du Yacht Club de Gstaad, ils étaient 25 voiliers centenaires, de toutes tailles et de tous types de gréements, à concourir pour cette 9ème édition du Gstaad Yacht Club Centenary Trophy. Selon le principe de la « Pursuit race » accepté des concurrents, chaque voilier s’élançait peu après 13 heures depuis le Portalet, dans un vent modéré de Sud Est, pour un parcours de 17 milles nautiques vers la Nioulargue et retour. C’est Lulu, cotre aurique signé Texier en 1897, avec sa longueur hors-tout de 11,43 m, qui était le premier à prendre le départ, suivi 11 minutes plus tard de Viola (Fife 1908). C’est le très majestueux Moonbeam IV (Fife 1914) qui fermait la ligne des centenaires 37 minutes plus tard. Au terme de 2 heures de pur bonheur, c’est Olympian, le P Class lancé en 1913 sur plan William Gardner qui vient inscrire son nom au Trophée. Il devance d’un souffle Viola, pourtant intouchable cette année sur le circuit Méditerranéen, et Chips, l’autre P Class signé Burgess.

Participation record au concours de boules
Héritage direct des folles années de la Nioulargue, le concours de boules Place des Lices a attiré mercredi soir un nombre record d’équipages. Quelque peu dépassés, les organisateurs ont arrêté les inscriptions à la centaine de triplettes ! Ce sont donc 300 joyeux lurons qui ont rivalisé d’adresse à l’ombre des platanes de la célèbre place tropézienne. A plus de minuit, et au terme de joyeuses joutes, c’est l’équipe Besserat de Bellefon International, soutenue par de nombreux fans, qui a remporté le concours de boules : une belle prestation pour des joueurs partis de Reims le matin même à 6 heures ! l’équipage tropézien du X43 Pondoro, défait en finale, s’est vu remettre le Prix Champagne Besserat de Bellefon.

Ils étaient aux Voiles : Sébastien Audigane (Mariska), Luca Bassani (Magic Blue), Yvon Bourgnon, Brad Butterworth (Rambler), Jan Dekker (Rambler), Dimitri Deruelle (Team Vision), Michel Desjoyeaux (Jour de Fête), Jean-Pierre Dick (The Kid), Pietro d’Ali, Adrien Follin (Give me Five), German Frers (Fjord III), Torben Grael (Linnet), Sidney Gavignet (Stiren), Nicolas Hénard, Aubin Huber (Hermitage), Marc Lepesqueux, Philippe Monnet (Lys), Bruno Troublé (Chips), Loïck Peyron, Bruno Peyron (Eileen), Tom Whidden (Magic Carpet), Pierre Casiraghi (Tuiga), Sydney Gavignet (Stiren), Marc Pajot (French Kiss), Yves Pajot (Lys), Hamish Pepper (Lyra), Christopher Pratt (Lady First), Yann Quéffélec, Jochen Schulman (Magic Carpet), Nicolas Troussel (Daguet), Marcel van Triest (Magic Carpet), Armel Tripon (Black Legend), Tom Whidden (Magic Carpet)… et aussi… Catherine Chabaud, Eugene Riguidel, Yvon Fauconnier…

Ils ont dit : Tony Oller, Président de la Société Nautique de Saint-Tropez
« Une superbe semaine, avec des conditions météo très variées. L’avis général est unanime chez les marins, cette édition est une belle cuvée. Le nouveau village plait beaucoup. Il a été pensé et conçu dans une logique d’éco responsabilité. Les bois utilisés seront réutilisés pendant 3 ans. Nos partenaires, Rolex, BMW, sont ravis de cette démarche. Après une année de transition, j’ai vraiment pris les choses en main avec une super équipe car on ne peut rien faire seul. C’est beaucoup de stress, mais dès que le village est ouvert, l’événement ne nous appartient plus, il appartient aux marins. L’événement 2020 durera 15 jours, avec une semaine plus particulièrement dédiée aux gros bateaux. On y travaille avec l ‘Association Internationale des Maxi. Cela plait à nos partenaires. »

Georges Korhel, Principal race officer : « Tout le monde semble ravi ! Aucun problème particulier. Les régatiers ont bien compris que les Voiles, c’est une fête de la voile, et pas un championnat du monde. Pas de rappel général, pas de contact, pas de blessés… Tout le monde a respecté les consignes, et nous avons bien fonctionné avec le CROSS, les bénévoles, les régatiers… Je regrette juste que malgré des lignes de départ de plus d’un mille, les voiliers au-dessus de la ligne reviennent systématiquement sur la ligne, et créent des risques de contacts. On a eu une bonne météo, malgré deux jours de Mistral. On a régaté entre 8 et 18 noeuds. Très agréable ! Je suis ravi de mes équipes, mais aussi des spectateurs qui ont bien respecté nos zones de sécurité. Pour l’an prochain, on va faire les Voiles de Saint-Tropez en limitant les tailles des bateaux à 23 m, pour les Modernes, et on fera une deuxième semaine, avec les grand Modernes et les Grands Tradition. On fera ainsi des parcours adaptés à ces types de bateau, avec des arrivées et des départs devant le Portalet ! On se donne l’hiver pour y réfléchir avec nos partenaires. »

Martin Billoch – Cippino II vainqueur du Trophée Rolex « C’est certainement la plus belle édition des Voiles de Saint-Tropez à laquelle j’ai eu la chance de participer. Les conditions ont été très variées. Malgré nos prédispositions dans le petit temps nous avons tout de même réussi à tirer notre épingle du jeu dans la brise. Fjord III, notre sister-ship barré par l’architecte German Frers junior, a été un redoutable concurrent. Jour de fête a également été un adversaire coriace. Avec 18 bateaux dans cette classe, c’était une course dans la course et nous n’avons rien lâché. Nous sommes très honorés de remporter ce Trophée Rolex et surtout très reconnaissant que la marque mette ainsi notre catégorie à l’honneur. Nous allons maintenant ramener Cippino II en Argentine après une campagne en Europe de 4 années. Mais il est certain que nous reviendrons ici car cette édition a été magique ».

Résultats : Wally 1- Lyra 2- Galateia 3-Y3K IRC A 1 1-Velsheda -Barnaby Henshaw-Depledge 2- Rambler – George David 3- Leopard 3 – Samuel Wright IRCA 2 1- Kallima – Youri Loof 2- Umiko – Jacob Foale 3- Valkyrie -Hubert Wargny IRC A 3 1- Twin Soul B – Luciano Nandini 2- Flow – Clayton Deutsch 3- Wallyno – Benoit De Froidmont IRC A 4 1- Vesper – Jim Swartz 2- Ryokan 2 Olivier Lozachmeur 3- Jethou – Sir Peter Ogden IRC B 1- Solte – Vencer Hasip 2- Daguet2 – Frédéric Puzin 3- Music – Albert Bataille IRC C 1-Nanoq – Prince Ferderick 2- Rowdy 2 – Howard Dyer 3- Spirit of Malouen – Stéphane Névé. IRC D 1- Bella Donna – Jean Marie Gennari 2- Albator – Philippe Frantz 3- Vanessa- Patrizio Bertelli IRC E 1- Give me Five 555 – Adrien Follin 2- Topas – Harald Brunning 3- Heat – Ole Augustin IRC F 1- Camomille -Jean louis Nathan 2- Pitch – Patrice Ribaud 3- Aetos – Nikolaos Sinouris

TRADITION Classique Marconi A 1- Yanira – Pepe Negrete 2- St Christopher – Daria Cabai 3- Lys – Philippe Monnet Classique Marconi B 1- Stiren – Oren Nataf 2- Fantasque – Jacques Guillaume 3- Meterblick for fun – Otto Pohlmann Classique Marconi R 1- Il Moro di Venezia – Massimiliano Sferruzzi 2- Ikra – Nicolas Berenger 3- France – Pierre Bausset Epoque Aurique A 1- Olympian – Philippe Oddo 2- Marga – Alessandra Angelini 3- Chips – Sébastien Bazin Epoque Aurique B 1- Kismet – Richard Matthews 2- Viola – Fabien Desprées 3- Oriole – Juan Carlos Eguiagaray Epoque Marconi A 1- Seven seas – Marcus Kemp 2- Emilia Prima – Luigi Guarnacca 3- Manitou – Hamish Easton Epoque Marconi B 1- Cippino II – Daniel Sielecki 2- Fjord III – German Frers 3- Comet – William Woodward Fisher Epoque Marconi C 1- Sonda – Eric Leprince 2-Aloha – James Mc Elroy 3-  Java- Alexis Le pasteur Grand Tradition 1- Sumurun – Hugues Boulanger 2_ Mariska – Benjamin Redreau 3- Moonbeam of Fife – Erwan Noblet INVITES 1- Josephine – Marc Froeschke 2- Maria Giovanna II – Jean Pierre Sauvan 3- Windhover – Olivier Poulain

Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW LORO PIANA WALLY NORTH SAILS BESSERAT DE BELLEFON HOTEL BYBLOS AIR FRANCE MERCANTOUR EVENTS SUZUKI MARINE PORT DE SAINT-TROPEZ LES MARINES DE COGOLIN DERBEZ JARDINS CHEVALIER TORPEZ (LES VIGNOBLES DE SAINT TROPEZ) L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ SUPERVISION BRIG SUN 7 GRAPHIC OFFICE DE TOURISME FEDERATION FRANCAISE DE VOILE

 

Happy Birthday to Les Voiles!

06/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 6

Sumurun the ballet master
Cippino II triumphs at Les Voiles and wins the Rolex Trophy
Velsheda, Vesper, Solte merciless!
Prize-giving and awarding of the Trophies tomorrow, Sunday, at the Citadel at 11:00 hours

This Saturday saw yet another massive day of racing for the 300 competitors in this anniversary edition, the likes of which is only possible at Les Voiles de Saint-Tropez! Tomorrow, 4,000 sailors will come together at the village Citadel for the traditional prize-giving and one last opportunity to congratulate one another and recall the magical moments out on the water and celebrate this extraordinary and timeless festival… to which they are sure to return next year. Under the leadership of Georges Korhel, the Race Committees have skilfully managed to contend with a very varied forecast, that has included gales and zones of high pressure, to set the courses at the far side of the bay as far as Pampelonne and Cavalaire. Bathed in sunshine, these same, wonderful courses will be enough to see the racers’ appetites for close-contact racing and beautiful seascapes through to next year. On a competitive front, the changeable wind conditions throughout the week delighted the favourites in each group, Classic and Modern boats alike, and the list of winners for 2019 not surprisingly pays tribute to those yachts which have performed amazingly well throughout the season.

Big boats and large schooners The large gaff and Bermudan schooners are one of the main attractions here and there has been an abundance of them for this anniversary edition of Les Voiles de Saint-Tropez. Their races within the Grand Tradition group amazed even the most indifferent observers. First in line was the Fife-designed Bermudan ketch (1914), Sumurun, which underwent a fabulous renovation last year at the Guip yard in north-west Brittany, and really made her mark in this exceptional 20th anniversary edition. She triumphed by a whisker against a yacht that is a very familiar sight on the podiums of Saint Tropez, the 15mR Mariska. Though Elena of London, the immense (51m) gaff schooner built according to a Herreshoff design, has often gained the edge in elapsed time, on this occasion she had to bow down to the lightning speed posted by the gaff cutter Moonbeam IV (Fife 1914). However Black Swan (Nicholson 1899), Halloween (Fife 1926) and Tuiga (Fife 1909) won large as the most photographed yachts!

The sprint specialists! Two groups gathered together the gaffers in Saint Tropez. Among them the latest representatives of the sportier, more fine-tuned racing classes in their respective centuries. The P Class, the Q Class, the metre rule boats of 7, 8, 10 or 12 metres, the sloops, the cutters and the yawls… these are the true sprinters in this nautical jousting. Small, stocky and explosive, they are tough and supremely seaworthy. No swell is too steep, no chop is too short to discourage them. They put on a show throughout the week in the bay and topping the charts are Chips (P Class designed by Burgess in 1913), Olympian (P Class, William Gardner 1913), Viola (Fife 1908), Kismet (Fife 1898) and Oriole (Herreshoff 1905), all fabulous ambassadors for yachting, which have excelled for more than a century in their ability to combine style and performance.

Cippino II a cut above the rest at Saint Tropez The undisputed leader since the start of the week in the very coherent and very uniform group of Epoque Marconi Bs, a prestigious Rolex Trophy craft, the Bermudan sloop from Argentina, Cippino II, really made her presence felt in Saint Tropez. Two victories give emphasis to her superb week. Martin Billoch and his crew really got the best out of this Frers design, which excels in this type of day racing. Cippino II is a Bermudan sloop designed in 1948 by the Argentinean naval architect German Frers. She is a sistership to Fjord III. She began her career with a degree of success in Buenos Aires before being used exclusively for family cruising by her owner. In the noughties, her owner, Daniel Sielecki introduced her to the race circuit, first in Argentina and since 2017 in Europe, much to the delight of spectators and racers at Les Voiles.

Lyra Loves Les Voiles Lyra dominated play with real panache in the fantastic clash of the giant and majestic Wallys in Saint Tropez. Mike Atkinson’s Wally 77 posted two fine race victories to assure her domination against the formidable WallyCento Magic Carpet3 and Galateia. Indeed, by repeating her 2017 performance, she’s proven the true depth of her love for Les Voiles and its subtle playground.

Velsheda, Vesper, Solte et al… The huge fleet of Modern yachts racing at Les Voiles is divided up into 10 uniform groups, each determined by the boats’ respective measurement rules. The winners of each of these classes will be rightly celebrated tomorrow. This evening, it’s worth highlighting the stellar performances of those whose wake has coloured this anniversary edition. Perhaps we’ll start with the J Class Velsheda, which left her competition empty-handed after posting three wins. The Mini Maxi Vesper owned by American Jim Schwarz matched this performance in IRCA4. Nanoq, helmed by the Prince of Denmark, has also been utterly dominating IRC C. Solte, the Swan 53, which was the unlucky adversary of Ikra in the Club 55 Cup, can also take some consolation in nailing a grand slam in IRC B.

Fabrice Payen gives us the low-down on Ester Fabrice Payen, 50, spent nearly 20 years working as a captain in the Merchant Navy and as a professional skipper. Originally from Saint Malo in Brittany, he’s sailed a number of legendary boats and is a familiar face at Les Voiles. This week, he joined the crew of Ester, the hundred-year-old gaffer that was miraculously rescued from the Baltic after 30 years under the sea. Like Ester, Fabrice has overcome great odds to be here at Les Voiles today. Indeed, in 2012 in India, Fabrice suffered an horrific traffic accident. 4 years of operations ensued to no avail and he finally decided to undergo an amputation. Strangely freeing him of his suffering, he’s since taken the start of the Route du Rhum 2018 and is planning a second transatlantic race next year. Quite an inspiration then and he’s clearly enjoyed racing on Ester this week! “Ester has a massive potential for speed. She has a traditional rig on what is effectively a very modern hull. Like all classic yachts, she’s a character, a living, breathing person almost. I’m passionate about the history of these magnificent yachts, which are witnesses of the evolution in sailing. Ester is a spartan boat, which is still being fine-tuned after her restoration. Her flat bottom isn’t too fond of the choppy water here this week, but downwind she’s a luge thanks to a very high-peaked gaff rig. We won the first race here and Ester will quickly become a force to be reckoned with.”

Velsheda  The J Class yacht, Velsheda, was designed by Charles Ernest Nicholson and built in 1933 by the Camper and Nicholson yard in Gosport, UK. Extreme like all the J Class yachts, she has an LOA of 39.40m with a beam of 6.60m and a draught of 4.80m. She was built for the businessman William Lawrence Stephenson, founder member of the Woolworth’s chain, who named her after his three daughters: Velma, Sheila and Daphne. Between 1933 and 1936, she won numerous races. Ending up in the mud In 1984, Terry Brabant, rescued her and used her for charter with a steel mast and a simply restored interior. Still with no engine, he regularly sailed her along the south coast of the UK, occasionally going further afield to the Mediterranean and the Caribbean. Still being chartered back in the nineties, Velsheda ran aground on a beach on England’s East coast with the tide going out. Fortunately she was recovered without too much damage and is a very welcome addition to this anniversary edition of Les Voiles.

PROGRAMME Prize-giving for everyone  Sunday 6 October, from 11:00 hours

Sponsors of Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW LORO PIANA WALLY NORTH SAILS BASSERAT DE BELLEFON HOTEL BYBLOS AIR FRANCE MERCANTOUR EVENTS SUZUKI MARINE PORT OF SAINT TROPEZ LES MARINES DE COGOLIN DERBEZ JARDINS CHEVALIER TORPEZ (VINEYARDS OF SAINT TROPEZ) L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ SUPERVISION BRIG SUN 7 GRAPHIC TOURIST OFFICE FRENCH SAILING FEDERATION (FFV)

Joyeuses Voiles !

06/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 6

Sumurun en maitre de ballet
Cippino II triomphe aux Voiles et s’adjuge le Trophée Rolex
Velsheda, Vesper, Solte sans pitié !
Remise des Prix et des Trophées demain dimanche à la Citadelle à 11 heures

Encore une immense journée de régate au compteur des quelques 300 concurrents de l’édition anniversaire, de celles que seules les Voiles Saint-Tropez, depuis 20 ans, savent offrir sans modération autant aux passionnés qu’au public ! 4 000 marins se retrouveront demain à la Citadelle du village pour la traditionnelle remise des Prix, ultime occasion avant l’année prochaine de se congratuler, de se remémorer les instants magiques sur l’eau, et de célébrer cette fête hors norme et hors du temps passée comme un rêve. Les Comités de course placés sous la direction de Georges Korhel ont, avec leur adresse habituelle, su composer toute la semaine avec une météo des plus variées, entre coups de vent, et bulles anticycloniques, pour mouiller du fond du golfe jusqu’à Pampelonne et Cavalaire. De jolis parcours inondés de soleil, aptes à rassasier jusqu’à l’année prochaine l’appétit des régatiers pour la régate au contact et les beaux paysages marins. Côté sport, les conditions de vent changeantes relevées toute la semaine ont fait le bonheur des favoris dans chaque groupe concerné, Classiques comme Modernes, et le palmarès 2019 consacre sans grande surprise les voiliers décidément les plus performants tout au long de la saison.

Big boats et grandes goélettes
C’est l’un des principaux attraits, et ils sont nombreux, de l’édition anniversaire des Voiles de Saint-Tropez, la présence de grandes goélettes, auriques ou bermudiennes. Leurs régates au sein du groupe de Grand Tradition ont fait l’émerveillement des observateurs les plus blasés. Premier de cordée, à l’échelle des classements comme des prestations sportives en mer, le ketch bermudien signé Fife (1914), Sumurun, merveilleusement rénové l’an passé au chantier du Guip, aura marqué de son empreinte cette exceptionnelle édition des 20 ans. Il triomphe d’un souffle face à un grand habitué des podiums tropéziens, le 15 m JI Mariska. Si Elena of London, l’immense (51 mètres) goélette aurique construite sur plan Herreshoff, s’est souvent montrée à son avantage en temps réel, elle baisse pavillon face au véloce cotre aurique Moonbeam IV (Five 1914). Black Swan (Nicholson 1899), Halloween (Fife 1926), Tuiga, (Fife 1909) remportent tous les suffrages… au baromètre des voiliers les plus photographiés !

Les spécialistes du sprint !
Deux groupes rassemblent à Saint-Tropez les voiliers auriques. On y retrouve les derniers représentants des classes les plus sportives, les plus pointues en matière de régate de leurs siècles respectifs. P Class, Q Class, jauge métrique, 7, 8, 10 ou 12 mètres, sloops, cotres ou yawls… ils sont les sprinters de ces joutes nautiques. Petits, râblés, explosifs, ils sont durs au mal et à la mer. Nulle houle trop abrupte, nul clapot court ne les rebute. Ils ont fait le spectacle toute la semaine dans le golfe, et les « charts » souligneront les performances d’un Chips (P Class signé Burgess en 1913), Olympian (P Class, William Gardner 1913), Viola (Fife 1908), Kismet (Fife 1898) ou d’un Oriole (Herreshoff 1905), tous formidables ambassadeurs d’un yachting qui réussit depuis plus d’un siècle l’amalgame du style et de la performance.

Cippino II maître des horloges à Saint-Tropez
Leader incontesté depuis le début de la semaine dans le très cohérent et très homogène groupe des Epoque Marconi B, support du prestigieux Trophée Rolex, le sloop bermudien Argentin Cippino II a marqué Saint-Tropez de son empreinte. Deux victoires de manche scandent sa superbe semaine. Martin Billoch et son équipage ont tiré le meilleur parti de ce plan Frers taillé pour ce type d’épreuve à la journée.
Cippino II est un sloop bermudien dessiné en 1948 par l’architecte Argentin German Frers. Il est le sister-ship de Fjord III. Il a débuté sa carrière avec un certain succès à Buenos Aires avant d’être exclusivement utilisé par son propriétaire pour de la croisière en famille. Dans les années 2000, son propriétaire, Daniel Sielecki lui a fait intégrer le circuit des courses, d’abord en Argentine puis en Europe depuis 2017.

Lyra Aime les Voiles
Lyra s’impose avec panache dans le royal affrontement des géants et majestueux Wally à Saint-Tropez. Le Wally 77 de Mike Atkinson signe deux belles victoires de manche pour assoir sa domination face aux redoutables WallyCento Magic Carpet3 et Galateia. Il renouvelle sa performance de 2017 et prouve, si besoin était, son amour pour les Voiles et son subtil terrain de jeu.

Velsheda, Vesper, Solte et tous les autres…
L’immense flotte des voiliers Modernes présente aux Voiles est répartie en 10 groupes homogènes, déterminés par la jauge des bateaux. Ce sont donc les vainqueurs de chacune de ces classes qui seront fêtés demain. On a envie de souligner ce soir les performances de ceux qui ont marqué de leur sillage cette édition anniversaire. A commencer peut-être par le J Class Velsheda, qui n’aura rien laissé à sa concurrence, auteur de trois victoires. Le Mini Maxi Vesper à l’américain Jim Schwarz réalise la même performance en IRCA4. Nanoq est un voilier véritablement princier, barré par le Prince du Danemark, et qui a lui aussi régné sans partage en IRC C. Solte, le Swan 53 malheureux adversaire d’Ikra lors de la Club 55 Cup se console lui aussi en signant un grand chelem en IRC B.

Rouflaquettes
Selon le dictionnaire en ligne Wikipedia, le terme « rouflaquette » désigne historiquement des mèches de cheveux laissées pousser le long des tempes. La plupart du temps, elles prennent une forme d’accroche-cœur descendant jusqu’aux joues. À la mode en Europe de la fin du XVIII e siècle à la fin du XIX e siècle, cette coupe n’a pas réapparu depuis. Erreur ! elle revit à Saint -Tropez, et pour une très honorable raison, à bord du joli cotre aurique Viola (Fife). L’intégralité de l’équipage, capitaine et propriétaire inclus, naviguent en effet arborant ce très spectaculaire système pileux, en parfaite harmonie avec les 111 ans de leur navire, et tout cela en hommage à l’architecte de génie, William Fife III qui présida à la naissance du voilier, tout en affichant, mode du XIXème siècle oblige et bien qu’un poil suranné, ces élégants attributs capillaires.

Fabrice Payen parle d’Ester
Fabrice Payen, 50 ans, a travaillé pendant près de 20 ans en tant que capitaine de marine marchande et skipper de métier. Originaire de Saint-Malo, il a navigué sur des bateaux mythiques tels que Pen Duick III et Pen Duick VI, mais aussi Moonbeam, White Dolphins et même Le Renard, le bateau de Surcouf. Grand habitué des Voiles, il a intégré cette semaine l’équipage d’Ester, le voilier aurique centenaire miraculé d’un naufrage en mer Baltique dans les années 30
En 2012 en Inde, Fabrice et sa compagne ont un terrible accident de la route. Pendant près de 4 ans, Fabrice endure de nombreuses opérations sans succès jusqu’à sa prise de décision de se faire amputer. Malgré la difficulté de l’épreuve, Fabrice est au contraire « libéré » de ses souffrances lui qui ne rêve que d’une chose, retrouver la barre de son bateau. Avec l’appareillage d’un genou prothétique étanche, il reprend la navigation. C’est alors qu’il décide de se lancer dans un projet fou, participer à la Route du Rhum 2018 en multicoque et ainsi être le premier skipper handicapé à réaliser cet exploit. Un démâtage au bout de 4 jours de course met une fin provisoire à un rêve que le malouin poursuit, avec un programme élaboré en Multi 50 qui pourrait démarrer dès l’an prochain lors de the Transat ou Québec Saint Malo, de préférence avec un équipage comme lui à mobilité réduite, pour porter un message fort sur le handicap, visible ou invisible ! « Ester a un potentiel de vitesse énorme. C’est un gréement traditionnel sur une carène en définitive très moderne. Ester, comme tous ces voiliers Classiques, est un « personnage », une personne vivante. Je suis passionné par l’histoire de ces magnifiques voiliers, témoins de l’évolution de la voile. Ester est un bateau spartiate qui est toujours en phase de mise au point suite à sa restauration. Le plan d’eau très agité de Saint-Tropez ne nous aide pas et on s’arrête voir dans les vagues. Au portant, c’est une luge, grâce à son gréement aurique très apiqué. On a gagné la première manche ici et Ester va vite devenir très dangereux pour la concurrence. »

Un hommage, et un geste qui compte
Le photographe Laurent Rabé a réuni en un ouvrage haut de gamme près de 10 ans de présence aux Voiles de saint Tropez. Son livre consacré aux 20 ans des Voiles réuni le meilleur de son travail, en couleur comme en noir et blanc, imprimé sur papier argentine, et vendu numéroté et signé. 200 exemplaires seulement sont à la vente, au prix de 390 Euros, dont une partie des bénéfices est reversée à la SNSM. L’ouvrage compte 74 pages. « Cet ouvrage se veut intemporel, pas chronologique » explique Laurent. « Je pose un regard très graphique sur le spectacle des voiles, de la mer, des contrastes entre ciel et mer. J’ai le plus grand respect pour le travail des hommes de al SNSM, et j’ai tenu à associer l’hommage aux 20 ans des Voiles, à la mission de la SNSM… »

Catherine Chabaud est aux Voiles
Catherine Chabaud, la navigatrice et nouvelle députée Européenne, était des heures glorieuses de la Nioulargue dans les années 1990, travaillant aux côtés de Patrice de Colmont. « C’est là que j’ai débuté mon métier de journaliste » confie-t-elle, « Tout en naviguant la journée sur de beaux classiques, nous passions la nuit à écrire, imprimer et distribuer chaque matin un nouveau numéro du « quotidien de la Nioulargue » bi-lingue : une folie ! J’en garde des souvenirs précieux, d’amitié et de grands moments de partage. Je viens cette année en simple visiteur, pour le plaisir d’admirer les plus beaux voiliers du monde, et pour claquer la bise aux copains… »

Atlantic salue les Voiles
Présente dans le golfe toute la semaine, l’immense goélette a mêlé ses trois mâts et ses immenses voilures aux voiliers en course. Atlantic a été détentrice durant près de 75 ans du record de la traversée de l’Atlantique. Skippée par l’américain Charlie Barr, avec 50 hommes d’équipage, la goélette franche à trois mâts est entrée dans la légende en 1905, en traversant l’Atlantique Nord dans le cadre de la Kayzer’s Cup en 12 jours, 4 heures, 1 minute et 19 secondes, à une moyenne de 14,1 nœuds. Elle devait conserver ce record durant 75 ans. Sa fidèle réplique est venue ce soir, toutes voiles dehors et à toute allure saluer d’un long coup de corne les participants aux Voiles en train de s’amarrer à l’issue d’une belle journée de course. Tous les concurrents ont répondu à leur tour, créant une joyeuse et amicale symphonie de klaxon dans le port, prélude à une dernière soirée festive pour tous les équipages.

Velsheda
Le voilier de classe J, Velsheda a été conçu par Charles Ernest Nicholson et construit en 1933 par le chantier Camper and Nicholsons à Gosport, Hampshire (Royaume Uni).
Extrême comme tous les classe J, il mesure 39,40 mètres hors tout pour un maître-bau de 6,60 mètres, un tirant d’eau de 4,80 mètres. Il a été construit pour l’homme d’affaires William Stephenson-Laurent, propriétaire de la chaîne de magasins Woolworth’s qui le nomma ainsi en contractant les trois premières syllabes des prénoms de ses filles : Velma, Sheila and Daphne. Entre 1933 et 1936, il a remporté de nombreuses courses et a participé, avec d’autres grands yachts tels que Britannia, Endeavour et Shamrock V, à de nombreuses régates entre 1933 et 1936. Velsheda a été sauvé de son poste d’amarrage dans la boue en 1984 par Terry Brabant, qui réaménagea sommairement le voilier pour faire du charter avec mât en acier et un intérieur simplement restauré. Toujours sans moteur, il a navigué régulièrement le long de la côte du Sud du Royaume-Uni et, parfois, se hasarda en Méditerranée et aux Caraïbes. Il connut une carrière un peu mouvementée : au cours des années 1990, toujours en charter, Velsheda était sur la côte est de l’Angleterre et s’échoua sur une plage à marée descendante. Heureusement, il a pu être récupéré sans trop de dommages.

PROGRAMME
Pour tout le monde remise des prix
Dimanche 6 Octobre, à partir de 11 heures

Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez
ROLEX
BMW
LORO PIANA
WALLY
NORTH SAILS
BESSERAT DE BELLEFON
HOTEL BYBLOS
AIR FRANCE
MERCANTOUR EVENTS
SUZUKI MARINE
PORT DE SAINT-TROPEZ
LES MARINES DE COGOLIN
DERBEZ JARDINS
CHEVALIER TORPEZ (LES VIGNOBLES DE SAINT TROPEZ)
L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ
SUPERVISION
BRIG
SUN 7 GRAPHIC
OFFICE DE TOURISME
FEDERATION FRANCAISE DE VOILE