The splendours of our 20th anniversary!

06/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 6

The crowning of the champions to close this anniversary edition of Les Voiles
Prestigious Trophies for some flamboyant winners
See you in 2020 for a new twist on the racing programme…

Les Voiles de Saint-Tropez has certainly pulled out all the stops to celebrate their 20th anniversary over the past week! Glorious sunshine and all types of breeze resulted in some sumptuous races right up close to the enchanting shores of France’s Var region. 4,000 sailors and their array of 300 Modern and Classic craft will begin to troop back to their respective home ports from today, doubtless with a heavy heart at the prospect of having to wait a whole year until they can return to this magical and timeless festival of yachting in late September 2020. Before that though, they spent the whole day rightfully celebrating the winners at the traditional prize-giving held at the Citadel in Saint Tropez.

Sumurun by a nose The darlings of the general public and specialists alike, the classic or traditional boats are bunched into 11 groups in Saint Tropez according to their size, rig type and class measurement, with the aim of putting on a fair competition. To give honour where honour is due, in the group of Grands Traditions, Sumurun, the Bermudan ketch (Fife 1914) sailed brilliantly to finish just one point ahead of the 15mR Mariska (Fife 1908) after a series of races contested in all types of breezes. Moonbeam of Fife (Fife 1903) completes this podium. Among the breathtaking schooners, Elena of London, with an LOA in excess of 50m, bagged the title after winning all the races ahead of NaemaOrianda and Puritan.

Il Moro di Venezia among the 12mRs Three magnificent 12mRs, spanning a decade of the America’s Cup competition from the seventies, relished the racing in Saint Tropez. The Italians on Il Moro di Venezia took the win in corrected time, paying homage to second placed Ikra, which is always very quick whatever the conditions in the hands of top French racer Nicolas Bérenger, ahead of Pierre Bausset’s legendary France.

Yanira ahead of the curve The Bermudan cutter Yanira, built by the Danish naval architect Bjarne Aas and masterfully helmed by the Spaniard Pepe Negrete, took the main spoils in the Marconi A Classic group. Validating three races and as many victories despite some fierce competition, her rivals had to battle it out for the remaining podium places; Daria Cabal ultimately snatching second on the Bermudan cutter Saint Christopher (Sparkman&Stephens 1968) and Philippe Monnet and Yves Pajot’s Lys bagging third on Lys.
Stiren takes the title in the Group B Bermudan rigs The most recent winner of the Rhum category in the 2018 Route du Rhum, Sidney Gavignet sailed aboard the Bermudan yawl Stiren (Sparkman&Stephens 1963) this week. It proved to be a good call since he leaves Saint Tropez as champion thanks to two fine race victories. The Bermudan sloop O’Jala II put up some solid resistance by taking the win on Wednesday. Palynodie II, the 1962 Olin Stephens sloop earns herself another podium at Les Voiles.
Kismet dominates Viola Just as spectacular, the Group of Gaff Bs that gathers together a number of metre boats, all of which are over a hundred years old, witnessed a merciless battle between the season’s top three boats. In this way, Viola (Fife 1908), winner in Antibes and Cannes, had to make do with second place as she did in Monaco. Indeed, it’s Kismet (Fife 1898) which triumphs despite a great finish by Viola in the last race. Oriole (Herreshoff 1905), which is just as familiar with the top step of the podium, had to content herself with third.
Seven Seas of Porto dominates the group of large Bermudans The Epoque Marconi A group comprises ketches, yawls, schooners and Bermudan cutters of nearly 20m in length. It’s the 12mR Bermudan rig Seven Seas of Porto (Crane 1935) which dominated this very elegant group, finishing ahead of the Italian sloop Emilia Prima (Costaguta 1930) and the American yawl Manitou (Stephens 1937).
Cippino II does it again   In the very dense fleet of Epoque Marconi boats that features the 18 craft chosen as this year’s group to compete for the Rolex Trophy, it’s the 1949 Frers design Cippino II which has repeated her success at Monaco Classic Week. Only Blitzen (Sparkman&Stephens 1937) managed to challenge her domination by taking one win. Within this tough context, the Bermudan yawl penned by Stephens (1934) Stormy Weather of Cowes, secures a worthy third place.

Olympian… Olympic! Earning many admirers, the group comprising gaffers of 15 to 18m in length (the Epoque Gaffer A category), saw one of Saint Tropez’ regulars take the win: the Gardner (1913) P Class Olympian. Jostled about at the start of the week by Ester (Hellgren 1901), the gunter-rig sloop rescued from the Baltic, Olympian was unbeatable the rest of the week, getting the better of Marga (10m Lilljegren 1910) and Chips (P 13 Starling Burgess 1913). Aloha secures the win among the small “Epoque Marconis » James McElroy took victory aboard Aloha, a 1923 Bermudan R Class (Edson B. Schock), in a group comprising metre yachts and Bermudan yawls. It’s the 8m Sonda (MacGruer 1951), that takes second ahead of Java (Raymond Hunt 1938). Josephine the most consistent… For the old familiars that don’t fit into any Class Measurement at Les Voiles de Saint Tropez, there is a special ‘Guest’ category made up of 6 craft this year. It’s the Bermudan IOD Josephine (Bjarne Aas 1959) which posted the most consistent performance this week, making the podium every time. Maria Giovanna II (Olin Stephens 1969) is second ahead of Windhover (Luke 1904).

The curtain falls on the Mediterranean racing season for the Modern craft They make up the largest contingent of boat at Les Voiles, ranging from the futuristic Wallys and other Maxis, to the fine racer-cruisers, which are split into six IRC groups which have spent the week throwing themselves headlong into the racing, so treasured is victory in the bay within the context of Les Voiles. In Wally, Lyra confirmed her place as leader to take the BMW Trophy, ahead of Galateia, Magic Carpet3 and Y3K, the latter two tied on points. The IRC As were themselves split into 4 sub-groups comprising Superyachts, Maxis and Mini Maxis. The duel between the giants finally saw Velsheda get the edge within the context of the Loro Piana Trophy, designed to reward the best racer of over 24 metres. It’s also worth highlighting the success in IRCA 2 of the Swan 82 Kallima, the Italian Mylius 80 Twin SoulB in IRCA 3 and the Mini Maxi Vesper in the very elitist group of 72-footers. Solte, Genser Hasip’s Swan 53 has made a dazzling entrance at Les Voiles, taking the win in IRC B, a group of stellar 50-foot racers, getting the better of some of the event’s stalwarts, including the Mylius 50 Daguet 2 and Music, third this week. Another familiar crew at Les Voiles, in IRC C this time, was that of Prince Frederik of Denmark on the TP 52 Nanoq, which triumphed in a strong group of 35 craft. Second was the Cookson 52 Rowdy 2 and third the TP 52 Spirit of Malouen. 38 yachts crossed swords all week long off Pampelonne in IRC D. Victory went to the formidable Farr 40  Bella Donna, ahead of the French prototype Albatros, and the Italian Galinari Vanessa. The young prodigy in the multihull category, Adrien Follin, enjoyed a thundering finish at Les Voiles, snatching victory for the JPK Give me Five in IRC E. The Farr 30 Topas bags second place, followed by another Farr 30, this one German, Heat. Finally, the ‘small’ racers in the IRC F group, comprising the Modern Marconi Tofinous and Code 0s, saw the three Tofinous dominate the competition this year: Camomille 3, followed by Pitch and the German Tofinou Aetos.

The Trophies: Town of Saint Tropez Trophy: Nanoq – Prince Frederik of Denmark  Rolex Trophy: Cippino II – Daniel Sielecki Loro Piana Trophy: Velsheda – Rambler – Leopard 3   Yacht Club de France Trophy: Khayyam – Marc Lorgnon  BMW Trophy: Wally 77 Lyra – Terry Hui Club 55 Cup: Ikra   Centenary Trophy: Olympian IMA Mediterranean Inshore Challenge: Wallyno – Benoit de Froidmont  Maxi Friendly Challenge:  Leopard 3 – Samuel Wright. ISA Schooner Cup Series: Elena of London – Steven McLaren North Sails Trophy: Solte – Genser Hasip Torpez Trophy: Nanoq – Prince Frederik of Denmark    Suzuki Trophy: Bella Donna – Jean Marie Genneri Marines de Cogolin Trophy: Give me Five – Adrien Follin Air France Trophy: Sumurun – Hugues Boulanger SNSM Trophée: Kismet – Richard Matthews Bessarat de Bellefon Trophée: Seven Seas of Porto – Marcus Kemp Esprit Village Trophy: Yanira – Pepe Negrete Mercantour Trophy: Stiren – Oren Nataf Crew procession: Frogfoot Bowls competition: Pondoro The Yacht Club de France’s Autumn Cup: Pitch – Patrice Riboux

Quotes: Tony Oller, President of the Société Nautique de Saint-Tropez “It’s been a fantastic week with some very varied weather conditions. The sailors are unanimous in their opinion that this edition has been a very fine vintage. The new village has been very popular. It was imagined and designed with a view to being eco-friendly, the wood being reused for 3 years. Our partners, Rolex, BMW, are delighted by this approach. After a transition year, I feel as if I’ve really got things in hand with a fabulous team behind me, because you can’t do it on your own. It’s very stressful, but as soon as the village is open, the event is no longer ours, it belongs to the sailors. The 2020 event will last 15 days, with one week dedicated more to the big boats. We’re working with the International Maxi Association on this and it really appeals to our partners.”

Georges Korhel, Principal Race Officer: “Everyone seems to be delighted! We had no particular problems to report. The racers have grasped the fact that Les Voiles is a festival of sailing and not a world championship. There were no general recalls, no actual contact and no injuries… Everyone adhered to the instructions and we worked well with the rescue services, the volunteers and the racers… My only regret is that despite start lines spanning over a mile, those boats which were over the line systematically came back to cross the line again, increasing the risk of contact. We had great weather, despite two days of Mistral. We got the boats racing at between 8 and 18 knots, which is very pleasant! I’m delighted with my teams, as well as the spectators who fully respected our safety zones. For next year, we’ll run Les Voiles de Saint-Tropez with a size limit of 23m for the Modern boats, and we’ll have a second week of competition with the large Modern craft and Grands Tradition. In this way, we’ll have courses suited to these types of boat, with starts and finishes off Portalet! We’re giving ourselves the winter to reflect on it with our partners.” 

Martin Billoch – Cippino II winner of the Rolex Trophy “Without doubt it’s the finest edition of Les Voiles de Saint-Tropez I’ve had the chance to participate in. Conditions have been very varied. Despite the fact that we favour the light airs, we still managed to bring our A game in the breezy conditions. Fjord III, our sistership helmed by the naval architect German Frers junior, was a formidable opponent, as was Jour de Fête. With 18 boats in this class, it was a race within a race and we just kept applying the pressure. We’re very honoured to win this Rolex Trophy and above all we’re very grateful that the brand is honouring our category in this way. We’re now going to get Cippino II back to Argentina after a 4-year European campaign. However, we’ll definitely be back as this edition has been magical”.

Results: Wally 1- Lyra 2- Galateia 3- Y3K IRC A 1 1-Velsheda – Barnaby Henshaw-Depledge 2- Rambler – George David 3- Leopard 3 – Samuel Wright IRCA 2 1- Kallima – Youri Loof 2- Umiko – Jacob Foale 3- Valkyrie – Hubert Wargny IRC A 3 1- Twin Soul B – Luciano Nandini 2- Flow – Clayton Deutsch 3- Wallyno – Benoit De Froidmont IRC A 4 1- Vesper – Jim Swartz 2- Ryokan 2 Olivier Lozachmeur 3- Jethou – Sir Peter Ogden  IRC B 1- Solte – Vencer Hasip 2- Daguet2 – Frédéric Puzin 3- Music – Albert Bataille IRC C 1-Nanoq – Prince Ferderick 2- Rowdy 2 – Howard Dyer 3- Spirit of Malouen – Stéphane Névé. IRC D 1- Bella Donna – Jean Marie Gennari 2- Albator – Philippe Frantz 3- Vanessa – Patrizio Bertelli IRC E 1- Give me Five 555 – Adrien Follin 2- Topas – Harald Brunning 3- Heat – Ole Augustin IRC F 1- Camomille – Jean Louis Nathan 2- Pitch – Patrice Ribaud 3- Aetos – Nikolaos Sinouris

TRADITION  Marconi A Classic 1- Yanira – Pepe Negrete 2- St Christopher – Daria Cabai 3- Lys – Philippe Monnet Marconi B Classic 1- Stiren – Oren Nataf 2- Fantasque – Jacques Guillaume 3- Meterblick for fun – Otto Pohlmann Marconi R Classic 1- Il Moro di Venezia – Massimiliano Sferruzzi 2- Ikra – Nicolas Berenger 3- France – Pierre Bausset Epoque Gaff A 1- Olympian – Philippe Oddo 2- Marga – Alessandra Angelini 3- Chips – Sébastien Bazin Epoque Gaff B 1- Kismet – Richard Matthews 2- Viola – Fabien Desprées 3- Oriole – Juan Carlos Eguiagaray Epoque Marconi A 1- Seven seas – Marcus Kemp 2- Emilia Prima – Luigi Guarnacca 3- Manitou – Hamish Easton Epoque Marconi B 1- Cippino II – Daniel Sielecki 2- Fjord III – German Frers 3- Comet – William Woodward Fisher Epoque Marconi C 1- Sonda – Eric Leprince 2-Aloha – James Mc Elroy 3-  Java- Alexis Le Pasteur Grand Tradition 1- Sumurun – Hugues Boulanger 2_ Mariska – Benjamin Redreau 3- Moonbeam of Fife – Erwan Noblet GUESTS 1- Josephine – Marc Froeschke 2- Maria Giovanna II – Jean Pierre Sauvan 3- Windhover – Olivier Poulain

Sponsors of Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW LORO PIANA WALLY NORTH SAILS BESSERAT DE BELLEFON HOTEL BYBLOS AIR FRANCE MERCANTOUR EVENTS SUZUKI MARINE PORT OF SAINT TROPEZ LES MARINES DE COGOLIN DERBEZ JARDINS CHEVALIER TORPEZ (VINEYARDS OF SAINT TROPEZ) L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ SUPERVISION BRIG SUN 7 GRAPHIC TOURIST OFFICE FRENCH SAILING FEDERATION (FFV)

 

Les splendeurs de nos 20 ans !

06/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 7, prizegiving

Le sacre des champions en clôture de l’édition anniversaire des Voiles
Prestigieux Trophées pour flamboyants vainqueurs
Rendez vous en 2020 pour une formule renouvelée…
Les Voiles de Saint-Tropez n’ont pas lésiné, ni sur les moyens, ni sur l’enthousiasme pour célébrer, toute cette longue et radieuse semaine, leurs 20 ans !  La météo y est allée de son ensoleillement maximum et le dieu Eole lui-même s’est manifesté sous toutes ses formes pour permettre la tenue de régates somptueuses au plus près des rivages enchanteurs de la côte varoise. 4 000 marins et leurs quelques 300 embarcations Modernes ou Classiques repartent à compter d’aujourd’hui vers leurs ports d’attache, éblouis de tant de splendeur, le cœur un peu serré sûrement à l’idée de devoir désormais patienter toute une année avant de renouer, comme à l’accoutumée, fin septembre 2020, avec la magie d’un yachting décidément intemporel. Mais avant cela, ils ont, toute cette journée, fêtés comme il se doit les lauréats de cette grande semaine sportive, à l’occasion de la traditionnelle remise des Prix tenues à la Citadelle de Saint-Tropez.

Sumurun d’un souffle
Chéris du grand public comme des spécialistes, les voiliers classiques ou de tradition sont à Saint Tropez réunis en 11 groupes déterminés en fonction des tailles, des types de gréement et de la jauge de bateaux, dans le but d’offrir à chaque concurrent un maximum d’équité en course. A tout seigneur tout honneur, dans le groupe des Grands Traditions, Sumurun, le ketch Bermudien (Fife 1914) s’impose magistralement et dame le pion au 15 m JI Mariska (Fife 1908) pour un petit point au terme des manches disputées dans tous les styles de vent. Moonbeam of Fife (Fife 1903) complète ce podium. Du côté des époustouflantes goélettes, c’est Elena of London – qui dépasse les 50 mètres hors-tout – qui décroche le titre en remportant toutes les manches devant Naema, Orianda et Puritan.
Il Moro di Venezia chez les 12 m J
Trois magnifiques 12 m J, couvrant une décennie de la Coupe de l’America des années 70 ont régaté avec bonheur à Saint-Tropez. Les Italiens d’Il Moro di Venezia s’imposent en temps compensé et rendent un hommage appuyé à leur dauphin Ikra, toujours aussi véloce quelles que soient les conditions aux mains de Nicolas Bérenger, devant le très mythique France de Pierre Bausset. Yanira sans égale Le cotre Bermudien Yanira, construit par l’architecte danois Bjarne Aas et piloté de main de maître par l’espagnol Pepe Negrete, n’aura laissé que des miettes à ses rivaux du groupe Classique Marconi A. Trois manches validées, et autant de victoires face à de redoutables clients qui doivent ce matin se contenter des deux marches du podium, la deuxième pour Daria Cabal sur le cotre bermudien Saint Christopher (Sparksman&Stephens 1968) et le Lys de Philippe Monnet et Yves Pajot.
A Stiren le titre chez les Bermudiens Groupe B
Le dernier vainqueur catégorie Rhum de la Route du Rhum Sidney Gavignet, avait, cette semaine posé son sac à bord du yawl Bermudien Stiren (Sparksman&Stephens 1963). Bien lui en a pris puisqu’il repart de Saint-Tropez en vainqueur, avec deux belles victoires de manche. Le sloop Bermudien O’Jala II a offert une belle résistance en s’imposant mercredi dernier. Palynodie II, le sloop Olin Stephens de 1962 signe un nouveau podium aux Voiles.
Kismet domine Viola Tout aussi spectaculaire, le Groupe des Aurique B qui rassemble nombre de métriques tous centenaires, a vu un affrontement sans merci entre trois des voiliers les plus dominateurs de la saison. Ainsi Viola (Fife 1908), vainqueur à Antibes et Cannes, doit-il, comme à Monaco, se contenter d’une deuxième place. C’est Kismet (Fife 1898) qui s’impose malgré le beau finish de Viola lors de la dernière manche. Oriole (Herreshoff 1905), lui aussi adepte de la plus haute marche du podium, se contente cette année de la troisième place.

Seven seas of Porto domine les grands bermudiens Le groupe Epoque Marconi A rassemble ketch, yawls, goélettes et cotres bermudien de près de 20 mètres. C’est le 12 m JO Bermudien Seven Seas of Porto (Crane 1935) qui domine ce très élégant groupe, devançant le sloop Italien Emilia Prima (Costaguta 1930) et le Yawl américain chargé d’histoire Manitou (Stephens 1937).

Cippino II récidive  En Epoque Marconi, flotte très dense qui regroupe pas moins de 18 unités au sein de la catégorie choisie cette année pour servir de support au Trophée Rolex, c’est le plan Frers de 1949 Cippino II qui renouvelle son succès de la Monaco Classic Week, et qui va rentrer en Argentine couronné des trophées Tropéziens. Seul Blitzen (Sparksman&Stephens 1937) est parvenu à une seule reprise à contester sa domination. Le yawl bermudien signé Stephens (1934) Stormy Weather of Cowes est dans ce contexte un valeureux troisième.

Olympian… olympique ! Groupe toujours aussi agréable à admirer, composé de belles unités auriques de 15 à 18 mètres de long, la catégorie Epoque Aurique A sourit cette année à un bel habitué des podiums Tropéziens, le P Class signé Gardner (1913) Olympian. Bousculé en début de semaine par Ester, le sloop Houari rescapé de la baltique (Hellgren 1901), Olympian s’est ensuite montré intraitable tout le restant de la semaine, pour dominer logiquement Marga (10 m Lilljegren 1910) et Chips (P 13 Starling Burgess 1913).

Aloha vainqueur chez les « petits Epoque marconi » James Mc Elroy l’emporte à bord de Aloha, un R Class bermudien de 1923 (Edson B. Schock), dans ce groupe où l’on retrouve des métriques et des yawls Bermudiens. C’est le 8 m Sonda (Mac Gruer 1951) qui prend la deuxième place, devant Java (Raymond Hunt 1938).

Josephine le plus régulier… Parmi les nombreux groupes, classes, jauges et gréements qui naviguent aux Voiles de Saint-Tropez figure également le groupe « invités ». Fort de 6 unités, cette catégorie rassemble des voiliers habitués des Voiles, mais hors gabarit. C’est le IOD Bermudien Josephine (Bjarne Aas 1959) qui s’est montré le plus régulier de la semaine, ne récoltant que victoires et accessits.  Maria Giovanna II (Olin Stephens 1969) est deuxième, devant Windhover (Luke 1904).

Les Modernes baissent le rideau de leur saison de régate en Méditerranée
Ils composent le plus gros contingent de bateaux aux Voiles, les voiliers Modernes, des futuristes Wally et autres Maxis, aux fins racers-cruisers sont réunis en six groupes IRC. Toute la semaine, ils se sont lancés à corps perdu dans des joutes à couteaux tirés, tant est valorisante la victoire dans le golfe et dans le cadre des Voiles. En Wally, Lyra confirme sa place de leader et décroche le Trophée BMW, devant Galateia suivi de Magic Carpet3 et Y3K, tous deux à égalité de points. Les IRC A étaient eux-mêmes divisés en 4 sous-groupes rassemblant Super-yachts, Maxis et Mini Maxis. Le duel des géants a tourné à l’avantage de Velsheda dans le cadre du Trophée Loro Piana, destiné à récompenser le meilleur racer de plus de 24 mètres. On soulignera les succès en IRCA 2 du Swan 82 Kallima, du Mylius 80 italien Twin SoulB en IRCA 3 et du Mini Maxi Vesper dans le très élitiste groupe des 72 pieds. Solte, le Swan 53 de Genser Hasip fait une entrée tonitruante aux Voiles en s’imposant en IRC B, groupe des toniques racers de 50 pieds.  Il dame le pion aux grands habitués comme le Mylius 50 Daguet 2 ou Music, troisième de la semaine. Autre habitué des Voiles, en IRC C cette fois, le TP 52 du Prince Frederik du Danemark, Nanoq, qui triomphe d’un  groupe fort de 35 unités. Il est suivi sur le podium du Cookson 52 Rowdy 2, et du TP 52 Spirit of Malouen. 38 voiliers ont croisé le fer toute la semaine au large de Pampelonne en IRC D. Victoire du redoutable et redouté Farr 40  Bella Donna, devant le proto Français Albatros, et le Galinari Italien Vanessa. Le jeune prodige en multicoque Adrien Follin signe aussi une arrivée tonitruante aux Voiles en menant à la victoire des IRC E le JPK Give me Five. Le Farr 30 Topas prend la deuxième place, suivi d’un autre Farr 30, allemand celui là, Heat. Enfin, les « petits » racers du groupe IRC F, composé de Marconi Modernes Tofinou et Code 0, a été cette année dominé par trois Tofinou : Camomille 3, suivi de Pitch, et le Tofinou allemand Aetos.

Les Trophées : Trophée de la Ville de Saint-Tropez : Nanoq – Prince Frederik du Danemark Trophée Rolex : Cippino II – Daniel Sielecki Trophée Loro Piana : Velsheda – Rambler – Leopard 3   Trophée du Yacht Club de France : Khayyam – Marc Lorgnon Trophée BMW : Wally 77 Lyra – Terry Hui Ima Mediterranean Inshore Challenge : Wallyno – Benoit de Froidmont Maxi Friendly Challenge :  Leopard 3 – Samuel Wright. ISA Schooner Cup Series : Elena of London – Steven Mc Laren Trophée North Sails : Solte – Genser Hasip Trophée Torpez : Nanoq– Prince Frederik du Danemark   Trophée Suzuki : Bella Donna – Jean Marie Genneri Trophée Marines de Cogolin : Give me Five – Adrien Follin Trophée Air France : Sumurun – Hugues Boulanger Trophée SNSM : Kismet – Richard Matthews Trophée Bessarat de Bellefon : Seven Seas of Porto – Marcus Kemp Trophée Esprit Village : Yanira – Pepe Negrete Trophée Mercantour : Stiren – Oren Nataf Défilé des équipages : Frogfoot Concours de boules : Pondoro Coupe d’automne du Yacht Club de France : Pitch – Patrice Riboux

Ikra rajoute son nom au palmarès de la Club 55 Cup
Déjà vainqueur lors du renouveau de ce Trophée si fortement évocateur de la création de la Nioulargue, en 2003 et 2004, le 12 m JI Ikra va graver une nouvel fois son nom au palmarès 2019. Il s’est imposé sur ce tumultueux trajet entre le Portalet, la Nioulargue et Pampelonne, dans la petite brise et sur le clapot tonique qui baignaient la sortie du golfe, à son challenger du jour, le Swan 53 Solte. Les équipages ont sacrifié à la tradition et ont joyeusement déjeuné chez Patrice de Colmont, initiateur en 1981 d’un challenge désormais entré dans la légende de Saint-Tropez.

Olympian s’adjuge d’un souffle le Trophée des Centenaires !
A l’instigation du Yacht Club de Gstaad, ils étaient 25 voiliers centenaires, de toutes tailles et de tous types de gréements, à concourir pour cette 9ème édition du Gstaad Yacht Club Centenary Trophy. Selon le principe de la « Pursuit race » accepté des concurrents, chaque voilier s’élançait peu après 13 heures depuis le Portalet, dans un vent modéré de Sud Est, pour un parcours de 17 milles nautiques vers la Nioulargue et retour. C’est Lulu, cotre aurique signé Texier en 1897, avec sa longueur hors-tout de 11,43 m, qui était le premier à prendre le départ, suivi 11 minutes plus tard de Viola (Fife 1908). C’est le très majestueux Moonbeam IV (Fife 1914) qui fermait la ligne des centenaires 37 minutes plus tard. Au terme de 2 heures de pur bonheur, c’est Olympian, le P Class lancé en 1913 sur plan William Gardner qui vient inscrire son nom au Trophée. Il devance d’un souffle Viola, pourtant intouchable cette année sur le circuit Méditerranéen, et Chips, l’autre P Class signé Burgess.

Participation record au concours de boules
Héritage direct des folles années de la Nioulargue, le concours de boules Place des Lices a attiré mercredi soir un nombre record d’équipages. Quelque peu dépassés, les organisateurs ont arrêté les inscriptions à la centaine de triplettes ! Ce sont donc 300 joyeux lurons qui ont rivalisé d’adresse à l’ombre des platanes de la célèbre place tropézienne. A plus de minuit, et au terme de joyeuses joutes, c’est l’équipe Besserat de Bellefon International, soutenue par de nombreux fans, qui a remporté le concours de boules : une belle prestation pour des joueurs partis de Reims le matin même à 6 heures ! l’équipage tropézien du X43 Pondoro, défait en finale, s’est vu remettre le Prix Champagne Besserat de Bellefon.

Ils étaient aux Voiles : Sébastien Audigane (Mariska), Luca Bassani (Magic Blue), Yvon Bourgnon, Brad Butterworth (Rambler), Jan Dekker (Rambler), Dimitri Deruelle (Team Vision), Michel Desjoyeaux (Jour de Fête), Jean-Pierre Dick (The Kid), Pietro d’Ali, Adrien Follin (Give me Five), German Frers (Fjord III), Torben Grael (Linnet), Sidney Gavignet (Stiren), Nicolas Hénard, Aubin Huber (Hermitage), Marc Lepesqueux, Philippe Monnet (Lys), Bruno Troublé (Chips), Loïck Peyron, Bruno Peyron (Eileen), Tom Whidden (Magic Carpet), Pierre Casiraghi (Tuiga), Sydney Gavignet (Stiren), Marc Pajot (French Kiss), Yves Pajot (Lys), Hamish Pepper (Lyra), Christopher Pratt (Lady First), Yann Quéffélec, Jochen Schulman (Magic Carpet), Nicolas Troussel (Daguet), Marcel van Triest (Magic Carpet), Armel Tripon (Black Legend), Tom Whidden (Magic Carpet)… et aussi… Catherine Chabaud, Eugene Riguidel, Yvon Fauconnier…

Ils ont dit : Tony Oller, Président de la Société Nautique de Saint-Tropez
« Une superbe semaine, avec des conditions météo très variées. L’avis général est unanime chez les marins, cette édition est une belle cuvée. Le nouveau village plait beaucoup. Il a été pensé et conçu dans une logique d’éco responsabilité. Les bois utilisés seront réutilisés pendant 3 ans. Nos partenaires, Rolex, BMW, sont ravis de cette démarche. Après une année de transition, j’ai vraiment pris les choses en main avec une super équipe car on ne peut rien faire seul. C’est beaucoup de stress, mais dès que le village est ouvert, l’événement ne nous appartient plus, il appartient aux marins. L’événement 2020 durera 15 jours, avec une semaine plus particulièrement dédiée aux gros bateaux. On y travaille avec l ‘Association Internationale des Maxi. Cela plait à nos partenaires. »

Georges Korhel, Principal race officer : « Tout le monde semble ravi ! Aucun problème particulier. Les régatiers ont bien compris que les Voiles, c’est une fête de la voile, et pas un championnat du monde. Pas de rappel général, pas de contact, pas de blessés… Tout le monde a respecté les consignes, et nous avons bien fonctionné avec le CROSS, les bénévoles, les régatiers… Je regrette juste que malgré des lignes de départ de plus d’un mille, les voiliers au-dessus de la ligne reviennent systématiquement sur la ligne, et créent des risques de contacts. On a eu une bonne météo, malgré deux jours de Mistral. On a régaté entre 8 et 18 noeuds. Très agréable ! Je suis ravi de mes équipes, mais aussi des spectateurs qui ont bien respecté nos zones de sécurité. Pour l’an prochain, on va faire les Voiles de Saint-Tropez en limitant les tailles des bateaux à 23 m, pour les Modernes, et on fera une deuxième semaine, avec les grand Modernes et les Grands Tradition. On fera ainsi des parcours adaptés à ces types de bateau, avec des arrivées et des départs devant le Portalet ! On se donne l’hiver pour y réfléchir avec nos partenaires. »

Martin Billoch – Cippino II vainqueur du Trophée Rolex « C’est certainement la plus belle édition des Voiles de Saint-Tropez à laquelle j’ai eu la chance de participer. Les conditions ont été très variées. Malgré nos prédispositions dans le petit temps nous avons tout de même réussi à tirer notre épingle du jeu dans la brise. Fjord III, notre sister-ship barré par l’architecte German Frers junior, a été un redoutable concurrent. Jour de fête a également été un adversaire coriace. Avec 18 bateaux dans cette classe, c’était une course dans la course et nous n’avons rien lâché. Nous sommes très honorés de remporter ce Trophée Rolex et surtout très reconnaissant que la marque mette ainsi notre catégorie à l’honneur. Nous allons maintenant ramener Cippino II en Argentine après une campagne en Europe de 4 années. Mais il est certain que nous reviendrons ici car cette édition a été magique ».

Résultats : Wally 1- Lyra 2- Galateia 3-Y3K IRC A 1 1-Velsheda -Barnaby Henshaw-Depledge 2- Rambler – George David 3- Leopard 3 – Samuel Wright IRCA 2 1- Kallima – Youri Loof 2- Umiko – Jacob Foale 3- Valkyrie -Hubert Wargny IRC A 3 1- Twin Soul B – Luciano Nandini 2- Flow – Clayton Deutsch 3- Wallyno – Benoit De Froidmont IRC A 4 1- Vesper – Jim Swartz 2- Ryokan 2 Olivier Lozachmeur 3- Jethou – Sir Peter Ogden IRC B 1- Solte – Vencer Hasip 2- Daguet2 – Frédéric Puzin 3- Music – Albert Bataille IRC C 1-Nanoq – Prince Ferderick 2- Rowdy 2 – Howard Dyer 3- Spirit of Malouen – Stéphane Névé. IRC D 1- Bella Donna – Jean Marie Gennari 2- Albator – Philippe Frantz 3- Vanessa- Patrizio Bertelli IRC E 1- Give me Five 555 – Adrien Follin 2- Topas – Harald Brunning 3- Heat – Ole Augustin IRC F 1- Camomille -Jean louis Nathan 2- Pitch – Patrice Ribaud 3- Aetos – Nikolaos Sinouris

TRADITION Classique Marconi A 1- Yanira – Pepe Negrete 2- St Christopher – Daria Cabai 3- Lys – Philippe Monnet Classique Marconi B 1- Stiren – Oren Nataf 2- Fantasque – Jacques Guillaume 3- Meterblick for fun – Otto Pohlmann Classique Marconi R 1- Il Moro di Venezia – Massimiliano Sferruzzi 2- Ikra – Nicolas Berenger 3- France – Pierre Bausset Epoque Aurique A 1- Olympian – Philippe Oddo 2- Marga – Alessandra Angelini 3- Chips – Sébastien Bazin Epoque Aurique B 1- Kismet – Richard Matthews 2- Viola – Fabien Desprées 3- Oriole – Juan Carlos Eguiagaray Epoque Marconi A 1- Seven seas – Marcus Kemp 2- Emilia Prima – Luigi Guarnacca 3- Manitou – Hamish Easton Epoque Marconi B 1- Cippino II – Daniel Sielecki 2- Fjord III – German Frers 3- Comet – William Woodward Fisher Epoque Marconi C 1- Sonda – Eric Leprince 2-Aloha – James Mc Elroy 3-  Java- Alexis Le pasteur Grand Tradition 1- Sumurun – Hugues Boulanger 2_ Mariska – Benjamin Redreau 3- Moonbeam of Fife – Erwan Noblet INVITES 1- Josephine – Marc Froeschke 2- Maria Giovanna II – Jean Pierre Sauvan 3- Windhover – Olivier Poulain

Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW LORO PIANA WALLY NORTH SAILS BESSERAT DE BELLEFON HOTEL BYBLOS AIR FRANCE MERCANTOUR EVENTS SUZUKI MARINE PORT DE SAINT-TROPEZ LES MARINES DE COGOLIN DERBEZ JARDINS CHEVALIER TORPEZ (LES VIGNOBLES DE SAINT TROPEZ) L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ SUPERVISION BRIG SUN 7 GRAPHIC OFFICE DE TOURISME FEDERATION FRANCAISE DE VOILE

 

Happy Birthday to Les Voiles!

06/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 6

Sumurun the ballet master
Cippino II triumphs at Les Voiles and wins the Rolex Trophy
Velsheda, Vesper, Solte merciless!
Prize-giving and awarding of the Trophies tomorrow, Sunday, at the Citadel at 11:00 hours

This Saturday saw yet another massive day of racing for the 300 competitors in this anniversary edition, the likes of which is only possible at Les Voiles de Saint-Tropez! Tomorrow, 4,000 sailors will come together at the village Citadel for the traditional prize-giving and one last opportunity to congratulate one another and recall the magical moments out on the water and celebrate this extraordinary and timeless festival… to which they are sure to return next year. Under the leadership of Georges Korhel, the Race Committees have skilfully managed to contend with a very varied forecast, that has included gales and zones of high pressure, to set the courses at the far side of the bay as far as Pampelonne and Cavalaire. Bathed in sunshine, these same, wonderful courses will be enough to see the racers’ appetites for close-contact racing and beautiful seascapes through to next year. On a competitive front, the changeable wind conditions throughout the week delighted the favourites in each group, Classic and Modern boats alike, and the list of winners for 2019 not surprisingly pays tribute to those yachts which have performed amazingly well throughout the season.

Big boats and large schooners The large gaff and Bermudan schooners are one of the main attractions here and there has been an abundance of them for this anniversary edition of Les Voiles de Saint-Tropez. Their races within the Grand Tradition group amazed even the most indifferent observers. First in line was the Fife-designed Bermudan ketch (1914), Sumurun, which underwent a fabulous renovation last year at the Guip yard in north-west Brittany, and really made her mark in this exceptional 20th anniversary edition. She triumphed by a whisker against a yacht that is a very familiar sight on the podiums of Saint Tropez, the 15mR Mariska. Though Elena of London, the immense (51m) gaff schooner built according to a Herreshoff design, has often gained the edge in elapsed time, on this occasion she had to bow down to the lightning speed posted by the gaff cutter Moonbeam IV (Fife 1914). However Black Swan (Nicholson 1899), Halloween (Fife 1926) and Tuiga (Fife 1909) won large as the most photographed yachts!

The sprint specialists! Two groups gathered together the gaffers in Saint Tropez. Among them the latest representatives of the sportier, more fine-tuned racing classes in their respective centuries. The P Class, the Q Class, the metre rule boats of 7, 8, 10 or 12 metres, the sloops, the cutters and the yawls… these are the true sprinters in this nautical jousting. Small, stocky and explosive, they are tough and supremely seaworthy. No swell is too steep, no chop is too short to discourage them. They put on a show throughout the week in the bay and topping the charts are Chips (P Class designed by Burgess in 1913), Olympian (P Class, William Gardner 1913), Viola (Fife 1908), Kismet (Fife 1898) and Oriole (Herreshoff 1905), all fabulous ambassadors for yachting, which have excelled for more than a century in their ability to combine style and performance.

Cippino II a cut above the rest at Saint Tropez The undisputed leader since the start of the week in the very coherent and very uniform group of Epoque Marconi Bs, a prestigious Rolex Trophy craft, the Bermudan sloop from Argentina, Cippino II, really made her presence felt in Saint Tropez. Two victories give emphasis to her superb week. Martin Billoch and his crew really got the best out of this Frers design, which excels in this type of day racing. Cippino II is a Bermudan sloop designed in 1948 by the Argentinean naval architect German Frers. She is a sistership to Fjord III. She began her career with a degree of success in Buenos Aires before being used exclusively for family cruising by her owner. In the noughties, her owner, Daniel Sielecki introduced her to the race circuit, first in Argentina and since 2017 in Europe, much to the delight of spectators and racers at Les Voiles.

Lyra Loves Les Voiles Lyra dominated play with real panache in the fantastic clash of the giant and majestic Wallys in Saint Tropez. Mike Atkinson’s Wally 77 posted two fine race victories to assure her domination against the formidable WallyCento Magic Carpet3 and Galateia. Indeed, by repeating her 2017 performance, she’s proven the true depth of her love for Les Voiles and its subtle playground.

Velsheda, Vesper, Solte et al… The huge fleet of Modern yachts racing at Les Voiles is divided up into 10 uniform groups, each determined by the boats’ respective measurement rules. The winners of each of these classes will be rightly celebrated tomorrow. This evening, it’s worth highlighting the stellar performances of those whose wake has coloured this anniversary edition. Perhaps we’ll start with the J Class Velsheda, which left her competition empty-handed after posting three wins. The Mini Maxi Vesper owned by American Jim Schwarz matched this performance in IRCA4. Nanoq, helmed by the Prince of Denmark, has also been utterly dominating IRC C. Solte, the Swan 53, which was the unlucky adversary of Ikra in the Club 55 Cup, can also take some consolation in nailing a grand slam in IRC B.

Fabrice Payen gives us the low-down on Ester Fabrice Payen, 50, spent nearly 20 years working as a captain in the Merchant Navy and as a professional skipper. Originally from Saint Malo in Brittany, he’s sailed a number of legendary boats and is a familiar face at Les Voiles. This week, he joined the crew of Ester, the hundred-year-old gaffer that was miraculously rescued from the Baltic after 30 years under the sea. Like Ester, Fabrice has overcome great odds to be here at Les Voiles today. Indeed, in 2012 in India, Fabrice suffered an horrific traffic accident. 4 years of operations ensued to no avail and he finally decided to undergo an amputation. Strangely freeing him of his suffering, he’s since taken the start of the Route du Rhum 2018 and is planning a second transatlantic race next year. Quite an inspiration then and he’s clearly enjoyed racing on Ester this week! “Ester has a massive potential for speed. She has a traditional rig on what is effectively a very modern hull. Like all classic yachts, she’s a character, a living, breathing person almost. I’m passionate about the history of these magnificent yachts, which are witnesses of the evolution in sailing. Ester is a spartan boat, which is still being fine-tuned after her restoration. Her flat bottom isn’t too fond of the choppy water here this week, but downwind she’s a luge thanks to a very high-peaked gaff rig. We won the first race here and Ester will quickly become a force to be reckoned with.”

Velsheda  The J Class yacht, Velsheda, was designed by Charles Ernest Nicholson and built in 1933 by the Camper and Nicholson yard in Gosport, UK. Extreme like all the J Class yachts, she has an LOA of 39.40m with a beam of 6.60m and a draught of 4.80m. She was built for the businessman William Lawrence Stephenson, founder member of the Woolworth’s chain, who named her after his three daughters: Velma, Sheila and Daphne. Between 1933 and 1936, she won numerous races. Ending up in the mud In 1984, Terry Brabant, rescued her and used her for charter with a steel mast and a simply restored interior. Still with no engine, he regularly sailed her along the south coast of the UK, occasionally going further afield to the Mediterranean and the Caribbean. Still being chartered back in the nineties, Velsheda ran aground on a beach on England’s East coast with the tide going out. Fortunately she was recovered without too much damage and is a very welcome addition to this anniversary edition of Les Voiles.

PROGRAMME Prize-giving for everyone  Sunday 6 October, from 11:00 hours

Sponsors of Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW LORO PIANA WALLY NORTH SAILS BASSERAT DE BELLEFON HOTEL BYBLOS AIR FRANCE MERCANTOUR EVENTS SUZUKI MARINE PORT OF SAINT TROPEZ LES MARINES DE COGOLIN DERBEZ JARDINS CHEVALIER TORPEZ (VINEYARDS OF SAINT TROPEZ) L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ SUPERVISION BRIG SUN 7 GRAPHIC TOURIST OFFICE FRENCH SAILING FEDERATION (FFV)

Joyeuses Voiles !

06/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 6

Sumurun en maitre de ballet
Cippino II triomphe aux Voiles et s’adjuge le Trophée Rolex
Velsheda, Vesper, Solte sans pitié !
Remise des Prix et des Trophées demain dimanche à la Citadelle à 11 heures

Encore une immense journée de régate au compteur des quelques 300 concurrents de l’édition anniversaire, de celles que seules les Voiles Saint-Tropez, depuis 20 ans, savent offrir sans modération autant aux passionnés qu’au public ! 4 000 marins se retrouveront demain à la Citadelle du village pour la traditionnelle remise des Prix, ultime occasion avant l’année prochaine de se congratuler, de se remémorer les instants magiques sur l’eau, et de célébrer cette fête hors norme et hors du temps passée comme un rêve. Les Comités de course placés sous la direction de Georges Korhel ont, avec leur adresse habituelle, su composer toute la semaine avec une météo des plus variées, entre coups de vent, et bulles anticycloniques, pour mouiller du fond du golfe jusqu’à Pampelonne et Cavalaire. De jolis parcours inondés de soleil, aptes à rassasier jusqu’à l’année prochaine l’appétit des régatiers pour la régate au contact et les beaux paysages marins. Côté sport, les conditions de vent changeantes relevées toute la semaine ont fait le bonheur des favoris dans chaque groupe concerné, Classiques comme Modernes, et le palmarès 2019 consacre sans grande surprise les voiliers décidément les plus performants tout au long de la saison.

Big boats et grandes goélettes
C’est l’un des principaux attraits, et ils sont nombreux, de l’édition anniversaire des Voiles de Saint-Tropez, la présence de grandes goélettes, auriques ou bermudiennes. Leurs régates au sein du groupe de Grand Tradition ont fait l’émerveillement des observateurs les plus blasés. Premier de cordée, à l’échelle des classements comme des prestations sportives en mer, le ketch bermudien signé Fife (1914), Sumurun, merveilleusement rénové l’an passé au chantier du Guip, aura marqué de son empreinte cette exceptionnelle édition des 20 ans. Il triomphe d’un souffle face à un grand habitué des podiums tropéziens, le 15 m JI Mariska. Si Elena of London, l’immense (51 mètres) goélette aurique construite sur plan Herreshoff, s’est souvent montrée à son avantage en temps réel, elle baisse pavillon face au véloce cotre aurique Moonbeam IV (Five 1914). Black Swan (Nicholson 1899), Halloween (Fife 1926), Tuiga, (Fife 1909) remportent tous les suffrages… au baromètre des voiliers les plus photographiés !

Les spécialistes du sprint !
Deux groupes rassemblent à Saint-Tropez les voiliers auriques. On y retrouve les derniers représentants des classes les plus sportives, les plus pointues en matière de régate de leurs siècles respectifs. P Class, Q Class, jauge métrique, 7, 8, 10 ou 12 mètres, sloops, cotres ou yawls… ils sont les sprinters de ces joutes nautiques. Petits, râblés, explosifs, ils sont durs au mal et à la mer. Nulle houle trop abrupte, nul clapot court ne les rebute. Ils ont fait le spectacle toute la semaine dans le golfe, et les « charts » souligneront les performances d’un Chips (P Class signé Burgess en 1913), Olympian (P Class, William Gardner 1913), Viola (Fife 1908), Kismet (Fife 1898) ou d’un Oriole (Herreshoff 1905), tous formidables ambassadeurs d’un yachting qui réussit depuis plus d’un siècle l’amalgame du style et de la performance.

Cippino II maître des horloges à Saint-Tropez
Leader incontesté depuis le début de la semaine dans le très cohérent et très homogène groupe des Epoque Marconi B, support du prestigieux Trophée Rolex, le sloop bermudien Argentin Cippino II a marqué Saint-Tropez de son empreinte. Deux victoires de manche scandent sa superbe semaine. Martin Billoch et son équipage ont tiré le meilleur parti de ce plan Frers taillé pour ce type d’épreuve à la journée.
Cippino II est un sloop bermudien dessiné en 1948 par l’architecte Argentin German Frers. Il est le sister-ship de Fjord III. Il a débuté sa carrière avec un certain succès à Buenos Aires avant d’être exclusivement utilisé par son propriétaire pour de la croisière en famille. Dans les années 2000, son propriétaire, Daniel Sielecki lui a fait intégrer le circuit des courses, d’abord en Argentine puis en Europe depuis 2017.

Lyra Aime les Voiles
Lyra s’impose avec panache dans le royal affrontement des géants et majestueux Wally à Saint-Tropez. Le Wally 77 de Mike Atkinson signe deux belles victoires de manche pour assoir sa domination face aux redoutables WallyCento Magic Carpet3 et Galateia. Il renouvelle sa performance de 2017 et prouve, si besoin était, son amour pour les Voiles et son subtil terrain de jeu.

Velsheda, Vesper, Solte et tous les autres…
L’immense flotte des voiliers Modernes présente aux Voiles est répartie en 10 groupes homogènes, déterminés par la jauge des bateaux. Ce sont donc les vainqueurs de chacune de ces classes qui seront fêtés demain. On a envie de souligner ce soir les performances de ceux qui ont marqué de leur sillage cette édition anniversaire. A commencer peut-être par le J Class Velsheda, qui n’aura rien laissé à sa concurrence, auteur de trois victoires. Le Mini Maxi Vesper à l’américain Jim Schwarz réalise la même performance en IRCA4. Nanoq est un voilier véritablement princier, barré par le Prince du Danemark, et qui a lui aussi régné sans partage en IRC C. Solte, le Swan 53 malheureux adversaire d’Ikra lors de la Club 55 Cup se console lui aussi en signant un grand chelem en IRC B.

Rouflaquettes
Selon le dictionnaire en ligne Wikipedia, le terme « rouflaquette » désigne historiquement des mèches de cheveux laissées pousser le long des tempes. La plupart du temps, elles prennent une forme d’accroche-cœur descendant jusqu’aux joues. À la mode en Europe de la fin du XVIII e siècle à la fin du XIX e siècle, cette coupe n’a pas réapparu depuis. Erreur ! elle revit à Saint -Tropez, et pour une très honorable raison, à bord du joli cotre aurique Viola (Fife). L’intégralité de l’équipage, capitaine et propriétaire inclus, naviguent en effet arborant ce très spectaculaire système pileux, en parfaite harmonie avec les 111 ans de leur navire, et tout cela en hommage à l’architecte de génie, William Fife III qui présida à la naissance du voilier, tout en affichant, mode du XIXème siècle oblige et bien qu’un poil suranné, ces élégants attributs capillaires.

Fabrice Payen parle d’Ester
Fabrice Payen, 50 ans, a travaillé pendant près de 20 ans en tant que capitaine de marine marchande et skipper de métier. Originaire de Saint-Malo, il a navigué sur des bateaux mythiques tels que Pen Duick III et Pen Duick VI, mais aussi Moonbeam, White Dolphins et même Le Renard, le bateau de Surcouf. Grand habitué des Voiles, il a intégré cette semaine l’équipage d’Ester, le voilier aurique centenaire miraculé d’un naufrage en mer Baltique dans les années 30
En 2012 en Inde, Fabrice et sa compagne ont un terrible accident de la route. Pendant près de 4 ans, Fabrice endure de nombreuses opérations sans succès jusqu’à sa prise de décision de se faire amputer. Malgré la difficulté de l’épreuve, Fabrice est au contraire « libéré » de ses souffrances lui qui ne rêve que d’une chose, retrouver la barre de son bateau. Avec l’appareillage d’un genou prothétique étanche, il reprend la navigation. C’est alors qu’il décide de se lancer dans un projet fou, participer à la Route du Rhum 2018 en multicoque et ainsi être le premier skipper handicapé à réaliser cet exploit. Un démâtage au bout de 4 jours de course met une fin provisoire à un rêve que le malouin poursuit, avec un programme élaboré en Multi 50 qui pourrait démarrer dès l’an prochain lors de the Transat ou Québec Saint Malo, de préférence avec un équipage comme lui à mobilité réduite, pour porter un message fort sur le handicap, visible ou invisible ! « Ester a un potentiel de vitesse énorme. C’est un gréement traditionnel sur une carène en définitive très moderne. Ester, comme tous ces voiliers Classiques, est un « personnage », une personne vivante. Je suis passionné par l’histoire de ces magnifiques voiliers, témoins de l’évolution de la voile. Ester est un bateau spartiate qui est toujours en phase de mise au point suite à sa restauration. Le plan d’eau très agité de Saint-Tropez ne nous aide pas et on s’arrête voir dans les vagues. Au portant, c’est une luge, grâce à son gréement aurique très apiqué. On a gagné la première manche ici et Ester va vite devenir très dangereux pour la concurrence. »

Un hommage, et un geste qui compte
Le photographe Laurent Rabé a réuni en un ouvrage haut de gamme près de 10 ans de présence aux Voiles de saint Tropez. Son livre consacré aux 20 ans des Voiles réuni le meilleur de son travail, en couleur comme en noir et blanc, imprimé sur papier argentine, et vendu numéroté et signé. 200 exemplaires seulement sont à la vente, au prix de 390 Euros, dont une partie des bénéfices est reversée à la SNSM. L’ouvrage compte 74 pages. « Cet ouvrage se veut intemporel, pas chronologique » explique Laurent. « Je pose un regard très graphique sur le spectacle des voiles, de la mer, des contrastes entre ciel et mer. J’ai le plus grand respect pour le travail des hommes de al SNSM, et j’ai tenu à associer l’hommage aux 20 ans des Voiles, à la mission de la SNSM… »

Catherine Chabaud est aux Voiles
Catherine Chabaud, la navigatrice et nouvelle députée Européenne, était des heures glorieuses de la Nioulargue dans les années 1990, travaillant aux côtés de Patrice de Colmont. « C’est là que j’ai débuté mon métier de journaliste » confie-t-elle, « Tout en naviguant la journée sur de beaux classiques, nous passions la nuit à écrire, imprimer et distribuer chaque matin un nouveau numéro du « quotidien de la Nioulargue » bi-lingue : une folie ! J’en garde des souvenirs précieux, d’amitié et de grands moments de partage. Je viens cette année en simple visiteur, pour le plaisir d’admirer les plus beaux voiliers du monde, et pour claquer la bise aux copains… »

Atlantic salue les Voiles
Présente dans le golfe toute la semaine, l’immense goélette a mêlé ses trois mâts et ses immenses voilures aux voiliers en course. Atlantic a été détentrice durant près de 75 ans du record de la traversée de l’Atlantique. Skippée par l’américain Charlie Barr, avec 50 hommes d’équipage, la goélette franche à trois mâts est entrée dans la légende en 1905, en traversant l’Atlantique Nord dans le cadre de la Kayzer’s Cup en 12 jours, 4 heures, 1 minute et 19 secondes, à une moyenne de 14,1 nœuds. Elle devait conserver ce record durant 75 ans. Sa fidèle réplique est venue ce soir, toutes voiles dehors et à toute allure saluer d’un long coup de corne les participants aux Voiles en train de s’amarrer à l’issue d’une belle journée de course. Tous les concurrents ont répondu à leur tour, créant une joyeuse et amicale symphonie de klaxon dans le port, prélude à une dernière soirée festive pour tous les équipages.

Velsheda
Le voilier de classe J, Velsheda a été conçu par Charles Ernest Nicholson et construit en 1933 par le chantier Camper and Nicholsons à Gosport, Hampshire (Royaume Uni).
Extrême comme tous les classe J, il mesure 39,40 mètres hors tout pour un maître-bau de 6,60 mètres, un tirant d’eau de 4,80 mètres. Il a été construit pour l’homme d’affaires William Stephenson-Laurent, propriétaire de la chaîne de magasins Woolworth’s qui le nomma ainsi en contractant les trois premières syllabes des prénoms de ses filles : Velma, Sheila and Daphne. Entre 1933 et 1936, il a remporté de nombreuses courses et a participé, avec d’autres grands yachts tels que Britannia, Endeavour et Shamrock V, à de nombreuses régates entre 1933 et 1936. Velsheda a été sauvé de son poste d’amarrage dans la boue en 1984 par Terry Brabant, qui réaménagea sommairement le voilier pour faire du charter avec mât en acier et un intérieur simplement restauré. Toujours sans moteur, il a navigué régulièrement le long de la côte du Sud du Royaume-Uni et, parfois, se hasarda en Méditerranée et aux Caraïbes. Il connut une carrière un peu mouvementée : au cours des années 1990, toujours en charter, Velsheda était sur la côte est de l’Angleterre et s’échoua sur une plage à marée descendante. Heureusement, il a pu être récupéré sans trop de dommages.

PROGRAMME
Pour tout le monde remise des prix
Dimanche 6 Octobre, à partir de 11 heures

Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez
ROLEX
BMW
LORO PIANA
WALLY
NORTH SAILS
BESSERAT DE BELLEFON
HOTEL BYBLOS
AIR FRANCE
MERCANTOUR EVENTS
SUZUKI MARINE
PORT DE SAINT-TROPEZ
LES MARINES DE COGOLIN
DERBEZ JARDINS
CHEVALIER TORPEZ (LES VIGNOBLES DE SAINT TROPEZ)
L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ
SUPERVISION
BRIG
SUN 7 GRAPHIC
OFFICE DE TOURISME
FEDERATION FRANCAISE DE VOILE

Over to the sport!

04/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 5

Glorious conditions for another race to be validated in each of the groups
Wally: Galateia excels across the board
Wallyno-Lorina among the Maxis; maximum uncertainty
The jewels of Les Voiles: the « Guest » group


Following yesterday’s flamboyance, marked by a succession of challenges between all manner of craft, capped off by the exuberance of the crew procession, it was back to the sport and the racing today and the wind gods agreed to toe the line. Indeed, from noon, the breeze picked up more and more across all three race circuits from the far side of the bay for the Classics, to the outskirts of Cavalaire for the Modern boats and other Wallys. In this way, some 4,000 sailors were able to bring their talent and inspiration to bear in a vast range of conditions. Courses spanning twenty miles or so for the largest craft were quickly devoured, everyone racing according to their measurement handicap so that they could all get the best out of their boat and fill the bay with sport and spectacle. Les Voiles at its best!

Galateia triumphs among the Wallys
Setting off on a big looped circuit of around twenty miles towards Cavalaire, the powerful Wallys powered upwind to meet today’s expected SW’ly wind. David Leuschen’s WallyCento Galateia sailed an absolute blinder on a tumultuous W’ly swell, which gave the crews a good old shake-up at times, overpowering Magic Carpet3 not just in elapsed time, by just 3 minutes, but also in corrected time. The Wally 77 Lyra also excelled, snatching second place in the race ahead of the Wally 101 Y3K. After her victory in the first race, she’s now leading the provisional overall ranking, ahead of Galateia which is back in contention for ultimate victory.

Velsheda by a nose
There’s a almighty duel between two of the giants racing at Les Voiles: the massive J Class Velsheda (Nicholson 1933) against George David’s Rambler 88, a Juan K design with a penchant for records! First across the line in elapsed time, with a Leopard3 (Farr 100) in fine fettle just a few boat lengths astern, Rambler took the win by just 28 minutes. It was not enough to take the win in corrected time however and it was Velsheda that triumphed today.

The Mini Maxis shaken but not stirred

There was another bitter battle at the top of the leader board in the IRC A 4 category of Mini Maxis. Measuring 72-feet, they are considered by many to be real warships given how efficient and demanding they are. Jim Schwarz’ Vesper ultimately won the duel against Sir Peter Ogden’s Jethou. Originating in Utah, the skipper of the former is eager to stir up this category and is once again bringing a James Bond theme into play here in Les Voiles, ensuring that every boat he owns has a name inspired by a 007 character.

Solte back on top after the Club 55 Cup
Suffering defeat yesterday against the 12mR Ikra during the Club 55 Cup, today the Swan 53 Solte made good her revenge by taking the lead in a highly competitive group of IRC Bs, which includes no fewer than 35 fast racer cruisers measuring 14 to 17.50 metres. The French Grand Soleil 50 Mad IV is waiting in ambush however, which bodes well for a stellar final tomorrow.

A clincher beckons for Wallyno and Lorina
The group of IRC A 3s is relishing a merciless battle between Wallyno (Wally 60) and Lorina, the Swan 601. The two Maxis are in contact as the umpires begin to tot up the results of the Mediterranean Maxi championship (IMA) in readiness for the final decisive day of racing. However, with all eyes on the duel, the Italian Mylius 80 Twin Soul B is reaping the benefits this evening after securing today’s race win ahead of her two fierce rivals.

 
The group of jewels
Among the numerous groups, classes, class measurements and rigs navigating the waters of the bay at Les Voiles de Saint-Tropez, there is one rather unique group which has been christened the ‘Guests’ for practical reasons. Boasting 6 truly exceptional craft, they are regulars at Les Voiles but their length is such that they don’t fit into any particular measurement, except that they are all marvels of 20th century marine architecture. Dainty for example is the smallest yacht at Les Voiles with her 8.12m waterline. Launched in 1922, this pretty Westmacott-designed Bermudan sloop made a clean sweep of the prizes in the thirties. Just a tad longer with a waterline of 10.24m, Joséphine is a Bermudan IOD penned by the Danish master of the metre boats Bjarne Aas. There isn’t a lot more to say or write about Alcyon 1871, a wonderful gunter rig from Marseille, which measures 9m on deck, but features a LOA of 23m!! Some great adversaries for her are Maria Giovanna II (Olin Stephens 1963) and Windhover (Luke 1904), two swift Bermudan cutters, along with Djinn, the only gaff cutter of the group (Annemans 1934), which is currently topping this very exclusive leader board.

Loro Piana Trophy
The Loro Piana brand is a family history that dates back over 6 generations. Initially, the family sold woolen fabric before creating the Lanificio Fratelli Lora e Compagnia in the second half of the 19th century, specialising in woollen garments. It wasn’t until 1924 and Pietro Loro Piana that the top-of-the-range fashion company that we know and love today came into existence. The Italian company, which celebrates nature, outdoor life, movement and freedom through the most exclusive cashmere pieces, has made sailing its favourite sport, marrying into the values of the art of living. In this way, Pier Luigi Lorio Piana owned the Super Maxi My Song. The brand also partners numerous Maxis yacht regattas in the Med. Present at Les Voiles de Saint-Tropez since 2017, Loro Piana awards a Trophy to the winner of the IRC A group for craft in excess of 20 metres. It’s all to play for in 2019!

Crew night at La Ponche 
It’s an eagerly awaited highlight for the 4,000 international sailors that race the 300 yachts competing at Les Voiles: crew night! The venue, La Ponche, a legendary spot beside the sea in Saint Tropez, this Friday evening, at dusk. Catering: a giant tartiflette (a dish with potatoes, bacon and cheese) from France’s Savoy region, with the wines of Chevalier Torpez and brewer Montaner, and musical accompaniment of course!


Today’s Partners

Collection Les Voiles de Saint-Tropez 
The off-the-peg North Sails brand has been partnering the Société Nautique de Saint-Tropez since 2018. This year, it’s also the event’s clothing partner. A capsule collection for men, women and children has been launched specially for the occasion. An American brand inspired by boating, it has added a pop of colour to this particularly elegant collection to reflect the freedom and the thirst for discovery so characteristic of yacht racing.


Mercantour Events and the village at Les Voiles
Mercantour Events is offering something novel in its support of the local authorities and businesses by bringing a sustainable approach through event organisation. Convinced of the importance of setting up special event-related activities to revitalize the region, the agency supports a number of communities on a daily basis with the organisation of their event. In this way, Mercantour Events is partnering Les Voiles de Saint-Tropez with the construction, installation and maintenance of the Village at Les Voiles.

Brig and its ribs
For the second year in a row, the rib brand Brig is partnering Les Voiles. The French importer of this Ukrainian manufacture has no fewer than 15 boats representing its extensive range, from 8 to 6.10m, which are available for use by the organisation for the various Race Committees, Modern craft, Wallys and Classics, and they are powered by another of the event’s partners, Suzuki. Three boats are being demonstrated at the event with sea trials possible for clients. The brand new 6.70m is on display and can be trialled in Saint Tropez itself. Brig is the number one rib builder in Europe with nearly 2,500 craft produced a year and it boasts nearly 30 years’ experience and 4 great ranges: Eagle, Navigator, Falcon and Falcon Tender to suit any occasion.

 



PROGRAMME

MODERN YACHTS
Saturday 5 October: Inshore races, 1st start 11:00 hours

CLASSIC YACHTS
Saturday 5 October: Inshore races, 1st start 12:00 hours

Prize-giving for everyone 
Sunday 6 October, from 11:00 hours

Sponsors of Les Voiles de Saint-Tropez
ROLEX
BMW
LORO PIANA
WALLY
NORTH SAILS
BASSERAT DE BELLEFON
HOTEL BYBLOS
AIR FRANCE
MERCANTOUR EVENTS
SUZUKI MARINE
PORT OF SAINT TROPEZ
LES MARINES DE COGOLIN
DERBEZ JARDINS
CHEVALIER TORPEZ (VINEYARDS OF SAINT TROPEZ)
L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ
SUPERVISION
BRIG
SUN 7 GRAPHIC
TOURIST OFFICE
FRENCH SAILING FEDERATION (FFV)

Place au sport !

04/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 5

Du vent, de la mer, du soleil et une nouvelle manche validée pour tous les groupes
Wally : Galateia joue placé
Wallyno-Lorina chez les maxis ; incertitude maximum
Les trésors des Voiles : le groupe « Invités »

Passée la flamboyante journée d’hier, marquée par la succession de défis et autres challenges entre voiliers centenaires et autres Modernes, et couronnée par l’exubérance du défilé des équipages, c’est bien le sport et la régate qui reprenaient aujourd’hui leurs droits. Eole s’était pour l’occasion coordonné avec les organisateurs de l’épreuve pour souffler dès midi de plus en plus fort et de plus en plus régulièrement sur les trois ronds de course, depuis le fond du golfe pour les Classiques, jusqu’aux abords de Cavalaire pour les Modernes et autres Wally. Les quelques 4 000 marins engagés ont ainsi pu confronter leurs talents et leurs inspirations à un vaste éventail de conditions, des plus légères à la jolie brise, annonciatrice du coup de vent prévu pour la nuit par Météo France. Les parcours d’une vingtaine de milles pour les plus grosses unités ont ainsi été avalés à belle allure, et chacun, en fonction de son handicap de jauge, a eu le loisir de s’exprimer et de tirer la quintessence de son bateau. Du sport, du spectacle, les Voiles au meilleur de leur forme !

Galateia se place chez les Wally
Partis pour une grande boucle d’une vingtaine de miles vers Cavalaire, les puissants Wally sont allés, au près, à la rencontre du vent de Sud Ouest attendu aujourd’hui. Galateia signe un sans-faute sur la tumultueuse houle d’ouest qui a, par instant, sévèrement secoué les équipages. Le WallyCento de David Leuschen frappe un grand coup en dominant Magic Carpet3 non seulement en temps réel, pour 3 petites minutes, mais en temps compensé. Le Wally 77 Lyra se montre à la hauteur de son handicap de jauge et vient prendre la deuxième place de la manche devant le Wally 101 Y3K. Après sa victoire dans la première manche, il pointe en tête du classement général provisoire, devant Galateia revenu en position d’espérer la victoire finale.

Velsheda d’une courte tête
Joli duel au sommet et au coude à coude entre deux des géants présents aux Voiles, l’immense J Class Velsheda (Nicholson 1933) face à l’ogre Rambler 88 de George David, le plan Juan K. dévoreur de records ! Premier sur la ligne en temps réel, avec un Leopard3 (Farr 100) bien en jambe à quelques longueurs de son tableau arrière, Rambler ne s’imposait que de 28 petites minutes. Insuffisant pour combler le handicap en temps qu’il doit à son vénérable adversaire et c’est bien Velsheda qui triomphe ce jour.

Les Mini Maxis en forme
Régate là encore au sommet et à couteaux tirés en IRC A 4 où officient les Mini Maxis, ces maxi yachts de 72 pieds, considérés pour beaucoup comme de véritables engins de guerre, tant ils sont à la fois de la plus grande efficacité et de la plus totale exigence. Jim Schwarz et son Vesper s’imposent dans ce duel quasi fratricide, face à Jethou de Sir Peter Ogden.

Solte a bien digéré la Club 55 Cup
Défait hier par le 12 m JI Ikra lors de la Club 55 Cup, le Swan 53 Solte prouve aujourd’hui ses belles dispositions en s’imposant en tête du très compétitif groupe des IRC B, qui compte pas moins de 35 rapides racer cruisers de 14 à 17,50 mètres. Le Grand Soleil 50 Français Mad IV est en embuscade, annonçant un final demain de toute beauté.

Wallyno et Lorina devront attendre
Le groupe des IRC A 3 est le théâtre d’une joute impitoyable entre Wallyno (Wally 60) et Lorina, le Swan 601. Les deux Maxis sont au contact dans la lutte pour l’attribution du championnat des Maxis de méditerranée (IMA). C’est pourtant le Mylius 80 Italien Twin Soul B qui tire ce soir les marrons du feu en s’adjugeant la manche du jour devant ses deux impatients rivaux. Là encore, la dernière manche de ces Voiles 2019 demain samedi s’annonce décisive…

Le groupe de tous les trésors
Parmi les nombreux groupes, classes, jauges et gréements qui naviguent aux Voiles de Saint-Tropez, il est un groupe quelque peu inédit que, pour de simples raisons pratiques, les organisateurs ont baptisé « Invités ». Forte de 6 unités, cette catégorie rassemble des unités exceptionnelles, habituées des Voiles, mais d’un la longueur ne leur permet pas, de rentrer dans la fourchette prévue par le règlement. On retrouve ainsi pour un classement tout aussi convoité qu’un autre, 6 pures merveilles d’architecture marine du XXème siècle. Dainty par exemple, est le plus petit yacht présent aux Voiles, accusant 8,12 m à la flottaison. Lancé en 1922 sur plans Westmacott, ce joli sloop bermudien a tout gagné dans les années trente. A peine plus long avec ses 10,24 m à la flottaison, Joséphine est un IOD Bermudien dessiné par le maitre des métriques Danois Bjarne Aas. On a tout dit et tout écrit sur Alcyon 1871, ce merveilleux Houari Marseillais, qui avec ses 9 mètres au pont – mais 23 mètres hors-tout !! – n’a pas volé le surnom « du bateau qui exagère ». Il trouve en Maria Giovanna II (Olin Stephens 1963 et Windhover (Luke 1904), deux cotres bermudiens rapides et véloces, adversaires à sa mesure, tout comme Djinn, seul cotre aurique du groupe (Annemans 1934) et actuellement en tête de ce classement si exclusif !

James Bond à Saint-Tropez
Partout où l’américain Jim Schwarz navigue plane l’ombre de James Bond. Le régatier originaire de l’Utah prend plaisir à évoquer nommément l’univers du célèbre agent secret de sa Majesté Britannique dans l’appellation de ses bateaux. Il a ainsi longtemps triomphé à bord de son Swan MoneyPenny. Il brille à Saint-Tropez au sein du très compétitif groupe des IRCA 4, à bord de son IRC 72 dénommé Vesper, en référence assumée à l’amoureuse transis de 007, Vesper Lynd!

Soyons clairs !
Un yacht, en langue anglaise se décline au genre féminin, et non neutre, « She » et non « It ». On relève ainsi assez naturellement nombre de patronymes féminins sur les tableaux arrière des yachts, Modernes comme Classiques. Au point qu’il convient de ne pas confondre aux Voiles de Saint Tropez, des noms aux consonances très proches, comme Ellen, le cotre bermudien de 17,80 mètres, (Talma Bertrand 1931), Elena of London, Goélette aurique de 51 mètres signée Herreshoff, Eileen, 12 m Bermudien, (Anker 1938) ou aussi, Eugenia V, ketch bermudien, 21,70 m (Rhodes 1968) et Eugenia VII, proto signé Hoek de 33 mètres, (2009).

Au service des régatiers.
Afin de faciliter la compréhension du plan d’eau et des régates aux marins et à tous ceux qui souhaitent suivre les régates, l’organisation des Voiles affichent dorénavant à l’entrée extérieure du village, en sa partie gauche face à l’ouverture, l’ensemble des parcours à disposition des comités de course. Les coureurs, chaque matin avant d’embarquer, peuvent ainsi, d’un seul coup d’œil comprendre l’orientation et le profil des régates du jour.

Trophée Loro Piana
La marque Loro Piana est une histoire de famille depuis plus de 6 générations. Au départ, la famille vendait des tissus en laine, avant de créer la Lanificio Fratelli Lora e Compagnia dans la seconde moitié du 19ème siècle, spécialisée dans la création de lainages. Il faudra attendre 1924 et Pietro Loro Piana pour que naisse la société de mode haut de gamme que nous connaissons aujourd’hui. La maison italienne, qui célèbre la nature, la vie en plein air, le mouvement et la liberté à travers les plus exclusives pièces en cashmere, a fait de la voile son sport de prédilection, épousant les valeurs et l’art de vivre qui en découle. Pier Luigi Lorio Piana était ainsi l’armateur du Super Maxi My Song. La marque est aussi partenaire de nombreuses régates de Maxis yachts en Méditerranée. Présent aux Voiles de Saint-Tropez depuis 2017, Loro Piana décerne un Trophée au vainqueur du groupe des IRC A de plus de 20 mètres. Les lauréats étaient ainsi en 2017 Babsy, le VOR 70 mené par Franck Cammas, et Topaz en 2018, le J Class de Peter Holmberg.

Soirée des équipages à la Ponche
C’est un des temps forts très attendus des quelques 4 000 marins internationaux qui animent les 300 voiliers présents aux Voiles, la soirée des équipages. Le lieu, la Ponche, petite place mythique de Saint-Tropez en bord de mer. L’heure : ce vendredi soir, à la nuit tombante. La restauration : une tartiflette géante, venue directement de Savoie et calibrée pour… 1 500 personnes. Des rafraîchissements ; avec la générosité des vins Chevalier Torpez, et du brasseur Montaner. Et la musique ; au micro, Rocky, ex-soliste de Johnny Halliday, encadré de musiciens ayant tourné avec Eddy Mitchell, Jean-Jacques Goldman et Ray Charles. A la veille de la dernière journée de régates, la fête, la grande communion fraternelle des marins venus de tous les horizons va de nouveau atteindre des sommets dans la douceur de la nuit Tropézienne.

Ode à Serenade
Présentation hier au Village des Voiles du dernier ouvrage de l’auteur reconnu pour son expertise en matière de yachting, Jacques Taglang, consacré au sloop Bermudien Serenade. Le bateau a été conçu par Nick Potter et construit en 1938 par Wilmington Boatworks pour le violoniste Jascha Heifitz. L’un des grands amis de Heifitz était Humphrey Bogart qui a appris à naviguer sur Serenade. Les autres célébrités un temps propriétaires du voilier comprennent Jacques Cousteau et Eva Gabor. Le bateau a ainsi connu une véritable saga au gré de ses prestigieux capitaines. Moins connu que Herreshohff dont il était l’ami, Potter est par beaucoup considéré comme l’alter ego de la côte Ouest du sorcier américain. Son propriétaire actuel, Alain Moatti vient de se rendre acquéreur de Sumurun, le ketch signé Fife et merveilleusement restauré au chantier du Guip. Jacques Taglang y consacrera son prochain ouvrage.
Serenade, de Jacques Taglang, Laurent Charpentier et Alain Moatti. Photos : Nigel Pert – Gilles Martin-Raget. Coordination Antoine Sézérat.
Pour se procurer le livre : jactag@gmail.com

Yvan Bourgnon et The Seacleaner aux Voiles
Dans la continuité de l’engagement initié en 2018, la Communauté de Commune du Golfe de Saint-Tropez anime un stand pendant les Voiles dans le but de sensibiliser et de faire connaitre les actions environnementales liées au service Espaces maritimes/Observatoire marin, avec comme thème principal cette année « les déchets en mer », en partenariat avec l’association The Seacleaner. Au programme, l’accueil du public mais aussi de groupes de scolaires et l’organisation d’une table ronde mercredi avec la participation d’Yvan Bourgnon. Le célèbre aventurier-navigateur y a présenté le projet Manta. « J’ai décidé de créer l’association The Seacleaner, dédiée à la réduction de la pollution plastique. » explique t’il. « Notre objectif est de lutter en mer et à terre.Pour faire face à̀ ce nouveau challenge, je me suis entouré d’une équipe d’experts et de professionnels. Nous avons lancé́ un projet innovant : le Manta qui sera le 1er navire hauturier capable de collecter et de traiter en masse les macro-déchets flottants avant qu’ils se fragmentent. Notre vision pour la préservation des océans est globale, à long terme et d’envergure planétaire. Il intègre des perspectives économiques, sociétales, humaines, pédagogiques et scientifiques dans une dynamique solidaire. »

Collection Les Voiles de Saint-Tropez
La marque de prêt à porter North Sails est partenaire de la Société Nautique de Saint-Tropez depuis 2018. Elle est aussi et depuis cette année, partenaire vêtement des Voiles de Saint-Tropez. Une collection capsule pour l’homme, la femme et l’enfant a été lancée à cette occasion. La griffe de prêt-à-porter américaine inspirée du nautisme, s’est décidée pour une vague de couleur et d’élégance avec la collection Les Voiles de Saint-Tropez. Elle s’inspire d’un sentiment de liberté et d’une soif de découverte, caractéristiques de la course à la voile la plus attendue de la mer Méditerranée. Maurizio Grasso, Directeur commercial de la marque, et toutes ses équipes majoritairement venues d’Italie, ont pris le temps d’humer, de s’imprégner de l’esprit village sui typique de Saint-Tropez, pour présenter cette première collection dédiée au lifestyle et à l’élégance, sans rien abandonner à la technicité des vêtements de sportswear. Le résultat respire le bien-être et le style, avec la petite touche de prestige prise aux Voiles !

Mercantour Events et le village des Voiles
Mercantour Events propose une offre novatrice dans l’accompagnement des collectivités territoriales et les entreprises dans une démarche pérenne de mise en valeur par l’événementiel. Convaincue de l’importance de la mise en place d’actions évènementielles pour la redynamisation du territoire, l’agence accompagne de nombreuses collectivités au quotidien pour l’organisation de leurs manifestations. Mercantour Events est ainsi le partenaire des Voiles de Saint-Tropez pour Ella construction, l’installation et la maintenance du Village des Voiles.

Brig et ses semi-rigides
Pour la deuxième année consécutive, la marque de semi-rigides Brig est partenaire des voiles. L’importateur français du fabricant Ukrainien met pas moins de 15 bateaux représentatifs de sa gamme, de 8 mètres à 6,10 m, à la disposition de l’organisation, pour les différents comités de course, Modernes, Wall et Classiques. La motorisation est assurée par un autre partenaire des voiles, le motoriste Suzuki. Trois bateaux sont par ailleurs en démonstration et à la disposition de clients pour des essais en mer. Le tout nouveau 6,70 est ainsi visible et testable à Saint-Tropez. Les Brigs sont disponibles dans pas moins de 30 points de vente en France. Brig est le premier constructeur de semi-rigides en Europe, avec près de 2 500 unités produites par an
Brig est une marque Ukrainienne qui conçoit et produit des semi-rigides depuis plus de 25 ans. Avec une expérience de presque 30 ans et des innovations sans cesse développées, il est le leader européen incontesté dans le secteur. Chaque année, plus de 2500 semi-rigides sortent des usines de Brig. Allant de 2,75 à 7,85 mètres, la marque d’Ukraine propose aujourd’hui un semi-rigide de 9,90 mètres. Au travers de ses 4 gammes : Eagle, Navigator, Falcon et Falcon Tender ; Brig est capable de proposer un bateaux pour toutes les occasions telles que : plaisance, professionnelle ou bien encore tender.

PROGRAMME
VOILIERS MODERNES
Samedi 5 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

VOILIERS DE TRADITION
Samedi 5 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

Pour tout le monde remise des prix
Dimanche 6 Octobre, à partir de 11 heures

Anything goes on a Thursday

03/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 4

Ikra wins the Club 55 Cup, Olympian takes the Centenary Trophy, Galatea outpaces Magic Carpet3, The crew parade; carnival Saint Tropez-style!

The now legendary origin of Les Voiles de Saint-Tropez is the Nioulargue, an event devised by a handful of seafaring gentlemen gathered around Patrice de Colmont, following what was a rather innocuous bet at the time between two yachts, the 12mR Ikra and the American Swan Pride. 20 years on from the revival of the event under her new name of Les Voiles de Saint-Tropez, the course for this epic sprint to the Nioulargue mark was opened today within the context of the Club 55 Cup, by the very same Ikra, helmed by top French racer Nicolas Bérenger, and another Swan, this one 53-feet, by the name of Solte. Victory went to the 12mR, at ease in the shifty breeze that coloured play on this beautiful summer’s day in the bay.

Challenges of all kinds
Keeping up the Nioulargue tradition, no fewer than sixty or so crews stepped up to the challenge on this historic course today. Among them were clashes between two generations of 12mR, French Kiss (Philippe Briand 1985) against France (André Mauric 1970). An adversary in the Epoque Marconi group, Emilia (Costaguta 1930) laid down the gauntlet to La Spina (Baglietto 1928) in an elegant and stylish face-off between Bermudan sloops in excess of 20 metres. More futuristic was the challenge between Ryokan 2, the Wally 80 and Lyra, a Wally 77, with almost identical potentials. Of the multi-yacht challenges with very different profiles was a clash between the Verdier design The Kid (JP 54) against Black Pepper, Black Legend, Tewa and Black Soul. Fjord III, the Frers Bermudan cutter challenged Jour de Fête, which boasted one Michel Desjoyeaux as crew (Paine-Burgess 1930). Equally appealing was Lorina against Wallyno by way of a dress rehearsal for the final for these two Maxis, an account due to be settled later this week within the context of Les Voiles!

Ikra makes the Club 55 Cup winners’ list once more
Winning the Trophy twice before, in 2003 and 2004, the 12mR Ikra scored a hat-trick today in this 2019 edition. Indeed, in this tumultuous sprint between Portalet, Nioulargue and Pampelonne, in a light breeze with a bracing chop, she gained the upper hand against her challenger, the Swan 53 Solte. Following this clash of the titans, the crews succumbed to tradition and cheerfully dined at Patrice de Colmont’s, at the Club 55, their heads beneath the tamarisks and their feet in the sand, delighting in the Provençal and Mediterranean fare.

To the wire for Olympian in the Centenary Trophy!
At the instigation of the Yacht Club de Gstaad, some 25 centenarian yachts of all sizes and rig-types competed for this 9th edition of the Gstaad Yacht Club Centenary Trophy. In line with the pursuit race principle agreed by the competitors, each yacht set sail shortly after 13:00 hours from the Portalet Tower in a moderate SE’ly breeze on a 17-mile course to the Nioulargue mark and back. It was Lulu, a gaff cutter penned by Texier in 1897, with her LOA of 11.43m, which was the first to be warped, followed 11 minutes later by Viola (Fife 1908). It was the majestic Moonbeam IV (Fife 1914) that brought up the rear of this fleet of centenarians some 37 minutes later. After 2 hours of sheer heaven out on the racetrack, Olympian, the William Gardner design P Class launched in 1913, bagged the Trophy, just a hair’s breadth ahead of Viola, which has hitherto been untouchable on the Mediterranean circuit this year, and Chips, the other P Class penned by Burgess. « We were less than 2 metres behind! » lamented Yvon Rautureau, « having led the whole race! »… Even in a friendly, a racer remains a racer…
 
The Wallys for the love of the sport!
A fabulous 17-mile course in the sunshine, breeze and gentle waves… the temptation proved too great for all the Wallys at Les Voiles, who made the most of the start line put in place by the organisation. Embroiled in a thrilling race for glory, the formidable Galatea (Wallycento) also shook up today’s hierarchy by getting the better of Magic Carpet Cubed which is so used to triumphing in these azure waters.

The Maxis join the fray!
And not to be outdone, a fair few of the competing Maxis also decided to challenge one another in this non-point-scoring race. Just five minutes after the centenarian yachts, 9 Maxis slipped under Portalet: E1 (VOR 70), Lady First (Mylius 60), Pelotari (V68), Wallyño (Wally 60), Leopard (Farr 100), Twin Soul 8 (Mylius 80), Lorina (Swan 601) and Mefi (60 OPen).

Crew parade: Egyptians, pirates and superheroes!
Revived a few years back, the procession of crews seems to attract more and more crews year on year. In essence, each boat is invited to parade along, in costume, from the harbour master’s office to the far end of the port of Saint Tropez, following the dockside. Nearly twenty crews played the game this evening, dancing to their own tune in every sense, clad as anything from pirates to Egyptians and even superheroes. Presenting themselves in front of the jury at the end, the winner will be announced at the Sunday prize-giving with the victors set to receive a handsome prize of the captain’s weight in local wine (Chevalier Torpez).

An extraordinary yacht:
La Spina.
Out on the race zone during today’s Challenge Day, the Italian 12mR La Spina is a Baglietto design dating back to 1928. She was the first Twelve in the Med and the only Italian one right up to 1983. Restored in Naples by a boat owner with a passion for authenticity, La Spina hit the water again in Spezia for a series of Mediterranean races. It was the Marquis Franco Spinola who decided to have the boat built. Vincenzo Baglietto was the chosen architect-builder, whose family yard, founded in 1854 in the tiny fishing village of Varazze, some 30km to the west of Genoa, is still in existence and remains one of the most famous boatyards in Italy, for a long while specialising in wooden construction. Vincenzo, who was 38 at the time, had just returned from Glasgow, where he obtained a degree in naval engineering. Though he had no experience of 12 Metre boats, he must have kept a close eye on those elsewhere in Scotland, and he’d already cut his teeth on other Metre boats having crafted one 6mR and two 8mR boats, all three of them winners of some prestigious races. And that’s not all. In fact, the 8mR Italia, gold medallist at the Olympic Games in Kiel, was his 1936 creation.

Silence we’re filming!
Season II of the British series « Riviera » is currently being filmed in Saint Tropez. Les Voiles is serving as a backdrop to the ‘Hitchcock-style’ plot which has already thrilled over 20-million spectators since 2017. Over 120 technicians are participating in the production and filming of scenes along Saint Tropez’s stunning coastline and also at sea. 
Riviera is a televised British series created by Neil Jordan and broadcast since 15 June 2017 on the Sky Atlantic channel. Riviera Season II is riding the crest of an extraordinary wave of success from the first season as a thriller based in the sunny climes of Saint Tropez with the spectacular competition of Les Voiles de Saint-Tropez as its setting. The series is being filmed in several iconic sites around the port of Saint Tropez with the precious support of the organiser of Les Voiles, the Société Nautique de Saint-Tropez. 
Distribution: Julia Stiles, Lena Olin, Dimitri Leonidas, Roxane Duran…

Today’s partner:
Basserat de Bellefon
A new partner to Les Voiles, the Champagne Basserat de Bellefon house is delighted to immerse itself in this utterly unique ‘waterworld’ encompassing the sea, sailors and beautiful sails. Created at the water’s edge on the terrain of Aÿ in 1843, BB leaves it mark on the tables of Paris’ main attractions, from the Louvre to Orsay to the Elysée. Back in the roaring twenties, BB celebrated the fervour of the cabarets before devoting itself to the freedom of St Tropez in the sixties. Besserat de Bellefon, Brigitte Bardot, these shared initials somehow predestined the company to join Les Voiles’ partners. With its blue and white ‘dress code’,  its so-called ‘Frenchytude’ – freedom, elegance and simplicity – spans 250m2 of the village at Les Voiles and perfectly embodies the spirit of the event.

SUN 7 GRAPHIC –
Saint Tropez’ Sun 7 Graphic communication agency provides companies and events with consultancy services thanks to its fully-tailored creations: haute couture applied to communication. It aims to provide all-encompassing support to projects from the creation to the realisation of all its advertising products

Le jeudi tout est permis

VST19D4B_390

Ikra s’adjuge la Club 55 Cup,  A Olympian le Trophée des Centenaires, Galatea plus fort que Magic Carpet3, Le défilé des équipages ; un carnaval Tropézien !

L’origine, devenue légendaire, des Voiles de Saint-Tropez, c’est la Nioulargue, cet événement né de l’imagination d’une poignée de « gentlemen de la mer » réunis autour de Patrice de Colmont, à la suite d’un pari à l’époque fort anodin, entre deux voiliers, le 12 m JI Ikra et le Swan Américain Pride. 20 ans après la renaissance de l’événement sous l’appellation Les Voiles de Saint-Tropez, le parcours désormais mythique vers la bouée de la Nioulargue était ouvert aujourd’hui, dans le cadre de la Club 55 Cup, par ce même Ikra, barré par Nicolas Bérenger, et un autre Swan, de 53 pieds celui-là, nommé Solte. La victoire est revenue au 12 m JI, à l’aise dans les airs changeants en force comme en direction, qui ont présidé à cette belle journée estivale dans le golfe.

Des Défis de tous styles
Imitant l’acte fondateur des Voiles, ils n’étaient pas moins d’une soixantaine d’équipages à se défier aujourd’hui, soit individuellement, soit jusqu’à 6 protagonistes, pour revivre in situ l’émotion de 1981, sur un parcours historique. On notait ainsi, entre autres, les affrontements fraternels mais point dénués d’intérêt sportif, entre deux générations de 12 m JI, French Kiss (Philippe Briand 1985) opposé à France (André Mauric 1970). Adversaire dans le groupe des Epoque Marconis, Emilia (Costaguta 1930) lançait le gant à La Spina (Baglietto 1928) en un face à face entre sloops bermudiens de plus de 20 mètres débordant d’élégance et de style. Plus futuriste, le défi entre Ryokan2, le Wally 80 et Lyra, un Wally 77, aux potentiels assez identiques. Challenges multi voiliers aux profils bien différents, l’affrontement en un seul défi entre le plan Verdier The Kid (JP 54), face aux Black Pepper Black Legend, Tewa et Black Soul. Fjord III, le cotre Bermudien signé Frers défiait Jour de Fête où officiait Michel Desjoyeaux (Paine -Burgess 1930) là encore en un joli ballet de cotres bermudiens. Lorina face à Wallyno constituait une répétition de la finale qui oppose ces deux Maxi dans le cadre des Voiles. Un règlement de compte avant l’heure !
Ikra rajoute son nom au palmarès de la Club 55 Cup
Déjà vainqueur lors du renouveau de ce Trophée si fortement évocateur de la création de la Nioulargue, en 2003 et 2004, le 12 m JI Ikra va rajouter son nom au palmarès 2019. Il s’est imposé sur ce tumultueux trajet entre le Portalet, la Nioulargue et Pampelonne, dans la petite brise et sur le clapot tonique qui baignaient la sortie du golfe, à son challenger du jour, le Swan 53 Solte. Au terme de ce combat de titans, les équipages ont sacrifié à la tradition et ont joyeusement déjeuné chez Patrice de Colmont, au Club 55, la tête sous les tamaris et les pieds dans le sable, attablé à ce qui se fait de mieux dans le mariage entre la gastronomie provençale et méditerranéenne.

Olympian s’adjuge d’un souffle le Trophée des Centenaires !
A l’instigation du Yacht Club de Gstaad, ils étaient 25 voiliers centenaires, de toutes tailles et de tous types de gréements, à concourir pour cette 9ème édition du Gstaad Yacht Club Centenary Trophy. Selon le principe de la « Pursuit race » accepté des concurrents, chaque voilier s’élançait peu après 13 heures depuis le Portalet, dans un vent modéré de Sud Est, pour un parcours de 17 milles nautiques vers la Nioulargue et retour. C’est Lulu, cotre aurique signé Texier en 1897, avec sa longueur hors-tout de 11,43 m, qui était le premier à se déhaler, suivi 11 minutes plus tard de Viola (Fife 1908). C’est le très majestueux Moonbeam IV (Fife 1914) qui fermait la ligne des centenaires 37 minutes plus tard. Au terme de 2 heures de pur bonheur, c’est Olympian, le P Class lancé en 1913 sur plan William Gardner qui vient inscrire son nom au Trophée. Il devance d’un souffle Viola, pourtant intouchable cette année sur le circuit Méditerranéen, et Chips, l’autre P Class signé Burgess. « On perd pour moins de 2 mètres ! » se lamentait Yvon Rautureau, « après avoir mené toute la course ! »… Même dans la plus amicale des confrontation, un régatier reste toujours un régatieR

Les Wally pour l’amour du sport !
Un joli parcours de 17 milles sous le soleil, dans le vent et sur l’onde apaisée… il n’en fallait pas plus pour convaincre l’ensemble des Wally présents aux Voiles de profiter de la ligne de départ mise en place par l’organisation des Voiles et de concourir avec la passion qui caractérise ces équipages. Le redoutable Galatea (Wallycento) bouscule lui aussi la hiérarchie en prenant le meilleur sur Magic Carpet Cubed pourtant si souvent triomphateur sur l’onde Tropézienne.
Les Maxi s’en mêlent !
Et pour ne pas être en reste, une bonne partie des Maxi en lice décidait, hors course officielle, de se défier eux aussi pour la beauté du geste. Cinq petites minutes après le départ des voiliers centenaires, 9 Maxi glissaient sous le Portalet ; E1 (VOR 70), Lady First (Mylius 60), Pelotari (V68), Wallyño (Wally 60), Leopard (Farr 100), Twin Soul 8 (Mylius 80), Lorina (Swan 601), et Mefi (60 OPen).

Défilé des équipages : égyptiens, pirates et super héros !
Relancé il y a quelques années, le défilé des équipages semble, année après année, attirer de plus en plus d’équipages. Chaque bateau est en effet invité à parader, déguisé, depuis la capitainerie jusque à l’extrémité du port de Saint-Tropez, en suivant les quais. Près d’une vingtaine d’équipages avait ce soir joué le jeu. Ils partaient au son de leur animation musicale dans une joyeuse sarabande où l’on distinguait pêle-mêle nombre de pirates, des Egyptiens et même des super héros. Selon le règlement, à la fin du défilé, les équipages se présentaient devant le jury qui déterminait un classement. Le vainqueur remportera dimanche lors de la remise des prix, le poids du capitaine en vin tropézien (Chevalier Torpez).
Participation record au concours de boules
Héritage direct des folles années de la Nioulargue, le concours de boules place des Lices a attiré hier soir un nombre record d’équipages. Quelque peu dépassés, les organisateurs ont arrêté les inscriptions à la centaine de triplettes. Ce sont donc 300 joyeux lurons qui ont rivalisé d’adresse à l’ombre des platanes de la célèbre place Tropézienne. Au bout de trois heures d’intenses, et joyeuses joutes, c’est équipage Français du X43 Pondoro qui remporte le Prix Champagne de Besserat de Bellefon.
Adoptez un corail !
Titouan Bernicot ; « j’ai tout plaqué pour ce projet »
« Au départ, notre association est composée de jeunes de Moorea, l’île soeur de Tahiti. Enfants, nous allions surfer au nord de l’île et il y a 5 ans, nous avons découvert que les coraux avaient pris une teinte blanche, et qu’ils étaient en train de mourir. On s’est demandé ce que l’on pouvait faire. On a créé en 2017 Coral Gardeners, une association qui poursuit deux missions : sensibiliser, raconter l’histoire des coraux et pourquoi les récifs sont importants. On fait des conférences, auprès des jeunes, à San Francisco, Miami, et ici à Saint-Tropez. On a aussi un énorme programme sur les réseaux sociaux, avec plus de 100 000 followers. Notre deuxième « job », le plus original, consiste à restaurer les récifs. On collecte les fragments de coraux brisés par l’homme ou les tempêtes, on les met 4 semaines dans une pépinière pour qu’elles bouturent, se réaclimatent, et au bout d’un mois, avec l’aide de scientifiques, on les replante sur Moorea. On a 90% de réussite. On a planté déjà plus de 6 000 coraux. On a un programme d’adoption, accessible au monde entier, pour « sponsoriser » l’implantation de nouveaux coraux. N’importe qui, en prenant contact sur notre site, peut ainsi participer pour 25 Euros à l’implantation d’un corail qui sera à son nom. »
20% des récifs coralliens dans le Monde sont morts. 30% sont d’ores et déjà condamnés !
TOUS les autres sont menacés de disparaitre dans les années à venir ! Si rien n’est fait, les scientifiques estiment que d’ici 2050 il n’y aura plus aucun corail sur Terre donc plus de poissons, plus jamais de vie marine et tout simplement nous ne pourrons plus respirer.
https://www.coralgardeners.org
Les Voiles de Saint-Tropez continuent ainsi d’entretenir de forts liens d’amitiés avec la Polynésie française ; George Kohrel, principal race officer est aussi responsable du comité de course de la Tahiti Pearl Regatta (qui se tiendra l’an prochain du 7 au 12 mai 2020). Après 10 ans de présence sur le village des Voiles de Saint-Tropez, la Tahiti Pearl Regatta se lance dans une nouvelle décennie de communication plus centrée sur son bassin de navigation dans le Pacifique Sud. Le principe du jumelage et d’échange d’équipages avec les Voiles a été reconduit avec le Royal New Zealand Yacht Squadron, organisateur de la prochaine America’s Cup.

Yacht extraordinaire :
La Spina.
Aperçu aujourd’hui sur le plan d’eau dans le cadre de la journée des Défis, le 12 m JI Italien La Spina est un plan Baglietto de 1928. Il fut le premier Twelve méditerranéen, et le seul italien jusqu’en 1983. Restaurée à Naples par un armateur soucieux d’authenticité, La Spina a repris la mer depuis la Spezia, pour les régates Méditerranéennes. C’est le Marquis Franco Spinola qui décide de la construction du bateau. Le choix de l’architecte-constructeur se porte sur Vincenzo Baglietto, dont le chantier familial, fondé en 1854 dans le petit village de pêcheurs de Varazze, à 30 km dans l’ouest de Gênes, existe toujours et reste l’un des plus fameux chantiers naval italien, longtemps spécialisé dans la construction en bois. Vincenzo, qui a 38 ans, vient de rentrer de Glasgow, où il a obtenu un diplôme en ingénierie navale. S’il n’a aucune expérience des 12 Mètre, il a dû observer soigneusement ceux qui se trouvaient en Ecosse, et il s’est déjà fait les dents en jauge métrique avec un 6 M et deux 8 M, tous trois vainqueurs de régates prestigieuses. Et ce n’est pas fini : on lui devra en 1936, le 8 M JI Italia, médaille d’or aux JO de Kiel.
Présentation à Saint-Tropez du parcours de la 20ème édition du Trophée du Bailli de Suffren
Le 20 juin 2020 sera donné à Saint-Tropez le départ de la 20ème édition du Trophée du Bailli de Suffren. Il s’agit d’une course croisière ouverte aux Yachts de tradition – mais qui accueille aussi des unités modernes, longue de plus de 600 milles, en trois étapes, unique par sa portée historique, son étiquette navale et son esprit corinthien, la conquête du Sabre d’honneur de l’Amiral Satan, surnom donné par les anglais au Vice-Amiral Pierre André de Suffren au 18ème siècle. La course, désormais présidée par Lionel Péan, avec le soutien de la Société Nautique de Saint-Tropez, alterne ses parcours d’une année à l’autre entre l’ouest Méditerranéen (Baléares) et l’est. Pour cet anniversaire, Malte sera la destination finale de ce voyage au coeur de la Méditerranée et de ses splendeurs, avec cette magnifique côte Varoise, Saint-Tropez, la Corse, la Sardaigne, la Sicile et les Iles Maltaises.
« Le Trophée du Bailli est la seule course qui suit véritablement les traces historiques d’un personnage réel qui a marqué son temps par son art consommé de la bataille navale » précise Lionel Péan. « Le Bailli de Suffren, surnommé « Amiral satan » par les anglais qui lui vouent un véritable culte, était un marin avant-gardiste à bien des égards. La course va sillonner les routes qu’il empruntait au 18ème siècle vers la Corse, la Sardaigne, la Sicile et Malte. Nous espérons une vingtaine de bateaux aux équipages motivés par une véritable aventure partagée dans le meilleur des esprits. »
Le parcours :
Saint Tropez – Bonifacio – Trapani – Gozo (Malte)
Saint-Tropez Bonifacio (Corse) 170 NM environ La Coppa
Dei Quattro Mori
Bonifacio Trapani (Sicile) 260 NM environ La Coppa Des
Gatopardi
Trapani Gozo (Malte) 160 NM environ La Route Des Chevaliers

Silence on tourne !
La saison II de la série Britannique « Riviera » est actuellement en tournage à Saint-Tropez. Les Voiles servent de toile de fond à une intrigue « Hitchcockienne » qui a déjà passionné depuis 2017 plus de 20 millions de spectateurs. Plus de 120 techniciens participent à la production et au tournage de scènes sur le littoral Tropézien mais aussi en mer.
Riviera est une série télévisée britannique créée par Neil Jordan, diffusée depuis le 15 juin 2017 sur la chaîne Sky Atlantic. En France, la série est diffusée depuis le 16 juin 2017 sur le service de vidéo à la demande SFR Play et depuis le 26 août 2017 à la télévision sur Altice Studio1. Elle reste inédite dans les autres pays francophones.
Riviera Saison II, dont la diffusion a commencé en Mai 2019, est construite sur l’extraordinaire succès de la première saison, un thriller qui se déroule dans le monde inondé de soleil de Saint-Tropez avec, en toile de fond, la spectaculaire compétition des Voiles de Saint-Tropez.
La série se tourne dans plusieurs lieux emblématiques du port de Saint-Tropez, avec le précieux soutien de l’organisateur des Voiles, la Société Nautique de Saint-Tropez.
Distribution : Julia Stiles, Lena Olin, Dimitri Leonidas, Roxane Duran…

Partenaire du jour :
Basserat de Bellefon
Nouveau partenaire des Voiles, la maison de Champagne Basserat de Bellefon s’immerge avec bonheur ce monde si singulier de la mer, des marins et des belles voiles qui vont sur l’eau. Né au bord de l’eau sur les terres d’Aÿ en 1843, BB laisse son empreinte sur les tables des hauts lieux parisiens, du Louvre à Orsay, en passant par l’Elysée. Dans le vent des années folles, BB célèbre la ferveur des cabarets avant de se consacrer au souffle de liberté du St Tropez des sixties. Besserat de bellefon, Brigitte Bardot, des initiales communes qui prédestinaient la maison Champenoise à rejoindre les partenaires des Voiles. Avec son « dress code » bleu et blanc, elle décline avec bonheur sur près de 250 m2 dans le village des Voiles son credo résumé dans le lexème, « Frenchytude », ou selon sa propre définition, l’Attitude, les style de vie à la Française, Enclin de liberté, d’élégance et de simplicité. Autant d’axiomes qui cadrent parfaitement avec l’esprit des Voiles.

SUN 7 GRAPHIC –
L’agence tropézienne de communication Sun 7 Graphic assure des missions de conseils aux entreprises et aux événements, grâce à des réalisations 100% « sur mesure » : la haute couture appliquée à la communication. Sa volonté est d’accompagner les projets de la création à la réalisation de l’ensemble des produits publicitaires.

PROGRAMME
VOILIERS MODERNES
Vendredi 4 et Samedi 5 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

VOILIERS DE TRADITION
Vendredi 4 et Samedi 5 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

Pour tout le monde remise des prix
Dimanche 6 Octobre, à partir de 11 heures

Les Voiles au gré du vent…

01/10/2019, Saint-Tropez (FRA,83), Les Voiles de Saint-Tropez 2019, day 2

Parés pour les défis ! La Club 55 Cup, plus fidèle que jamais à l’esprit Nioulargue –  Le point sur les coursesLe défilé des équipages, Saint-Tropez à la folie !

Les Voiles de Saint-Tropez constituent le plus impressionnant des rassemblements de yachts Classiques et Modernes. Près de 300 bateaux, 4 000 marins qui ont, en cette journée bien ventée, profité à terre des charmes légendaires du petit port Varois. Architectes, armateurs, Commodores et skippers de renom ont pu, toute la journée, au hasard de leurs pérégrinations curieuses à l’ombre qui des grands voiliers de traditions, qui des futuristes Wally, qui des sublimes petits cotres ou yawls parfois centenaires, échanger, partager, évoquer et en toutes les langues, la belle santé de la planète voile. Les régates de la veille étaient naturellement au coeur des discussions, et c’est avec appétit que tous ces inconditionnels des Voiles rejoindront ce jeudi les eaux du golfe, pour prolonger, sur l’eau cette fois, les duels rhétoriques entamés aujourd’hui…
Journée des Défis : Wally, Maxi et grandes goélettes en régate !
Le jeudi, les Voiles de Saint-Tropez célèbrent l’esprit créateur de la régate originale vers la Nioulargue entre Ikra le 12mJI, et Pride, le Swan 44 américain. Les concurrents sont traditionnellement invités à se défier au gré de leurs affinités, en dehors de toute logique de jauge, pour le simple plaisir d’en découdre entre régatiers. Dès midi, une ligne sera matérialisée à la hauteur de la tour du Portalet, juste devant la digue du port de Saint-Tropez, et les différents challengers s’élanceront les uns après les autres, sous les yeux du public massé sur les hauteurs du môle Jean Réveille. Après les protagonistes de la Club 55 Cup, qui ouvrent traditionnellement le bal, les défis les plus attendus comme les plus improbables se succèderont jusqu’au milieu de l’après-midi. Parmi les plus classiques, mais pas les moins disputés, les grandes goélettes ont décidé de se donner en spectacle, tout comme les Wally et les Maxi. En résumé, le jeudi, on se défie, on se jauge, et on régate à Saint-Tropez !
Club 55 Cup, l’esprit pionnier !
Au-delà des illustres trophées sportifs disputés pendant les Voiles, la Club 55 Cup a une place à part, hommage à l’idée originale de Patrice de Colmont. Relancé en 2003, ce duel singulier au cœur de la semaine est plus qu’une commémoration. C’est un véritable hommage à l’esprit d’origine de la régate, quand, dans un simple élan de compétition amicale, deux capitaines se lançaient un défi pour l’amour du sport avec pour seul enjeu le plaisir d’opposer et de comparer sur l’eau les performances d’un yacht et de son équipage. Depuis sa renaissance, la Club 55 Cup a connu 9 vainqueurs,
* Ikra (12 m JI) en 2003 et 2004,
* The Blue Peter (côtre bermudien 20m, Mylne 1930) en 2005 et 2006,
* Lucia (yawl Bermudien 19m, Alden 1940) en 2007 et 2008,
* Cambria (23mJI Bermudien 40m, Fife 1928) en 2009,
* Mariquita (19mJI Aurique 33m, Fife 1911) en 2010 et 2011,
* Altaïr (Goélette Aurique 40m, Fife 1931) en 2012, (2013 : pas de défi : intempéries),
* Moonbeam III (cotre Aurique 25m, Fife 1903) en 2014 ainsi qu’en 2015,
* Eugenia V (Ketch Marconi 21m60) en 2016
* Savannah (Sloop 27,48 m) en 2017 et en 2018
Pour cette édition 2019 les deux protagonistes en lice ne manquent pas de rappeler l’origine de la Nioulargue puisque le 12MJI Ikra défiera demain Solte, le joli Swan 53. Le règlement est a priori parfaitement simple : les bateaux vont se défier sur un parcours de 15 milles nautique – Tour du Portalet, bouée de la Nioulargue, Le Club 55… celui qui termine devant l’autre l’emporte et lance un défi au bateau de son choix l’année d’après, et le tout se terminant par un incontournable déjeuner sous les tamaris du Club 55 pour les deux équipages.

Du côté des classements…
Neuf groupes rassemblent les voiliers Modernes de la flotte 2019 des Voiles. Les yachts Classiques sont, quant à eux, réunis en 10 groupes, en fonction de leurs tailles et de leurs types de gréement. La régate d’hier a confirmé les forces en présence, et les voiliers les plus en vue de la saison, se montrent à la hauteur de leurs réputations et affirment leurs envies de briller pour ce dernier et magistral rendez-vous de la saison en Méditerranée. Ainsi le très attendu Sumurun (Fife 1914) répond-il présent au rendez-vous, en devançant deux vieux habitués des podiums tropézien, Mariska (Fife 1908) et Moonbeam of Fife (Fife 1903). Ester (Mellgren 1901) et Kismet (Fife 1898) sont déjà en position de rêver à un sacre dimanche prochain chez les auriques. Yanira, Stiren, Il Moro di Venezia, Cippino II, Sonda et Emilia Prima sont aussi en avantageuse position ce soir dans leurs groupes respectifs de voiliers au gréement marconi.
Velsheda (Camper&Nicholson 1933), Kallima (Frers 2001), Flow (Frers 2005) et Vesper brillent dans leurs groupes des grands IRC A. Le très compétitif et très dense groupe des IRC B est quant à lui dominé ce soir par le Swan Solte, talonné par le Mylius 50 Daguet 2, et le Baltic 50 Suisse Music. 33 bateaux régatent en IRC C, et c’est le TP 52 Nanoq, au Prince Frederik du Danemark qui mène la danse, suivi d’un autre 52 pieds, Rowdy Too. Il y a foule aussi en IRC D, avec 40 voiliers inscrits. Bella Donna, le Farr 40 de Jean Marie Gennari est en tête. Give me 5 en IRC E et Pitch chez les « petits » IRC F se donnent aussi toutes les chances de l’emporter.

Yachts extraordinaires
Orienda est une goélette Bermudienne de 26 mètres en bois construite en 1937 par Oscar W. Dahlstrom à Faaborg au Danemark, pour le compte d’un entrepreneur danois nommé Ole Sundo. Jusqu’en 1951, elle s’est dénommée Ragnar IV. Elle changera 4 fois de nom avant de recevoir le patronyme d’Orienda en 1988. Le bateau est demeuré longtemps dans les Caraïbes, accueillant des familles royales du Danemark et nombre de célébrités. Le batteur du groupe de Rock Rush, Neil Peart, en a été l’un des propriétaires. Orienda a subi une profonde rénovation en 1988 et a pu ainsi participer aux premières éditions de la Nioulargue.
Elle accueille cette année à son bord trois Commodore du prestigieux Great Harbor Yacht Club de Nantucket (USA), l’ancien, Joe Ripp, Elliot Gerwitz, le futur, et l’actuel Commodore pour encore quelques heures, Mr Ron Zarrella. Ron et son épouse Carolyn ont construit un 49 pieds sur plan Taylor, Black Fish, qu’ils verraient volontiers régater en Méditerranée. Ils sont toute la semaine un peu en repérage à Saint-Tropez, attirés par les louanges dressées avec insistance par leurs amis régatiers aux Etats-Unis. Leurs premières impressions dépassent leurs espérances les plus folles, et il y a fort à parier que les couleurs du Great Harbor Yacht Club flotteront à nouveau d’une manière ou d’une autre sur le golfe de Saint-Tropez…

La Fête made in Saint-Tropez
La soirée anniversaire des 20 ans des Voiles a réuni hier soir coureurs, armateurs, organisateurs, bénévoles en une fête dont seule la Société Nautique de Saint-Tropez a le secret. L’animation musicale, selon la volonté déclarée du président Tony Oller, était assurée par de jeunes talents Tropéziens, DJ prometteurs ou déjà affirmés sur la scène tropézienne, qui ont su entrainer tout ce joyeux monde de la mer dans une sarabande effrénée. On se souviendra ainsi des rythmes lancés dans la chaleur Tropézienne par DJ Jack E. bien connu des nightclubers en France et à l’étranger. Rob Schneider et DJ Lukkas interviennent eux aussi en alternance chaque soir dans le village, avec cette sincère envie d’apporter une touche de musique contemporaine aux Voiles, passerelle intergénérationnelle s’il en est au sein des passionnés de voile et de bateaux….

9ème édition du Gstaad Yacht Club Centenary Trophy.
Rendez-vous incontournable pour les voiliers centenaires, le Centenary Trophy se déroule pendant les Voiles de Saint-Tropez le jeudi, selon le format de la « pursuit race » (les bateaux franchissent la ligne de départ en fonction de leur rating, le premier à franchir la ligne d’arrivée est le vainqueur). Au fil des année, le GYC Centenary Trophy est devenu le point d’orgue pour les classiques pendant cette semaine Tropézienne. Comme tous les ans, de nombreux participant et anciens vainqueurs reviennent tandis que de nouveaux centenaires s’engagent pour la première fois. Sur la liste des inscrits 2019, on découvre plusieurs nouveaux arrivants comme le 8 Mètres 1917 Apache conçu par l’architecte norvégien Johan Anker, connu dans le monde entier comme le père du Dragon. Newcomer également, Ester, le sloop aurique de 1901 conçu par Gunnar Mellgren, avec une histoire de renaissance unique. Deux big boats participent également pour la première fois au Centenary Trophy. Black Swan, un ketch Aurique conçu par Charles E. Nicholson en 1899 célébrant son 120ème anniversaire et Sumurun, un ketch Marconi de 1914 conçu par William Fife III. L’histoire de Sumurun est liée à de nombreuses personnalités – parmi elles, des invités célèbres comme Mick Jagger ou John Kerry – sans oublier de nombreuses victoires de course.
Ces Big Boats devront surveiller les autres bateaux plus petits mais rapides, comme Endrick, 7 Mètres, conçu par William Fife III en 1912, son propriétaire skipper, Jean Degaudenzi, est un navigateur olympique. Clin d’oeil à Mariquita, le trophée en argent, qui récompense chaque année le vainqueur de la régate, a été créé par Wakely and Wheeler of London en 1911, un détail cher au coeur de George Nicholson, l’ancien Commodore du Gstaad Yacht Club qui l’a déniché.

Le défilé des équipages
Moment éminemment festif au cœur de la semaine des Voiles, le défilé des équipages. Remis au goût du jour voici quelques années, cet instant carnavalesque laisse toute latitude aux marins de se vêtir selon leur fantaisie pour défiler depuis le Village des Voiles et le long des quais, aux accents du Samarobriva Pipe band. Un moment de franche hilarité pour le grand public qui se mêle spontanément à la fête, pour une communion dédiée à cet esprit festif si propre au yachting.

Les partenaires du Jour
SUZUKI MARINES
Partenaire de la Société Nautique de Saint-Tropez, Suzuki Marines équipe à l’occasion des Voiles les nombreux semi-rigides nécessaires à l’encadrement des régates sur l’eau. 15 moteurs de 200 à 350 cv sont ainsi à l’oeuvre sur le plan d’eau varois, en majorité à bord des semi-rigides de la marque Brig, partenaire de l’épreuve. Présent dans le village, Suzuki Marine accueille en son stand non seulement le grand public mais aussi ses distributeurs du sud de la France. La Voile, les bateaux modernes et classiques, partagent nombre de valeurs communes au constructeur japonais, l’innovation, la technologie, l’authenticité, toute mises à l’honneur lors des Voiles. L’état d’esprit très festif de l’événement issu de la Nioulargue inspire aussi la marque japonaise qui chérie l’axiome « travailler sérieusement sans se prendre au sérieux… »

DERBEZ JARDINS –
Unanimement appréciée des visiteurs et de régatiers, la décoration végétale du Village des Voiles est assurée par une maison Tropézienne, Gerbez Jardins qui offre un Pôle paysager unique au coeur du golfe de Saint-Tropez. La Maison Derbez est un lieu inédit et exclusif dans lequel dialoguent des végétaux d’exception, du design d’espace et d’objet, des créateurs, des rencontres culturelles.
Ce pôle présente trois serres, écrins de verre, qui mettent en valeur votre activité dans un parc arboré luxuriant de trois hectares dédiés à l’aménagement paysager.
Les cinq sens sont interpellés tout au long de la visite : le parfum des fleurs, le murmure de l’eau, le toucher des matériaux organiques, les rayons de soleil à travers les feuilles des arbres, le rythme de la Nature.
Soyez au rendez-vous en apportant votre touche au Pôle qui n’existe nulle part ailleurs, un Lieu rêvé consacré à la Beauté du Jardin dans toutes ses déclinaisons.

CHEVALIER TORPEZ (LES VIGNOBLES DE SAINT TROPEZ) –
Caïus Silvius Torpetius, Saint Tropez de Pise, ou chevalier Torpès, ou Torpez, est l’un des premiers martyrs chrétiens italiens du Ier siècle, sous l’empereur Néron. Torturé puis décapité par l’empereur pour avoir refusé d’abjurer sa foi chrétienne, son corps fut jeté à Pise dans une barque qui s’échoua sur les rivages de Héracléa (Saint-Tropez) en l’an 68 après Jésus-Christ. Depuis 460 ans, les habitants de Saint-Tropez rendent hommage à cet homme exceptionnel à l’occasion de la fête de «La Bravade». Chevalier Torpez est aussi la marque d’un vignoble, joyau exceptionnel, situé sur le cap de Saint-Tropez, couvrant 180 ha, entourant le village lumière et intemporel. Ces vins racontent et partagent l’histoire du village né de la nature, des arts et de l’exubérance, né aussi des passions d’hommes et femmes. « Chevalier Torpez» inscrit sur chacune des bouteilles témoigne d’un destin et du lien rare qui unit un homme, le Chevalier Torpez, aux habitants du village. « Nos vins sont le fruit d’un singulier vignoble » explique Alain Guichet, oenologue et Directeur Général, «  un véritable « jardin de vignes » entourant le village de Saint-Tropez, près des vieilles bastides et des villas modernes aux architectures contemporaines et surplombant plages et rivages. Le vin est, comme la voile, un univers de passion partagé par des hommes qui aiment célébrer la vie. Chevalier Torpez est une vraie signature, sur un terroir très singulier marqué par un air salin qui contribue à la saveur spécifique de nos bons, blancs rouges et rosés.»

PROGRAMME
VOILIERS MODERNES
Jeudi 3 (journée J. Laurain, Journée des défis), Vendredi 4 et Samedi 5 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

VOILIERS DE TRADITION
Jeudi 3 (journée J. Laurain, Journée des défis, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Vendredi 4 et Samedi 5 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

Pour tout le monde remise des prix
Dimanche 6 Octobre, à partir de 11 heures

Les Voiles carried along by the wind…

VST19D4B_325

All set for the challenges! The Club 55 Cup, the original Nioulargue spirit ever present, A review of the races,  Festivities on land and sea in Saint Tropez!

Les Voiles de Saint-Tropez is the most impressive gathering of Classic and Modern yachts. Featuring nearly 300 boats and 4,000 sailors, today, on what proved to be a very windy afternoon, the competitors took full advantage of the legendary charms of the little port in France’s Var region, where the festivities continue day and night. Naval architects, boat owners, commodores and skippers of renown, sailing large traditional sail boats, futuristic Wallys, sublime little cutters or yawls, some of them centenarians, all had the chance to come together, exchanging ideas, sharing thoughts and chatting in all the languages about the good health of the sailing planet. The previous day’s racing naturally fuelled many a discussion and so it is with great gusto that these stalwarts of Les Voiles will head back out into the bay tomorrow to turn today’s words into actions out on the water… 

Challenge Day: game on for the Wallys, Maxis and large schooners!
On Thursday, Les Voiles de Saint-Tropez is celebrating the creative spirit of the original regatta in a sprint towards Nioulargue between the 12mR Ikra and Pride, the American Swan 44. Competitors are traditionally invited to challenge fellow competitors they have an affinity with rather than sticking to a measurement logic, with the emphasis on the sheer enjoyment value. From noon then, contenders will line themselves up level with the Portalet Tower, in front of the sea wall off the port of Saint Tropez, at which point the various challengers will set sail one after the other, beneath the gaze of the public flocked around the Jean Réveille jetty. With the protagonists competing for the Club 55 Cup first to head off, a series of most unlikely and eagerly awaited challenges will follow suit until the middle of the afternoon. The large schooners, Wallys and Maxis are also keen to put on a show tomorrow so it’s game on for everyone in Saint Tropez on Thursday!

Club 55 Cup, the pioneering spirit! 
In addition to the illustrious sports trophies contested during Les Voiles, the Club 55 Cup adds a very unique twist to proceedings by way of a homage to an idea devised by Patrice de Colmont that is in line with the original spirit of the regatta. Indeed, this whole event in Saint Tropez as it stands today began as a friendly competition between two captains, who set themselves a challenge for the love of the sport, in a bid to size up the performance of a yacht and her crew in relation to another. In its time, the Club 55 Cup has declared 9 separate winners. For this 2019 edition, the two protagonists are sure to reflect the wonderful duels of times gone by since it is the 12mR Ikra which will be challenging Solte, the fine Swan 53 tomorrow. Launching into a 15 nautical mile sprint from the Portalet Tower to the Nioulargue mark and on to Le Club 55… the first to finish takes the win and lays down a challenge for the following year with a boat of their choice, the whole thing rounding off in a rather sumptuous luncheon beneath the tamarisks of the Club 55 for both crews. 

The low-down on the leader board…

The Modern yachts competing in Les Voiles 2019 are split into nine groups, whilst the Classic yachts are distributed amongst 10 groups, according to their size and rig-type. Yesterday’s racing confirmed the main runners and riders, with the favourites seemingly on form. In this way, the much-awaited Sumurun (Fife 1914) is certainly one of the stand-out performers ahead of two craft very familiar with the podiums in Saint Tropez, Mariska (Fife 1908) and Moonbeam of Fife (Fife 1903). Ester (Mellgren 1901) and Kismet (Fife 1898) are already in contention for a win among the gaffers this Sunday, whilst Yanira, Stiren, Il Moro di Venezia, Cippino II, Sonda and Emilia Prima also have the edge this evening in the respective groups of Marconi-rigged yachts.

Velsheda (Camper&Nicholson 1933), Kallima (Frers 2001), Flow (Frers 2005) and Vesper are excelling in their large IRC A group. Meantime, the highly competitive and very packed group of IRC Bs is dominated by the Swan Solte this evening, tailed by the Mylius 50 Daguet 2, and the Swiss Baltic 50 Music. 33 boats are racing in IRC C, and it’s the TP 52 Nanoq, belonging to Prince Frederik of Denmark that is leading the way, followed by another 52-footer, Rowdy Too. IRC D is equally popular with no fewer than 40 yachts. Bella Donna, Jean Marie Gennari’s Farr 40 is top of the pile. Give Me 5 in IRC E and Pitch among the ‘petite’ IRC Fs are also in with a chance of victory.

9th edition of the Gstaad Yacht Club Centenary Trophy. 

An absolute must for the centenarians, the Centenary Trophy is disputed as a pursuit race on the Thursday within the context of Les Voiles de Saint-Tropez, the boats crossing the start line according to their rating and the first to cross the finish line takes the win. Over the years, the GYC Centenary Trophy has become the ‘grand finale’ for the classic yachts in Saint Tropez. Naturally, numerous participants and past winners come back for more, whilst boats that have recently turned a hundred sign up for the first time. As such, the 2019 line-up boasts several new arrivals, like the 8-Metre 1917 Apache designed by Norwegian architect Johan Anker, a name synonymous the world over with the Dragon. Another newcomer is Ester, the 1901 gaff sloop designed by Gunnar Mellgren, following her unique ‘resurrection’. Two big boats are also making their Centenary Trophy debut. Black Swan, a gaff-rigged ketch designed by Charles E. Nicholson in 1899 and celebrating her 120th birthday and Sumurun, a 1914 Marconi ketch designed by William Fife III with multiple wins to her credit, whose past guests have included Mick Jagger and John Kerry. 

These Big Boats will have to keep an eye out for other smaller but faster boats, like the 7-Metre Endrick, designed by William Fife III in 1912, sailed by her owner-skipper Jean Degaudenzi, an Olympic sailor.

 
Today’s partners

SUZUKI MARINE

Partner to the Société Nautique de Saint-Tropez, Suzuki Marine grace a number of the ribs required at Les Voiles to supervise the on-the-water racing, with some 15 engines in all, ranging from 200 to 350hp. Present in the village, Suzuki Marine welcomes the general public to its stand, together with its distributors from the south of France. The fleet of Modern and Classic boats at Les Voiles share many of the values of the Japanese manufacturer, from innovation to technology to authenticity. The event’s very festive mindset, that harks back to the days of the Nioulargue, is also reflected in the Japanese brand’s axiom « be conscientious in your work, without taking yourself too seriously… »

 

DERBEZ JARDINS –

Proving to be a big hit among visitors and racers, the plants decorating the Village at Les Voiles are the work of a local company Derbez Jardins, which offers a landscaped oasis at the heart of the bay of Saint Tropez. Derbez Jardins is a unique and exclusive venue that creates a wonderful dialogue through plants that inspires the design of spaces and objects, creators and cultural exchanges. The Beauty of the Garden is revealed in all its splendour thanks to Derbez Jardins.

 
CHEVALIER TORPEZ (THE VINEYARDS OF SAINT TROPEZ) –

Saint Torpes or Torpez of Pisa is venerated as an early Christian martyr and the beautiful town of Saint Tropez takes its name from him. For 460 years, the town’s inhabitants have paid homage to this exceptional man during the festival of « La Bravade ». Inspired by this history, Chevalier Torpez is continuing the name with its own vineyard, which has become a rare jewel on the headland of Saint Tropez and spans some 180 hectares. These wines tell a story about the village that was created from nature, the arts, exuberance and the passion of both men and women. « Our wines are the fruit of a very special vineyard » explains Alain Guichet, oenologist and General Manager, « a genuine ‘garden of vines’ surrounds the village of Saint Tropez. Wine, like sailing, is a universe of passion shared by people who love to celebrate life. Chevalier Torpez is a true signature, on a very special ‘terroir’ punctuated by salty air, which embellishes our wonderful white, red and rosé wines with a very unique flavour. »

PROGRAMME

MODERN YACHTS
Thursday 3 (J. Laurain Memorial Day, Challenge Day), Friday 4 and Saturday 5 October: Inshore races, 1ststart 11:00 hours

CLASSIC YACHTS
Thursday 3 (J.Laurain Memorial Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 4 and Saturday 5 October: Inshore race, 1st start 12:00 hours

Prize-giving for everyone 
Sunday 6 October, from 11:00 hours