CLOSE ENCOUNTERS OF THE THIRD KIND

28/09/2015, Saint-Topez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2015, Day 1, Wally Yachts

The Voiles de Saint-Tropez promises a unique gathering, under the invitation of the Société Nautique de Saint-Tropez, of the most beautiful classic and modern yachts in the world, closing the regatta season. Set in the extraordinary light which characterises the end of September and early October, this year will once again have its share of surprises, discoveries and reacquaintances. Keeping up with the Moderns

Béni soit qui Wally pense could well be the maxim of this super-yacht class, who certainly don’t lack…class! The Wally yachts are in a world apart with their combination of luxury and comfort combined with speed and manoeuvrability, an equation perpetually sought after by naval architects and always accomplished by Luca Bassani.   2017 is an important year for the class with the launching of the fourth Wallycento, developed in conformity with the box rule, following Hamilton (today Open Season) Galateia and Magic Carpet3. The arrival of the new Tango just out of the shipyard in July is highly anticipated. The battle will be fought off the coast of Pampelonne to bring home the BMW Trophy proudly held by the 107-footer Open Season. IRC A class guarantees a thrilling start with 43 metre Baltic 130 My Song lining up against 35 metre Swan 115 Solleone; the formidable Farr 100 Leopard, title holder on corrected time also a contender alongside La Bete (formerly Rambler) sailing under a British ensign. In the twenty strong IRC B class, last year’s 1st and 2nd place holders, homonyms Music (GBR – Swan 53) and Music (SUI – Baltic 50) will be playing it out. The risk of confusion not lessened by new entries to the same class Enigma VIII (NOR – Swan 66) and namesake Enigma (FRA – Sense 50)! IRC C fleet have been chosen for the third year running as contenders for the Groupe Edmond de Rothschild Trophy, much coveted and fought for between the TP52, GP42, Swans, Farr40, 46 and 52, IMX and prototypes. Rivals Alizée and Arobas² prepare a rematch, whilst Renata – formerly Team Vision – in the hands of virtuoso Sébastien Col, hopes to be in for some spoils. In Classes D and E competition will be fierce amidst closely matched fleets of more than thirty boats per category.

It’s a Classic A record number of 25 centennial will be present this year amongst some one hundred classic boats on the start line of the Voiles. The preservation and restoration of classic yachts has been brought to the forefront by the creation of class rules and events such as the Nioulargue, forerunner until 1999 to the Voiles de Saint-Tropez. Each year across the globe, passionate yachtsmen search out broken hulls, wrecks abandoned in mudflats, to embark on the adventure of refitting these derelict vessels to their former glory and to participate in this revered event. Certainly true across the Atlantic, we find at this year’s Voiles several famous examples such as the New York 30 Linnet, the well-known NY40 Chinook, the exclusive NY50 Spartan, all designed by the talented Nathanael Herreshoff under the auspices of the New York Yacht Club and precursors to the current series of one-designs. Of similar origin, the P-Class Olympian and Chips with Q-Class Jour de Fête exemplify a renaissance of the “Universal Rule”, the biggest and most well-known creations being the J-Class. Beyond the admiration of much anticipated newcomers such as 1930 JI 6-meter Nada, helmed by Alexia Barrier, or 75 SQM Tuemmler from 1924, competitors of such diversity can meet on the same start line thanks to a handicap system configured on the standard measure and based on performance prediction calculations producing a corrected time result. Pressure is high for these magnificent champions from the previous edition: Spartan (*Epoque Aurique A), Kelpie of Falmouth (Epoque Aurique B), Rowdy (Epoque Marconi A), Leonore (Epoque Marconi B), Cholita (Epoque Marconi C), Moonbeam 4 (Grands Traditions), Yanira (Classic Marconi A), Outlaw (Classic Marconi Class B), Il Moro di Venezia (Classic Marconi Racer) plus the delectable Maria Giovanna II (Invitation Class), not forgetting Mariska (15 meter JI) who will race this year for the mythical Rolex Trophy. *Epoque Aurique = Vintage Gaff Class

In brief:

Fan zone A festive ambience shared by all – locals, participants, the public – necessitates the implementation of certain security measures on the part of the organisers and public authorities. To this effect a “fan-zone” will be put in place on Thursday 5th (crew parade) and Saturday 7th October, restricting vehicle access to the port and to the vicinity of the race village. A daily presence of visitors to the area can match those of the high season, where numbers can reach between 50 to 80,000 people.

The Byblos in celebration mode It all began 50 years ago, on a certain May 27th, 1967 like a fairy-tale…. The Byblos and the Caves du Roy now iconic and of international repute, remain true to their original mission: to bring a touch of magic – unique and renowned; a signature that they share at the heart of their association with the Voiles de Saint-Tropez – treasured moments under the banner of luxury and conviviality.

Sponsors to Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY JETFLY DANONE SUZUKI MARINE

PROGRAMME MODERN YACHTS Saturday 30 September – Sunday 1 October: Registration and inspection Monday 2, Tuesday 3, Wednesday 4, Thursday 5(J. Laurain Day, Challenge Day), Friday 6 and Saturday 7 October: Coastal course, 1st start 11:00am CLASSIC YACHTS Sunday 1 and Monday 2 October: Registration and inspection Sunday 1 October: finish of the Yacht Club de France’s Coupe d’Automne from Cannes Tuesday 3, Wednesday 4, Thursday 5 (J. Laurain Day, Challenge Day, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Friday 6 and Saturday 7 October: Coastal course, 1st start 12:00 noon Prize-giving for everyone Sunday 8 October, from 11:00am

RENCONTRES DU 3E TYPE

30/09/2016, Saint-Tropez (FRA,83), Voiles de Saint-Tropez 2016, Day 5

C’est aux Voiles de Saint-Tropez, et nulle part ailleurs : à l’invitation de la Société Nautique de Saint-Tropez, le rassemblement des plus beaux bateaux classiques et modernes au monde clôt la saison des régates dans les eaux du golfe, profitant des belles lumières de la dernière semaine de septembre et de la première d’octobre. Et cette année encore, l’épreuve offrira son lot de surprises, de découvertes et de rencontres.

A la mode des modernes

Béni soit qui Wally pense pourrait être la maxime de cette classe de super-yachts, qui ne manque pas… de classe ! Les Wally sont des vaisseaux issus d’une planète à part, qui allient luxe et confort avec vitesse et manœuvrabilité, une équation que les architectes navals terrestres pensaient sans réponse avant leur création par Luca Bassani. 2017 est une année importante pour la série avec la mise à l’eau d’un quatrième Wallycento, bateau conçu à l’intérieur de la box rule : après Hamilton (aujourd’hui Open Season) Galateia et Magic Carpet3, le tout nouveau Tango qui est sorti de chantier en juillet est évidemment très attendu aux Voiles. La bataille fera rage au large de Pampelonne pour tenter de remporter le Trophée BMW actuellement fièrement accroché aux haubans du 107 pieds Open Season.

En IRC A, frissons garantis sur la ligne de départ face aux 43 mètres au pont du Baltic 130 My Song, ou encore aux 35 mètres du Swan 115 Solleone, même si le vainqueur en titre des Voiles, le redoutable Farr 100 Leopard peut prétendre renouveler sa dernière prestation au classement en temps compensé, sans oublier la présence cette année de l’équipage de La Bete (précédemment Rambler) sous pavillon britannique. En classe IRC B, forte de vingt bateaux, les débats seront menés à la baguette par les homonymes Music (GBR – Swan 53) et Music (SUI – Baltic 50) qui avaient respectivement terminés 1er et 2ème l’an dernier à un point d’écart. Les risques de confusion ne seront sans doute pas levés par l’arrivée, dans cette même classe, de deux nouveaux inscrits Enigma VIII (NOR – Swan 66) et son frère de nom, Enigma (FRA – Sense 50).

Chez les IRC C, la chasse au titre est ouverte pour la classe choisie pour la troisième année comme support au Trophée Groupe Edmond de Rothschild. C’est dire si les affrontements seront sans merci entre les TP52, GP42 ou autres machines de guerre type Swan, Farr 40,46 et 52, IMX ou protos. Les frères ennemis Alizée et Arobas2 s’y préparent à de belles retrouvailles, mais Renata – l’ancien Team Vision – aux mains du virtuose Sébastien Col, espère bien jouer les trouble-fête.

En classe D et E, la concurrence sera rude au sein de flottes homogènes de plus de trente bateaux par catégorie, qui avaient, en 2016, consacrées deux bateaux de la Société Nautique de Saint-Tropez : l’intouchable Team Chalets, l’A40 de Philippe Saint-André, et Absolutely le M36 de Philippe Frantz.

Dans la grande Tradition

C’est un chiffre record de 25 bateaux centenaires qui seront cette année parmi les quelques cent bateaux de tradition participants aux Voiles. La préservation et la restauration de yachts de tradition est une pratique qui a été largement encouragée par la création d’une jauge et d’épreuves comme la Nioulargue, devenue en 1999 les Voiles de Saint-Tropez. Chaque année, à travers le monde, des yachtmen passionnés découvrent des coques de bateaux, parfois réduits à l’état d’épave, dans des vasières, et se lancent dans l’aventure du « refiting » pour être au rendez-vous tropézien. L’aventure est également partagée outre Atlantique puisque l’on trouvera cette année aux Voiles plusieurs unités du type du fameux New York 30 (Linnet), du populaire NY 40 (Chinook) ou du plus exclusif NY 50 (Spartan) dessinés par le talentueux Nathanael Herreshoff sous l’égide du New York Yacht Club et qui sont les précurseurs des actuelles séries de bateaux monotypes. Même origine américaine, signatures également prestigieuses et même présence dans le golfe pour les P-Class (Olympian, Chips) et Q-Class (Jour de Fête), symboles de la renaissance de quelques-unes des plus petites unités de la « Jauge Universelle » dont les plus grandes et célèbres unités sont les J-Class.
Au-delà de l’impatience à découvrir les lignes de quelques nouveaux venus comme le 6 mJI de 1930 Nada, qui sera mené par Alexia Barrier, ou le 75 SQM Tuemmler (1924), il ne faudrait pas oublier l’intérêt des participants pour les résultats, calculés grâce à l’utilisation d’une jauge permettant de faire régater ensemble des bateaux différents en appliquant un ratio proportionnel aux prédictions de performances des uns par rapport aux autres. En clair, il s’agit de faire courir sur le même parcours des compétiteurs parfois aussi différents qu’une 4L d’époque et une BMW vintage, mais en corrigeant leurs temps de course pour pouvoir les comparer. La pression est donc du côté des magnifiques gagnants de la dernière édition : Spartan (Epoque Aurique A), Kelpie of Falmouth (Epoque Aurique B), Rowdy (Epoque Marconi A), Leonore (Epoque Marconi B), Cholita (Epoque Marconi C), Moonbeam 4 (Grands Traditions), Yanira (Classique Marconi A), Outlaw (Classique Marconi B), Il Moro di Venezia (Classique Marconi Racer) ou encore le délicieux Maria Giovanna II (Classe Invitée), sans oublier Mariska (15 mJI) qui concoure cette année de plus pour le mythique Trophée Rolex.

En bref :

Fan zone

La fête et le bonheur partagé pour tous – Tropéziens, participants, public – nécessitent de la part des organisateurs et des pouvoirs publics la prise en compte de tous les éléments de sécurité possibles. C’est dans ce cadre que les journées du jeudi 5 (défilé des équipages) et du samedi 7 octobre seront placés en configuration « fan zone », un dispositif maintenant bien connu de toutes les parties prenantes réduisant notamment l’accès aux véhicules sur le port et à proximité du village. Pour mémoire, les pics de fréquentation pendant les Voiles sont semblables aux jours de pointe de la saison estivale tels le 14 juillet ou le 15 aout, pouvant atteindre 50 à 80 000 personnes/jour.

Le Byblos en mode célébration

Tout a commencé il y a 50 ans, un certain 27 mai 1967 dans le battement de célébrations féériques… Le Byblos et les Caves du Roy participent depuis leur création à la renommée internationale de Saint-Tropez sans jamais faillir à leur vocation première : apporter cette touche de magie unique et reconnue, une signature qu’ils partagent au sein de leur partenariat avec les Voiles de Saint-Tropez autour de moments exclusifs sous le signe du luxe et de la convivialité.

 

Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX

BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA

HOTEL BYBLOS

MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ

POMMERY

JETFLY

DANONE

SUZUKI MARINE

PROGRAMME

VOILIERS MODERNES

Samedi 30 septembre – Dimanche 1er octobre : Accueil et contrôle

Lundi 2, Mardi 3, Mercredi 4, Jeudi 5 (journée J. Laurain et D. Jayson, Journée des défis), Vendredi 6 et Samedi 7 octobre : Parcours côtier, 1er départ 11h

 

VOILIERS DE TRADITION

Dimanche 1er et lundi 2 octobre : Accueil et contrôle

Dimanche 1er : arrivée de la Coupe d’Automne du Yacht Club de France en provenance de Cannes

Mardi 3, Mercredi 4, Jeudi 5 (journée J. Laurain et D. Jayson, Journée des défis, Club 55 Cup, GYC Centenary Trophy), Vendredi 6 et Samedi 7 octobre : Parcours côtier, 1er départ 12h00

 

Pour tout le monde remise des prix

Dimanche 8 Octobre, à partir de 11 heures

IN THE WAKE OF HISTORY

02/10/2013 - Saint-Tropez (FRA,83) - Voiles de Saint-Tropez 2013 - Day 3

The Voiles de Saint-Tropez assumes its place in maritime history taking centre stage at the Citadelle museum.   Inaugurated in 2013, the museum highlights the port of Saint-Tropez’s prominence in French maritime history dating back to the 18th century. The 2017 addition to the museum of pleasure craft and racing will be significantly marked by the inclusion of two models: that of Ikra and Pride, the two original competitors of the Nioulargue, founding regatta of the Voiles de Saint-Tropez. A precursor of the meeting of classic and modern yachts, this famous confrontation is today commemorated by as many as 300 of the most beautiful yachts in the world, meeting each year at the end of the summer season, in the gulf of Saint-Tropez.

Of boats and men If the mythology of the America’s Cup is notable for the notion that “there is no second place,” the Nioulargue has passed into posterity for its surprising lack of a winner. When reflecting on this friendly challenge between yachtsman, under the initiative of Patrice de Colmont in 1981, between Ikra, a wooden 12 metre J1 built in 1964 and the Swan 44 Pride, 10 years its junior, one rarely seeks out the detail – that these two yachts raced from Portalet tower to the Nioulargue bouy (a Provencal name derived from the French ‘nid du large’ signifying the presence of fish nesting in the depths) in front of Pampelonne beach; the finish celebrated by the infamous banquet at Club 55. This was the founding moment of the celebrated competition which has filled the port of Saint-Tropez and its surrounding waters for more than 35 years.

A question of scale From his Parisian studio, Yves Gaignet recounts fond memories of the Nioulargue: “an enchanting, poetic and amusing period where there was a lot of fun to be had.” In 2015, the famous model maker responded with pleasure to president of the Société Nautique de Saint-Tropez, André Beaufils’ invitation to exhibit his work during the Voiles. “I decided to present a model of Pride and Ikra side-by-side, reunited on the same finish line.” The contrast is striking, opposites not only in hull colour, the black Swan against the 12 meters’ white hull – but also in their conception, embodying a formidable evolution in the art of yacht racing. Represented on the scale of 1/28 and on the same waterline one can truly appreciate the differences between these two vessels. While the more modern boat measures 13.4m against her rival’s 21m, the surface sail area and weight is more than double: 81m² for Pride to 175m² for Ikra and 10 tonnes versus 27 tonnes! It is Patrice de Colman himself who has taken the initiative to acquire the superb models and to give them to the museum.

Saint-Tropez’s maritime museumSeveral landmark discoveries in the last 20 years by Gilbert Buti, renowned university professor, form the core of the museum.” explains Laurent Pavlidis, town historian. “For example, the major role that the tropezienne fleet played during the 17th and 18th century in Turkey – Ottoman Empire – deprived of their own naval fleet by the Knights of Malta, the Turks called on French allies for assistance. Another example, the hydrographic institution of Saint-Tropez responsible for the training of over 1000 captains in coastal navigation in the 19th and 20th century. Or even coral fishing in the 16th and 17th century.” If the aim of the museum is not to cover all subjects extensively, the idea is rather to offer the visitor elements of reflexion. The second largest naval history museum in the Var, the Citadelle welcomes 100,000 visitors a year and provides an alternative view to the somewhat superficial image that is sometimes associated with home town of celebrated French admiral, Bailli de Suffren.

In brief: The Yacht Club de France in a book Celebrating its 150th anniversary, the Yacht Club de France – to which the Société Nautique de Saint-Tropez is affiliated – embraces the mission to promote sailing in all its forms. Founded in 1867 by Napoleon III, passionately involved in the development of France’s maritime standing in the construction of pleasure craft and of sailing at its highest level. The Jubilee Book: A History of French Yachting, under the direction of Jacques Taglang: Frédéric Delaive, Louis Pillon, Dominique Gabirault, Antoine Sézérat, François Chevalier and Eric Vibart. Photographer: Laurent Charpentier. Square format, 30 x 30 cm, generously illustrated, 312 pages, canvas cover and jacket. Bilingual: French-English. http://ycf-club.fr/

The boules contest takes on new heights A veritable institution where it is said that some train all year to be in the running, the boule contest is one of the highlights of the frenzied land activities during the Voiles. The rules require that teams consist of a mix of locals and crew from each boat. Scheduled for Wednesday, October 4th from 6pm at the Place des Lices, the competition has new incentive this year with the winner taking home a ski holiday for two in the Val d’Isère resort.

Sponsors to Les Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY JETFLY DANONE SUZUKI MARINE LORO PIANA ENATA CHANTIER NAVAL MARE NOSTRUM COGOLIN AIR FRANCE VIGNOBLE SAINT TROPEZ

DANS LE SILLAGE DE L’HISTOIRE

01/10/2025, Saint-Tropez (FRA,83) , Voioes de Saint-Tropez 2015, Day 4

A cheval entre tradition et modernité, l’histoire des Voiles de Saint-Tropez franchit les portes de l’histoire maritime en entrant au musée de la Citadelle. Inauguré en 2013 à l’initiative de la municipalité pour « aller à l’inverse des idées reçues » – notamment celles qui laissent à penser que Saint-Tropez, qui fut le troisième port français au XVIIIe siècle, n’est qu’un charmant petit port de pêche-, le musée de la Citadelle inaugure en cette année 2017 un espace plaisance et régate. Et pour marquer cette ouverture, deux maquettes y seront accueillies : celles d’Ikra et de Pride, les deux bateaux à l’origine de la Nioulargue, la course fondatrice des Voiles de Saint-Tropez. Déjà précurseur de la rencontre d’un bateau classique avec un bateau moderne, l’affrontement de départ est aujourd’hui commémoré par près de 300 des plus beaux bateaux au monde, chaque année en fin de saison estivale, dans le golfe de Saint-Tropez. En rapportant l’histoire des bateaux, c’est l’histoire des hommes que l’on écrit, au carrefour entre l’évolution de la science et de la technologie, toujours poussée par la passion, incontournable point de départ de la découverte de nouvelles performances et de nouveaux rivages.

Des bateaux et des hommes Si la mythologie de l’America’s Cup est fondée sur l’idée « qu’il n’y a pas de second », celle de la Nioulargue est passée à la postérité avec une étonnante absence de vainqueur. Quand la mémoire collective a bien retenu le défi de marin lancé entre le 12 m JI en bois de 1964 Ikra et l’équipage affuté du Swan 44 Pride sorti de chantier pratiquement 10 ans plus tard, grâce à la complicité de Patrice de Colmont en 1981, personne ne cherche vraiment à savoir qui l’a emporté. Tout juste a-t-on retenu que le parcours, entamé par le travers de la Tour du Portalet, comportait un passage à la bouée de la Nioulargue, ce haut fond situé en face de la baie de Pampelonne, ainsi nommé « nid du large » en provençal en raison des nombreux poissons qui viennent y nicher, et se termina par un banquet au Club 55, avant de devenir une compétition mythique qui remplit le port de Saint-Tropez et les alentours depuis plus de 35 ans.

Question d’échelle Dans son atelier parisien, Yves Gaignet garde un souvenir fort des années Nioulargue « époque enchantée, poétique et drôle où l’on s’amusait beaucoup« . En 2015, le célèbre maquettiste répond donc avec bonheur à l’invitation d’André Beaufils, lui-même ancien de la Nioulargue, actuel président de la Société Nautique de Saint-Tropez, de venir exposer son travail pendant les Voiles. « Je décide alors de présenter côte à côte, enfin réunis sur une même ligne d’arrivée, une maquette de Pride et d’Ikra » Le contraste est saisissant. Non seulement la couleur de leurs coques – l’une noire, celle du Swan et l’autre blanche, celle du 12 m JI – oppose les deux bateaux, mais leur conception même incarne une formidable évolution dans l’art de la régate. Représentés à la même échelle de 1/28e, à la même hauteur de flottaison, la comparaison est vraiment instructive : alors que le bateau moderne mesure 13 mètres 40, son rival en fait 21, et lorsque l’on compare les surfaces de voile et le poids, c’est plus du simple au double : 81m2 pour Pride contre 175m2 pour Ikra, et 10 tonnes pour le premier contre… 27 pour le second ! C’est Patrice de Colmont lui-même qui prendra l’initiative d’acquérir les superbes maquettes, et d’en faire cadeau au musée de la Citadelle.

Un musée maritime tropézien « Plusieurs axes cardinaux qui ont réellement été redécouverts dans les 20 dernières années par Gilbert Buti, professeur des universités émérite, sont les piliers du musée » explicite Laurent Pavlidis, l’historien de la Ville qui en est le conservateur « Comme par exemple le rôle majeur qu’a joué la flotte tropézienne au XVII et XVIIIe siècle en Turquie – Empire Ottoman – privée de marine de guerre par les Chevaliers de Malte et qui a fait appel aux Français avec lesquels ils étaient en paix. Un autre exemple est celui de l’école d’hydrographie de Saint-Tropez qui a formé plus de 1000 capitaines au cabotage et au long court entre le XIX et le XXe siècle. Ou encore la pêche au corail entre le XVIe et le XVIIe qui y fera prochainement son entrée. » Si la vocation du musée n’est pas de traiter in extenso tous les sujets abordés, l’idée est plutôt de proposer au visiteur des pistes et des éléments de réflexion ouvrant à autant de découvertes. Aujourd’hui, le Musée d’Histoire de la Marine de Saint-Tropez qui accueille 100 000 visiteurs par an est le deuxième musée du Var et participe à l’offre muséale de la Ville qui la place en tête du département, loin de l’image superficielle que l’on prête parfois un peu vite à la cité du Bailli de Suffren.

En bref : Le Yacht Club de France se livre Fêtant cette année ses 150 ans, le Yacht Club de France – dont la Société Nautique de Saint-Tropez est un des clubs alliés – assure la plus grande des missions : promouvoir la navigation sous toutes ses formes. Fondé en 1867 par Napoléon III, il a participé avec passion à l’évolution d’un secteur dans lequel la France, deuxième puissance maritime mondiale, est passée maître, tant pour la construction de bateaux de plaisance que pour la pratique de la voile au plus haut niveau. Le livre du jubilé : Une histoire du yachting français, sous la direction de Jacques Taglang : Frédéric Delaive, Louis Pillon, Dominique Gabirault, Antoine Sézérat, François Chevalier et Eric Vibart. Photographe : Laurent Charpentier. Format carré, 30 x 30 cm, généreusement illustré, 312 pages, couverture toile et jaquette. Bilingue : français-anglais. http://ycf-club.fr/

Le concours de boule prend de la hauteur Véritable institution autour de laquelle il se dit que certains s’entrainent à l’année pour bien y figurer, le concours de boule est l’un rendez-vous phare de la trépidante vie à terre pendant les Voiles. Le règlement impose d’y avoir un mélange de Tropéziens et d’équipiers de chaque bateau représenté. Programmée le mercredi 4 octobre à partir de 18 heures sur la place des Lices, la compétition aura cette année un souffle nouveau : le vainqueur remportera en effet un séjour au ski pour deux personnes dans la station de Val d’Isère.

Les partenaires des Voiles de Saint-Tropez ROLEX BMW GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD WALLY KAPPA HOTEL BYBLOS MERCANTOUR EVENTS LES MARINES DE COGOLIN L’ESPRIT VILLAGE DE SAINT-TROPEZ POMMERY JETFLY DANONE SUZUKI MARINE  D’autres partenaires rejoindront prochainement le carré des Voiles